alexametrics
Chroniques

Entre Sanna et Habib…

Temps de lecture : 4 min
Entre Sanna et Habib…

 

 

Sans aucun regret, l’article concernant la proposition d’un fonds de la Zakat n’a pas été adopté. Faire le constat de l’échec de l’Etat dans certaines de ses attributions ne doit pas conduire à de pseudo solutions islamistes du type fonds Zakat. Au-delà de la proposition en elle-même, le caractère islamique qui lui est affublé dérange. Cette institutionnalisation de la mendicité est une preuve de plus du manque d’imagination de nos dirigeants. On ne songe pas à créer de la richesse ne serait-ce qu’en faisant des économies, on réfléchit plutôt à la manière de dépenser un argent que nous n’avons pas en jouant sur la fibre religieuse.

Les sympathisants de ce projet de fonds sont choqués de son refus et argumentent en se basant sur les sentiments. Ils invoquent également les textes sacrés pour étayer leur proposition. Ils omettent cependant d’admettre qu’il n’existe pas d’acte de foi par procuration. Si j’ai envie de donner la Zakat, je dois le faire moi-même et non confier cette tâche à une tierce personne, même si c’est un fonds géré par l’Etat. D’un autre côté, personne ne répond à la question épineuse de savoir si ce fonds peut ou non accepter des dons étrangers.

 

Ce type de propositions s’intègre dans un corpus plus général qui est la chariâa. Certains espèrent encore pouvoir l’imposer et l’appliquer en Tunisie. Même si le monde montre chaque jour qu’il s’agit d’une hérésie. Sanna Marin est la preuve vivante de ce décalage entre le 21ème siècle et cette pensée moyenâgeuse. La toute nouvelle Première ministre finlandaise est une femme de 34 ans élevée par un couple de lesbiennes. Tout ce qu’il faut pour faire hérisser les poils de la plus convaincue des barbes. Si la chariâa était appliquée en Finlande, tout cela n’aurait pas été possible. La femme y serait considérée comme un être inférieur et il ne serait pas concevable de lui confier des responsabilités de chef ou de ministre. Inutile de parler de l’éventualité d’un couple homosexuel ou d’un gouvernement où il y aurait plus de femmes que d’hommes.

Paradoxalement, sur les réseaux tunisiens, ceux qui prônent le retour aux valeurs de l’islam et ceux qui s’empressent de juger les autres en invoquant la parole divine sont les mêmes qui s’extasient de l’élection de la jeune finlandaise à la tête de son pays. A la lumière de ce constat, il serait trop ambitieux de tenter de leur démontrer le caractère pernicieux d’une proposition telle que le fonds Zakat.

 

Mais comme la nature a horreur du vide, il est normal que les religieux, ou prétendus comme tels, essayent d’occuper un espace qui est laissé par le pouvoir. Cette période de flottement entre un gouvernement sortant, qui essaye de placer un maximum de personnes aux bons endroits, et un gouvernement futur qui ne se constitue pas là où on le pense, est propice au braconnage.

C’est le grand cheikh lui-même qui a montré la voie en déplaçant l’épicentre du pouvoir en Tunisie au Bardo et en volant quelques prérogatives à la Kasbah et à Carthage. Cela s’inscrit évidemment dans une stratégie plus globale visant à imposer un certain pouvoir. Rached Ghannouchi n’a pas eu le plaisir de se confronter à un suffrage universel direct, cela aurait anéanti toute légitimité qu’il pourrait avoir.

 

Pendant ce temps, notre chef du gouvernement bien à nous, Habib Jamli semble aujourd’hui se débattre dans des consultations interminables et surtout inutiles. C’est ce qu’a déclaré Noureddine Taboubi notamment et c’est vrai, vu qu’une commission au sein d’Ennahdha est en train de trier les candidatures. Sanna Marin, Première ministre bien de chez eux, a constitué un gouvernement issu de l’alliance de cinq partis politiques en un jour. La « gamine » de 34 ans a réussi là où l’on est en train d’échouer depuis près d’un mois. Cette femme réussit là où plusieurs hommes échouent. Si la chariâa était appliquée, non seulement il n’y aurait pas de femme à ce poste mais on serait, en plus, obligés de glorifier l’échec des hommes et de le considérer comme un succès, malgré tout.

