alexametrics
Chroniques

Le FMI s’inviterait-il dans la campagne électorale ?

Le FMI s’inviterait-il dans la campagne électorale ?

 

Le fait mérite d’être relevé. Il est rare que le Chef de la mission du FMI pour la Tunisie, Bjorn Rother, tienne conférence de presse à l’issue de sa mission, que celle-ci se tienne dans le cadre d’une « Staff visit » ou dans le cadre de la « Revue-programme. Au cours de ses multiples visites, Bjorn Rother, ne s’est plié que deux fois à cet exercice. Le second exercice, une année presque jour pour jour après le premier, a eu lieu ce mercredi 17 juillet 2019, en présence du Gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Marouen Abassi. On notera, au détour, la curieuse et énigmatique absence du gouvernement. En effet, ni le ministre des Finances, ni celui chargé des Grandes réformes et ni celui du Développement économique n’étaient présents à cette rencontre de presse. La présence de Marouen Abassi tenait plus du protocole qu’autre chose, le Gouverneur de la BCT étant membre du Conseil des Gouverneurs du FMI.

 

La délégation du FMI qui a séjourné du 11 au 17 juillet dans le cadre d’une « Staff visit » a dû se résoudre à constater que les objectifs fixés par la 5e revue-programme conclue en mai dernier risque d’être bousculés en raison de la conjoncture. Le ralentissement de la demande mondiale et particulièrement celle émanant de l’Union européenne  va contribuer dans une large mesure, à une révision de certaines prévisions, estime l’institution financière multilatérale. Les effets de ce ralentissement se sont d’ores et déjà fait ressentir durant le 1er semestre de l’année, d’une part à travers le net ralentissement de l’activité industrielle, manufacturière et non-manufacturière et, d’autre part à travers la baisse en volume des exportations du pays. Cette tendance compromet à l’évidence les prévisions de 3% croissance économique. Le FMI table maintenant sur une croissance de 2%, au mieux, de l’économie tunisienne. Pourtant, d’autres indices suggèrent que l’hypothèse d’une croissance de 3% en 2019 demeure encore valable si l’on tient compte des performances que devraient enregistrés les secteurs de l’agriculture et du tourisme.  Par ricochet, le Fonds craint que cette tendance n’influe à la baisse les ressources fiscales et donc les recettes budgétaires de l’Etat. Seule une politique volontariste de recouvrement fiscal pourrait  en limiter l’ampleur.

 

En tout cas, la prochaine revue-programme du FMI avec les autorités tunisiennes ne va pas être de la tarte. L’institution financière multilatérale sera intransigeante sur au moins deux données. L’objectif de 3,9% de déficit budgétaire devra être impérativement atteint tout comme celui du taux d’endettement pour lequel le Fonds accepterait qu’il demeure dans les limites affichées en 2018, à savoir 77% du PIB contre un objectif fixé initialement à un peu plus de 70% du PIB. Ces deux conditions devront être préalablement remplies avant toute discussion sur les prévisions budgétaires et économiques de 2020 ; prévisions pour lesquels l’actuel gouvernement n’a pas de prise en raison d’un avenir politique qui s’arrête logiquement avec les prochaines élections.

 

Pour le FMI, le déficit budgétaire et le taux d’endettement constitueront  « les variables critiques », selon les termes de Bjorn Rother. Comprendre que ce sont des lignes rouges qui conditionnent les conclusions de la prochaine revue-programme et l’accord de décaissement d’une 7e tranche du crédit du FMI, sans lequel les conditions de sortie sur les marchés financiers deviennent plus lourde à supporter. Au cours de la conférence de presse Bjorn Rother y a fait d’ailleurs allusion en signalant que c’est dans la foulée de l’accord de décaissement de la 6e tranche en juin dernier que le pays a réussi une émission d’emprunt de 700 M€ sur le marché financier international.  La position de l’institution de Bretton Woods, qui fête cette année son 75e anniversaire, s’apparente à un « Echec et mat » fait au gouvernement qui ne peut que constater que ses marges de manœuvre budgétaires ont été réduite ainsi à presque rien, si par hasard, il serait tenté par des dépenses purement électoralistes.

 

Mais par cette attitude, le FMI ne se serait-il pas invité, sciemment ou pas, dans la campagne électorale ?

En supprimant toute marge de manœuvre au gouvernement, il impose implicitement la neutralité de l’appareil d’Etat dans la bataille électorale et signifie aux candidats que leurs promesses électorales doivent tenir compte de ces deux conditions sine qua non. Visiblement, tout cela va dans le bon sens de l’esprit démocratique. Toutefois, la volonté du FMI ne s’arrêterait-elle que là ?

 

En tout cas, la campagne électorale mériterait qu’on débatte sérieusement de notre relation avec le FMI, des choix qu’il recommande et des alternatives qui pourraient lui être soumises.

Sommes-nous encore si loin de cela, alors que là est l’essentiel ?

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Microbio
| 19-07-2019 13:57
Pensez-vous que les tunisiens sont nombreux capables de calculer le montant final d'un prêt de 5% d'intérêt avec une période de rachat de 20 ans ?

Il existe trois types de mathématiciens. Ceux qui peuvent compter et ceux qui ne peuvent pas compter.

Nephentes
| 18-07-2019 22:28
Toujours aussi pertinents les articles de Si Houcine; des chefs d oeuvres d acuite et de retenue

Le FMI n aime pas se faire couillonner surtout par des debiles pretentieux

Pourtant les experts fmistes ne savaient il pas que les Tunisiens sont les plus beaux les plus cultives maiis aussi les plus malins

Ils auraient du se mefier : depuis 2012 nos malicieux gouvernants ont trouve la recette de couillonnage du FMi

Recette redoutable il fallait y penser : on signe les conditions du plan de restructurations on planifie les reformes on demarre officiellement les reformes

Et puis pchchttt on fait semblant de reformer

Y zi verront que du feu hinhinhin

Endettez vous par l effronterie et l esbrouffe aurait dit l autre

Donc evidemment va y avoir explication de gravure en direct comme en 1861 avec un autre polisson le fameux Sadok Bey et son super intendant Ben Ayed

Accrochez vous ca va secouer

observator
| 18-07-2019 21:31
....nuance.

DHEJ
| 18-07-2019 18:16
Pour dire une campagne électorale CHIFFR'?E!


Mais est-ce que nos politiques aiment et maîtrisent les chiffres?


Hélas facile à les rattraper, ils évitent!

Les paramètres de la gouvernance

A lire aussi

Il s’avère donc que les parrainages des candidats à l’élection présidentielle posent plus de

18/08/2019 21:19
2

Il reste la majorité des autres candidats, ceux qui ne présentent pour l’instant aucun programme

14/08/2019 15:59
11

Ce n’est pas énorme comparé aux 27 candidatures lors du premier tour de la dernière campagne

11/08/2019 20:30
26

On dit que l’été c’est la saison des

10/08/2019 12:22
3

Newsletter