alexametrics
Dernières news

L’essentiel du discours d’Elyes Fakhfakh

Temps de lecture : 3 min
L’essentiel du discours d’Elyes Fakhfakh
 
Le chef du gouvernement désigné, Elyes Fakhfakh a prononcé un discours, ce mercredi 26 février 2020, devant les députés, pour donner sa vision globale pour l’étape à venir. 
 
Elyes Fakhfakh a indiqué qu’il est conscient du poids de la mission qui lui a été confiée, soulignant qu’il n’est pas uniquement présent pour obtenir la confiance du parlement, mais aussi pour saisir ce moment historique et répondre aux messages exprimés par les Tunisiens lors des élections. « Les tunisiens voudraient que nous soyons leur soutien et que nous répondions à leurs attentes qui n'ont que trop duré. Nous voulons rétablir la confiance avec le peuple tunisien à travers un contrat que nous allons respecter. Ce gouvernement va travailler sans limites et ne s’arrêtera qu’au niveau de l’intérêt suprême de l’Etat ». 
 
Le chef du gouvernement désigné a présenté par la suite les membres de son équipe. 
 
Il a ajouté par la suite que la Tunisie regorge de compétences nationales à travers le temps, rappelant dans ce contexte toutes les personnalités et les militants ayant marqué l’histoire de la Tunisie.
 
M. Fakhfakh a, également, estimé que « l’Education était l’ascenseur social pour les Tunisiens. Toutefois plusieurs erreurs ont été commises faisant de 1 million de jeunes, entre 15 et 29 ans, des chômeurs. C’est une grande perte pour la Tunisie en terme de ressources au niveau du capital humain. Cela dit, j’estime que la révolution est une véritable opportunité pour mettre en place les réformes escomptées ». 
 
« Cela dit nous devons être réalistes. Certes, il y a eu des acquis en termes de libertés et de droits, mais il y a eu, également une dégradation de la situation économique et sociale. La corruption sévit en Tunisie outre la cherté de la vie et la dégradation du service public. Cela doit être réformé et ça le sera ».
 
Dans ce contexte, le chef du gouvernement désigné a assuré « Pour entamer ces réformes, nous avons besoin d’un gouvernement fort capable de faire des sacrifices. Nous avons besoin d’un parlement qui soutient le gouvernement et le contrôle. Nous avons besoin de responsables d’Etat capables de tenir les institutions à l’écart des tiraillements politiques. Nous avons besoin d’une administration efficace. Tous les acteurs sur la scène nationale doivent contribuer à la mise en place des réformes, notamment, les organisations nationales, la société civile, les médias, la presse… Et cela fait partie de la responsabilité de ce gouvernement ».
 
Il a ajouté « La diversité politique au sein de cette coalition gouvernementale peut constituer un facteur de réussite et de succès si on place l’intérêt national au dessus de tout. Ce gouvernement va œuvrer à la lutte contre la criminalité et soutiendra les efforts des forces sécuritaires. Il va lutter contre la cherté de la vie et la contrebande. D’autre part, ce gouvernement œuvrera à l’amélioration du climat d’investissement ».
 
Toujours dans le cadre des priorités gouvernementales, M. Fahfakh a mis l’accent sur la nécessité de la mise en place d’une stratégie de lutte contre la corruption, la mobilisation des ressources financières nécessaires pour l’Etat au titre de l’année 2020, outre la mise en place d’une solution globale pour surmonter la crise du bassin minier et la reprise de la production du phosphate et la nécessité de trouver un mécanisme permettant de résoudre la problématique liée au dossier des ouvriers de chantiers et des enseignants vacataires.
 
Elyes Fahfakh a assuré qu’outre les priorités à court terme, son gouvernement prévoit des priorités à moyen terme, qui consiste dans « les grands projets ».
 
« Le changement du modèle de développement est une obligation en Tunisie. Parmi ces projets, nous citons la décentralisation, la réforme du système éducatif outre la nécessité de la réforme du système de la Santé. Nous nous pencherons sur la réforme de l’agriculture, la digitalisation de l’administration et la transition énergétique ».
 
 
 
 
S.H.
 
 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (16)

Commenter

Badran
| 26-02-2020 22:31
C'est regrettable que le futur 1er ministre, n'a pas pipé mot concernant les fichés S17 et la loi antiterrorisme qui autorise le kidnapping des citoyens par la police, pendant 15 jours. Cette loi a fait de la Tunisie, une 1ère dictature dans le monde qui légalise le kidnapping, chose qui n'existe même pas en Corée du Nord ou en Iran! On ne peut plus parler de démocratie en Tunisie, avec une telle guillotine de kidnapping, nul citoyen (ne ) n'est à l'abri; une simple dénonciation calomnieuse pourrait faire disparaître un citoyen pendant 15 jours sous la torture!
Vous osez encore parler de démocratie, vous faites rigoler lorsque vous vous targuez que la Tunisie est un pays démocratique!
J'espère que Fakhfakh se rattrapera et abrogera cette loi d'un autre temps digne du 19è siècle!

