alexametrics
dimanche 29 janvier 2023
Heure de Tunis : 13:25
Dernières news
Ce qu’on sait et ce qu’on ne peut pas dire sur l’affaire des 25
30/11/2022 | 10:47
5 min
Ce qu’on sait et ce qu’on ne peut pas dire sur l’affaire des 25

 

Il y a du rififi au sommet du pouvoir. Une véritable guerre de clans qui a abouti à une affaire judiciaire tirée par les cheveux dans laquelle sont cités à comparaitre une bonne dizaine de personnalités politiques. L’affaire des 25 fait la une des médias, mais il y a de fortes chances pour que ce soit un énième ballon de baudruche lancé par le pouvoir pour dévier le regard.

 

L’affaire des 25 est sur toutes les lèvres depuis la semaine dernière. Le spectacle est garanti puisqu’on trouve de grandes personnalités publiques citées à comparaitre pour répondre de chefs d’accusations dont les peines peuvent monter jusqu’à la perpétuité.

Pour les personnalités citées à comparaitre, on trouve ainsi Fadhel Abdelkefi, ancien ministre de la Coopération internationale et actuel président d’Afek, Hakim Ben Hamouda, ancien ministre des Finances et grand expert économique dans plusieurs instances internationales, Mofdi Mseddi, ancien secrétaire d’État chargé de la communication de trois chefs du gouvernement et d’un président de parlement, Maya Ksouri, grande avocate et célèbre chroniqueuse politique, Sawsen Maâlej, célèbre comédienne, Nadia Akacha, ancienne cheffe de cabinet du président de la République, Chahrazed Akacha, Malak Baccari, journalistes et plusieurs hommes d’affaires.

Pour ce qui est des chefs d’accusation, association de malfaiteurs dans l’objectif d’agresser des personnes, complot contre la sûreté de l’Etat, intelligence avec des agents de puissances étrangères dans l’objectif d’atteindre diplomatiquement la Tunisie, offense du président de la République, et faux et usage de faux.

Business News a consulté plusieurs personnes interpellées dans cette affaire et a pu recueillir tous les détails les concernant, mais aussi ceux concernant les autres suspects.

Commençons par la fin, il serait fort probable que l’affaire finisse en queue de poisson et aboutisse à un classement ou, au pire, à un non-lieu. Un écran de fumée destiné à dévier le regard du public sur les sujets qui l’intéressent vraiment à savoir la crise économique, l’inflation, les pénuries etc. Il est également fort probable qu’il s’agisse d’une guerre de clans dans le camp présidentiel, puisqu’on n’arrive pas à trouver une explication logique pourquoi certaines personnes ont été inscrites dans la liste des suspects et pas d’autres, alors que leur proximité avec le suspect principal est plus qu’évidente et prouvée.

Reste maintenant à répondre à la question principale, que peut-on dévoiler de tous les détails que l’on sait sur l’affaire des 25 ?

Le climat juridico-médiatique actuel est des plus nauséabonds et empêche les médias de faire leur travail dans des conditions normales. Rapporter à nos lecteurs les tenants et aboutissants de l’affaire des 25 serait une « violation du secret de l’instruction » et nous exposerait juridiquement. Bon à rappeler, notre journal est sous le coup d’une instruction judiciaire abusive lancée par la ministre de  la Justice en personne, un journaliste de Mosaïque FM a été condamné, hier mardi 29 novembre, à un an de prison ferme pour un reportage de presse, et les magistrats ont perdu toute leur indépendance après la dissolution de leur conseil supérieur de la magistrature.

 

Ce que l’on ne peut pas dire, c’est les noms impliqués dans le dossier et cités par le suspect principal sans être cités à comparaitre par le parquet.

On ne peut pas non plus dire quelles ont été les réponses des personnalités citées à comparaitre et quel est leur degré d’implication. Disons simplement que les raisons sont des plus risibles. Une des personnalités convoquées s’est retrouvée impliquée dans ce dossier juste parce qu’elle a reçu un ou plusieurs messages téléphoniques de la part du suspect principal. Il n’y a même pas eu de réponse à ces messages, et pourtant !

Une autre personne s’est retrouvée impliquée, juste parce qu’elle a eu des relations intimes (ou amoureuses) avec le suspect principal. D’autres ont été citées parce qu’elles ont croisé le suspect principal dans une soirée et échangé avec lui des amabilités ordinaires par la suite.

