alexametrics
Dernières news

Covid-19 : 540 nouveaux cas en Tunisie

Temps de lecture : 1 min
Covid-19 : 540 nouveaux cas en Tunisie

 

Le ministère de la Santé a annoncé, samedi 19 septembre 2020, que 540 nouveaux cas d’infection au Covid-19 ont été enregistrés le 16 septembre et que 3206 tests ont été effectués à cette date. Le bilan total atteint 9110 cas.

 

Selon le ministère, 152 patients sont actuellement pris en charge dans les hôpitaux dont 54 admis en soins intensifs. Le nombre de personnes porteuses du virus s'établit à 6107 et celles manifestant les symptômes de la maladie s’élève à 860.

 

Le nombre de décès du Covid-19 est de 138 et de personnes placées sous respirateur est de 18.

 

Tous nos articles sur le Coronavirus (Covid-19) en Tunisie

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

Alya
| 19-09-2020 15:38
Et aucun pays qui se respecte,n acceptera de rétablir des léproserie

Alya
| 19-09-2020 15:24
Oui certains pays vont continuer selon les recommandations du CDC à compter le nombre de personnes infectées. Mais que faire après Economiquement,socialement,le reconfinement est refusé!!!IL EST LOGIQUE QUE L ETAT TUNISIEN CHOISISSE DE DEPISTER LES PATIENTS SYMPTOMATIQUES ET DE LES TRAITER.LE VIRUS EST PARTOUT,LE PORT DU SIMPLE MASQUE ET LA DISTENCIATION PHYSIQUE PERMETTENT D EVITER LA TRANSMISSION DU COVID ET DE LA GRIPPE SAISONNIERE.

retraité
| 19-09-2020 14:06
oui les tunisiens sont indisciplinés depuis cette révolution "bénie" mais lorsqu'on frappe sur leurs poches comme à la première vague la majorité pourrait respecter les mesures de sécurité sanitaire les responsables politiques et sanitaires après avoir pris des mauvaises décisions le 27 juin ils l'esprit ailleurs jusqu'à maintenant avec la crise politique et la démission du gouvernement suite à un scandale et plus de mois juillet et août et le nouveau gouvernement déjà en place et déjà ils pensent à un remaniement pour les partis en tête les frères musulmans veulent revenir aux affaires à tout pris il n y 'a que Dieu qui peut le demander des comptes à la vie éternelle mais ce ui me frappe le plus il ne réagit pas à ce qui se passe en Europe et en France en particulier ou chaque jour le nombre de nouveaux cas bat des records et 44 régions en zone rouge et bien que le virus circule très bien dans certaines gouvernorats comme le grand ,Gabes ,Sousse ,Monastir ,Nabeul ,Kef ,Sfax,Mednine qui sont des zones rouges les autorités ne font rien pour augmenter le nombre des analyses et mettre les nouveaux contaminés dans des centres contrôlés car un accroissement des cas aujourd'hui sera nécessairement plus de décès et plus des hospitalités alors que nous avons pas les moyens des hôpitaux à une deuxième vague des malades qui doivent être hospitalisés .

hourcq
| 19-09-2020 13:37
En lisant l'hommage sincère que fait @Léon à Zin el Abidine Ben Ali à l'occasion du premier anniversaire de sa mort, je ne peux que constater que les tunisiens vivaient mieux avant 2011 quoi qu'on pense du régime à l'époque avec son autoritarisme et ses corrompus.
Je pense aussi à "John Wayne" qui était sur la même ligne que @Léon et dont les commentaires remplis d'anecdotes truculentes faisaient la joie des lecteurs. Il a malheureusement disparu lui aussi.
Le coronavirus qui galope en Tunisie ne va pas arranger la situation économique et sociale du pays. Les hôpitaux sont débordés et le personnel médical lui-même est touché. Le tunisien moyen n'a plus les moyens de se soigner et ne doit compter que sur lui- même pour se protéger de ce fléau.

