alexametrics
lundi 26 septembre 2022
Heure de Tunis : 10:52
SUR LE FIL
Des associations appellent Mechichi à revenir sur la nomination du nouveau PDG de la TAP
08/04/2021 | 20:33
4 min
Des associations appellent Mechichi à revenir sur la nomination du nouveau PDG de la TAP

 

38 associations tunisiennes ont pris part, ce jeudi 8 avril 2021, à la polémique suscitée par le remplacement effectué à la tête de la TAP et la nomination, par la présidence du gouvernement, de Kamel Ben Younes en tant que nouveau PDG de l’Agence Tunis Afrique Presse.

 

Elle ont estimé que l’appel téléphonique , le 5 avril courant, de la présidence  du Gouvernement  à la présidente directrice générale  de l’Agence Tunis Afrique presse pour l’informer de la décision de mettre fin  à ses fonctions, sans aucune évaluation objective de sa prestation  depuis sa nomination en juin 2020, à la tête de cette institution  d’information publique,  fait partie d’un plan pour imposer le contrôle, par les partis au pouvoir, des  médias publics financés par les contribuables. Cette stratégie  vise aussi à étendre  l’hégémonie  de ces partis à une institution , objet  depuis sa création en 1961, du dévouement  de générations d’hommes et de femmes journalistes  qui ont fait des sacrifices pour son autonomie et pour la libérer  de l’hégémonie du pouvoir politique.

 

" Les associations signataires expriment leur solidarité avec le personnel de l’agence Tunis-Afrique Presse qui a annoncé, à la suite d’une réunion syndicale tenue le 6 avril, son "refus catégorique de toute collaboration " avec le journaliste Kamel Ben Younes, nommé par le chef du Gouvernement, Hichem Mechichi, pour succéder à la journaliste Mouna Mtibaa. Ce personnel a fait observer que cette position  était due à l’implication de ce journaliste, "avant la révolution," dans "des violations de la liberté de la presse, de la liberté d’expression et de la liberté syndicale », dans la propagande au service  la dictature, dans des tentatives pour  saper l’autonomie de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, sans compter  son implication dans la violence contre la femme, et le fait qu’il a continué, après la révolution, à servir « des agendas politiques suspects et connus de tous ».

Les associations appellent le chef du Gouvernement à revenir sur sa décision et à cesser de récompenser les partis qui le soutiennent en leur permettant de dominer les médias publics et les autres institutions de l’Etat. Elles l’invitent à renoncer à favoriser les serviteurs de ces formations politiques au détriment des personnes hautement qualifiés et non assujettis à ces dernières et aux lobbys financiers.

 

Les associations expriment également leur solidarité avec le personnel de Shems FM, en sit-in depuis le 15 mars dernier, pour protester contre la nomination, comme directrice générale de cette radio confisquée depuis 2011, d’une journaliste connue pour son allégeance à la présidence du gouvernement. Ils ont souligné que la décision de sa nomination ne tenait pas compte de la « situation financière difficile » que traverse leur institution qui a, de leur point de vue, besoin d’un gestionnaire administratif et financier" possédant une expertise dans le domaine de la gestion.

Il convient de rappeler que les tentatives de domination des médias publics ont commencé en janvier 2012, deux semaines après la formation du gouvernement de la "Troïka", avec la nomination d’un certain nombre de présidents directeurs généraux qui ne répondaient pas aux exigences de compétence, d’expérience  et d’indépendance d’opinion, ce qui a miné la crédibilité des médias et a porté préjudice à la situation politique et sociale du pays.

Les médias confisquées, dont Radio Zitouna, dominée depuis 2012 par le mouvement Ennahdha et  Dar Assabah, libérée de la mainmise du même mouvement, à la suite d’un long et décisif sit-in au cours de la même année, n’ont pas échappé, à leur tour  à la mauvaise gestion administrative  financière et à l’ingérence des partis au pouvoir dans leurs affaires".