 

Si l’élection de Sanna Marin à la tête de la Finlande a fait tant de bruit chez nous c’est parce qu’elle nous renvoie vers la détresse de notre situation. Des élus qui se donnent en spectacle, un gouvernement sortant opportuniste et un gouvernement en constitution sans aucune légitimité. Au milieu de tout ça, des prédateurs qui ne rateront aucune occasion pour tenter de se placer et surtout, d’imposer des points de vue poussiéreux et rétrogrades.   

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (10)

Commenter

Tunisien libre
| 13-12-2019 20:49
La liberté est une et indivisible. Les libertés fondamentales sont un tout. Il n'y a aucune contradiction entre le respect des libertés sexuelles et le respect des libertés religieuses. Justement c'est dans les pays scandinaves et anglo-saxons où on respecte les libertés homesrxuelles que prospèrent les fondations de bienfaisance à caractère religieux. Il n'y a aucune contradiction dans ces pays entre les libertés sexuelles et les libertés religieuses. Un indien sikh ou un pakistanais musulman avec leur barbe et leur turban religieux sont couramment policiers de la circulation dans ces pays sans que personne trouve quelque chose à redire. Mais bon! notre élite noyée dans son idéologie bien pensante, forgée dans la "laïcité" à la française uniformatrice et liberticide ne peut pas comprendre que le vrai libéral au sens noble du terme est aussi bien pour les libertés individuelles y compris la dépénalisation de l'homosexualité que pour les croyances et les libertés religieuses y compris l'institution d'une fondation pour la zakat.

ombrax
| 12-12-2019 17:26
quelle belle métaphore, quelle style et quelle élégance!!! chapeau monsieur achouri.

J.trad
| 12-12-2019 14:11
Je te dis que si tu rassemblés toutes les thèses de philosophie ,qui versent dans l'athéisme ,ils ne peuvent pas résister à un verset clair simple et net ( khla9a'l insana min noutfatin fa idha houwa khasïmon moubin) sourat Anna7l verset 4 . Il n'y a pas plus éloquent ,plus convainquant ,plus clair ,plus net ,plus logique ,plus arithmetique ,aucune personne ne peut nier qu'elle est créé à partir d'une (noutfa ) , et par conséquent personne ne doit se permettre de contester ,la suprématie de celui qui l'a crée , tous les humains ont le droit de refuser la soumission ,sauf ,la soumission au créateur , voilà le noble Message ,que les nobles ikhwan mouslimin ,veulent faire parvenir à l'humanité entière ,,pour la sauver , le texte du saint Coran ,est la Manne DIVINE ,par excellence , Ghannouchi ,Erdoghane ,ou même 3ammar bouzzouwirr ,qui participe à faire parvenir le Message ,la Lumière des Coeurs ,des yeux ,des cerveaux ,est digne d'être salué ,remercié ,(al9orân : nouroun 3ala Nour) ,il renferme des secrets ,nous devant tous nous evertuer à chercher les secrets ,chacun selon son intelligence ,ses compétences , (Almou7kam) est à la porté de ceux qui ont une formation relativement élémentaire,(Almouachabih ) reste hermétique ,même pour les experts , il faut cesser les controverses bourrées de haines de prétentions ,de suspicions ,d'insultes ,de dénigrements ,d'intimidations ,et que sais-je encore .

nazou de la chameliere
| 11-12-2019 21:52
vous dérapez ,"sanna" aurait surement accepté un fond d'aide aux nécessiteux ,et peu importe le nom qu'on lui donne !
Mais la tolérance du nord ,n'a rien a voir avec celle du sud !
C'est vrai que dans ce pays du sud ,un Karaoui a été accusé d'instrumentalisé la mort de son fils !
Alors que c'était probablement la douleur qui lui avait ouvert les yeux sur les misérables oubliés !
Et cet homme a dû se justifié , auprès des gens du sud !
Mais qu'auraient dit les si bien pensants du sud ,si Karaoui avait voté pour ce fond ?
Une "sanna" en Tunisie ?,pas maintenant ,vous n'etes pas prêts !
Parole d'une non Karaouiste ,ni islamiste d'ailleurs !

fethia
| 11-12-2019 19:04
n'a pas de sheikh s'appelant Rached Lekhriji Ou Ghannouchi , je ne sais pas.