EL OUAFI
| 26-02-2020 20:12
Après avoir écouté Mr Fakhfakh, mon mot à dire si ce n'est, la réussite à ce gouvernement sa réussite est la notre, je lui souhaite le courage et la persévérance.
Nous sommes tous impatients de voir notre pays sortir de ces marasmes et un bond vers l'avant.
Ces intervenants et ils sont nombreux lui rappelant l'essentiel des objectifs que nos concitoyens attendent de ce gouvernement, bonne chance à vous tous encore. (Manai)

Microbio
| 26-02-2020 17:44
C'est le début, mais je suis sûr qu'avec la pratique quotidienne, la maîtrise de langue arabe lui sera rapidement acquise. Vous vous souvenez des compétences linguistiques de M. Y. Chahed au début de son mandat et maintenant: Cela ne peut que s'améliorer.

Elbèhi itaouil!

EL OUAFI
| 26-02-2020 17:43
Qu'est-ce qu'il t'arrive ? Tu t'es éclipsé sans raison ! J'aurai aimé avoir des échanges avec toi, tu as peur de quoi ?
C'est indécent d'interpeller les gens et t'évader.
Je suis toujours le même. (Manai)

OLM
| 26-02-2020 16:33
Courage M. Le 1er Ministre. Essayez d'être audacieux et tenter de ne pas entendre tous les bruits parasites qui risqueraient de vous roder autour ou déconcentrer. Soyez plus audacieux que vos prédécesseurs et essayez de ne pas céder aux pressions non argumentées des uns ou des autres (corrompus, ancien régime, partis, lobyings internes et externes). Pensez aux 11 millions de Tunisiens ( dont les enfants, élèves et étudiants et leurs parents), qui se cramponnent tous les jours et tant bien que mal à leurs espoirs. qui risquent de s'évaporer dans l'air.

Rationnel
| 26-02-2020 16:29
La transition énergétique peut garantir le succès du gouvernement d'Elyes Fakhfakh et donner plus de ressources pour réussir les autres initiatives.
Elyes Fakhfakh doit se concentrer sur cette initiative en premier lieu. La transition énergétique peut aider a éliminer 40% déficit commercial et réduire le budget de la compensation. La transition énergétique va créer des emplois pour le million de jeunes chômeurs 15-29 ans.
Les autres initiatives nécessitent un investissement mais le gouvernement n'a que 5 milliards de dinars a investir donc comment réussir ces projets?

Badran
| 26-02-2020 15:22
Il n'y a pas plus patriote et plus prestigieux pour un pays que sa langue littéraire nationale! J'aurais souhaité que Fakhfakh impose la langue littéraire arabe dans les médias officiels, pour nous éviter la lourdeur de << hetha errrpportage >> au lieu dire << hetha ennekl ou hetha ettahqiq >>, << çèrid >> au lieu de dire: << chroniqueur >>, << bi ia >< au lieu de dire << ikouloujia >>...etc
Les journalistes qui ne veulent pas s'acclimater et parler l'arabe littéraire, il faut les flanquer dehors, il y a des milliers des chômeurs qui attendent leur place!

Carthage Libre
| 26-02-2020 14:19
Que voulez vous qu'il disent? Que je ne vais rien faire?

Moi, si j'étais à sa place, je dirais (sans rire!) : "La Tunisie dépassera les USA et FRANCE réunies au cours de mon mandat".

L'essentiel? c'est que lui et la smalla des khwenjias soient élus.

Le reste? Ijibou rabbi...Peut être qu'en renforcant encore et encore le "budget" du ministère des Affaires wahhabites, il y'aura plus de "prières" de toutes sortent (sous-produits marketing) après les "prières de la pluie".

Microbio
| 26-02-2020 14:10
Vous avez aujourd'hui une excellente présentation de votre programme, qui couvre tous les problemes urgents de la société tunisienne: détaillé, réaliste et orienté vers l'avenir.
Je peux aussi le signer les yeux fermés!

Bonne route cher Monsieur!

Badran
| 26-02-2020 13:56
J'aurais souhaité que Fakhfakh promette d'abroger la loi antiterrorisme, qui autorise les kidnapping des citoyens pendant 15 jours par la police. Cette loi a fait de la Tunisie une 1ère dictature dans le monde qui légalise le kidnapping des citoyens, chose qui n'existe même pas en Corée du Nord! Il n'a pas abordé non plus les fichés S17 qui se compte par milliers, les 30.000 prisonniers (...), c'est décevant!!!

A lire aussi

le numéro d’autorisation à présenter lors du contrôle de

29/03/2020 18:07
0

Le député Tahya Tounes, Mabouk Korchid a présenté une initiative législative à examiner d’urgence

29/03/2020 17:49
0

mettre en place une stratégie globale garantissant les méthodes de protection des professionnels de

29/03/2020 16:45
2

Désormais les agriculteurs et les pêcheurs seront exemptés d’autorisation de circulation, selon

29/03/2020 16:34
3

Newsletter