 

Les associations signataires

 

  • Association  histoire et mémoire commune pour la liberté
  • Association Attalaki pour la liberté et l’égalité
  • Association Citoyenneté, Développement, Cultures & Migrations Des Deux Rives
  • Association de solidarité civique - Tunisie
  • Association des femmes tunisiennes pour la recherche sur le développement
  • Association Tunisienne d'Action Culturelle
  • Association tunisienne de défense des libertés individuelles
  • Association tunisienne de défense des valeurs universitaires
  • Association tunisienne des femmes démocrates
  • Association tunisienne pour la justice et l’égalité
  • Association Vigilance pour la démocratie et l’Etat civique
  • Association Wachm
  • Centre de Tunis pour la liberté de la presse
  • Coalition tunisienne pour l’abolition de la peine de mort
  • Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie
  • Forum Attajdid pour la pensée progressiste
  • Free Sight Association
  • L’Association Arts et Cultures des deux Rives
  • L’association Création et Créativité pour le Développement et l'Embauche
  • L’association Perspectives el Amel tounsi
  • La Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives
  • La Fondation Hassen Saadaoui pour la démocratie et l'égalité
  • La ligue des électrices tunisiennes
  • L'association L'ART RUE
  • L'association Tunisienne de Prévention positive
  • L'Association tunisienne de soutien aux minorités
  • Le Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie – Belgique
  • Ligue des écrivains tunisiens libres
  • Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme
  • L'union des Tunisiens pour l'Action Citoyenne 
  • Nachaz-Dissonances
  • No Peace Without Justice
  • Observatoire national pour la défense du caractère civil de l’Etat
  • Organisation 23_10 de Soutien au Processus de la Transition Démocratique
  • Organisation contre la torture en Tunisie
  • Tunisian forum for youth
  • Union Tunisienne des medias associatifs
  • Syndicat national des journalistes tunisiens

 

 

08/04/2021 | 20:33
4 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Sador
démocratie des frérots !!
a posté le 09-04-2021 à 15:22
Pourquoi toute cette agitation ? Ennahdha au pouvoir cherche à se faire une ceinture médiatique et c'est normal. Profitant de la naïveté d'une partie des professionnels évoluant dans le secteur des médias, les frérots n'ont pas raté l'occasion pour essayer d'imposer leurs pions dans les postes qu'ils estiment sensibles et pouvant les servir directement. Ce n'est pas leur faute si la majorité des médias a arboré le costume nahdhaoui et s'est pliée à leur moule mental. Les organes de presse concernés ne peuvent s'en prendre qu'à eux même. Car plusieurs parmi eux se sont rangés, par intérêt ou sous pression, du côté des partis au pouvoir, négligeant curieusement ceux de l'opposition. Alors qu'en démocratie les médias soutiennent les minorités politiques. Et puis tout le monde sait qu'en Tunisie, pour les nominations le piston, le népotisme et la loyauté supplantent outragement la compétence et la droiture. Signalons que la priorité pour certains de ce secteur est le boycott de Abir Moussi et le Pdl.




Analyste
Relever la courbe
a posté le 09-04-2021 à 09:40
Sa machine bien huilee ne pouvant plus rien faire contre la colere du peuple. Pour essayer de relever la courbe Ennahda a plus que jamais besoin de tous les caciques mediatiques de Ben Ali.
retraité
les instructions de saceinture politique
a posté le 09-04-2021 à 07:32
le chef du gouvernement n'écoute que les instructions de sa ceinture politique et en particulier le chef des islamistes bientôt quatre mois que le gouvernement est sans 11 ministres il persiste à garder les candidats acceptés par sa majorité parlementaire malgré l'opposition de son président de la république les differents personnels entre les 3 présidents passent avant l'interet supérieur de la nation
Mohamed
A gauche toute
a posté le 09-04-2021 à 05:10
Si tu n'es pas de la gauche tu n'as aucun droit aux postes et surtout dans les domaines des médias et de la culture. Ils défendent leur main mise.
Ennaj
La Tap libérée
a posté le 09-04-2021 à 03:38
La Tap est un outil qui devrait être TOTALEMENT indépendant de toute influence des partis et du système.... Nul besoin d'un sous-fifre aux ordres de qui que ce soit fut-ce de la nahba, ou du gouvernement....