alexametrics
jeudi 01 décembre 2022
Heure de Tunis : 14:02
Dernières news
Au Japon, Marzouki fait la promotion du tourisme tunisien en dénigrant le balnéaire ! (vidéo)
03/06/2013 | 1
min
Au Japon, Marzouki fait la promotion du tourisme tunisien en dénigrant le balnéaire ! (vidéo)
{legende_image}
Au cours de sa visite au Japon, le président tunisien Moncef Marzouki a participé à une rencontre, avec des responsables japonais, destinée à la promotion du tourisme en Tunisie.
Moncef Marzouki semblait hésitant et pas du tout sûr de lui en faisant cette présentation. Cela se voyait dès la première phrase : « Vous savez que le rôle d’un président est de faire la promotion de son pays donc je vais faire la promotion de la Tunisie, mais je peux vous assurer que je suis totalement sincère en vous disant que vous pouvez avoir confiance dans ce pays ».
Quelques secondes après, et en parlant de sécurité, il confond les dates. Pour lui, la première année de la révolution, c’était en 2010.
Ensuite, il déclare que la politique du tourisme était, jusque-là, de mauvaise qualité puisqu’elle était basée essentiellement sur le balnéaire. A entendre Moncef Marzouki, on veut changer tout cela et on va désormais s’occuper du tourisme culturel. On va montrer la Tunisie carthaginoise, la Tunisie romaine, la Tunisie chrétienne, la Tunisie juive, la Tunisie musulmane.

Il est bon de rappeler que la « mauvaise politique » balnéaire dont parle Moncef Marzouki est celle qui a fait le printemps du tourisme tunisien et que c’est ce tourisme des plages qui emploie aujourd’hui des millions de personnes. La plage et le soleil sont les premières cartes maîtresses du tourisme tunisien auxquelles on peut greffer le tourisme culturel et archéologique. C’est d’ailleurs cette politique (que Marzouki qualifie de mauvaise) qui a fait de la Tunisie une des principales références méditerranéennes dans le monde.
Tous les ministres qui se sont succédés au département du tourisme sont d’accord pour dire que la Tunisie ne pourra jamais changer de politique de tourisme balnéaire et que c’est là le fond de commerce principal. Et ils sont tous d’accord sur le fait que le tourisme culturel est quelque chose qui s’ajoute au balnéaire et non qui le remplace.
Le président, aux prérogatives limitées, a-t-il consulté les acteurs du tourisme avant de dénigrer le balnéaire et de dire aux Japonais qu’il va changer de politique touristique ? La réponse est négative. Non seulement, il n’a consulté personne, mais en plus un pareil changement exige des années de préparation et énormément d’investissements.
Le fait d’aller dire aux Japonais que la politique balnéaire est mauvaise est tout simplement dangereux pour les centaines d’hôtels côtiers et les millions de personnes qui vivent grâce au balnéaire.

R.B.H.

03/06/2013 | 1
min
Suivez-nous