alexametrics
mardi 09 août 2022
Heure de Tunis : 12:23
A la Une
El Kamour, une vanne qui ne fait rire personne !
05/11/2020 | 20:00 , mis à jour à 15:15
5 min
El Kamour, une vanne qui ne fait rire personne !

 

Peu de Tunisiens étaient optimistes à l’arrivée du nouveau gouvernement au pouvoir. Qui pourra les blâmer?  C’est que depuis près de dix ans, des gouvernements, il y en a eu à la pelle mais sans que cela n’ait un impact positif sur leur vie. A chaque fois, tous attendent des gestes forts, des actions qui répondent aux promesses et des décisions audacieuses... Aujourd’hui, si l’on peut résumer cet échec, cette déception et ce ras-le-bol en un mot, on l’appellerait « Kamour »…   

 

 

Le 11 octobre dernier, les membres de la coordination El Kamour annonçaient la poursuite des négociations avec le gouvernement sur les 1500 postes d’emplois permanents dans les sociétés pétrolières déjà promis par le gouvernement de Youssef Chahed. Des emplois et des Fonds, on en promet à El Kamour depuis 2017, depuis que les sit-inneurs, rois de la vanne, ont commencé à hausser le ton et que l’Etat a commencé à baisser le pantalon. Il est donc normal qu’aujourd’hui encore, on en soit au point mort vu que l’Etat n’a pas de quoi honorer des promesses faites sous pression.

Deux jours plus tard, l’inéluctable advint. La Coordination du sit-in El Kamour a annoncé la suspension des pourparlers avec le gouvernement car « toutes les voies sont bloquées ».

« Nous avons présenté de nouvelles propositions et de nouvelles visions, pourtant c’est le gouvernement qui devrait être en charge des solutions » dit la Coordination aux « mains tendues ».

 

 

Ce n’est pas faute de bonne volonté. Hichem Mechichi a hérité de la patate chaude et au départ, les négociations sont allées bon train avec des prémices de déblocage de la situation. Le sujet de la gestion du budget de 80 millions de dinars qui devrait être alloué chaque année au fonds de développement de la région a toutefois posé problème.

 L’accord du 16 juin 2017, dont a hérité l’actuel chef du gouvernement, dispose, entre autres, du recrutement de 1500 personnes au sein des sociétés pétrolières, de l’octroi d’une prime de recherche d’emploi de 500 dinars, versée aux personnes recrutées dans les sociétés pétrolières à partir de septembre, en attendant leur adhésion, ainsi qu’un budget de 80 millions de dinars alloué au fonds de développement. Outre l’intégration de 370 agents dans les sociétés pétrolières et de l’environnement à la fin de leur contrat CDD, le recrutement de 1500 agents dans la société de l’environnement en juin 2017, le recrutement de 1000 autres en janvier 2018, puis le recrutement de 500 personnes en 2019.

Il y’a lieu de se demander si la continuité de l’Etat ne finira pas, et tout porte à le croire, par le mener à sa perte. Surtout qu’il s’agit là d’une continuité de mauvaises décisions.

 

Avant-hier, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a tenté le coup de force, uniquement dans le discours bien sûr, affirmant que l’Etat avait largement avancé dans les négociations avec les parties sociales et que l’arrêt de production ne peut perdurer. « Nous passerons à l’application de la loi et nous imposerons l’autorité de l’Etat », a-t-il lancé enfin s’adressant au collectif récalcitrant qui ne réclame pas plus que ce qu’on lui avait promis.

 

La réponse du porte-parole du sit-in El Kamour, Tarek Hadded ne s’est pas fait attendre. Les manifestants d’El Kamour n’ont pas peur de ces menaces, ils ont résisté durant quatre ans, rien ni personne ne les fera reculer tant que leurs revendications ne sont pas réalisées.

 « Laisse tomber le discours de la force, tu n’es pas à la hauteur. La vanne ne t’appartient pas, elle appartient au peuple. Ne suscite pas la colère des habitants de Tataouine, nous serons là », voilà qui est dit, la menace est on ne peut plus claire.

 

Assumant cette déculottée, le conseiller auprès du chef du gouvernement chargé des dossiers sociaux, Slim Tissaoui, a indiqué ce matin que le dialogue était bien avancé notamment en ce qui concerne le recrutement de 1500 chômeurs au sein des sociétés pétrolières et le budget de 80 millions de dinars alloué au fonds de développement, citant les réactions « positives » de la coordination d’El Kamour à cet égard.

Concernant le recrutement de 3000 ouvriers par les sociétés d’environnement et de jardinage, le conseiller de Hichem Mechichi a souligné que le gouvernement a décidé d’embaucher 2500 employés et d'accorder des prêts aux 500 personnes restantes pour leur permettre de lancer des projets. 