En revanche, des personnalités politiques (dont un actuel ministre proche de Kaïs Saïed) qui seraient carrément en affaires avec le suspect principal avec qui elles ont des contacts réguliers, ont brillé par leur absence dans la liste des 25.

L’épée de Damoclès du décret 54, la loi relative à la violation du secret de l’instruction et l’étroite marge de manœuvre laissée aux magistrats empêche donc de livrer à nos lecteurs les détails croustillants et risibles (croyez-nous sur parole) de cette affaire.

 

N’empêche, et puisqu’il faut passer entre les gouttes, il nous reste quelques détails qu’on peut donner sans pour autant violer les fameux textes de loi liberticides.

Le suspect principal dans l’affaire s’appelle Walid Balti, un ancien CPR qui a quitté suffisamment à temps le bateau de l’ancien président Moncef Marzouki pour embarquer dans le parti Attayar de Mohamed Abbou et, plus tard, dans celui de l’actuel président Kaïs Saïed. Officiellement, il n’existe dans aucun organigramme et son nom n’a jamais figuré dans la rubrique « nominations » du Jort.

Le bonhomme est cependant connu pour sa mythomanie. À toutes les personnes qu’il rencontre, il se présente comme un homme du palais proche du président. En vérité, il était juste proche de l’ancienne cheffe de cabinet Nadia Akacha, également citée dans l’affaire des 25.

C’est par le biais de cette proximité, réelle ou fictive, qu’il a pu approcher plusieurs autres personnalités publiques à qui il promettait différents services. Cela ne veut pas dire qu’il leur a rendu réellement des services. Plusieurs personnalités ne sont pas tombées dans son piège et n’ont pas donné suite à ses messages. Elles se limitaient à des « mercis » polis voire à pas de réponse du tout.

Walid Balti a fondé une société de paris sportifs, inscrite au Registre de commerce en tant que telle. Techniquement, le RNE et l’administration fiscale le reconnaissent en tant qu’entreprise de paris sportifs sur la base d’une loi récente de 2019.

Il se trouve que cette nouvelle loi est en contradiction totale avec une autre loi tunisienne accordant à la société publique « Promosports » le monopole du pari sportif dans le pays.

Après plusieurs mois d’activité, et après le putsch du 25-Juillet, la donne a changé pour les dizaines de sociétés de paris sportifs qui ont été obligées de fermer boutique. Y compris celle de Balti, évidemment.

Fort de son carnet d’adresses, ce dernier fait des pieds et des mains pour renverser la vapeur et obtenir gain de cause. Et c’est là qu’on entre dans la guerre des clans. Secret de l’instruction oblige, on se doit d’observer une autocensure. Bienvenue en dictature de Tunisland chers lecteurs.

 

30/11/2022 | 10:47
5 min
Suivez-nous
Commentaires
takilas
On ne peut rien dire.
a posté le 02-12-2022 à 05:56
Sauf que nahdha s'affole de jour en jour et nevsait quoi chercher et trouver pour saboter, ces sans scrupules et antinationalistes, le pays tunisien.
Ils s'en foutent éperdument devant leur intérêt personnel et le gain d'argent par toutes sortes d'arnaque et indignement, maintenant qu'ils ont perdu la possibilité, qu'ils avaientbdepuis 2012, d'arnaquer et d'escroquer par tous les moyens les plus indécents et les plus malsains, ceux-là qui se disaient depuis 2011, en venant en intrus de londres, davoir peur de Dieu.
Peur de Dieu ? Plutôt peur de ne pas devenir milliardaire avec l'argent escroqué au peuple tunisien et à l'état tunisien.
Tout est évident comment ils étaient sans le sou ces incultes n'ayant de surcroît aucune formation professionnelle et comment ils sont devenus en cliquettement de doigts.
Et tous comme par hasard originaires .... (c'est connu).
PARIEUR
@BN
a posté le 01-12-2022 à 19:54
CERTAINES sociétés de paris sportifs continuent de travailler alors que d'autres obliger de fermés. POURQUOI ? Est ce que ces sociétés ont un lien choses avec le pouvoirs ?
BEN YOUSSEF Sami
Dégats financiers engendrés et restitution de notre fortune
a posté le 01-12-2022 à 14:09
Il faut nous verser nos dommages financiers engendrés et nous restituer nos terrains (héritage familiale) militaires à Sousse! Merci.
toninho cereso
Exonération
a posté le 01-12-2022 à 12:37
A votre habitude, vous adoptez toujours la tactique des 2 poids 2 mesures : vous vous permettez d'exonérer des suspects en les qualifiant de "grands experts économiques, grands avocats, grands chroniqueurs, grands secrétaires d'état, grands je ne sais quoi, etc." et vous vous permettez d'incriminer des suspects (bénéficiant de la présomption d'innocence) dans d'autres procès. Vous avez perdu votre crédibilité depuis belle lurette. Continuez sur cette voie.
Loozap
Respect
a posté le 01-12-2022 à 00:48
Il faut absolument trouver des solutions à ces problèmes.
Hermès
Ali Baba ?
a posté le 30-11-2022 à 20:15
Ali Baba..... Et combien de voleurs
Neohentes
Ca sent la manipulation
a posté le 30-11-2022 à 18:13
Est ce que ces informations et ces inculpations pourraient résulter d'une manipulation de services secrets étrangers impliquant également certains sécuritaires tunisiens ?
stuc
vive la democratie
a posté le 30-11-2022 à 14:38
et ce n est que la face emergee de l iceberg !wait and see !
hamza
peur sentie
a posté le 30-11-2022 à 14:13
Depuis 2011 je n'ai jamais senti la peur dans votre redaction comme aujourd'hui.

