alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 17:23
Tribunes
La mue de Fadhel Abdelkefi
05/12/2021 | 17:35
3 min
La mue de Fadhel Abdelkefi

 

Par Nazrin Aziza Debbiche *

* Directrice de la section Santé à l'Unicef

 
 
 
 Lors de sa nomination dans le premier gouvernement Chahed, il avait été présenté comme un technocrate issu du monde de l’entreprise. Avec près de vingt-cinq ans d’expérience dans le monde financier, il était censé apporter une expertise technique et une connaissance des problèmes des opérateurs économiques. En charge de la Coopération Internationale et du Développement, M. Abdelkefi devait mettre au profit de l’État tunisien son expérience du deal-making et une grande capacité de négociation avec les bailleurs internationaux. Si Tunisia 2020 a été une vraie réussite, dont on attend toujours les résultats - la faute à des blocages administratifs innombrables, M. Abdelkefi ne s’était jamais réellement départi de son image de technocrate froid.

 

Après sa proposition en tant que chef du gouvernement, que Kaïs Saïed a refusé avec les résultats que l’on connaît, il s’est lancé dans le bain de la politique avec la prise d’Afek Tounes. Les premières sorties médiatiques nous ont fait découvrir un homme très au fait des dossiers de fond, mais peu à l’aise avec le verbiage politique du landerneau tunisien.

Loin de chercher le buzz à chaque sortie, il dressait inlassablement le même constat tout en gardant un certain sens de la mesure. Répondant toujours aux questions posées, même les plus délicates (notamment dans son rapport à Qalb Tounes ou Nabil Karoui), les dernières sorties médiatiques montrent néanmoins un virage dans son expression.

Fadhel Abdelkefi semble s’être affranchi de certaines réserves, par calcul ou par prudence, il avait toujours veillé à ne pas franchir certaines « lignes rouges ». Dernièrement pourtant, il s’est montré d’une cruelle ironie au sujet de l’UGTT en demandant simplement que les recettes qui ont maintenu la centrale syndicale à flot soient appliquées à l’État tunisien. Partenariat public-privé au sein de la mutuelle syndicale, baisse des charges d’exploitation de la centrale, location des biens immobiliers à des acteurs privés, bref une politique dont l’UGTT entend priver l’État tunisien tout en l’appliquant consciencieusement à ses ouailles.

 

« Je suis fatigué et attristé », c’est par cette formule toute en litote que Fadhel Abdelkefi a amorcé cette nouvelle manière de communiquer. S’il ne donne pas dans le détail les causes de cette fatigue et de cette tristesse, nul doute qu’au-delà du diagnostic juste et sombre qu’il dresse, c’est l’inanité et l’incompétence du personnel politique qu’il vise. « Nous avons tous les moyens de réussir et nous perdons notre temps », ce constat amère semble également s’adresser à lui-même.

 

 Fadhel Abdelkefi pense-t-il avoir tous les moyens de réussir mais qu’il perd son temps à prendre des gants ? L’avenir nous confirmera si le virage pris ces derniers temps est une orientation définitive ou un simple dérapage chez un homme qui n’a pourtant pas l’habitude de faire les choses au hasard.

 

05/12/2021 | 17:35
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Si M'hamed Bougara
you have outdone yourself!
a posté le 09-12-2021 à 15:05
L'auteur de l'article belle comme un soleil, l'UNICEF, une femme instruite et hautement éduqué !

This my friends is the pathos, egos and logos of rhetorics.

'?a me rappelle les incantations et un bout de ceci et de cela pour invoquer le diable qu'on voit dans les films fantastiques !

Quel fantasme !

El cheb Mourad
Chanson el haramiya gaw ya m3allem

Zaama djabou Zidane
bghaw yakhel3ou Saadane
Zidou djibou Messi
Wa Cristiano kamane
Si M'hamed Bougara
devinette
a posté le 09-12-2021 à 14:56
Meule sur meule mais ne mue pas
Tête de serpent mais ne mord pas
Plonge et nage mais poisson n'est pas
Raad
DANS QUELLE DIRECTION SE DIRIGE T'IL
a posté le 07-12-2021 à 12:39
Peut-il joué un rôle jadis comme Hedi Jouira, ou Mansour Maâla, personne le sait aujourd'hui.
Cette homme qui a été innocenté par la justice, et qui aujourd'hui vient de nous faire un virage toute peut-il accéder un jour à diriger le pays.
F.A à les moyens de reconquérir l'estime des citoyens Tunisiens, à une condition c'est d'expliquer comment revenir à une situation économique prospère et de s'entourer d'honnetes hommes.
Nady
Il sort du lot...
a posté le 06-12-2021 à 18:13
... des médiocres, fachos et autres populistes. Il ne manque pas de courage, de sur-croix, car les politiques tunisiens qui critique l'UGTT (la force qui tire vers le bas), ça se compte sur les doigts d'une seule mains.
Abidi
Vigile
a posté le 06-12-2021 à 11:36
Le seul poste qui convient aux tunisiens c'est celui de vigile ou comme on dit dans notre jargon rachem, celui qui enregistre le score des joueurs de cartes
ZOUARI Mohamed
Par expérience
a posté le 06-12-2021 à 10:56
C'est un homme discrètement. ..discret..voudrait lui faire confiance et un chèque en blanc. ....difficile. ..très difficile. ....en politique. .le jugement se fait en criant sur les toits..ses possibilités réellement véritable s.....et encore...?..
mansour
La mue de Fadhel Abdelkefi, toujours aussi bobo donneurs de leçons
a posté le 06-12-2021 à 09:28
et toujours incapable de s'engager pour une nouvelle politique en rupture aves ses années au service du pouvoir islamiste des freres musulmans Rached Ghannouchi-Ennahdha, Youssef Chahed-Ettakatol- le Courant Démocrate- El Joumhouri et etc...
le déçu
KAIS SAIED DEVRAIT L 'ECOUTER!!
a posté le 06-12-2021 à 05:36
Si'le président est sincére, pour répondre aux désirs du peuple qui réclame travail et dignité, il devrait s' entourer de personnes de l'envergure économique et social de ABDELKAFI. DONT LE PROGRAMME DE REFORMES ME SEMBLE SUSCEPTIBLE DE SORTIR LE PAYS DE L 'orniére dramatique ,populiste et utopiste dans laquelle il a été placé.La crise qui a frappé le pays est d'ordre économique et financiére.IL REVIENT AUX MEILLEURS '?CONOMISTES ET FINANCIERS DU PAYS DE LA R'?SOUDRE ET NON AU DISCOURS POPULISTE SANS LENDEMAIN ET QUI NE NOURRIT PAS CEUX AUXQUELS IL EST DESTINE.IL EST DESOLANT DE VIVRE CET AUTISME DE LA PART DE CEUX QUI SONT AUX COMMANDES DU PAYS
Bizertin
C'EST L'HOMME QU'IL FAUT
a posté le 05-12-2021 à 19:24
à ce moment crucial pour le pays .Il a une vision claire de ce il faut faire.
Mais comme toujours nos décideurs sont passés maitres pour la mauvaise foi.
Rayma
Ce nouveau ton lui va mieux
a posté le 05-12-2021 à 19:02
Auparavant il ménageait le choux et la chèvre ce que lui confère une certaine langue de bois. Ce virage lui va mieux mais portera-t- il ses fruits?