alexametrics
vendredi 02 décembre 2022
Heure de Tunis : 12:56
Dernières news
Aram Belhadj prévoit le pire après la hausse des prix du carburant
24/11/2022 | 08:30
2 min
Aram Belhadj prévoit le pire après la hausse des prix du carburant


L’économiste Aram Belhadj a commenté, dans la soirée de mercredi 23 novembre 2022, la nouvelle hausse des prix du carburant. Dans un statut sur sa page Facebook, il a rappelé que cela était prévisible notant que l’objectif de l’État est de faciliter l’obtention d’un accord définitif avec le Fonds monétaire international (FMI).

« Sont également attendus dans un futur proche des augmentations des prix de certains produits et services et, par conséquent, une hausse du taux d'inflation, du taux directeur, et des taux d'intérêts des crédits à la consommation, notamment. Le reste suivra ! », a-t-il ajouté. 

 

 

Dans la soirée de mercredi, Business News a appris que le ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie et celui des Finances avaient décidé d’appliquer les prix suivants à partir d’aujourd’hui, jeudi 24 novembre 2022 : 

- Essence sans plomb : 2.525 DT

- Essence sans plomb « premium » : 2.855 DT

- Gasoil sans soufre : 2.205 DT

- Gasoil sans soufre « premium » : 2.550 DT

- Gasoil ordinaire : 1.985 DT 

Les prix des autres carburants se présentent comme suit : 

- GPL Domestique : 676,924 millimes 

- Fuel oil lourd N2 : 1030 DT 

- Fuel oil domestique 98/2 : 2.000 DT

- Pétrole lampant à usage domestique : 950 millimes  

- Pétrole lampant pour le mélange de bitumes : 1.710 DT

- Vrac : 1.680 DT

- GPLc : 1.690 DT

- Propane vrac : 1.630 DT

Le gouvernement tunisien est, rappelons-le, parvenu en octobre à un accord préliminaire avec le FMI. Le bailleur de fonds devrait octroyer à la Tunisie un prêt de 1,9 milliard de dollars sur quatre ans une fois l’accord finalisé. Les termes de cet accord demeure, cependant, méconnu car le gouvernement tunisien n’a rien communiqué à ce sujet. Le FMI a, lui, cependant affirmé qu’une levée des subventions avait déjà été lancée par le gouvernement de Najla Bouden. 

 

N.J

24/11/2022 | 08:30
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Arrêtez
ce cirque...
a posté le 24-11-2022 à 19:10
Avec ou sans le crédit du FMI, la Tunisie doit faire augmenter ses prix de carburants. Pas uniquement à cause des répercussions de la guerre en Ukraine, mais aussi et surtout à cause de la maudite caisse de compensation ! La Tunisie est probablement le SEUL pays au monde qui donne une compensation sur les carburants! Et le moment est venu pour briser le cercle vicieux de cette histoire de carburants et de développer le transport public en tant que seul moyen de transport de la classe démunie et des pauvres gens de ce pays. Acculer la responsabilité des récentes augmentations des prix des carburants au Président Kais Saied, celà relèverait soit de l'ignorance des problématiques réelles et chroniques de notre économie soit de la haine et de l'anachronisme politique...!!!!
veritas
Durant plus de 11 ans '?'
a posté le 24-11-2022 à 17:19
Les caisses de l'état vidés à tour de bras ,phosphate à l'arrêt durant plus d'une décennie et tourisme mis à l'arrêt à cause des attentats '?'tout a été fait pour détruire il n'y a aucun hasard.
Faut pas se leurrer
Tout ce que nous subissons actuellement
a posté le à 21:02
est issu de la chaotique et calamiteuse gestion du pays, depuis l'arrivée des brouettistes, la funeste année 2011. .


Nephentes
on assistance a population en danger
a posté le 24-11-2022 à 16:02
Mais a quoi jouent ces débiles pyromanes

L'effet cumulé probable de toutes ces hausses qui sont d'ores et déjà planifiées et entérinées par Mr Saed est terrifiant et surcout INGERABLE. Pour rappel le pseudo référendum a couté plus de 65 millions de dinars et le tour de cirque du 17 décembre va certainement dépasser les 40 milliards;

Mr Saed ne pense qu'a la mascarade du 17 décembre qui doit se "dérouler" quel que soit le prix; son indifférence méprisante vis a vis du peuple tunisien va avoir dans les mois qui suivent des conséquences horribles et marquantes.

110 milliards donc le billet d'entrée pour un numéro de clown cela fait beaucoup surtout lorsque les gens CREVENT DE FAIM; il y a des cas de MALNUTRITION dans plusieurs régions du pays dont le grand Tunis.

