alexametrics
jeudi 19 mai 2022
Heure de Tunis : 06:04
Chroniques
L’UGTT face au piège de Kaïs Saïed
Par Nizar Bahloul
17/01/2022 | 15:59
6 min
L’UGTT face au piège de Kaïs Saïed

 

Il faut laisser le temps au temps. Et voilà, on y est ! Kaïs Saïed a fini par admettre qu’il ne peut pas avancer sans l’appui de la puissante centrale syndicale UGTT. Donnons-lui encore quelques années pour qu’il comprenne qu’il ne peut pas avancer sans les médias, sans les partis, sans la société civile, sans les magistrats et sans les chefs d’entreprise. Mais n’anticipons pas les événements et savourons cet instant où le président de la République tout puissant a fini par tendre la main à la centrale syndicale.

Qu’est-ce qui a poussé Kaïs Saïed à mettre de l’eau dans son vin et à se réunir pendant plus de trois heures samedi dernier avec Noureddine Taboubi, celui-là même à qui il envoyait des piques il y a quelques semaines ? Trois lettres ont été suffisantes pour convaincre le président de l’évidence : F, M, I.  Sans la pression du Fonds monétaire international (FMI), jamais le président Saïed n’aurait accepté de tendre la main à M. Taboubi.

Jeudi dernier, au micro de Wassim Ben Larbi sur Express FM, Jérôme Vacher, représentant permanent du FMI en Tunisie, a rappelé une nouvelle fois la nécessité qu’il y ait un consensus autour des réformes structurelles que le gouvernement s’apprête à mettre en route.

L’histoire est simple, pour sauver le pays il faut des réformes, pour lancer les réformes, il faut l’appui de toutes les composantes de la société. L’UGTT étant une partie incontournable et de poids parmi ces composantes, Kaïs Saïed ne peut plus continuer à l’occulter et la tacler. En recevant son secrétaire général samedi dernier, le président de la République a fait preuve de bon sens.

L’étape suivante, Najla Bouden va supprimer sa circulaire 20  et expliquer aux syndicats comment elle doit réduire de 10% la masse salariale de la fonction publique, geler les salaires, vendre quelques entreprises publiques et réduire la compensation. Sans l’aval des syndicats à cet ambitieux programme, le gouvernement ne peut espérer une aide du FMI et sans l’aide du FMI, il ne peut boucler son budget.

 

L’UGTT est incontournable et c’est ce qu’on répète ici-même, depuis des mois.

Bien que tardivement, que Kaïs Saïed s’aperçoive enfin de cette évidence reste une bonne chose. Sauf que le président n’a pas tendu la main à l’UGTT par conviction, mais par obligation. Il n’accepte pas de dialoguer avec les syndicats parce qu’il est convaincu que le sort du pays les regarde aussi, mais parce que le FMI l’oblige à cela. Il a fini par comprendre que les réformes ne peuvent pas se faire sans la participation de l’UGTT. Il a fallu qu’un étranger le lui dise pour qu’il le comprenne.

C’est donc un Kaïs Saïed acculé qui a reçu samedi un Noureddine Taboubi pas insatisfait d’être considéré à sa juste valeur, après des semaines de mépris.

Que va faire M. Taboubi maintenant ? Accepter le plan de réformes fortement impopulaire ou bien s’opposer en poussant le gouvernement à adopter une autre démarche pour sauver le pays ?

L’UGTT est à la croisée des chemins. Accepter le plan tel quel signifie qu’elle devient complice d’un gouvernement aux ordres d’un président despotique qui a pris tous les pouvoirs par la force. S’y opposer, c’est prendre le risque d’être celle qui a empêché ce pouvoir de sauver le pays. Dans un cas comme dans l’autre, l’UGTT va être redevable devant l’Histoire. Dans un cas comme dans l’autre, on va lui demander des comptes demain. Dans un cas comme dans l’autre, on va lui reprocher sa position.

En mettant de l’eau dans son vin et en le recevant au palais de Carthage, Kaïs Saïed tend un piège à Noureddine Taboubi.

 

Comment le secrétaire général de l’UGTT va échapper à ce piège, à la veille du congrès électif de sa centrale où il compte un bon nombre d’adversaires qui l’attendent au tournant ?

Concrètement, Noureddine Taboubi est appelé à valider le plan de réformes sans rechigner. Autrement dit, il va devoir absorber la colère de ses affiliés, les empêcher de descendre dans la rue et d’observer des grèves bloquant la machine du pays.

Pourquoi ferait-il cela ?  Pour les intérêts supérieurs de l’État, comme le lui a dit Kaïs Saïed et comme le pense le gouvernement ? Il n’est pas dit que l’intérêt de la Tunisie passe par un nouveau crédit du FMI. A Business News, nous pensons tout le contraire et la solution à la crise du pays est en Tunisie, pas au FMI.

