alexametrics
dimanche 14 août 2022
Heure de Tunis : 04:44
Chroniques
Kaïs, un ami qui vous veut du bien
Par Marouen Achouri
29/06/2022 | 16:59
5 min
Kaïs, un ami qui vous veut du bien

 

Rien ne peut se faire, rien ne peut se construire, sans un minimum de confiance. A moins que l’on trouve, ici aussi, une approche révolutionnaire inconnue du monde moderne, cette maxime s’applique aussi en Tunisie. On aura beau écrire les meilleurs textes, concevoir les meilleures lois et faire naitre le plus beau des systèmes politiques, rien ne peut fonctionner si les intervenants de la chose publique ne supposent pas un degré minimum de bonne foi partagée.

 

Or cette confiance n’existe pas en Tunisie. Tout le monde se méfie de tout le monde et le président de la République, Kaïs Saïed, a largement contribué à installer ce climat de défiance. On nous demande aujourd’hui, en tant qu’opinion publique de faire confiance au président de la République car il n’a pas de parti, ni de lobby et à en entendre certains, il n’aurait même pas d’ambition politique et serait comme une espèce d’envoyé de Dieu pour nous sauver de la perdition. Ayant souffert durant des années, et à cause de son déficit de culture politique, le peuple tunisien s’est agrippé corps et âme à cette image du sauveur qui va faire que tout ira mieux. L’image du commandant suprême résolvant tous les conflits et assurant notre pitance quotidienne a ressurgi avec une vigueur qui laisse penser qu’elle n’a jamais vraiment disparu.

Soit, c’est notre réalité culturelle et historique et on ne va pas importer un peuple de Norvège comme le disent si bien nos politiciens. Mais il faut quand même un minimum. C’est vrai que le peuple tunisien aime se faire prendre pour un pigeon, qu’il fait la même erreur une quinzaine de fois pour être sûr, mais il y a sûrement une limite. Au 29 juin 2022, Kaïs Saïed aura gouverné sous le régime des mesures exceptionnelles pendant un peu plus longtemps que le chef du gouvernement Hichem Mechichi. Après les élections de 2019, c’était bien ce gouvernement qui cristallisait, selon Kaïs Saïed et ses fanatisés, toute la corruption et l’incompétence du monde. Est-ce que le régime des mesures exceptionnelles a permis la moindre avancée, le moindre développement, ni même le moindre changement dans la vie des Tunisiens ? Le seul changement notable est que Kaïs Saïed a les prérogatives d’un empereur de l’ancien temps et qu’il consacre toute son énergie à concevoir un nouveau système politique régi par une nouvelle constitution qu’il veillera à élaborer. C’est ce président de la République qui a juré de respecter la constitution de 2014, et qui n’a pas hésité à la transgresser allégrement dès que l’occasion s’est présentée. C’est ce même président de la République qui regrettait amèrement de ne pouvoir dissoudre l’Assemblée des représentants du peuple, et qui l’a fait deux jours plus tard. C’est ce même président de la République qui jurait de respecter l’indépendance de la justice et qui a dissous un Conseil supérieur de la magistrature élu pour le remplacer par un CSM temporaire nommé à qui il a, ensuite, retiré une prérogative pour se mettre à limoger directement des juges en exercice.

 

Il s’agit aussi d’un président, comme le dit le politicien Hatem Mliki, qui ne travaille pas. Le pays vit des problèmes réels et les Tunisiens ont de plus en plus de mal dans leur vie quotidienne, loin des préoccupations des élites autour de la constitution, des systèmes politiques et des lectures juridiques. Il s’était engagé, en grande pompe, à lutter contre la spéculation et le monopole. Ses valets de ministres ont mobilisé beaucoup de moyens. Le ministère du Commerce avait même communiqué, officiellement, la saisie de 12 kilos de poires ! Ensuite, Kaïs Saïed s’est fendu d’un décret qui rendait le trafic de drogue bien moins dangereux que celui des denrées alimentaires subventionnées. Au final, outre une campagne de communication en faveur du président, qu’est-il resté ? Rien, sauf que le prix des produits alimentaires et des matériaux de construction ont flambé. Le chef de l’Etat ne comprend rien à l’économie. Les négociations qui doivent avoir lieu avec le FMI ne figurent pas dans son agenda. Dans l’une des rares fois où il a pris une initiative dans ce domaine, il s’était tourné vers la ministre des Finances en lui ordonnant un audit minutieux de tous les prêts et dons accordés à la Tunisie durant les dix dernières années. C’était le jeudi 28 octobre 2021. Où en est ce rapport ?

