alexametrics
lundi 03 octobre 2022
Heure de Tunis : 05:33
Dernières news
Au Festival de Sfax : le public chassé à coup de matraque et de gaz lacrymogène
15/08/2022 | 08:57
2 min
Au Festival de Sfax : le public chassé à coup de matraque et de gaz lacrymogène

 

La situation en Tunisie devient de plus en plus critique. Les citoyens ne savent plus quoi faire pour échapper au stress provoqué par la crise politique actuelle et se détendre ne serait-ce que pour un soir. Assister à un simple spectacle musical est devenu un véritable parcours du combattant et les événements ayant eu lieu le soir du 15 août 2022 à la ville de Sfax ne peuvent que confirmer ce constat.

 

Dans le cadre de la programmation du Festival International de Sfax, la ville avait choisi d'accueillir à cette date-là le célèbre chanteur pop, Nordo et le rappeur Kaso. Ce concert était sans doute l'événement phare du festival. Des habitants de la région ont rapidement fait l'acquisition de billets afin de profiter du spectacle et de passer une bonne soirée. Néanmoins, certains se sont heurtés à une triste réalité et qui ne devrait pas être aussi surprenante : un manque total d'organisation et une gestion désastreuse. 

 

Ainsi, plusieurs personnes ont été interdites d'accès malgré l'achat de billets sous prétexte d'indisponibilité de chaises ou de places à l'intérieur du théâtre estival de Sfax. Une partie des citoyens ayant été privés de leur droit d'assister au spectacle a essayé de contester la chose. Malheureusement, ils ont été expulsés à coups de matraque. Des vidéos montrant des agents de la police en train de malmener des citoyens avec leurs tickets à la main. Certains témoignages évoquent même l'usage de gaz lacrymogène et une intervention de la brigade canine.

 

 

Des Tunisiens qui s'attendaient à un moment de bonheur se sont retrouvés injustement dans cette affreuse situation. Un usage de violence excessif face à des Tunisiens venus en famille pour profiter de la programmation du Festival International de Sfax.         

 