Slim Tissaoui a évoqué un conseil des ministres restreint qui devrait se tenir aujourd’hui, en présence du gouverneur de Tataouine pour valider les décisions du gouvernement et parvenir à un accord entre les parties concernées, clôturant ainsi le dossier. A l’heure de l’écriture de ces lignes, la présidence du gouvernement n’a rien publié concernant un tel conseil, et rien n’a fuité à son sujet.

 

Le dossier d’El Kamour est symptomatique de ce qui se passe en Tunisie depuis la révolution. Il est d’ailleurs devenu incontournable dans toutes les séances d’analyse politique, d’amateurs ou d’experts, tant il explique à lui tout seul ce qui va de travers dans le pays.

Aucun Tunisien ne fera confiance à un gouvernement, peu importe lequel d’ailleurs, qui signe des accords par ci par là en sachant pertinemment qu’il ne pourra pas les honorer. Aucun Tunisien ne croira plus en un Etat qui courbe l’échine devant quelques citoyens qui bloquent une vanne et tout un pays. Au vu des défis colossaux que devra affronter le nouveau gouvernement, l’optimisme n’est pas de mise et sur la scène nationale, une question revient souvent : « ils ont du mal avec deux pelés qui ferment une vanne, comment pourront-ils sauver le pays de la dérive ? ». 

 

 

Myriam Ben Zineb

05/11/2020 | 20:00 , mis à jour à 15:15
5 min
Suivez-nous
Commentaires
A4
Erreur !
a posté le 06-11-2020 à 10:27
Cette vanne fait rire toute la planète: un état qui joue au clown devant un bande de malfaiteurs !!!
Nephentes
Une escroquerie phénoménale
a posté le 06-11-2020 à 08:52
Selon Kapitalis concernant le dossier du Kamour et de Tataouine en général l'?tat tunisien s'est engagé depuis 2015 a hauteur de plus de 375 milliards

Je rappelle que 3200 emplois ( la plupart fictifs de facto,) souvent être créés

C'est insupportable

Savez vous que chaque famille chaque clan du gouvernorat essaye par tout moyen ( népotisme, pressions , corruption) de faire profiter ses rejetons de cette manne providentielle

Tandis qu'un jeune diplômé bac,+5 sfaxien djerbien nabeulien kairouanais jendoubien etc etc galère parfois 10 ans pour trouver un emploi stable

Je répète parce que l'ai vu de mes propres yeux

Ces jeunes sont supportés encadrés par des groupes mafieux trabendistes

Il y a négociations directes entre autorités locales et nationales et trabendistes dans le cadre de cette affaire du Kamour

Quel rapport peut il a priori avoir entre les revendications des jeunes du Kamour et les intérêts des contrebandiers

Voilà pourquoi cette affaire du Kamour est une escroquerie phénoménale un scandale absolu qui au mètre titre que le sabotage de la CPG affaiblit et decridibilise durablement l'Etat
BOBBY
Bien vu: Phosphate pétrole concernent la sûreté de l'état..
a posté le 06-11-2020 à 08:49
Bien vu: Phosphate pétrole concernent la sûreté de l'état..
c'est une question de volonté de ceux qui gouvernent, certains parasitent veulent que cela dure cette anarchie pour que l'état demeure faible et endetté pour qu'eux ne soient pas iniquités tel un cancer dans un corps malade. Et tout cela nous ramène à la question fondamentale de la corruption et d'une justice incapable de faire son boulot. Car un système viable et efficient est un système ou chacun sait qu'il devra rendre des comptes. Je prédis l'échec (encore une fois) à terme (très court terme) de ce gouvernement sans âme, aveugle, mort-né..et le seul responsable de cet échec sera le président qui a nommé un monsieur qui n'est pas à sa place (encore une fois)
takilas
Non ! Cette vanne fait rire Youssef Chahed.
a posté le 05-11-2020 à 20:56
Il n'a pas été à la hauteur de la réputation exemplaire de sa tante Feue Radhia Haddad qui n'avait pas peur des ennemis de la Tunisie et que par patriotisme, tiut comme plusieurs femmes honorables et combattantes, elle n'a jamais le sort de la Tunisie entre les mains des escrocs et des comploteurs contre la Tunisie.
Sahha lih.
DHEJ
Gouverner...
a posté le 05-11-2020 à 20:31
Gouvernants et gouvernés, quelle relation ?

El kamourestan!
takilas
Un gisement dans le désert et loin très loin de Tataouine
a posté le 05-11-2020 à 20:11
Cest une zone apposée militaulire et qui ne depend nillement du gouverneur de Tataouine, ni des délégués, ni des omdas et que tius n'ont aucun rapport ( sur tous les plans ) avec ce lieu.
M1is quant il s'agit de voler, les voleurs ne viennent jamais demander la permission de voler.
Les pauvres, que ressentiment leurs enfants et leurs petits enfants seront désignés par les fils des voleurs de kamour.