Le sujet mérite débat et ce débat doit avoir lieu entre toutes les composantes de la société et non uniquement entre le pouvoir et l’UGTT.

Kaïs Saïed tend un piège à Noureddine Taboubi et celui-ci gagnerait à ne pas tomber dedans. Il gagnerait à ne pas être complice d’un pouvoir despotique à la limite de l’autisme. Un pouvoir qui ne comprend rien aux affaires de l’État, de l’État de droit, de la question économique.

La décision d’aller voir le FMI et d’engager un plan de réformes douloureux ne doit pas être prise par le seul gouvernement et assumée, ensuite, par l’UGTT.

L’UGTT n’a pas à assumer les décisions unilatérales d’un pouvoir despotique.

 

Pour échapper au piège tendu de Kaïs Saïed et pour rester fidèle à son prix Nobel de la Paix, l’UGTT doit renvoyer la patate chaude à son expéditeur en l’invitant à revoir sa copie et à associer les autres composantes de la société pour que la décision (et la responsabilité) soit collective.

Si le gouvernement veut engager des réformes et aller souscrire un énième crédit au FMI, il doit sortir dans les médias et expliquer son programme au peuple. Il doit accepter des débats contradictoires dans les plateaux médiatiques, à défaut d’en avoir un à l’assemblée, comme les règles démocratiques l’exigent. Il doit associer les partis, les avocats, la société civile et, surtout, les patrons.

Sans les patrons, il n’y a point de salut, car c’est eux qui créent l’emploi et ramènent la croissance.

Pour le moment, Kaïs Saïed et son gouvernement-toutou agissent seuls comme si le pays leur appartenait et comme si son sort ne nous regardait pas. Après la pression du FMI, et après avoir trainé les pieds pendant des mois, ils ont enfin accepté de parler avec l’UGTT, mais c’est insuffisant.

L’UGTT ne représente pas la société civile du pays et n’est pas le peuple. Kaïs Saïed et le gouvernement ne sont pas le peuple, non plus. Le peuple, démocratiquement parlant, c’est l’assemblée. Puisqu’on doit subir cette période transitoire despotique, faisons avec ce qu’on a comme alternatives et l’UGTT n’est pas la seule alternative.

Si tu veux engager des réformes, si tu veux endetter les générations futures, tu dois avoir un consensus et ce consensus ne signifie pas un accord de la seule UGTT, il signifie toutes les composantes de la société, c'est-à-dire tous ses corps intermédiaires.

Par Nizar Bahloul
17/01/2022 | 15:59
6 min
Suivez-nous
Commentaires
EL OUAFI
Mr Nizar Bahloul,il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'idées !
a posté le 18-01-2022 à 22:04

Mr N. Bahloul, vous nous recommander, d'emprunter toujours la voie de la sagesse, la pondération la maitrise de soi-même ! Or dans votre chronique, beaucoup de harcèlements, vocabulaire inapproprié, etc . .
Kais Saied tend un piège à Mr Noureddine Taboubi, rien que cela, me donne les prémices, d'un déluge d'invectives qui ne vont pas tarder à s'abattre sur ce pauvre, Monsieur !
Je partage avec vous que la rigidité est un mal qu'on ne maitrise pas facilement, même un père de famille avec ses enfants, un vilain défaut !
>> Un pouvoir qui ne comprend rien aux affaires de l'état (sic)
Un abaissement, c'est dévalorisant, traiter tout ce groupe d'individus presque d'ignares sans jugeotes même des bénis oui-oui !
Vous vous posez la question comme si les intérêts de la Tunisie pas nécessairement qu'elle passe par le FMI pour sortir de cercle vicieux, ôter ce joug qui nous a pris en otages, nous a bâillonné avec ses conditions drastiques.
Non, détrompez-vous M. Nizar Bahloul, c'est de l'imaginaire ou obsession il n'y a pas de piège ?
Enfin, vous êtes entouré de femmes de valeurs qui vous épaulent à la réalisation de Notre Journal (B N) auquel l'attachement s'accroit de jour en jours ! " '? condition que votre modérateur met de l'eau dans son vin" Gouvernement Tou Tou ? ? ? Mr Nizar c'est un peu corsé cette qualification tempérez vos ardeurs, ne vous laissez pas emporter par cette fougue !
Mr N.Bahloul, votre précédente CHRONIQUE dans laquelle des recommandations proposées fortes utiles, et j'en suis persuadé qu'il ne pourrait y avoir d'autres alternatives pour pouvoir se dégager de ce bourbier dans lequel les precedents gouvernements successifs nous ont accablés par la mauvaise gestion, la parole non tenue !
M. Nizar Bahloul, je pourrais vous comprendre, vous en voulez à Kais Saied, par cette obstination à n'entendre que lui-même ! Homme intègre, échaudé par deux fois du choix du premier ministre'?'! Traumatisé, plus confiance en personne !
Les choses commencent à se décanter, retour à la raison et l'ultime voie vers le rationnel, un ver d'eau dans son vin lui rendre une fluidité et acceptable à descendre à travers le gosier !
Cordialement à vous ravi de vous lire.
zozo Zohra
BN
a posté le 18-01-2022 à 15:19
Merci de me publier BN
ce n'est pas honnête.
Pourquoi une personne qui utilise les pseudos des lecteurs honnêtes pour insulter gratuitement des autres lecteurs. Lapersonne change de pseudo à chaque com. Et personne ne réagit ni le modérateur ni BN. C'est quoi cette injustice ou ça fait partie de l'atmosphère asphyxié que vit pays. Merci de me publier, je vous serais bien reconnaissante.
Ne sanctionner pas les honnêtes gens merci
BOUSS KHOUK
zozo Zohra
a posté le à 16:57
bienvenue au club .
zozo Zohra
BOUSS KHOUK
a posté le à 17:08
Bonjour Monsieur,