S.G

15/08/2022 | 08:57
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Anonyme
Billets
a posté le 15-08-2022 à 15:54
Pour faire simple, plus de billets vendus que le nombre de places !
Chanchan
Infrastructure défaillante en tous les lieux
a posté le 15-08-2022 à 13:51
Voilà les conséquences des médiocrités, des négligences et et des jemenfoutismes de nahdha durant les sombres dix années de leur massacre.
Et ces sans scrupules osent se moquer du peuple tunisien et accentuent de surcroît les sabotages sans répit ni gêne.
On savait depuis leur venue de Londres au cours de l'année 2011 que c'est des massacreurs et des criminels.
Lâanouta Allah âalihom hal kallaba wal moujrmine.
DHEJ
Nordo vend le bonheur?
a posté le 15-08-2022 à 12:04
Vive ROBOCOP et sa ROUBACOP!
Lotfih
Des corrompus
a posté le 15-08-2022 à 11:58
allez voir les pages bon plan tunisiennes, des invitations à des spectacles sont vendues à +80 dinars la place (pour la soirée de saber rebai à titre d'exemple), c'est un projet très lucratif, que d'imprimer des centaines d'invitations et de les faire fuir à ses potes, quitte à dépasser la capacité d'accueil des festivals, policiers, organisateurs, personnel du ministère de la culture, agent qui fait l'impression des tickets.... sans compter les infiltrations des épaulés, tout le monde est corrompu dans ce pays !
takilas
@ Lotfiih. Donc ?!
a posté le à 13:59
C'est pareil au marché noir dans les stades et même pire avec ces falsifications.
Le bac a été falsifié par centaines de milliers surtout au sud, pour ne pas faldksifier des tickets d'autant plus que les procédures sont déjà archaïques et sintbdevenues beaucoup plus archaïques depuis 2011 avec la venue des incultes et incompétents nahdha qui sont développés et connaisseurs en arnaque et en leur spécialité s'agissant de la compensation source de leurs fortunes.
Borzguéne
Je l'ai dit et je le redis
a posté le 15-08-2022 à 11:13
Ou est le syndicat de la police qui parle de la dignité des agents? Les agents et leur syndicat qui sont payés par ceux qui n'ont pas droit à la dignité = le peuple. Ou sont les avocats volontaires qui peuvent porter plainte "class action" contre, le festival, les organisateurs, les administrateurs, les responsables, et la police et leur chef et leur ministre. C'est comme ca que je vois l'avancement de la Tunisie. Un citoyen qui paye 30dt un billet de spectacle, ne va pas porter plainte à raison de 2000dt l'affaire. Mais un avocat volontaire qui portera plainte sans salaire, peut changer tout pour tout ce qui ont un billet et ne sont pas entrés.
MFH
Situation explosive.
a posté le 15-08-2022 à 10:48
C'est la gabéggie qui prend le dessus. Tout indique que la catastrophe est à nos portes. Imaginer un peuple sur ses nerfs et totalement fauché qui a à faire à des sécuritaires fatigués et peu maîtrisés. C'est comme deux équipes qui jouent sans l'arbitre. Depuis la disparition de feu Bajbouj, Allah yarhmou, on ne voit que des minables et farfelus qui, au lieu de tenter concilier les parties, font tout pour que ça prenne feu.
Mansour Lahyani
Est-on vraiment obligé d'assister à ces festivals !
a posté le 15-08-2022 à 10:42
Se faire tabasser seulement parce qu'on a décidé d'assister - en payant ! - à un spectacle, ça la fout mal, encore plus mal après avoir reçu des coups de matraque... Où s'arrêtera cette hammajia qui est devenue la règle, en cet été 3.0 !! Je ne me sens pas le courage d'ajouter quoi que ce soit à cette constation désolée, et désolante !!! Ca donne une occasion de se défouler aux "forces de l'ordre", certes, mais ça ne console pas des coups qui pourraient vous faire éclater le crâne ! D'ailleurs, un jour pas trop éloigné verra un crâne ponctuellement éclaté, et je me demande quelle sera l'attitude des "concernés" !!!
Houcine
Le désordre est expressif.
a posté le 15-08-2022 à 10:14
A vous lire régulièrement, on a le sentiment que le désordre, les violences et le manque de respect des règles de civilité sont nées de la décision du 25/7/2021.
Ce pays a été livré durant plus d'une décennie à une mafia qui a organisé le désordre, mis à sac les institutions et les a colonisées, placé des incultes aux places stratégiques non point pour leurs compétences, mais pour leur allégeance et afin d'y faire l'ordre l'ordre islamiste.
Le pays saccagé, l'économie en ruine, les violences explosant, voilà le cocktail réussi.
Mezri Haddad qui connaît l'Administration, les arcanes de l'Etat, fut diplomate de longues années, en homme de culture vient de donner son diagnostic.
Dans une conférence, il affirme que "la situation actuelle est le résultat d'une décennie de voyoucratie".
Quand on compare son parcours celui de Bouchlaka, élevé à l'honneur de représenter le pays en "qualité" de ministre des affaires étrangers, on est pris de colère.
Mezri Haddad ou Bouchlaka.
Youssef Siddik ou Ghannouchi.
Voilà qui en dit long sur le désenchantement.
Et, vous nous rapportez au quotidien les baves de ces voyous, à croire que le sort du pays, notre vie, en dépendent.
Chacun engage quelque chose de soi à chaque fois qu'il agit.
Il s'engage lorsqu'il se fait complice des voyous.
J'ai cité deux hommes de qualité, font les parcours ne sont pas homogènes, mais ils se distinguent par leurs qualités intellectuelles, leurs parcours.
Les deux autres se distinguent, aussi, et à leur façon chacun illustre une part de l'abjection humaine quand elle se donne à voir.
Alors, la Police, les matraques, le gaz lacrymogène qui vous font verser des larmes de crocodile, devraient vous interroger, nous interroger, sur le pourquoi de ce spectacle.
Et, à ce jeu, bien malin qui donnerait la bonne réponse, la juste réponse.
On nous parle si aisément de l'ère Ben Ali, de Bourguiba, qualifiés tous deux de dictateurs.
On est bien plus discret sur les crimes des voyous qui ont semé la terreur après avoir fait un rapt sur l'Etat, ses institutions.
Ils ont volé, fait assassiner, menacés et menacent encore.
Ils parlent de démocratie, et leurs suppôts entonnent la ritournelle en compagnie de gens insoupçonnables et pourtant présents, devenus même leur porte-voix.
Comme fit un petit merdeux, en perroquet: Wake up !
Oui, c'est bien une décennie de voyoucratie qui a semé les graines de ce qui se donne en spectacle détestable.
La vulgarité, l'ignorance, la bêtise, la débilité, élevés à la dignité du dicible, défendable.

Faouzi
Bla bla
a posté le à 17:26
On n'a rien vu de ce desordre durant la decenie que vous citez. Tous les festivals ont été bien securisés. Vous parlez pour ne rien dire.
Ben Hassen Mondher
'?a ne justifie pas
a posté le à 11:42
La décennie écoulée, avec toutes ses échecs et ses atrocités doit-elle, et ou peut-elle justifier les dérapages, d'une république censée être nouvelle ?! Certainement pas ! En quoi, cette 3 ème république est-elle nouvelle...... chassez le naturel, il revient.......
Houcine
En quoi je dis que "ça justifie"?
a posté le à 13:12
Cela explique oui.
Et puis, toutes ces sorties sur la démocratie au nom et avec ceux qui ont organisé la gabegie ?
Cela est récurrent dans ces pages.
En quoi les déclarations d'un Ghannouchi, Dilou, et tous les voyous sont une contribution à l'esprit démocratique ?
Il faut adresser vos remarques très sagaces à leurs suppôts fort nombreux qui crachent sur la mémoire des morts, des blessés à la chevrotine, des touristes assassinés, des membres des forces de sécurité et militaires....
Suand ils auront nettoyé leurs écuries, on en parlera.
stuc
cherchez l erreur !
a posté le 15-08-2022 à 09:25
vive l etat democrate de la nouvelle republique !maintenant il va falloir punir les responsables (les dirigeants du festival) eventuellement !
Tunisino
En temps normal
a posté le 15-08-2022 à 09:23
En temps normal, le comité d'organisation du festival doit passer devant un tribunal pour atteinte à la sûreté de l'Etat (incitation au désordre, incitation des citoyens à se révolter et à s'entretuer, incitation des citoyens contre les forces de l'ordre). L'incompétence, la corruption, ou le complotisme doit se payer cher en temps normal.