A vrai dire que le media (ecrite, ecoutee ou meme audio visuelle) est la force faible.
c;est a dire qu'elle peut influencer la masse mais elle est facilement influencable.

les jours ou on se moquait de tartour, des barbus des azlems et d'autres politiciens est parti sans retour. Bonjour la presse de "ferme la- ferme la toi meme"
Nephentes
Mettez vous a la place de BN
a posté le à 16:57
Vous ne semblez pas être suffisamment conscient que la dictature s'est bel et bien installée et que ce qui se passe actuellement est planifié depuis deux années au moins
riri
qui conseil notre Président?
a posté le à 13:54
Les tunisiens sont aveugles et naifs.
Je le voit venir come vous dites depuis 2 ans:
A qui mr le président demande t'il conseille depuis 2 ans? A mr Sissi et Mr Ben Zayed.
Vous pensez qu'ils lui donnent des conseils sur la démocratie et la liberté d'expression? sérieusement?
Je ne peux pas dire ce que je pense qu'ils se sont dis, car je risquerais alors 10 ans de prison.
Houcine
Encore de l'enfumage.
a posté le 30-11-2022 à 13:54
Et on va tenter de nous faire prendre les vessies pour des lanternes en nous comptant une fable qu'on grossit à souhait, parce que plus c'est gros plus ça impressionne...
Coincidence, hier je tombe sur un documentaire diffusé sur Arte et concernant le Roi.
On y raconte comment, même au pays où Sa Majesté est réputé Commandeur des croyants, les islamistes du PJD ont réussi à subjiguer les marocains en gagnant les les élections de 2016.
Et quel fut leur programme ?
En bien ! C'est du kif kif avec leurs frères de partout:
Lutter contre la corruption;
La religion, Le Livre, comme pensum et source de Tout;
Maintien de la répudiation, minoration normale et '?crite des femmes;
Aux élections suivantes, ils perdent de leur influence. et aux dernières ils ne sont plus que troisièmes en influence.
Il y eut des attentats terroristes, comme cela se doit chez les islamistes, car pour se maintenir au pouvoir tout est bon, y compris le pire.
Différence de taille avec ce qui a lieu en Tunisie, le Roi n'a pas hésité à faire arrêter un très grand nombre de personnes, nommant la responsabilité du PJD au motif qu'il, je cite de mémoire, "tenait un discours favorisant ou appelant a6 la violence".
Pas beaucoup de soutien au PJD parmi le personnel politique local où les gens d'influence.
Actuellement, il y aurait des milliers de personnes incarcérées, condamnées à des peines longues, et aux dires des défenseurs des droits de l'homme et des "opposants" au Roi, pas à la monarchie, pour des motifs construits, montés de toute pièce....
'? noter, les USA et l'Occident dn général, n'ont pas levé le petit doigt et l'on n'a pas vu des cohortes de sénateurs US se rendre auprès du Roi ou soutenir les prisonniers d'opinion ou le PJD.
La corruption n'a pas été touchée malgré les promesses du PJD, et les femmes par leurs luttes ont gagné contre les pressions des conservateurs islamistes puisque des lois ont été votées sur ordre du Roi, par ces mêmes islamistes et les autres en ce sens.
Au Maroc tout procédé du Roi, et le chef de gouvernement ne fait qu'appliquer les directives d'icelui.
Conclusion privisoire: avec les islamistes, seul un pouvoir fort et une société civile capable de défendre une vision moderne contre le conservatisme peuvent aider battre l'hydre et ses terreurs.
La responsabilité collective des organisations qui s'occupent de politique, si nombreuses et sans corpus doctrinal bien souvent, font le jeu des conservateurs, contribuent à leur influence, favorisent leur maintien dans le champ politique.
Ce faisant, ils ont une part non négligeable dans la déroute du pays, puisqu'ils ont soutenu ceux qui ont organisé cette faillite, et persévèrent à rester à leurs côtés, pour ne pas dire qu'ils les servent ouvertement.
Nous avons une petite idée de leur motif.
Donc, foin de ces balivernes de listes, de dossiers fabriqués, de taghout, ou Zakafouna, tout cela est pure plaisanterie digne de la cour de récréation.
Maintenant que l'Occident, qui fait et défait les rois, présidents, finance et soutient ses agents et installe qui lui convient la où il est opportun de le faire, alors, maintenant qu'il lache les "frères", on peut envisager le début de leur marginalisation avant leur disparition.
Qu'on ne s'y trompe pas, il ne s'agit pas d'un énième appel vengeur, il est question de décision politique basée sur le constat des faits.
Des méfaits, convient-il mieux d'écrire.
Autrement formulé, il s'agit de songer à rebâtir ce pays.
Et, très franchement, tous les faiseurs de rois sont à jeter aux orties.
Les islamistes ont ensanglanté le pays, défiguré son image, appauvri les gens, et favorisé les fortunés en les servant tout en se servant.
Ce qui explique la présence à leurs côtés de nombre de bourgeois, arrivistes et petits prétendants qui croient que sans eux le monde n'existerait pas.
Angel
Bravo
a posté le à 01:27
Merci pour votre post et position et merci pour votre belle connaissance de la langue française et la qualité de votre vocabulaire
Djodjo
Houcinou : un génie de la politique grâce à ARTE
a posté le à 12:45
Balivernes comme d'hab de houcinou qui se prend pour l'observateur avisé incompris de ce siècle.

