alexametrics
dimanche 16 janvier 2022
Heure de Tunis : 19:55
Chroniques
Le 14-Janvier, ça n’a jamais existé
Par Ikhlas Latif
03/12/2021 | 18:59
3 min
Le 14-Janvier, ça n’a jamais existé

 

Il est de ces événements contemporains qui font ressurgir dans notre mémoire des bribes d’histoires passées, de lectures à moitié oubliées. Ça rejaillit du tréfond de notre mémoire avec une certaine limpidité et avec la perception du présent. Dans sa mission de néo-démiurge, qu’il endosse depuis un certain 25 juillet, le chef de l’Etat s’est mis en tête de réécrire l’Histoire, de refaçonner le pays à l’image de son idéologie ou plutôt de sa pensée chaotique. Commençant à cerner la psyché du personnage nous avions, à Business News, anticipé le changement de la date de la révolution. Le voilà qui le confirme en conseil des ministres : le 17 décembre sera férié. Le 14 janvier, à la trappe de l’Histoire. Telle est la décision du président. D’un trait de plume, il biffe une date, à la forte symbolique pour toute une génération, pour la remplacer par celle qu’il considère seule légitime et qui, surtout, répond au nouveau mythe politique qu’il tente d’engendrer.

La mémoire me ramène donc aux personnages de 1984 de George Orwell, plus précisément au personnage de Winston Smith qui réécrit les faits historiques pour correspondre à la vision de l’autorité. Au fur et à mesure, Winston falsifie les contenus de journaux, efface des dates, des événements ou des personnes. C’est ainsi que l’Etat peut affirmer que ces événements ou ces personnes n’ont jamais existé, que le mensonge devient vérité. Certains crieront à l’exagération en lisant cette comparaison. Mais il s’agit d’une allégorie de cette amnésie sélective que le président voudrait opérer.

Entre l’acte désespéré d’un vendeur ambulant un certain 17 décembre et le départ d’un dictateur un certain 14 janvier, il s’est passé bien des choses entre ces deux moments. Les villes qui se soulèvent, les morts qui tombent sous les balles, les arrestations, la mobilisation, la peur, l’effervescence, la joie teintée d’appréhension, Sfax le 12 janvier, Tunis le 14 janvier. Tunis le 14 janvier ! Celui qui n’y était pas, ne peut comprendre. Celui qui efface cette date ne fait que réécrire l’Histoire à son bon vouloir. Certains diront que ce n’est qu’un changement de date, que c’est anecdotique, que ce n’est pas très méchant. Je répondrai que des détails, si infimes qu’ils soient, peuvent avoir une signification plus profonde. Il s’agit là d’un indicateur sur ce qui nous attend, parce que l’une des caractéristiques des dictatures ou des pseudo-démocraties est la réécriture de l’Histoire.

« Le peuple s’est révolté le 17 décembre, fête de la révolution, non le 14 janvier, date d’avortement de révolution et de la perpétuation du système de l'ombre ! », a clamé avec conviction un Kaïs Saïed décidé à tout déconstruire et reconstruire sur la base de son unique vision, celle qui sera, la seule, à sauver la Tunisie. Il s’adresse aussi à tous ceux qui ne sont pas d’accord avec sa démarche. Il leur dit « vous pouvez toujours courir », car lui seul présidera à la destinée du pays, lui seul est capable de l’épurer de toutes les saletés, son projet est le meilleur qui soit n’en déplaise aux contradicteurs. Et puis il parle encore au nom du peuple (qui commence lentement mais sûrement à se lasser) en se posant comme incontestable alternative. Une manifestation d’un pouvoir qui pense détenir la vérité exclusive. Cela fait qu’il ne rechignera pas à arranger l’Histoire la rendant unidimensionnelle, réduite à une fable idéologique étriquée.

17-Décembre ou 14-Janvier ? Le président, qui n’hésite pas à inventer la mémoire pour glorifier son mythe politique, tourne en rond et ne fait qu’aggraver la situation. Il n’avance pas, la Tunisie s’enlise, les gens continuent de s’appauvrir et les solutions qu’il préconise n’augurent rien de bon. La volonté de déformer l’Histoire pour qu’elle s’aligne sur son projet politique ne fera pas oublier aux Tunisiens la réalité de la crise dans laquelle ils vivent.

 

.

