alexametrics
Dernières news

Jaouhar Mghirbi : Abbou met l’exécutif dans une situation semblable au conflit d’intérêts

Temps de lecture : 1 min
Jaouhar Mghirbi : Abbou met l’exécutif dans une situation semblable au conflit d’intérêts

 

« Toutes les instances de contrôle, qui doivent examiner des dossiers d’une telle sensibilité, travaillent sous la coupe du gouvernement et du chef du gouvernement » a relevé, l’élu de Qalb Tounes et membre de la Commission du règlement intérieur, de l’immunité, des lois parlementaires et des lois électorales, Jaouhar Mghirbi, lors de son intervention ce samedi 4 juillet 2020, sur Nessma TV.

 

Jaouhar Mghirbi évoquait l’affaire de conflit d’intérêts dont fait l’objet le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh soulignant que Mohamed Abbou, ministre d’Etat auprès du chef du gouvernement chargé de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption était au courant de l’affaire depuis le vote de confiance du gouvernement en février dernier.

« Si l’arbitre est lui-même impliqué dans de telles affaires et prend parti, cela met l’exécutif dans une situation semblable au conflit d’intérêts et c’est là où réside le danger », a-t-il poursuivi.

 

Il a enfin affirmé que les députés Attayar tentent de perturber la formation de la commission d'enquête parlementaire dédiée à l’affaire de suspicion de conflit d’intérêts impliquant le chef du gouvernement.

 

M.B.Z

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

Sador
| 06-07-2020 10:31
Cela n'arrive qu'en Tunisie. Ceux qui sont chargés des enquêtes sont souvent plus répréhensibles que les présumés accusés.

ourwa
| 05-07-2020 13:24
« Toutes les instances de contrôle, qui doivent examiner des dossiers d'une telle sensibilité, travaillent sous la coupe du gouvernement et du chef du gouvernement » sic.
Merci pour cette information que nous ne savions pas, M. Jaouhar Mghirbi . Et si, en plus, comme vous nous l'apprenez en même temps , " que Mohamed Abbou, ministre d'Etat auprès du chef du gouvernement chargé de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption était au courant de l'affaire depuis le vote de confiance du gouvernement en février dernier." (dixit), celà justifie très justement votre conclusion :" « Si l'arbitre est lui-même impliqué dans de telles affaires et prend parti, cela met l'exécutif dans une situation semblable au conflit d'intérêts et c'est là où réside le danger » ( sic) . En somme, si ces "instances de contrôle", travaillent sous le contrôle de Mohamed Abbou, ministre d'Etat auprès du chef du gouvernement chargé de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption, donc dépendant finalement de Fakhfakh, on se retrouve dans une configuration et un fonctionnement bizarre qui sont loin d'obéir à des règles démocratiques dignes de ce nom. De ce fait, dans cette sordide affaire de conflit d'intérêt, Fakhfakh se trouve à la fois JUGE ET PARTI.
M. le député de Qalb Tounes Jaouhar Mghirbi , pourquoi avez-vous attendu si longtemps pour nous livrer ces informations, que nous ignorions, alors que vous saviez, avant même le vote de confiance au gouvernement Fakhfakh, que Med Abbou était au courant du conflit d'interet touchant Fkhfakh ? QUI vous en a empêché ? pour quelles raisons? Expliquez-vous!
Votre parti a dit et répété, avant et après le vote de confiance pour Fakhfakh, qu'il refusait d'entrer dans ce gouvernement, bien que maintenant il fasse profil bas. Nahdha a mis son véto contre Qalb Tounes à propos de son entrée dans le gouvernement Fakhfakh, avant le vote de confiance...or maintenant, nahdha effectue sa petite révolution, dans les médias et ailleurs, pour que Fakhfakh ouvre son gouvernement à Qalb Tounes. Fakhfakh refuse. Et votre parti, il refuse toujours d'entrer dans ce gouvernement?...à moins qu'il vise autre chose, présider le gouvernement, après la chute-démission ressentie et quasiment annoncée du gouvernent Fakhfakh... Dans ce cas de figure, que gagnerait le pays ? Rien de plus, il ne ferait que passer d'un gouvernement dont le chef est impliqué dans une affaire de conflit d'intérêt à un gouvernement dirigé par un parti dont le chef est un repris de justice, un ancien détenu en attente de son jugement et LIB'?R'? par QUI VOUS SAVEZ'?' Drôle de justice et drôle de démocratie ? « Vive la République ! » diriez-vous ? Grand bien vous fasse, mais de cette république-là, bananière jusqu'au trognon, je n'en veux pas, je vous la laisse, vous saurez, avec votre allié nahdha, étouffer tout espoir de justice et de démocratie dans ce pays...si vous y arrivez...

A lire aussi

Deux avions militaires seront envoyés au Liban avec des denrées alimentaires et des

05/08/2020 13:12
0

En un mois, l'inflation a augmenté de

05/08/2020 12:02
0

Jusqu’où peut aller l’impunité

05/08/2020 11:41
4