Forza
| 11-12-2019 18:37
et la laïcité que sous l'angle de la laïcité française. C'est pour cela que l'idée d'un fond de zakat apparaisse comme quelque chose de moyen âge à nos élites. D'autres démocraties ont un rapport moins conflictuel avec l'état que celui de l'état français avec les religions. En Allemagne par exemple, c'est l'état qui collecte l'impôt au profit des églises catholique et protestante et l'état est aussi ouvert à le faire pour les musulmans s'ils s'entendent enfin entre sunnites, chiites, alaouite et ahmadiyas et entre musulmans turcs et musulmans marocains et bosniaques etc. Le point essentiel c'est que cet impôt soit optionnel, c.à.d. c'est l'employé qui indique s'il est membre d'une église. Les églises financent avec ces fonds beaucoup d'?uvres caritatives et pas seulement pour les chrétiens ou leurs membres. C'est pour dire qu'une démocratie laïque ne signifie pas automatiquement une position conflictuelle vis-à-vis des religions. On peut interpréter aussi la laïcité comme neutralité vis-à-vis des religions.
Donc le fond zakat ou le fond 26-26 de zaba sont de bonnes choses pour aider les démunis. bien sûr chacun peut payer sa zakat directement à ses connaissances. L'avantage d'un fond c'est qu'il ouvre d'autre opportunités, au lieu d'aider des femmes pauvres par exemple chacune a part, on peut combiner les fonds pour créer un petit projet pour un groupe de femmes. J'ai des amis qui ne sont pas religieux du tout, qui aiment boire un verre le weekend et qui pratiquent la zakat, c'est un peu aussi la personnalité du tunisien qui peut apparaitre pour certains comme contradictoire. Donc fond zakat comme le 26-26 sont des opportunités que nous avons perdu par surenchère idéologique. La même chose se dit par exemple pour l'association besma qui faisait un bon travail mais qui a été marginalisée car elle était fondée par Leila Ben Ali. On juge souvent à travers un prisme politique au lieu d'une manière objective.

DHEJ
| 11-12-2019 17:39
Elle a 3 pères et 2 mères

3+2= 5

Ameur k
| 11-12-2019 17:35
Le contraste flagrant souleve entre l exceptionnelle jeunesse positive de la finlandaise de 34ans!!!!!et la realite legubre maussade retrograde opportuniste....vieillo de la realite tunisienne est saisissant
Un viello de 80 ans environ qui s accroche au parlement pour le seul but de semer son VENIN d islamisme, un soit disant jeune de el karama qui emmerde le peuple avec sa trouvaille islamo retrograde de soundou k ezzaket et qui entretemps fuit les impots...
Entre un 1er ministre de ghannouchi ss aucune charisme et qui patauge dans le neant......
Entretemps LA TUNISIE MEURT a petit feu et laFINLANDE SCINTILLE A MILLE FEU
eh bin tant pis lislam va nous sauver et les koffars de finlande iront en enfer...

lotfi
| 11-12-2019 16:37
Mr Marouene cette fois-ci est passé à coté il a donné le mauvais exemple en évoquant l'éducation de la première ministre de la Finlande , c'est vrai on ne peut pas accepter nous tunisiens une chose pareil .
pour le fonds de zakat je suis totalement d'accord

L'astronaute
| 11-12-2019 16:13
Juste 1 mot : chapeau !

A lire aussi

Avant même de commencer à travailler, Elyes Fakhfakh est déjà redevable à Kaïs

27/01/2020 15:59
14

Il y a quarante deux ans, le 26 janvier 1978, des centaines de milliers de Tunisiens étaient dans la

26/01/2020 15:59
4

Le cœur du Monde continue à battre et n’est-ce pas là l’essentiel ? Au milieu de tout ce tumulte, il

25/01/2020 14:41
9

Non, ce n’est pas le gouvernement du président, mais Elyes Fakhfakh, au moment de sa désignation, a

24/01/2020 19:29
8

Newsletter