Par Ikhlas Latif
03/12/2021 | 18:59
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Mohamed
Le non temps
a posté le 05-12-2021 à 19:41
Le 17 décembre ne peut symboliser que l'ère de la démocratie s'est débuté une démocratie qui a été inhumé un certain 14 janvier maintenant il faut modéliser le premier 17 c'est le quatorze janvier 2011, le un cetain quatorze c'est le 25 juillet 2021 et entre le premier 17 et le premier quatorze un mois et le 17 symbolique c'est a dire le 14 janvier 2011 et le quatorze symbolique c'est à dire le 25 juillet 2021 des années.
Warrior
Qayselabidine ben Sayed, a stubborn filthy dictator ................
a posté le 05-12-2021 à 12:23
Since 2019, Qays has never delivered. And he never will do.
WAKE UP !!
Borhéne
Yep
a posté le à 15:45
I agree!
mansour
Le 17 Décembre honore l'importance historique
a posté le 05-12-2021 à 10:49
mais la date du 14 Janvier était choisie par la majorité parlementaire islamistes freres musulmans salafistes d'Ennahdha et les traitres-vendus du CPR Tartour Marzouki et Ettakatol Mustapha Ben Jaafer
L exilé
Le syndrome tunisien
a posté le 05-12-2021 à 10:20
Très bon article. C est épisodique dans notre histoire contemporaine. Les vrais pqtriotes et militants qui ont payé de leur chair l émancipation de la Tunisie se triuvent écartés de la scène par des personnages qui sortent de l ombre et abusent de la bonne foi d une bonne frange de ce peuple intellectuellement modeste et a des problèmes à discerner le vrai du faux. Cela a été le cas avec Ben Ali, une deuxième fois avec Ganouchi et cette fois-ci avec Saied. Entre temps nous continuons à sombrer. Décidément sommes nous devenu adeptes de l inconnu ?
Gg
Délire!
a posté le 04-12-2021 à 22:53
Allez au bout du délire chronologique: n'oubliez pas le 15 janvier, jours du discours "fondateur" de Ghanouchi, faux religieux, vrai dictateur!
Borhéne
L'histoire du chien
a posté le 04-12-2021 à 21:16
Le dicton dit; "Quand le chien n'arrive pas à voler les tripes, il dit qu'ils ont une mauvaise odeur".
En politique, quand on ne peut pas délivrer, on jete des cailloux. Les attentes des Tunisiens, s'arretent à des dates ?
zozo Zohra
Date 17 dec
a posté le 04-12-2021 à 18:50
J'espère qu'à cette date des décisions inoubliables seront prises qui changeront le pays pour de bons.

Tout le reste ceux sont que futilités

Anyssa
Les dates n'y changeront rien.
a posté le 04-12-2021 à 16:02
Toute la question est de savoir à quelle date devons-nous faire la fête ?

Le 17 décembre ou le 14 janvier ?

Pouvons-nous faire la fête le 17 décembre, sachant qu'une mère pleure son fils chaque année à cette même date ?

Devons-nous rire et faire la fête le 14 janvier, quand on voit que depuis plus de 10 ans le Tunisien pleure son état économique catastrophique ?

