alexametrics
A la Une

Exploitation du Gaz de schiste en Tunisie, un faux-pas du gouvernement ?

Temps de lecture : min
Exploitation du Gaz de schiste en Tunisie, un faux-pas du gouvernement ?
Le forage et l’exploitation du gaz de schiste a été depuis plusieurs années sujet à controverse notamment en Europe. Les écologistes pointent du doigt ces techniques de forage pour leurs effets néfastes sur l’environnement tandis que les industriels, se frottant les mains pour les bénéfices que l’extraction de ce gaz peut engendrer, feignent d'ignorer ces méfaits et défendent bec et ongles l’exploitation de ce gaz.
En Tunisie, le sujet a retenu l’attention du grand public, peu de temps après l’annonce faite par le ministère de l’Industrie d’octroyer un permis de forage au groupe Shell dans le centre du pays, plus précisément dans la région de Kairouan.


Le choix politique du gouvernement de la Troïka de conclure le marché, d’apparence, fructueux avec une création de nombreux emplois, n’a probablement pas pris en considération les risques environnementaux et sanitaires qu’un tel projet peut engendrer.
Pour mieux comprendre ces risques, une explication scientifique s’impose.

Ce gaz est, en fait, source de problèmes à cause de la technique d’extraction utilisée. "Cette technique s'appuie sur le forage directionnel (souvent horizontal), associé à la fracturation hydraulique, d'un grand nombre de puits. Le forage directionnel consiste à forer non pas verticalement, mais à une profondeur et un angle qui permettent au puits de rester confiné dans la zone potentiellement productrice.
La fracturation hydraulique consiste à provoquer un grand nombre de micro-fractures dans la roche contenant le gaz, permettant à celui-ci de se déplacer jusqu'au puits afin d'être récupéré en surface. La fracturation est obtenue par l'injection d'eau à haute pression dans la formation géologique, autour du point d'injection."
Cette technique a, en premier lieu, un impact sur l'eau et sur l'air du site. Des préoccupations officielles pour les impacts environnementaux et sanitaires générés par la fracturation hydraulique ainsi que ses conséquences sur les eaux potables et la santé publique, ont conduit à l’émission de plusieurs alertes par des scientifiques et chercheurs. Ces alertes portent sur des émissions importantes de gaz carcinogènes dans l'environnement et sur la contamination des nappes phréatiques superficielles par du gaz et des fluides de fracturation.

Selon des études récentes, «on a recours à l’utilisation, dans les techniques de forage, de centaines de produits chimiques qui sont pour la plupart toxiques, voire cancérigènes. Ces polluants peuvent s’infiltrer dans les nappes phréatiques, contaminer l’eau que nous consommons et donc avoir des effets sur notre santé. A cela s’ajoute la question du retraitement des eaux usées qui remontent à la surface et que nous ne savons pas traiter… ».
En outre, l’extraction du gaz de schiste nécessite une quantité importante d'eau. Seule une partie de l'eau est récupérée, polluée par les additifs des fluides de fracturation.
A ne pas oublier, non plus, la récente découverte de risques sismiques également liés à cette extraction de gaz de schiste. Selon des études britanniques, il existe un lien bien connu entre fracturation hydraulique et les tremblements de terre. Plus qu'à la fracturation des roches, ces séismes seraient principalement dus à l'injection d'eau.

En dépit de ces dangers, on a appris, au début du mois de septembre courant, que le ministère tunisien de l’Industrie avait conclu un marché avec le groupe Shell dans la zone du centre, dans la région de Kairouan plus exactement.


Mohamed Lamine Chakhari, ministre de l’Industrie, s’est exprimé, en date du 19 septembre 2012, sur les ondes d’Express Fm, entre autres, dans le but de répondre à la controverse causée par la signature récente de cette convention par le gouvernement .
A ce propos, le ministre de l’Industrie a indiqué qu’en vertu de ladite convention, le groupe Shell effectuera des travaux de prospection dans la zone du "bassin de Kairouan" et utilisera des techniques de forage sur une profondeur de plus de 4500 mètres.
Répondant aux critiques mettant en cause les techniques d’exploitation de ce gaz et leur impact sur les eaux de surface et souterraines, il a affirmé : "les techniques d’exploitation de ce gaz, qui ont connu un grand succès aux Etats-Unis et au Canada, ne sont pas dangereuses dans tous les cas".
M. Chakhari a tenu à préciser que les techniques traditionnelles concernant le forage à une profondeur de 2000 à 2500 mètres présentent des atouts tels que la découverte de gaz et de pétrole.
Il a ajouté : "De toutes les façons, l’Etat ne tolèrera, en aucune manière, tout impact négatif de ces techniques sur l’environnement".

Il s’agit là, a priori, d’un vrai discours à connotation strictement politique, qui se veut rassurant, conciliant mais ne se base pas sur des données scientifiques objectives. La polémique autour de ces forages s’est même intensifiée ces derniers jours, notamment avec les appels lancés par les représentants de la société civile, dont des écologistes, outre les critiques émanant de l’opposition, et surtout du leader du Parti des ouvriers tunisiens (POT), Hamma Hammami qui a démontré à l’opinion publique dans ses passages médiatiques, les enjeux et le lobbying qui tourne autour de ce genre de projets industriels d’envergure.