Comment est-il possible de faire confiance à un président de la République qui transgresse les lois qu’il a écrit tout seul dans un coin ? Comment faire confiance à un président qui ne cesse de dire protéger les couches les plus faibles alors que celles-là même payent le prix de l’inflation, des augmentations, de la flambée des prix des hydrocarbures ? Comment faire confiance à un président qui a nommé un gouvernement capable d’enlever 600 millions de dinars au budget de la santé pour les donner au ministère de l’Intérieur ?

En plus, il paraitrait que le chef de l’Etat serait la cible d’un plan visant à l’assassiner. Jamais on n’aura entendu parler d’un président de la République que l’on essayerait d’assassiner aussi souvent, alors qu’il n’est président que depuis 2019. Même les chefs d’Etat étrangers, qui avaient envoyé des télégrammes et publié des communiqués de soutien quand on avait, dit-on, essayé de l’assassiner avec une enveloppe toxique –encore une affaire passée sous silence- ne réagissent plus depuis cet épisode.

 

Sans la confiance, on ne peut rien construire et on ne peut pas avancer. L’amère ironie de la situation dans laquelle Kaïs Saïed a mis le pays, est que la crise resterait ouverte même si la constitution des scribes Belaïd et Mahdoudh était adoptée le 25 juillet prochain. Le président Kaïs Saïed n’hésitera pas à la transgresser de nouveau si jamais cela représente un intérêt pour lui. Au pire, on aura perdu un an, au mieux on aura un autre bout de papier à ajouter à la pile.    

Par Marouen Achouri
29/06/2022 | 16:59
5 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Hnana
Enseignant
a posté le 30-06-2022 à 15:16
Oui cet vrai il na pas un parti politique ni des groupes d'intérêt oui c'est vrai il na pas confiance aux partis politiques malsain mais il a toujrs confiance au peuple pauvre et ce dernier lui fait confiance et c'est tout et s'il ne le méritait pas le prochain vote il sera remis à la poubelle de l'histoire.
Zeineb Naboultane
2 questions en tant que comentaires sur le message de M Achouri
a posté le 30-06-2022 à 10:11
La 1ere question : quelle representation mentale , nourrit au fond de lui-meme , Kais Saied, a propos de la qualité de Pensees et de Reactions du Tunisien ( sur le Systeme de guidance qui lui est proposé , puis , imposé ) ?
2eme question ( naive )
A aucun moment , y a -t'il eu un espace " Structuré" de Réflexion ( type colloque international , par ex ) a travers lequel des " tetes Pensantes " auraient pu plancher sur les Questions fondamentales !?
Clairement , dans un pays ou une voix unique , porteuse de ses decisions , ne trouve que Silence assourdissant face a elle , comment lui reprocher de naviguer a sa guise , dans un espace sans obstacle de " Poids "
MFH
C'est bien beau, mais comment s'en sortir.
a posté le 30-06-2022 à 09:36
"Sans la confiance on ne peut rien construire, .....". Une conclusion qui résume tout. 11 années de pouvoir presque exclusivement Nahdhaoui, une économie en ruine, des dossiers délaissés dont on ne sait rien des contenus, des tonnes d'affaires judiciaires en instance et j'en passe, ...on se demande comment peut se construire cette confiance.
DHEJ
Non tu n'es pas l'ami de Kaies
a posté le 29-06-2022 à 21:20
Par ailleurs la seule personne qui li veut du bien c'est Atika!


En outre, ROBOCOP a bien respecté son serment en élastiquant l'article 80 de la constitution.