Il serait donc raisonnable de sortir manifester sa NAKBA individuelle mais TOUS ENSEMBLE à ces DEUX DATES car AUCUNE DES DEUX N'EST JOYEUSE !!!
L'une a enterré un corps.
L'autre a vendu un pays !
Soyons réalistes et sachons regarder la vérité en face !
Mansour Lahyani
Vous exagérez sans doute un peu, Ikhlas...
a posté le 04-12-2021 à 16:02
Il n'y a pas plus de 48 heures, c'est le 14 qui avait la primauté... C'est vrai qu'on nous menaçait depuis un certain temps de nous envoyer dans les pattes ce 17, mais on n'osait pas vraiment y croire... C'est désormais chose faite, au terme d'un long et probablement douloureux enfantement - et le papa ne peut que se réjouir d'y être enfin parvenu ! Il peut maintenant très légitimement se reposer, et jouir de son congé paternel gagné à la sueur de son front !
Et ne venez pas jouer les trouble-fête, Ikhlas : Oedipe vous a à l'oeil !
BOUSS KHOUK
POUR SATISFAIRE TOUT LE MONDE
a posté le 04-12-2021 à 16:01
jours fériés du 17 décembre au 14 janvier . ALLAH LA IBARIKLIK ya ghanouchien
Warrior
voici la vraie raison .........................................................
a posté le 04-12-2021 à 14:27
14/1 = se débarrasser d'un dictateur.
pour le dictateur qu'il est, çà lui rappelle un mauvais souvenirs . chaque 14/1 il doit pas dormir, en se posant la question: à qd sera mon tour ?
Tounsi Fakhour
Bilan de l'exécutif
a posté le 04-12-2021 à 14:06
17 décembre : L'étincelle
14 janvier : Fuite du dictateur Ben Ali
Que fêter ? Je préfère le 17
Passons au plus important :
Pour le moment et par honnêteté, dressons un bilan provisoire de l'exécutif sur quatre mois.
Qu'on le veuille ou non, l'action salvatrice de KS, entamée le 25 juillet a abouti, pour le moment, au moins :
1. De caser la pourriture islamiste sous le tapis, plutôt dans le caniveau,
2. Des campagnes de vaccinations, très efficaces, contrairement à l'hécatombe sanitaire d'avant le 25 juillet,
3. Un gouvernement (non politique pour une fois et essentiellement technocrate) en place et actif,
4. Un vrai processus d'assainissement en cours.
Par ailleurs, on ne veut pas, on ne veut plus de ZAIM. On veut une vraie démocratie (participative ou pas) et un peuple souverain.
Prétendre que KS cherche le pouvoir pour le pouvoir, est ridicule. Il n'a ni parti politique ni machine médiatique et il est vraiment intègre.
KS directement, n'a pas (et ne peut pas avoir) la charge de tout, il n'a pas de baguette magique. Son background est prof d'université en droit constitutionnel. On ne lui demande pas d'être docteur en économie, en finance, etc. Il y a un gouvernement, des conseillers, des experts.
KS n'est pas responsable du bilan catastrophique de la décennie nekba et ses satellites.
Alors, un minimum de patience, après cette décennie calamiteuse, laissons l'exécutif faire son travail et JUGEONS AUX ACTES ET AUX RESULTATS.
Une lenteur flagrante est évidemment inacceptable mais n'oublions pas que les temps judiciaire, médiatique et politique sont différents.
Tounsi Fakhour
@MH @Hassine
a posté le à 18:26
Merci pour vos commentaires.
Chacun son avis et ses arguments.
Mais je persiste et signe ma conclusion :
"Alors, un minimum de patience, après cette décennie calamiteuse, laissons l'exécutif faire son travail et JUGEONS AUX ACTES ET AUX RESULTATS.
Une lenteur flagrante est évidemment inacceptable mais n'oublions pas que les temps judiciaire, médiatique et politique sont différents."
Bien à vous
MH
@Tounsi Fakhour
a posté le à 17:39
Avec tout le respect que je vous dois, vous vous trompez sur toute la ligne:
1- Les islamistes reviendront encore plus forts. Ils étaient en déclin et peut-être définitif, mais KS les a sauvés, sans le savoir ou peut-être même de mèche avec eux.
2- Le succès de la campagne de vaccination n'est qu'une coïncidence de calendrier.
3- Le gouvernement actuel est très politisé, dirigé par KS qui a sa propre orientation politique. Elle n'est seulement pas encore annoncée.
4- Le processus d'assainissement est certes en cours, mais au profit de KS, qui prépare sa politique (non annoncée encore mais que l'on devine aisément, le Kadhafisme).
Je pense que vous vous trompez complètement sur le compte de KS, comme la plupart des gens. Vous pensez qu'il est innocent dans ses efforts, mais en réalité, il prépare un grand coup en son nom, tout en douceur sans attirer l'attention. Je pense qu'il cherche la gloire et la reconnaissance, une sorte de revanche sur son histoire personnelle. Il serait souffrant de son parcours médiocre et banal. Il veut laisser sa propre empreinte. En espérant qu'il ne se cassera pas les dents.
Hassine
Bilan vous dites
a posté le à 15:57
Oui c'est un bilan mais subjectif et émotionnel et n'a rien de pragmatique "d'oc virtuel"
Un peut de respect aux électeurs
A4
Question:
a posté le 04-12-2021 à 08:09
Où était le grand révolutionnaire robocop le 14 Janvier 2011 ?
DHEJ
Dans la ZRIBACOP!
a posté le à 12:51
Consultant sa lanterne magique!
Fares
Il était où notre révolutionnaire de la dernière averse?
a posté le à 16:46
Le 17 décembre, il était devant sa télé en pyjama. Le 14 janvier et étant donné que les protestations ont atteint la capitale, Kaisoun était caché sous son lit, en pyjama également.

