alexametrics
vendredi 07 octobre 2022
Heure de Tunis : 03:56
Dernières news
Farhat Rajhi présente ses excuses
06/05/2011 | 1
min
{legende_image}

Lors d’une interview réalisée par Ilyes Gharbi sur Express fm, le vendredi 6 mai 2011, Farhat Rajhi, ancien ministre de l’Intérieur, s’est exprimé par rapport à ses déclarations qui ont fait beaucoup de bruit en Tunisie la veille. M. Rajhi exprime sa frustration et désolation quant à l’utilisation qu'il dit détournée de ses déclarations.
Il affirme que lors du montage, on a éliminé les passages « positifs » et on n’a montré que les critiques. Il dit avoir été piégé, car il ne pensait pas être filmé et qu’un accord implicite a été conclu de ne pas diffuser ses dires. « J’ai été le bouc émissaire et on a utilisé mes propos d’une manière rusée et malsaine ».

M. Rajhi condamne la publication de cette interview, la considérant comme étant une manipulation.
Concernant ses propos, il affirme qu’il s’agissait d’hypothèses, d’interprétations et de simples opinions personnelles, qui ont été dites à titre confidentiel, sans plus. A la question concernant sa relation avec Kamel Letaif, il affirme ne pas le connaitre personnellement et n’avoir aucun problème ni litige avec cette personne. Il justifie ses accusations par une « immaturité politique » de sa part. Selon lui, il n’avait nullement l’intention de nuire à l’Armée nationale, qu’il considère au dessus de tout soupçon.
Il ajoute qu’il a été autant surpris des réactions suscitées par ces déclarations et qu’il n'avait absolument pas l’intention de provoquer des émeutes. A ce propos, il lance un appel au calme et à la sérénité à tous les citoyens, dans un moment, disait-il où le pays a plus que jamais besoin de stabilité et de sécurité. Il affirme cependant ne pas regretter ses dires, dans le mesure qu’il ne les a pas donnés intentionnellement. Il conclut par présenter ses excuses aux citoyens tunisiens.

Reste à savoir, si M. Rajhi, qui est homme de loi et homme politique, peut se permettre de lancer avec légèreté des accusations et des suppositions aux médias sur des questions cruciales, sous prétexte de spontanéité innocente ?

Cliquer ici pour écouter l'interview
06/05/2011 | 1
min
Suivez-nous