alexametrics
dimanche 29 janvier 2023
Heure de Tunis : 13:47
Dernières news
L’avocat de Hakim Ben Hammouda dément l'implication de son client dans l'affaire de la liste fuitée
28/11/2022 | 11:36
2 min
L’avocat de Hakim Ben Hammouda dément l'implication de son client dans l'affaire de la liste fuitée

 

« Hakim Ben Hammouda n’a aucun lien avec M. Balti, ne l’a jamais rencontré et n’a aucun contact avec lui sauf peut-être lorsqu’il a été proposé au poste de chef du gouvernement, mais il n’a aucune relation avec lui, ni de près, ni de loin », a affirmé, lundi 28 novembre 2022, Abdessater Messaâoudi, l’avocat de l’expert en économie et ancien ministre Hakim Ben Hammouda.

 

 

On rappellera que plusieurs pages sur les réseaux sociaux ont publié, vendredi, une information faisant état de l’arrestation du président d’Afek Tounes, Fadhel Abdelkefi, de l’expert en économie et ancien ministre Hakim Ben Hammouda, du journaliste Sofiène Ben Hamida et de la chroniqueuse Maya Ksouri, et ce, pour complot contre la sûreté de l’Etat. Des sources proches des personnalités citées ont formellement démenti ces allégations, assurant qu’il s’agit de simples rumeurs.

Un document contenant la liste de 25 personnalités du monde politique et médiatique a fuité, vendredi 25 novembre 2022. La fuite vient du même groupe de « bloggeurs » qui se disent libres, mais proches des cercles du pouvoir. Le document fait état d’une instruction ouverte par le Tribunal de première instance de Tunis.

 

Ces personnalités sont visées par de graves accusations prévues par le code pénal notamment : atteinte à la sûreté extérieure de l'État, offense contre le chef de l'État, complot formé dans le but de commettre l'un des attentats contre la sûreté intérieure de l'État, entente établie dans le but de préparer ou de commettre un attentat contre les personnes ou les propriétés ou encore faux et usage de faux.

Les personnes visées par l’enquête encourent de très lourdes peines. L’information a largement circulé sur les réseaux sociaux tunisiens accentuant le lourd climat de suspicion et de peur qui s’est installé en Tunisie, sachant que l’affaire coïncide avec le début de la campagne pour les élections législatives du 17 décembre.

La première à réagir est Nadia Akacha, l’ancienne cheffe du cabinet présidentiel, citée dans la liste, qui a dénoncé un harcèlement et une campagne de dénigrement « dégoutante » et « honteuse ». Nadia Akacha s’insurge en ces termes : « Je me suis tue par respect au devoir de réserve et au sens de responsabilité envers mon pays. Mais face à cette absurdité et ces calomnies, pour la seule raison que j’aie réussi alors que d’autres ont échoué, je pense qu’il est temps de dire toute la vérité ».

 

M.B.Z

 

 

 

 

 

 

 

28/11/2022 | 11:36
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Tunisino
Dans la continuité
a posté le 28-11-2022 à 13:57
Dans la continuité de la guerre entre le clan de Naoufel Saied/Taoufik charfeddine et le clan de Nadia Akacha, une bataille dans un asile psychiatrique!