Il n'est bien normal qu'il considère le 17 décembre comme étant la date de la "révolution", puisqu'il n'a rien vu du 14 janvier.
A4
Effectivement !
a posté le à 17:34
Je peux affirmer que le 14 Janvier 2011, je ne l'ai pas vu à l'avenue Habib Bourguiba !!!
walii eddine
Il aurait fallu un référendum
a posté le 04-12-2021 à 07:46
La réécriture de l'histoire est une pratique courante dans la plupart des régimes politiques. L'une des premières décisions de Ben Ali a été de supprimer la date du 1er juin de la liste des jours fériés. Pourtant, tous ceux qui ont vécu cette journée mémorable du 1er juin 1955 l'on toujours célébrée comme la date de la victoire sur le colonialisme subi par la Tunisie durant 74 ans.
Dans le cas présent, le Président Kaïs Saïed aurait été mieux inspiré en soumettant le choix de la date anniversaire de la Révolution à un référendum. Le problème c'est qu'il n'est pas sûr que la majorité des tunisiens auraient pour le 17 décembre. Comme quoi ce n'est pas le peuple qui veut mais le président.
Zend
La suite
a posté le 04-12-2021 à 06:49
Mme. Quand une personne comme KS fait un tel acte.. je n'ai plus besoin de réfléchir au devenir du pays sous cette personne.
Oui c'est tres grave , ce qu'il a fait . Et la plupart des personnes qui pensent que c'est acte anodin se trompent .
Cet acte decrit une personnalité qui pense être au dessus de tout .
Le fait que les tunisiens restent calmes est encore plus grave.
Ah Bon !
Des vessies pour des lanternes
a posté le 04-12-2021 à 05:52
Le président a totalement raison. Le 14 janvier a été fabriqué par des officines étrangères pour donner le pouvoir aux islamistes et autres escrocs de la politique. Le 17 décembre a redonné la Tunisie aux Tunisiens. Article manifestement commandé par qui vous savez. Nous ne somme plus dupe.
MH
Il creuse sa tombe
a posté le 03-12-2021 à 22:52
Tous les ingrédients sont là pour une fin tragique. Du jamais vu, aussi bien pour l'homme providentiel que pour ses admirateurs endormis.
Just
Le boss et le peuple
a posté le 03-12-2021 à 22:13
Main dans la main malgré les rageux.
Fares
Ti mahsoub
a posté le 03-12-2021 à 21:17
Son successeur annulera, dans quelques mois, toutes ces folies en une demi-heure.

Essayed mouch ma3mar fiha, sans jeux de mots.
A4
Rabb'ocop est grand !
a posté le 03-12-2021 à 19:21
Quand Dieu Robocop ordonne, nous n'avons qu'à nous soumettre ! Point !!!

ROBOCOP (3)
Ecrit par A4 - Tunis, le 10 Octobre 2021

Tel un maudit pécheur
Je viens vous avouer
Mon passé de tricheur
Aux actes inavoués

Tel un vil repenti
A genoux je me mets
Je me fais tout petit
Pour me faire pardonner

Car le jour du destin
Désertant les urnes
J'ai brûlé mon bulletin
Restant taciturne

J'ai voulu faire le fou
Faire semblant d'ignorer
L'immense Manitou
L'unique à adorer

Moi, minable terrien
Comptant le temps en jour
Mais ne comprenant rien
Aux éloquents discours

Je m'émeus quand j'entends
Ces mots de vérité
Qui disent que le temps
N'est qu'une éternité

Dans une éternité
Ou même peut-être deux
Nous saurons, hébétés
Les décisions du Dieu

Nous saurons que c'est lui
Qui seul peut décréter
Quand entre lui et lui
Il peut se concerter

Quant à ceux qui veulent
Entamer un dialogue
Il ordonnera seul
D'ouvrir son monologue

Il leur dira, haletant
D'un air désabusé
Quand ça sera l'instant
De lancer les fusées

En attendant cette heure
J'ai un pèlerinage
A faire loin des voyeurs
Au temple de Carthage

Je dois me prosterner
Pour rentrer dans les rangs
Prier et entonner
Que "Rabb'ocop est grand" !
DHEJ
Le dernier ROBOCOP...
a posté le à 12:53
10.000 ans!