alexametrics
Chroniques

Ghannouchi, le bâton pour se faire battre d'Ennahdha

Temps de lecture : 4 min
Ghannouchi, le bâton pour se faire battre d'Ennahdha

 

Pauvre président d’Ennahdha qui fait l’objet de viles attaques des ennemies de la Tunisie (sic). En le visant, lui, le chantre de la démocratie, le cœur battant de la Tunisie post-révolution, c’est tout l’édifice démocratique tunisien qu’on veut détruire (re-sic). A-t-on idée de tenter de destituer celui qui a tant donné à son pays, celui qui a manœuvré, non pas pour défendre une certaine idéologie, mais pour l’intérêt supérieur de sa patrie (triple sic).

Rached Ghannouchi, une personnalité exceptionnelle, nous disait l’un de ses lieutenants. Des lieutenants sur le qui-vive et qui organisent une offensive sur tous les fronts. On peut continuer ainsi à égrener les petites phrases panégyriques et empreintes de victimisation, mais cela suffit, c’en est trop.   

Le président du Parlement se barricade au Bardo, derrière les murs et les barbelés. Un dispositif de sécurité mis en place à sa demande pour qu’il n’y ait pas de débordements. Débordements qu’on tente à tout prix d’éviter avec l’annonce d’un sit-in Errahil 2 dont les initiateurs appellent à la dissolution du Parlement. Ces barricades personnifient la peur d’Ennahdha de perdre le contrôle de la situation, en dépit du fait que les initiateurs de cette action ne représentent pas une réelle menace, en dépit du fait que les partis de l’opposition ne semblent pas emballés par le sit-in et ses revendications. Une surréaction qui démontre le haut degré d’appréhension atteint au sein du mouvement.

 

Rached Ghannouchi et sa garde rapprochée, peuvent bien éviter les interférences venant de l’extérieur du Parlement, mais les turbulences intra-muros sont inévitables. Le 3 juin, une séance plénière consacrée aux agissements diplomatiques du président de l’ARP, fera monter la température d’un cran. Abir Moussi, présidente du PDL, qui s’est jurée de se payer la tête des islamistes et de renverser le rapport de force, se démène pour en finir avec le règne du Cheikh. La faille trouvée pour auditionner Ghannouchi, c’est son positionnement par rapport au conflit Libyen et son soutien décomplexé du gouvernement El-Sarraj, tout ça au nom du Parlement tunisien. Ses incartades diplomatiques lui ont valu la condamnation non seulement de ses opposants, mais aussi des partenaires d’Ennahdha au gouvernement, en plus d’un rappel à l’ordre du président de la République, Kaïs Saïed.

Se mettre toute la smala à dos, en lui donnant le bâton pour se faire battre, ne peut être que la marque d’une ‘personnalité exceptionnelle’ (quadruple sic).

 

Le clan de Ghannouchi se démène de son côté et fait dans le discrédit. C’est ainsi que les détracteurs se voient, de nouveau, attribuer le rôle de Cheval de Troie, de pions à la solde de forces étrangères ennemies de l’expérience tunisienne. C’est qu’on lance des pétitions pour auditer la fortune du Cheikh. C’est que le but est de le déloger de son siège de président du Parlement si bien mérité après toutes ces années de militantisme patriote et sincère (quintuple sic). Ça ne peut être qu’un complot à l’échelle géopolitique pour les fans de Ghannouchi et non pas un rejet du projet qu’il représente, de tout ce qu’il représente. Et pour le déloger de son siège, on s’active. Abir Moussi assure que les concertations avec d’autres blocs parlementaires vont bon train afin de parvenir à lui retirer la confiance, dans le sillage de la séance d’audition. La température grimpe encore d’un cran.

Ennahdha se refuse de perdre pied. Le mouvement, assailli de toutes parts, est fragilisé sur plusieurs fronts. Si ses opposants l’attendent au tournant, de même que ses éventuels alliés et ses partenaires au pouvoir, les dissensions internes ne font qu’empirer la situation. Les contours de la guerre de succession à la tête du mouvement se précisent. Le 11ème congrès devra voir, théoriquement, un successeur à Rached Ghannouchi, sauf que ce n’est pas aussi simple… Entre le clan qui tient à son départ, le clan qui hésite sur la démarche à suivre, celui qui tient à reporter l’affaire en prétextant de la situation politique instable, Ennahdha s’entredéchire sur fond d’une opposition qui s’organise et qui affute ses couteaux.

 

En accédant à la présidence du Parlement, Rached Ghannouchi s’est exposé, alors qu’il œuvrait auparavant dans une confortable semi-ombre. Il s’est exposé et a entrainé dans son insuccès son parti. Pour les islamistes d’Ennahdha, les jours qui viennent ne constitueront pas seulement une lutte de positionnement, mais aussi une lutte pour l’existence.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Moi
| 30-05-2020 06:43
Il faut savoir interpréter les résultats des élections législatives. Je vous rappelle que le clan RG a gagné 18 sièges au parlement Grace aux Tunisiens à l'étranger avec un pourcentage de participation ne dépassant pas les 3% en moyenne. C'est complètement injuste puisque 3% ou même 10% ne sont pas représentatifs.

@Madame Abir Moussi; 1) si vous voulez aider la Tunisie, faites de sorte que toute élection législative tunisienne à l'étranger ne dépassant pas les 8% de participation serait annulée (comme le cas des Tunisiens vivant en Allemagne). C'est complètement ridicule que le représentant/député des Tunisiens vivants en Allemagne gagne son siège au parlement avec 240 voix sur un million de Tunisiens...

@Madame Abir Moussi; 2) il faut interdire par une loi le tourisme parlementaire...

