alexametrics
jeudi 19 mai 2022
Heure de Tunis : 06:51
Dernières news
Ennahdha : le pouvoir en place est responsable de la mort de Ridha Bouzaiene
20/01/2022 | 11:57
5 min
Ennahdha : le pouvoir en place est responsable de la mort de Ridha Bouzaiene

 

Le membre du bureau exécutif du mouvement EnnahdhaAbdelfatah Taghouti, a considéré que Ridha Bouzaiene, « décédé à la suite d'une agression policière durant les manifestations du 14 janvier 2022 », était mort en martyre.

Durant une conférence de presse du 20 janvier 2022, Abdelfatah Taghouti a considéré que cet événement était un épisode de plus dans une longue série d’atteinte aux droits et aux libertés. « La mise en place de la dictature s’accélère. Les événements du 14 janvier 2022 démontrent la dangerosité de la situation à venir. Tous les partis politiques étaient conscients de la crise sociale, économique et politique d’avant le 25 juillet 2021… Notre Révolution a eu lieu entre le 17 décembre et le 14 janvier… Nous restons attachés à la lutte civile et pacifique pour la réinstauration de la démocratie et la mise en place d'alternatives avant l’aggravation de la situation », a-t-il délcaré.


Par la suite, le député et porte-parole du mouvement Ennahdha, Imed Khemiri, a rappelé que le défunt, Ridha Bouzaiene, était père de trois enfants s’était rendu à l’avenue Habib Bourguiba afin de célébrer la Révolution tunisienne et de lutter contre la dictature. « La Constitution met en avant le droit de manifester. Des Tunisiens de différentes orientations ont voulu exercer ce droit. Ils ont fait l’objet d’une répression sans précédent et de pratiques que nous n’avions pas vu depuis 2011. Le monde entier a observé l’usage excessif de la violence par la police. L’autorité en place et le chargé de diriger le ministère de l’Intérieur pousse les forces de l’ordre au milieu d’un conflit politique et porte atteinte au principe de la police républicaine », a-t-il expliqué.




Imed Khemiri a, également, évoqué les arrestations survenues suite aux manifestations du 14 janvier 2022. Il a assuré que le mouvement Ennahdha et plusieurs autres activistes suivaient de près ces affaires. Il a assuré que les forces de l’ordre avaient nié connaître l’emplacement de Ridha Bouzaiene. Par la suite, sa famille a été informée du décès d’une façon inhabituelle. Il a rappelé que le décès résultait d’une hémorragie sévère.


Le député a considéré que le pouvoir en place harcelait les médias et la justice dans le but de monopoliser les pouvoirs. « Nous appelons à ouvrir une enquête judiciaire sérieuse. Nous tenons le pouvoir du coup d’Etat pour responsable des agressions sur les manifestants et du décès de Ridha Bouzaiene ! La violence durant le 14 janvier 2022 était gratuite et injustifiée ! Ceci porte atteinte à l’unité nationale et à la sécurité des Tunisiens ! Ces pratiques visent à intimider les citoyens et à les pousser à ne plus défendre la démocratie ! Il y a une volonté individuelle de monopoliser les pouvoirs sans avoir de programme ou de projet permettant de sortir de la crise ! Le mouvement usera de tous les mécanismes juridiques disponibles permettant de tenir les auteurs de ce crime responsables de leurs actes ! », a-t-il assuré.


Imed Khemiri a assuré qu’Ennahdha s’opposera à toute atteinte visant la vie politique, les partis et les personnages publics en Tunisie. Il a souligné le courage et la force du député Noureddine Bhiri. « Tous les moyens utilisés par le pouvoir du coup d’Etat ont démontré l’incapacité de celle-ci à l'inculper. Le pouvoir en place a enfreint la loi et les traités internationaux. Nous suivrons de près les affaires concernant Noureddine BhiriRidha Bouzaiene et les personnes interpellées lors des manifestations du 14 janvier 2022 », a-t-il déclaré.

Imed Khemiri a précisé qu’une autopsie du corps de Ridha Bouzaiene aura lieu. Celle-ci dévoilera les raisons du décès. Abdelfatah Taghouti a, à ce sujet, considéré que l’hospitalisation au service de réanimation n’a pas eu lieu sans raison.