Vous aussi, on est plusieurs
GZ, K.Hamida 78, et moi même.

Que fait BN ? Rien
C'est charmant, après toutes ces années.... 3achra.
Et ça veut une démocratie ! !
Liberté d'expression ! !! Où-t-elle ?

Allah yoster, c'est triste


BOUSS KHOUK
Ah non non
a posté le à 18:09
Ah non non,stp,ne me mets pas dans le même sac que cette crapule de GZ et ce bèyouê de k.Hamida 7806,toi déjà je te préviens, c'est limite.
mansour
Quand les patriotes Président Kais Said et Mr Noureddine Taboubi disent ensemble on sauvera le pays
a posté le 18-01-2022 à 14:09
ensemble on sauvera le pays, cela sonne juste pour le FMI mais ça fait mal aux oreilles des islamistes freres musulmans salafistes Rached Ghannouchi-Ennahdha et alliés pourris
zozo Zohra
Depuis plus de 10 ans ans
a posté le 18-01-2022 à 10:43
Pas un jour qui passe sans un meutre,sans crimes, sans aucune corruption, sans trafic de tout genre drogue, commerce parallèle, sans insultes, sans disputes, sans grabuges, chaque jour qui passe apporte son lot de negativites et de destruction.
Chaque jour qui passe est un jour de plus, un jour en top dans les conneries.

Quand est-ce-que ce massacre s'arrête ?
L'UGTT et tous les organismes doivent sauver l'état, ils n'ont pas le choix
Réveil
Vous vous trompez
a posté le à 11:58
Hé ho,tu n'es pas encore bien réveillée à cette heure,tu n'es pas sur le Figaro ou sur Le Monde pour envoyer ce post,l'UGTT c'est en Tunisie,ma pauvre tu es en France et ton introduction,c'est valable dans ton pays d'accueil.
k.Hamida 7806
Zozotte
a posté le à 11:17
N'est-ce pas zozotte,n'est-ce pas?Vivement le jour avec notre ami GZ que je salue au passage,de te rencontrer en chair et en os,sous mon olivier pour un Barbecul,en Threesome.
Lol
Incompatibilité
a posté le 18-01-2022 à 09:58
Les lignes rouges de l'UGTT sont incompatibles avec toutes les théories économiques.
A un certain moment il faut réfléchir au delà des personnes et voir le grand schéma. On approche quand même d'une fin d'époque.
Nous savons tous que c'est la même histoire qui se répète depuis 10ans et nous savons tous que caresser l'UGTT dans le sens du poil avec l'argent du contribuable ne peut plus durer parce qu'il n'y a plus de fric.
L'ugtt peut donc renvoyer la patate chaude mais quand le jour j viendra ce n'est pas KS qui paiera seul le prix. ET ce n'est pas moi qui dit que le plus grand risque en Tunisie est l'effondrement de l'état.
KS est un homme seul. Il sera facilement dépassé et remplacé par ses successeurs sur la liste des intentions de vote. Le 2 ème étant Safi Saïd et puis un agent de la secte.
l'UGTT va se casser la gueule avec le successeur de KS vu qu'elle aura perdu toutes ses plumes dans le combat. Et comme chez les Grecs, le plan du FMI sera exécuté avec des conditions encore plus dures.
De Hammam-chatt
@ Brini, disons un journalisme qui se cherche encore..
a posté le 18-01-2022 à 09:02
C'est également ce que l'on retient de la lecture de cet article. Vous avez raison de ne pas être d'accord avec NB, en tant que lecteur je n'arrive pas à connaître le fond de sa pensée.
Il aime et veut du bien à ce pays et renchérit quand il y a une amorce de dialogue entre les intervenants de la vie publique. Il semble oublier la politique des étapes du Zaïem. Personnellement je l'invite à relire ses articles trois(3) avant de les publier. Pour revenir à son article, est ce que le fait d'élargir le dialogue va t-il changer les conditions d'assistance du FMI à la Tunisie ? La réponse est NON. Alors pourquoi NB culpabilise L'UGTT d'avoir accepter le dialogue...-
Il est temps que " cette plume" devienne positive sans être complaisante.
De Hammam-chatt
Acceptons cette étape du dialogue... le reste suivra !
a posté le 18-01-2022 à 07:29
Article qui présente les obligations à faire pour que le pays sorte de l'impasse ensuite expose des conditions pour que bloquer le dialogue. De l'avis de tous et qu'on l'accepte ou pas, si L'UGTT est favorable et il semble que c'est le cas, alors démarrons et tout le reste suivra. L'exigence du "tout maintenant" n'est pas la solution.
Brinib
Conclusion
a posté le 18-01-2022 à 03:12
La conclusion à tirer de cet article c'est que nous avons un journalisme destructeur
Citoyen_H
REVEILLEZ VOUS, YA BGAR
a posté le 17-01-2022 à 20:48
Le FMI n'est pas là pour nous aider à sortir de la merde.
Bien au contraire, il veulent nous aider à nous y noyer !!!!
Réveillez-vous.
Le FMI ne joue pas dans la philanthropie.
C'est la main droite du diable !!!!!



