alexametrics
Chroniques

Le cheikh mégalo et les cent ouailles

Temps de lecture : 3 min
Le cheikh mégalo et les cent ouailles

 

Honte à tous les Nahdhaouis réfractaires. Honte à tous les Tunisiens qui sont seulement 14% à se dire satisfaits de son rendement. En ces temps difficiles, la Tunisie a pourtant grand besoin d’un leader national au rayonnement certain. Un leader pas comme les autres qui sort du lot et qui représente une force de conviction salutaire, une chance inestimable pour toute la nation. Lui, c’est Rached Ghannouchi, vénérable chef d’Ennahdha et président du Parlement. Lui, c’est celui qui est au-dessus de tous, en sa qualité de leader hors normes très rare sur le marché.

 

Une lettre imputée au Cheikh a commencé à circuler hier dans les milieux nahdhaouis avant de fuiter dans les médias. Son rédacteur répond aux « Cent » d’Ennahdha qui lui demandent expressément d’annoncer qu’il ne représentera pas sa candidature à la tête du parti. Aucun démenti officiel n’est venu nier l’origine de cette réponse. Une lettre somme toute étrange, inhabituelle, tant le lexique diffère des discours aseptisés. Cela reflète que le Cheikh a été piqué au vif, que dans un moment d’ « égarement », il a un peu perdu les nerfs et fait parler ses émotions.

Il nous a gratifié d’un accès de mégalomanie remarquable. A lire le texte, tous ceux qui lui portent offense, et pas seulement ses Frères, devraient en avoir honte et s’en repentir. On ne réalise pas notre chance de le compter parmi les dirigeants du pays. On devrait faire montre de gratitude !

 

Ce qu’il en ressort c’est que rien ne va plus à Ennahdha à l’approche de son 11ème congrès qui s’annonce très chaud. La guerre de succession est presque arrivée à son point culminant. Des figures des premières lignes du parti islamiste s’expriment clairement contre leur chef, les clans opposés se lancent des piques, certains s’y voient déjà, sur le siège convoité, et n’hésitent pas à donner des coups en traitre. Dès le dernier congrès, les prémices de la crise ont fait surface. On avait essayé de déboulonner le chef ou du moins de lui grignoter certaines de ses prérogatives. Sans succès cette fois, son clan était en position de force. Mais ce n’était que partie remise. On a eu tout le temps de ruminer les rancœurs et les ambitions grandissantes. Et puis, le chef a été élu au Parlement, il a perdu de son aura et une certaine fiabilité après de malheureux calculs politiques. Lors de la mise en place des gouvernements successifs, les machinations de la « tête pensante » du parti, aux succès contestables, ont érodé encore plus son pouvoir.

 

En parlant de pouvoir, Ghannouchi, qui se pose en tant que leader irremplaçable, a un sérieux problème avec la notion de démocratie. L’alternance que réclament ses ouailles, il n’en a que faire. Dans son envolée mégalo, le cheikh n’hésite pas à rejeter la démocratie au sein de son parti. Il y est, il y reste ! Ceux qui ne sont pas d’accord, sont qualifiés de putschistes qui se faufilent dans la nuit pour renverser le saint patron. Il les accuse de commettre des erreurs méthodologiques, « hideuses et trompeuses ». De son éviction ou de son maintien dépendra l’intérêt du mouvement, du pays et de la oumma. Rien que ça.

Comment un président du Parlement, un président d’un parti qui a pour objectif d’être au pouvoir refuserait les pratiques démocratiques ? De quel respect de la démocratie serait capable un tel parti s’il détenait les rênes du pouvoir ? Ne serait-ce pas symptomatique du fait que la démocratie n’est autre pour les islamistes qu’un simple moyen, un simple instrument leur permettant d’arriver au pouvoir, sans pour autant assimiler réellement ses valeurs ?

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

Justinia
| 23-09-2020 08:38
M. Bahloul n'a -t-il pas écrit:
Une conclusion,une seule et unique:ne jamais faire confiance aux islamistes.

takilas
| 20-09-2020 15:17
Et maintenant ils nous viennent par la ruse et la bassesse pour nous montrer qu'ils se sont soi-disant trompés, alors on leur dit selon le poverbe:
- "il est où le raisin ?"
Ou mieux encore comme a dit l'autre :
" il tarde un peu ".

Tounès hobbi
| 20-09-2020 05:38
Et si tout ça n'était que du cinéma, comme d'habitude ?

St Just!
| 19-09-2020 13:03
Il suffit que ce dernier le lâche à l'ARP et sa précipitation sera rapide.
Il suffit que certains traîtres opportunistes trouvent un gramme de patriotisme et d'honnêteté.

Mon.
| 19-09-2020 11:45
quand est-ce que vous avez vu un Kwangi démocrate?
Ghannouchi utilise la démocratie pour avoir le pouvoir et se maintenir mais il n'en a aucune notion! Il sortira par la petite porte comme tous les dictateurs.

Zend
| 19-09-2020 11:24
Quelle est la difference entre Ghannouchi, Assad, Haftar, ?

Alya
| 18-09-2020 22:03
Est qu il soit président du parlement .. .Le reste je m en fous COMPLETEMENT. Les nahdhaouis lui sont redevables et vont s aplatir à 100/100. Ils savent très bien qu il ne cédera sa place qu aux membres de sa famille. Il aurait d ailleurs un fils? Non?

Gg
| 18-09-2020 20:16
"la démocratie n'est autre pour les islamistes qu'un simple moyen, un simple instrument leur permettant d'arriver au pouvoir, sans pour autant assimiler réellement ses valeurs"

Naturellement, ce n'est pas une découverte, mais c'est bien de le dire et de l'écrire.
Par essence, et en admettant qu'ils soient sincères (ce dont je doute fortement), les islamistes sont au pouvoir par la volonté de Dieu. Dès lors, l'alternance démocratique est une hérésie pour eux! Et une déclaration de guerre.
J'ai toujours été stupéfait que l'on puisse mettre côte à côte les mots "démocratie" et "islamique".
Même "république islamique" n'a aucun sens, si ce n'est l'expression de la plus grande hypocrisie et la promesse de la dictature...

Abir de Gabès
| 18-09-2020 19:42
Ces islamistes ne reconnaissent pas la démocratie, c'est bien connu.
Il s'en servent pour être porté au pouvoir et instaurer leur théocratie, la dictature au nom de la religion.

Abir de Gabès
| 18-09-2020 19:30
Vous ne pensiez pas si bien dire.
Sur la scène politique actuelle, je ne vois, pour ce rôle, que la grande dame honorable et respectable, ABIR MOUSSI.

J'espère que vous partagerez mon avis.

A lire aussi

l’état des comptes publics est

22/10/2020 22:32
5

Faire la carpette et se rendre complice d’une tentative de meurtre de l’audiovisuel tunisien ne

21/10/2020 15:59
19

Paix à ton âme Samuel Paty.

19/10/2020 15:59
53

Une sorte de cadeau annuel présenté par l’Etat à une poignée influente, capable d’imposer son dictat

18/10/2020 15:59
5