Les pouvoirs publics ce sont le pouvoir législatif et le pouvoir juridique. ROBOCOP doit s'assurer que ces pouvoirs fonctionnent normalement. Et ça prend du temps.
Benhassine
""". ordonnant un audit minutieux de tous les prêts et dons accordés à la Tunisie durant les dix dernières années. C'était le jeudi 28 octobre 2021. Où en est ce rapport """
a posté le 29-06-2022 à 19:28
Ce rapport ne verra jamais le jours pour la simple raison qu'il mettra le raiis dans une situation
Très très embarrassante
Si non...!
Robonot
le paradis dictatorial
a posté le à 20:02
et avant, c'était le paradis sous Ould Ali Baba , sa coiffeuse et ses 40 voleurs ?
DIEHK
J'ai aimé votre com !
a posté le à 10:52
J'ai aimé votre com !
Je l'ai pensé et lu comme :
Il y avait 1 avant (avant, c'était le paradis sous Ould Ali Baba , sa coiffeuse et ses 40 voleurs ?)ocop
Et il y a le temps actuel (qui ne durera pas....) en 2 temps :
1) Avec Robocop
2) Avec Robonet (j'aime ce qualificatif genre lessive "Nadif et Omo eljadid...")
Mais, la racaille en Tunisie a de bonnes bases et surtout résistent à TOUT comme toute mauvaises graines quoi !

Tunisino
Correction
a posté le 29-06-2022 à 18:44
de Bourguiba, à Ben Ali, à Ghannouchi, à BCE, à Saied, les tunisiens n'ont récolté que des bienfaits et des méfaits
Tunisino
Patriotisme et Compétence
a posté le 29-06-2022 à 18:40
Ceux qui ont connus la première république savent certainement que le patriotisme était assez présent sauf que la compétence était insuffisante. Ni Bourguiba, ni Ben Ali, n'ont réussi à installer un développement durable, qui rejoint le progrès aux libertés, et les intérêts des tunisiens du présent à ceux du futur. Sauf que Bourguiba et Ben Ali agissaient intelligemment malgré qu'ils n'ont toléré aucune concurrence politique, les tunisiens étaient relativement satisfaits de leurs conditions de vie, et la Tunisie était un modèle intéressant de développement pour les pays africains, arabes, et musulmans. Apres 2011, la situation s'est complètement dégradée, les symboles de la deuxième république ne sont pas assez patriotes mais aussi ils sont pratiquement incompétents. Leur intelligence médiocre leur a conduit à délaisser les intérêts des pauvres tunisiens et de se concentrer sur des projets politiques personnels. Ghannouchi a voulu installer coute que coute une Imara-esclave chez le clan Turquie-Qatar, BCE a voulu faire hériter coute que coute Nida à HCE, et Saied veut actuellement installer coute que coute une Jamahiria contre tous les acquis du pays. Ce n'est finalement pas une question de confiance mais plutôt de patriotisme et de compétence. La qualité des hommes est malheureusement déterminante, de Bourguiba, à Ben Ali, à Ghannouchi, à BCE, à Saied, les tunisiens n'ont récolté que les bienfaits. Des bienfaits majoritaires de la première république aux méfaits majoritaires de la deuxième république, les tunisiens ne continuent qu'à subir leur destin!
Haddad
avis
a posté le 29-06-2022 à 16:45
'? vous lire et ce n'est la première position du genre, vous n'avez nullement confiance en KS, c'est votre droit et personne ne peut le contester mais dire que rien n'a été fait ça relève (excusez moi) de la mauvaise foi. En effet, quand TOUS les secteurs sont gangrénés et que les caisses ont été vidées, à quoi peut-on s'attendre ? Certains juges pourris ; un syndicat, qui répand de la fumée pour passer inaperçu ; des politiciens ayant fait leur preuve d'incompétence ; certains médias manquant de nationalisme etc. (j'aurais pu continuer à vous citer ce que vous savez et que vous faites mine d'ignorer mais comme ne peut pas voir celui qui ne veut pas voir, je préfère m'arrêter). Je vous rappelle quand même que tordre le fil est plus aisé que de le retordre !
Hassine
'preuve d'incompétence '
a posté le à 19:32
On est plein au milieu ou vous niez l'évidence