Alya
| 19-09-2020 12:12
Oui personne ne peut plus compter sur l etat?que peut il faire hormis traiter les patients symptomatiques et réanimer si besoin est L ETAT NE PEUT PAS SE CHARGER DE L EDUCATION DES TUNISIENS QUI MEME DIAGNOSTIQUES ASYMPTOMATIQUES FREQUENTENT LES CAFES.LES MARIAGES ETC...CERTES L ETAT TUNISIEN ET PLUSIEURS PAYS ONT PONDU DES LOIS POUR PENALISER LES CONTREVENANTS QUI NE RESPECTENT PAS LES REGLES PREVENTIVES,ET LE NON ISOLEMENT COVID+.MAIS LES PUISSANTES ONG SONT LA,POUR DEFENDRE LES DROITS DE L HOMME AUX LIBERTES INDIVIDUELLES. DONC NE COMPTONS QUE SUR NOUS MEME ET VIVE LE MASQUE QUI PROTEGE CONTE LE COVID ET LA GRIPPE SAISONNI'?RE.

Gg
| 19-09-2020 12:11
Il est temps d'arrêter de compter, en effet!
C'est pas le moment d'arrêter de tester, un reconfinement partiel risque d'être nécessaire.

Léon
| 19-09-2020 11:32
Voilà déjà un an que tu nous a quitté, ya Zil'abdine ; Zein Al Arab comme se plaisait à te nommer Yasser Arafat pour ton militantisme en faveur de toutes les causes arabes.
Aujourd'hui, tu n'es plus dans le rôle de président que tu avais assuré mieux que quiconque dans le monde arabe, ni dans le rôle de réfugié politique, chassé du pays que tu as hissé si haut, par l'obstination des atlantistes pour je ne sais quelles raisons obscures. Aujourd'hui tu fais partie intégrante de l'Histoire de la Tunisie, n'en déplaise aux haineux. Tu es, depuis un an, dans le monde de la Vérité, entre les mains de Dieu qui, Seul, jugera ton oeuvre sur terre . Dieu qui lit dans les coeurs et non dans les paroles, et qui juge l'action et non le verbiage au service des idéologies stériles.

Tes détracteurs ont oublié de dire « Al Hamdou Lillah » dans le pays paisible, le pays de l'abondance qu'était la Tunisie sous ta gouvernance. Ils vivent aujourd'hui la prophétie coranique des peuples ingrats dictée par le verset 112 de la sourate des abeilles.
Aujourd'hui, ya Ezzine, tu n'es plus le responsable généreux dans l'effort, ni le travailleur sans relâche, ni le soldat ayant foi en sa Patrie, tu es dans le rôle le plus dénué, celui de Zein Al Abidine Ben Ali, le croyant issu du Peuple et aimant le Peuple. Rappelé à ton créateur, tu n'es plus qu'un simple homme qui espère la miséricorde du Juste, du Miséricordieux
Voilà une année que tu reposes dans la terre de la Yathrab historique, la Ville de c'?ur de notre bien-aimé Prophète Mouhammad, appelée Medinat Errasoul, dans le cimetière dédié aux seuls musulmans, lorsqu'ils n'étaient encore qu'une poignée.
La haine et la rancoeur de certains t'auront suivi jusque dans la mort, médisant de cet endroit sacré, racontant des mensonges sur les occupants de ce lieu. C'est à se demander s'ils n'en veulent pas à leur créateur de t'avoir accueilli dans un tel endroit. N'est-ce pas exactement ce qu'a fait Satan ? Ce sont les Satan de l'humanité : Jalousie, jusque dans la mort ; que Dieu nous épargne leur actes et leurs conséquences.
Rappelons que ce cimetière fut visité par le Prophète lui-même deux jours avant sa mort, comme une volonté de sa part d'y être enterré.
En effet, Ibn Tabari raconte que quelques jours après le début de sa maladie, lors d'une légère amélioration, le Prophète demanda à Abou-Mouwaïhiba de l'accompagner à Baqii-al-Gharqad, le cimetière des musulmans (celui où repose Ben Ali). Ils s'y rendirent, non sans difficultés à cause de la fatigue du Prophète. Mouhammad (saw) se mit à côté des tombes et dit : « Salam, Oh habitants des tombes, vous qui êtes à l'abri des épreuves qui touchent les hommes », puis retourna ensuite dans la maison d'Aïcha.
Ta dernière demeure ya Ezzine a reçu le Salam adressé à postériori par le Prophète, n'en déplaise aux haineux.
Une année déjà ya Ezzine. Une année où la Tunisie continue à sombrer dans l'opprobre d'une colonisation maquillée en protectorat économique du FMI. Une année où les tunisiens avaient assisté, impuissants ou passifs, au procès fait à titre posthume dressé contre l'acteur essentiel de l'indépendance, le combattant suprême Habib Bourguiba.