Imaginez en revanche un fonds de soutien aux populations précarisées de 110 milliards sur 5 ans;

La gouvernance de ce pays confine au crime de masse ; c'est une série de mesures les unes plus calamiteuses que les autres. Ce pseudo-gouvernement applique de manière zélée aveugle et irresponsable les préconisations du FMI qui ne sont toujours pas et ne seront pas diffusées a la population.Ce n'est pas seulement l'incompétence et l'absence de vision stratégique qui sont içi en cause : c'est l'absence de responsabilité et de sens moral. Voici pourquoi :

Tout économiste vous dira qu'on est capable de prédire partiellement l'impact d'un renchérissement du prix du carburant sur le taux d'inflation et même sur le taux de croissance du PIB d'un pays. Or toutes les statistiques sérieuses démontrent que le taux de pauvreté REEL (5, 56 $ par jour) des Tunisiens est supérieur a 25% probablement aux alentours de 30% en ce troisième trimestre 2022. Ce gouvernement a décidé en concertation avec le président de laisser durant une décennie au moins un tiers des Tunisiens, 70 années après notre indépendance, abandonné a lui même dans une précarité insupportable et durable

Le gouvernement est également conscient des conséquences et risques au niveau des conflits sociaux; il considère ceci comme un paramètre gérable voire secondaire, en accord avec le Président. Faut -il rappeler que l'un des budgets qui a connu une hausse remarquable est celui du ministère de l'intérieur avec achats massifs de matériel de surveillance et de dispositifs anti-émeutes parmi les plus sophistiqués au monde ;

Donc Mr Saed est clairement prêt a assumer directement le sang de nos jeunes qui va encore couler et les dizaines de morts .

Au nom de quel impératif au juste ?

son éléection
veritas
il faut remercier les criminels islamistes.
a posté le 24-11-2022 à 14:45
C'est le résultat d'avoir vidé toutes les caisses au nom du butin en plus de la mauvaise gestion des amateurs qui ont étés installés dans les administrations et les ministères..,merci aux criminels islamistes pour leur vengeances sur tout le peuple même ceux qui ont votés pour eux car ces augmentations mensuelles ne vont épargner personne.
Mohamed Obey
Maghlabti Aicha marti: celle que je bats dans les querelles, c'est ma femme!
a posté le 24-11-2022 à 12:51
Le gouvernement, dans son manque d'imagination pour sortir de son manque d'idées capables de sortir le pays de la crise dans il est embourbé, n'a que le pauvre et misérable citoyen (si de citoyen il s'agit encore!) à flageller à coups de hausse de prix dont cette dernière exécrable augmentation des prix du carburant... Combien, pense le gouvernement, le citoyen va-t-il continuer à encaisser sans rendre les coups? Et s'il décide un jour de dire non, ni gaz ni matraques ne le dissuaderont....
Bta
'?corché
a posté le 24-11-2022 à 12:24
De quel FMi vous parlez ? Ce gouvt va nous écorcher vifs, la poule aux '?ufs d'or c'est le consommateur, ste ou citoyen.
Continuez jusqu'à l'os...
Naim
Est-ce que la Tunisie est une exception ?
a posté le 24-11-2022 à 12:14
Par au-delà du monde, le prix de l'essence et du mazout à fortement augmenté. Des émeutes ont étés constatés dans des pays dites développées et riches. Est-ce que la Tunisie est une exception exceptionnelle ? Avons-nous réellement un besoin journalier de la voiture personnelle, du moins ceux qui sont à proximité de leur lieu de travail. Le co- voiturage peut limiter les frais. Une connaissance exerçant dans le commerce des pièces détachées d'autos m'avait, une fois, présenté entre 15 et 20 cm de chèques sans provision de client qui payent pas les pièces de rechange. Une prise de conscience est nécessaire. On traverse une drôle de crise mondiale aggravée par dix années catastrophiques sous le dictate des khwamjias traîtres à la nation.
Bruno
La vérité
a posté le 24-11-2022 à 11:38
La conjoncture internationale connaît une crise économique et une inflation sans précédent et la Tunisie n' est pas à l'abri. Donc arrêtez de blâmer le gouvernement
Tunisino
Le gouvernement
a posté le à 18:01
Le gouvernement doit travailler dans la transparence en informant les citoyens des sacrifices à faire et des résultats escomptés, il est payé par les tunisiens, c'est une obligation! Le problème est qu'il n'y a pas de gouvernement mais un secrétariat attaché à une présidence folle. Espérons que tout ce beau monde, incompétent et malhonnête, sera jugé dans toute troisième république pour haute négligence, synonyme de haute trahison.
Tunisino
Le gouffre
a posté le 24-11-2022 à 11:14
Le psychopathe Saied et son équipe nulle sont dans l'incompétence totale. Incroyable mais vrai, le pays souffre et les imbéciles, payés par les pauvres tunisiens, barbotent.
Judili58
LE CHOIX DE LA FAILLITE
a posté le 24-11-2022 à 11:12
En revenant sur la politique de compensation le gouvernement fait des économies budgétaires. En même temps il augmente ses ressources fiscales en maintenant les mêmes niveaux d'imposition ( cas des carburants ) ou bien en augmentant les taux des taxes indirectes ou en élargissant l'assiette fiscale ( seule mesure salutaire ). En résumé le gouvernement diminue ses dépenses et augmente ses revenus. Ceci peut paraître cohérent cependant la réalité est toute autre. Cette supposée louable rigueur budgétaire n'aura qu'une seule conséquence augmenter le poids de la dette. A terme tout cela s'avèrera insuffisant et on aura recours à plus d'impôts. Chez nous le travail est surtaxé, les entreprises qui se conforment à la loi sont surtaxées et enfin le citoyen est surtaxé. Tout cela pourquoi? A cause de gouvernants incapables de concevoir un avenir. C'est le choix de la faillite