S.G

20/01/2022 | 11:57
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Houcine
Menteurs et falsificateurs.
a posté le 20-01-2022 à 20:40
Drôles de zigs ces islamistes, ils sont les professionnels de la falsification.
Ils ont décidé que l'homme décédé est une victime de Kais Saied.
Ils ont des raisonnements, si l'on peut le leur attribuer, assez originaux. Lorsqu'un fait les impliqué, ils n'ont de cesse que de nous clamer que c'est à la justice d'enquêter pour établir les faits et dire le vrai.
Dans le cas d'espèce, tout cela ne compte plus, ils ont la vérité sur l'affaire et connaissent le responsable.
Tout ce barouf ressemble à un montage, puisqu'ils ont un os à mordiller.
Ils sortent Khemiri, expert en propagande, pour nous enfumer avec leurs assertions sans preuves.
Je les déclare menteurs.
Leur manière de procéder est désormais connue, simple et dénuée de toute intelligence, elle ressortit seulement et comme nous en avons des exemples sans nombre de cette basse propagande contraire aux faits et trompeuse.
Si leur manège fonctionne, même s'ils brassent du vent, c'est grâce et à cause de tous les suppôts, les courroies de transmission toujours prêtes à les relayer.
Un pays civilisé, prétention assez partagée ici, ne doit pas prêter argument à des professionnels de la manipulation connus et preuves à l'appui de pratiquer cet "art" avec une assez totale conscience de chercher à duper la population.
Nous contestons à tout ce beau monde et le projet et le mode opératoire, tant cela apparaît transparent et attentatoire à notre intelligence comme à notre dignité.
Le Roi est nu.
Tunisien
Les chiens aboient et la caravane passe
a posté le 20-01-2022 à 16:43
Voilà une bande de malfrats qui, à les entendre on serait au bord du gouffre alors que ce qu'on a vécu avec ces visionnaires une décennie de prospérité, de démocratie et tous les qualificatifs qu'ils excellent à répéter à qui veut les entendre. La goutte d'eau qui aurait fait déborder le vase s'est produite le 14 dernier. Leur résonance est pire que celle d'un tambour creux, lorsqu'on observe que, même avec des imbéciles de la gauche d'el joumhouri, tayar et compagnie, le nombre des rats qui ont infesté le centre ville ne dépasse guère mille deux perturbateurs. Si avec ça, ils comptent inverser le cours des choses qui a pris son départ le 25 juillet, ils se foutent le doigt dans le nez même s'ils attirent des mouches de l'étranger.
TABARKA
ENNAHDHA DESORMAIS EST MORTE ET ENTERREE
a posté le 20-01-2022 à 16:38
Mrs Taghout et khemiri lisent dans le marc du café. Les accusations erronées qui se multiplient ne font que renforcer le pouvoir en place. Font ils pression sur le corps médical pour obtenir ce qu'ils souhaiteraient entendre ? à lumière de cette déclaration les frères musulmans n'ont pas change. L'ingérence du parti politique ennahdha dans les affaires sensibles est certaine. C'est dans l'air du temps, ATTENTION si un nahdhaoui dérape sur un pavé glissant et se casse une jambe ne cherchez pas c'est la faute du président. Plus ils s'obstinent sur cette voie plus ils se décrédibilisent eux même. La sagesse veut que l'analyse politique d'où qu'elle vienne doit être étoffée d'un bon sens non partisan, les arguments infondés peuvent parfois donner le résultat non escomptés.
Hermès
Ya pas que ça !!
a posté le 20-01-2022 à 16:36
Et le monsieur qui a été humilié vif dans le siège de la nahdha .
Ahmed
Ennahdha est responsable de sa mort
a posté le 20-01-2022 à 13:51
Au lieu de le laisser tranquille.
Abir
Et Mohsen Ladili ?!
a posté le 20-01-2022 à 12:46
En attend toujours l'autopsie de défunt Mohsen Ladili , s'il vous plaît@les autorités