HASSINE
Il a fallu qu'un étranger le lui dise pour qu'il le comprenne.
a posté le 17-01-2022 à 18:35
QU'EST CE QU ONT PEUT FAIRE CONTRE L'ORGEUIL "SANS REMEDE"
Tunisino
Très grave!
a posté le 17-01-2022 à 17:52
Sans la pression du Fond monétaire international (FMI), jamais le président Saïed n'aurait accepté de tendre la main à M. Taboubi: Ce qui confirme que Zakafouna n'agit que par réaction, une gestion enfantine, très inquiétante pour le présent et le futur des tunisiens. Quant à Taboubi, il va certainement agir pour le bien de l'Ugtt, comme toujours! l'Ugtt n'est qu'un parti politique communiste qui ne cherche qu'affaiblir l'Etat, pour vivre est se muscler. En temps normal, l'Ugtt est à convertir en parti politique pour qu'elle agisse le visage découvert et cesse de causer impunie, du mal aux tunisiens.
BI
L´UGTT comme roue de secours uniquement..
a posté le 17-01-2022 à 17:18
Les vrais auteurs du Putsch ne veulent que semer la confusion dans le pays et ne veulent pas d'un vrai président classique et crédible : Les vrais dirigeants (RCD) qui tirent les ficelles dans l'ombre n'ont aucun intérêt à investir en la personne de M. Kais Saied, ni pour la création d'un parti pour ce président. Au moment opportun, lorsque l'Etat est presque détruit et au bon moment, nous verrons apparaître les vrais dirigeants du pays. En tant que sauveurs pour nous présenter le vrai général et le tant attendu BenAli 2, qui sera le seul détenteur du pouvoir...

Ce n'est qu'apparent que "La queue remue le chien"

parier ?
Observateur
DEGUELASSE
a posté le 17-01-2022 à 17:02
C'est déguelasse.
retraité
c'est une bonne initiative
a posté le 17-01-2022 à 16:38
c'est le premier pas il faut consulter le quartet les experts de l'économie et les finances et une campagne d'information et d'explication dans les médias indépendants qui défendent leur pays et sa population plutôt les parties politiques et sociales responsable de désastre pour convaincre la population que le pays traverse la crise la plus grave de son histoire résultat de la mauvaise gestion des islamistes et leurs différents alliés pendant 10 ans et il n'a plus de salut que l'acceptation des conditions du FMI et des bailleurs sinon le pays et sa population seront en faillite deux exemples deux pays l'Argentine et la Grèce qui se portent mieux après les interventions du FMI si on traîne encor on passera tôt ou tard par le club de Paris ou les conditions seront plus sévères
Ben Letaifa Mehdi
?
a posté le 17-01-2022 à 16:36
La solution a la Crise est en Tunisie et pas à un nième prêt du Fmi selon Business News!!!.
Explications Svp.
Merci.
DHEJ
Le peuple...
a posté le 17-01-2022 à 16:22
C'est 3 millions et demi devant la justice...
Allons
Allons donc!
a posté le 17-01-2022 à 16:11
Comme s'il n' y avait que la seule UGTT qui soit tombée dans le piège de Kais Saied!
A l'heure actuelle,quel est le Tunisien patriote ayant lu un peu la Constitution qui ne se sente pas piégé!?