Un texte long comme la misère et soporifique bon pour les lecteurs qui ont des problèmes d'insomnies.

Au Maroc le parlement n'a pas été pris en otage, les élections ont fait le travail et mis hors jeux les islamistes, la justice les a mis hors état de nuire..

Ici un apprenti dictateur a profité de la situation pour se donner une importance qu'il n'a pas, résultat, les islamistes libre comme l'air et une économie en faillite.

Sinon, soutenir coûte que coûte la médiocrité en dit long sur le personnage.
Cram
Houcine...
a posté le à 09:40
Excellente analyse. Bien meilleure que celles que l'ont peut lire dans certains torchons...
Momo
Profiter de la misère des autres !
a posté le 30-11-2022 à 13:48
Il faut commencer par juger ceux qui ont promulguer cette loi qui légitime le blanchiment d'argent et qui protège ceux qui spolient des gens miséreux. Une vraie mafia !
takilas
Crise économique, inflation, pénuries....
a posté le 30-11-2022 à 13:00
Cela ne peut pas carrier du jour au lendemain, mais la principale cause c'est la secte de nahdha qui à tout fait volontairement pour tout détruire et la raison est devenue connue pas besoin de tableau.
Et puis les sabotages de nahdha se sont poursuivis voire plus prononcés et ce depuis le 25 juillet 2021 lorsqu'ils se sont rendus que le tapis était retiré de sous leurs pieds.
Est-ce qu cet écrit comme plusieurs autres par B.N. ?
C'est trop de votre part cette connivence inexpliquée.
Djodjo
Taquilas l'homme au QI negatif
a posté le à 12:50
Ce type est malade, il est dans un délire paranoïaque.

Que vient faire nahda dans cette histoire mon petit taquilas?