@Madame Abir Moussi; 3) nous connaissons les failles de notre démocratie, il faut faire des analyses empiriques des résultats des deux élections législatives d'après 2011 afin de trouver des solutions intelligentes...

@Madame Abir Moussi; 4) prenez des décisions intelligentes et solides, le reste n'est que perte de temps, d'énergie et du bavardage. Et même s'il y aurait une élection législative anticipée, le clan RG aura de nouveau ses 18 sièges au parlement grâce à un taux de participation moins que 7% ou 5% en moyenne des Tunisiens vivants à l'étranger

@Madame Abir Moussi, 5) agissez intelligemment, tous vos engagements actuels ne sont que des efforts dont les résultats ne sont qu'à cours terme...

@Madame Abir Moussi, 6) Je vous conseil de faire la paix avec Mr. Kais Saied, Certes il a très mal démarré mais il s'est rattrapé...

amt
| 29-05-2020 21:31
Le vrai problème qui est posé pour la Tunisie et le monde civilisé c'est le hydre islamiste. Vous coupez une tête sortira une pour combattre ce monstre légendaire, il faut une coalition internationale puissante et des moyens gigantesques. Remontez la source et atteindre la Racine. Cette affaire est pire que le covid 19.

Anar
| 29-05-2020 20:53
Il est temps d'entamer la déstabilisation du gourou qui traverse une année particulière sur divers plans. Il est temps de commencer, car l'éjecter hors de l'Histoire de notre pays prendra du temps et demandera des efforts conséquents. Après lui, sa secte sanguinaire qui, à chaque mauvais passage, sort le risque d'une guerre civile et menace franchement les Tunisiens et leur fait comprendre qu'elle est bien équipée en armes et ruses, Cette secte se verra éjectée très normalement de notre présent et notre devenir. Pour le sit-in annoncé, je n'y croit pas du tout. Rien que voir Mseddi et Guefrache en faire partie, me donne la nausée.

Houcine
| 29-05-2020 20:40
Ennahdha n'a de puissance qu'en raison de l'éparpillement des forces de tout ce qui ne se réclame pas de l'islamisme. Des hommes pressés et/ou démengés par l'ambition créent leur parti à ce seul effet, ce qui favorise les volte-face et les alliances à durée déterminée et leur a ouvert un boulevard et permit cette ascension soudaine lorsqu'on aurait cru cela inimaginable tant pâlissait l'étoile de Ennahdha qui vit des départs, des d'émissions et enfin l'émergence d'un courant plus radical avec Makhlouf et ses suiveurs.
Vous voyez juste, sans doute, lorsque vous écrivez que Ghannouchi est devenu plus lisible, plus décodable en s'exposent. Ces tripatouillages sont portés à la connaissance des citoyens. Cela, par la décision de ceux qui ont osé s'y opposer. '? leur risques et périls, car les menaces pleuvent hormis le déploiement de la propagande, qui trouve des relais hors la sphère frèriste même, aussi massive et résolue recourant à tout et faisant dire ce qui l'arrange aux bavards comme aux couard fort contents que d'autres assurent l'intendance pendant qu'ils comptent les points... attendant le kairos (le bon moment), l'opportunité de surgir et réclamer sa part...
Les islamistes sont comptables du déclin moral, social, sociétal et économique du pays. Il faut, aussi, admettre que beaucoup ont contribué à cette avanie et servi leur dessein. Par couardise, comme ceux qui au sein du Parlement laissent faire la horde des machos déverser ses insanités ou consentent à la mainmise sur le pouvoir législatif.
Les peuples ont parfois de la mémoire. Ils peuvent succomber au pire et s'en départir aussi vite.

Welles
| 29-05-2020 20:31
Excellent article

A4
| 29-05-2020 19:51
LA PIEUVRE
Ecrit par A4 - Tunis, le 05 Novembre 2017

La pieuvre noire est moribonde
Elle n'en a plus du tout pour longtemps
Elle est gluante, nauséabonde
Comme l'eau fétide d'un étang

Elle est obligée pour survivre
De s'amputer quelques tentacules
De jeter au feu tous ses livres
Et mettre à l'heure ses vieilles pendules

Mais ses horloges usées sont rouillées
Bloquées dans des époques anciennes
Et rien ne sert de les chatouiller
Il n'y a plus d'aiguilles qui tiennent

Elle suffoque dans son marécage
Et ça fait longtemps qu'il n'a pas plu
Qu'il n'y a plus perles ni coquillages
Que les eaux du golfe n'arrivent plus

De temps à autre elle rejette un doigt
Le plus malade ou le plus pourri
Cela n'empêche qu'elle est aux abois
Les yeux tristes et la peau flétrie

Elle est même rejetée par les siens
Par ses amis et ses grands maîtres
Elle n'a plus presque aucun soutien
Pour la sortir de son mal-être

Vous la voyez étalée à terre
Répugnante comme un vieux torchon
Faisant en cachette des prières
Pour invoquer diables et démons

Son mal incurable la dévore
Va la jeter un jour dans le trou
Avec ses doigts assassins, ses cors
Et sa sale tête de gourou

A lire aussi

Voir Beyrouth défigurée par deux déflagrations d’une ampleur inédite a suscité en chacun de nous une

05/08/2020 16:59
14

Voilà la grosse différence entre les partis dits modernistes, progressistes et

03/08/2020 15:59
23

Ceux qui ont présenté cette motion n’ont récolté que 97

02/08/2020 18:26
13

nos chers députés ont fait le service minimum pour pondre un projet de loi populiste et qui n’a pas

29/07/2020 16:59
12