Il semblerait que le gouvernement se soit rétracté concernant ce projet, et des rumeurs circulent à propos de son annulation. Le gouvernement a même publié un communiqué indiquant que la convention n’est pas encore signée, mettant en doute la viabilité du projet.
Toutefois, et en attendant un démenti ou une confirmation officielle sur une annulation ou un simple report du projet, le suspense demeure entier. La pression médiatique et populaire aurait-elle porté, déjà, ses fruits ?

Dorra Megdiche Meziou



Exploration du gaz de schiste : comment ça... par LCP

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

geologue
| 26-09-2012 16:23
Plusieurs multinationales exploitent deja les gas de schiste en Tunisie !!!
http://www.turess.com/fr/africanmanagerfr/129276

yaby
| 26-09-2012 12:21
Essalem je suis contre le gaz de schiste à mon avis il vaut mieux ne pas avoir de gaz que de laisser aux générations futures une pollution irréparable si la France a arrêté ces pratiques c'est bien pour de bonnes raisons à bon entenedeur salut

l'idiot du bled
| 25-09-2012 20:54
"Faut pas" signer car si le ministre signais je répondrais à ceux qui disent c'est un "faux pas"
oui c'est "pas faux"

lotfi
| 25-09-2012 15:30
Primo, à ma connaissance aucun contrat n'est encore signé .
Secondo, il ne s'agit que d'une première phase d'exploration pour investiguer la possibilité de présence de ce potentiel dans la région concernée.C'est une première phase avec un investissement considérable incluant des études de terrain, des analyses de laboratoire détaillées, forage des puits conventionels avec un carottage unconventionnel. Rien que ça, c'est une masse considérable de données techniques. Si les résultats de ces travaux montrent qu'il ya une possibilité de présence de cette prospectivité recherchée, là il sera testé par un puits pilote. Et, Jusqu'à cette phase, je ne vois réellement aucune répercusion sur l'environnement tant qu'il s'agit d'une phase exploration.
Durant cette phase de recherche, des études devraient etre engagées par des experts nationaux et des bureaux de certification de renommé international pour évaluer le risque d'exploitation et d'extraction de ces hydrocarbures a partir de leur roche mère. le passage à la phase d'exploitation devrait etre conditionné par les résultats et les conclusions des rapports d'experts.
Il faut pas enterrer le projet à son début, laissons au moins la chance à la région de bénéficier de l'apport de l'activité de la première phase et à la Tunisie de collecter plus d'informations sur son sous sol.
A bon entendeurs

samth
| 24-09-2012 14:19
Prière expliquer aux responsables qui sont en train de déchiqueter la Tunisie sans connaître les conséquences graves pour la santé et la nappe phréatique lors de l' exploitation du gaz de schiste bande d' ignorants et de criminels

abderrazak
| 24-09-2012 14:03
Il faut s'opposer par tous les moyens à ce projet car il pollue les nappes phréatiques et l'eau dans notre pays est une denrée rare et précieuse .
Ces ignorant ne savent que plonger la tête en avant.

salem labben
| 24-09-2012 10:52
moi j habite la avec ma fammielle et mes parent qu est je peut faire 98570010

aziguess
| 24-09-2012 10:48
Si ce que vous écrivez est vrai c'est très grave. Comment un gouvernement provisoire pourrait-il (je mets au conditionnel) se permettre de louer voire vendre des terres patrimoniales à des étrangers, il est là que pour gérer les affaires courantes. On peut mieux comprendre pourquoi tout augmente actuellement. Quelle tristesse

Citoyen de Tunisie
| 24-09-2012 10:19
L'inexpérience conjuguée avec l'ignorance ne peut être que catastrophique. Et dire que tout ça se fait par un gouvernement transitoire.
Mon Dieu, sauve nous de ces énergumènes et épargnent nous d'eux, on se met entre vos mains car on vous craint et craignons ceux qui ne craignent pas.

tounssi
| 24-09-2012 08:36
Ce projet est surtout à portée politique. Pour ce gouvernement, l'important c'est le volume des investissements et non les risques encourus. Mr le ministre, "ces techniques d'exploitation ne sont pas dangereuses" mon oeil d'où tenez vous ces informations?. Ce projet est une vraie calamité environnementale et sanitaire. Nos nappes phréatiques seront contaminées sur des centaines d'années. Il en va de l'avenir de nos enfants. Comme on dit" il ne faut pas cacher les rayons de soleil par un tamis". Mr le Ministre, ce dossier épineux est traité par des incompétents et vous vous êtes à côté de la plaque. Ne vous frottez surtout pas à des sujets techniques que vous ignorez et n'essayez pas de nous cacher la vérité car nous sommes des gens du domaine et quoi que vous fassiez , vous n'arriverez pas à nous berner. Mais sachez enfin que l'histoire vous jugera si vous persistez dans votre erreur et votre effronterie.

A lire aussi

« La Tunisie a un seul président à l’intérieur et à l’extérieur ».

25/05/2020 16:48
8

Pour limiter les tensions et pressions sur les plans économique, social et financier

22/05/2020 17:59
6

La situation épidémique en Tunisie ne cesse d’attirer l’attention et d’être au centre de l’intérêt

21/05/2020 18:43
3

Nous vivons une période d'incertitude pour tout le

20/05/2020 16:00
0