Léon
| 19-09-2020 11:32
Avec un minimum de dignité, jamais une personne n'aurait pu, en toute impunité, dresser le procès de Bourguiba en Tunisie. Certainement lors de ta gouvernance. Procès qui, ceci dit en passant, aura coûté onze milliards de nos millimes. Un manque de pudeur manifeste dans un pays meurtri, maintenu en respiration artificielle par ceux qui sont à l'origine de la sacro-sainte révolution et qui auront gratifié nos lauréats de la trahison, des plus prestigieux prix, des plus prestigieux postes de gouvernance, et d'argent coulant à flot dans leurs comptes en banque.
Ils ne les prendront pas avec eux dans l'au-delà ; mais prendront certainement les pleurs des centaines de milliers d'orphelins qu'aura fait le prétendu printemps arabe pour lequel, en bons chihuahuas bien dressés par les ennemis de l'islam, ils ont si bien travaillé.

Repose en paix, ya Ezzine, aux côtés de Notre bien-aimé Prophète. Toi, que les vrais tunisiens, les reconnaissants, les Patriotes, saluent et estiment l'?uvre ainsi que l'Amour que tu as toujours témoigné à la Tunisie, ta Patrie que tu n'aurais jamais trahie pour tout l'or du monde. Tes détracteurs l'ont trahie pour quelques écus. Ton Amour fut Agapé ; tu n'attendais ni retour ni reconnaissance, comme le confirmaient les bruits qui fuitaient de ton exil forcé. Ils racontent que tu te souciais énormément de la situation du pays et que tu en étais même malade.
On aurait pu imaginer que tu te régalais de voir tes détracteurs dans l'embarras. C'était méconnaitre le Soldat et le Patriote. « Nokrane Ethat » n'était pas un vain mot pour le Général que tu étais, mais un vécu, une épreuve, une réalité. Que Dieu te réunisse avec Bourguiba et El Moncef Bey, le Patriote qui a vécu, à peu de choses près, ce que tu as vécu et qui avait même essuyé les crachats des haineux lorsque la voiture de l'occupant l'emmenait sur le chemin de l'exil. Eux sont oublié, Lui est inscrit dans l'Histoire ; et de quelle manière. C'est avec ces mêmes lettres d'or que ton nom est sera définitivement gravé dans l'Histoire de la Tunisie.
Repose en paix ya Ezzine, au voisinage d'Al Mustapha. Quant à ceux qui ont trahi, ils ne pourront jamais retrouver paix et payeront, ainsi leurs progénitures, le lourd tribut de leurs actes. Et que Dieu procure toute la Patience et toute la Force à tes proches qui ont partagé les dures épreuve avec toi, ou vécu ta séparation, ou encore l'humiliation et les diverses injustices.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya ;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

Ridha
| 19-09-2020 11:07
Chacun doit compter sur lui même, se protéger et protéger sa famille, l'état n'est plus capable de suivre la situation. La destruction de la Tunisie depuis 10 ans !!! On est arrivé, demain peut être pas de salaire.

A lire aussi

Aucun soutien sous aucune forme que ce soit ne lui sera accordé.

26/10/2020 11:39
3

Qalb Tounes prétend le contraire.

26/10/2020 10:28
1

On recense jusqu’au 24 octobre 877

26/10/2020 10:24
7

Le flux des chèques présentés à la chambre de compensation manuelle est anormalement

26/10/2020 10:17
5