Et puis on comprend rien à ton texte man, c'est les médocs que tu prend qui joue sur tes neurones ?
Angel
Beurk
a posté le à 01:31
C'est au votre qu'on ne comprend rien; écrire pour écrire ne donne pas l'air plus intelligent!
Cram
'?a critique...
a posté le à 18:29
... mais un retour à l'école serait très bénéfique. Commentaire bourré de fautes.
riri
n'importe quoi
a posté le à 14:24
vous etes en plein délire ou plein de mauvaise foi.
Rien de ce qui est écris ici ne concerne Ennahdha. Tout concerne Mr Said et ses lois dont on voit déja les concéquences sur les libertés.
Ben ali le vallait 100000000000000 fois, voila ce que pense aujourd'hui la majorité du peuple.
Sam laker
Objectivité
a posté le 30-11-2022 à 12:58
Un peu d'objectivité ne vous fera pas de mal, votre hystérie anti kais Said , ne sert d'aucune manière la cause de la démocratie et de la liberté d'expression. De toute évidence vous ne faites aucune distinction entre liberté d'expression et insultes. La démocratie suppose une société mure et mature et surtout responsable à commencer par ses médias, ce qui n'est, malheureusement pas le cas de ce pauvre pays. Pour les "Intellos" et autres journalistes au rabais, je dis : Bonne continuation ...
riri
argument pathétique
a posté le à 13:57
HAha, et revoila le discours de tout les dictateurs du monde, dont ben ali, dont bourguiba, dont al sissi:

vous n'êtes pas prêt pour la démocratie, ca viendra dans 20 ans... (Sissi a ds 20 ans aux egyptiens en 2013 LOL), ben ali nous a offert 23 ans de changements LOL.

La vérité c'est qu'on ne sera jamais prêt ni mature si on ne la pratique pas, cette excuse est un pur mensonge qui permet de conserver es dictateurs sur leur trône.
Soyez complexé face aux occidentaux si vous le voulez, moi je suis un homme qui mérite la démocratie comme tout être humain sur terre.
Djodjo
Un argument de bougnoule
a posté le à 12:58
Dans une démocratie digne de ce nom, les débats sont rudes et les deux camps ne se font pas de cadeaux, c'est une des forces de la démocratie, regarde le débat trump/hilarie au '?tats-Unis par ex.

Seul la diffamation et les menaces tombent sous le coup de la loi.

La culture démocratique comme vous le dites, vous en êtes très loin, on peu vous qualifier aisément de bougnoule raccord avec sont pays mais pas du tout avec la civilisation.
Nephentes
Fantasia chez les pieds nickelés
a posté le 30-11-2022 à 12:27
Le degré zéro de l'amateurisme et de l'irresponsabilité est atteint. il est dépassé.

Bienvenue au pays du Pere UBU ( qui était a l'origine un enseignant bras cassé)

Dans cette dictature - c'est une DICTATURE- de goujats débiles tout absolument tout est raté

- lutte contre la corruption ( toute la fonction publique y compris les opportunistes zaqafounesques se fout de la gueule de Kaes saed a visage quasiment découvert d'ailleurs)
- lutte contre la spéculation
- lutte contre la dégradation du pouvoir d'achat
- lutte pour l'employabilité des jeunes
- lutte pour l'économie solidaire

etc etc etc.....

c'est la foire aux clowns , a laquelle les services secrets algériens ont su donner une folle ambiance digne du film "Fantasia chez les Ploucs" . jugez en plutôt :

cette histoire des 25 serait donc un complot intergalactique qui lierait Hakim Ben Hamouda et les aliens reptiliens d'alpha du Centaure, a une mafia internationale de blanchiment d'argent, où le sieur Balti aurait été surpris en plein tunnel secret de la Marsa en train de vendre des barres de fer rond a béton diamètre de 12 mm (et non de 15 comme le dit la rumeur) a Monsieur l'Ambassadeur de France sans factures qui plus est et où Mme Maya Ksouri aurait échangé avec Mme Akacha des détails grivois sur les conditions d'application de l'article 54 dans le cadre des activités du Rotary Club de Carthage Présidence;

Notez SVP pour ceux qui ne le sauraient pas encore que Mr Fadhel Abdelkéfi est un Alien reptilien, bien que sa complicité directe ne soit pas prouvée a l'heure ou j'écris ce commentaire

On est en plein délire loufoque burlesque; et cela s'accorde plutot bien avec l'Ere du 25 juillet

l'appareil policier tunisien, accoquiné avec les services secrets algériens est en train de décrédibiliser de manière définitive le président et son équipe de lutins trisomiques
Djodjo
Excellent analyse
a posté le à 13:01
Et j'ai envie de dire, le tout chapeauté par le gollum tunisien

Pour ceux qui ne connaissent pas gollum, Google vous le dira.
CL
Compliqué
a posté le à 14:02
Ceux qui ont des enfants handicapés apprécieront votre remarque debile sur les trisomiques décidément aucune considération humaine avant on avait 12 millions d'entraîneurs de football maintenant 12 millions d'experts en tout domaine Pauvre Tunisie ce Pays ne mérite pas cette situation ubuesque