alexametrics
lundi 03 octobre 2022
Heure de Tunis : 05:31
Dernières news
Ahmed Souab : ce qu’a fait le président ne peut être qualifié de « pouvoir constituant »
19/08/2022 | 14:18
1 min
Ahmed Souab : ce qu’a fait le président ne peut être qualifié de « pouvoir constituant »

 

L'avocat et activiste Ahmed Souab a dénoncé, vendredi 19 août 2022, la nouvelle frasque du président de la République qui s’est déclaré pouvoir constitutif à l'occasion de la ratification de la nouvelle constitution. 

« Il y a eu le 25-Juillet, puis le 22 septembre, et ensuite la commission consultative pour une nouvelle république. Il (Kaïs Saïed, ndlr) a tout fait tout seul », a-t-il avancé notant que ce qu’avait fait le président de la République ne peut être qualifié de « pouvoir constituant ». « Ceci est un putsch, une arnaque, une dérive ! (…) pour rester poli ! », a-t-il cinglé dans une déclaration à IFM. 

 

 

Évoquant l’affaire des juges révoqués et dont certains ont eu gain de cause, le locataire de Carthage a fait référence à la théorie de classement hiérarchique des normes du constitutionnaliste autrichien Hans Kelsen. Celle-ci explique que les différentes normes et sources de règles juridiques pouvaient être classées sous la forme d'une pyramide en fonction de leur valeur. Au sommet de cette pyramide se trouve ce qu’il appelle Gundenorm ; la constitution dans le cas de Kaïs Saïed. La théorie de Kelsen s’appuie sur la notion de conformité. « La norme inférieure valide ne peut être contraire à la norme qui lui est immédiatement supérieure ».

 

N.J. 

 

19/08/2022 | 14:18
1 min
Suivez-nous
Commentaires
SALIM
Pobablement si AHMED SWAB A PERDU LE SwabwabWAB
a posté le 20-08-2022 à 19:38
Si ahmed SWAB ancien juge administratif est devenu un avocat.parmi ces clients Mehdi ben garbia,et aussi les juges revoqués.Sachant que SI AHMED SWAB EST AUSSI LE PRESIDENT D'honneur des juges administratifs bien qu'il excerce en tant qu'avocat.si ahmed ainsi que d'autres juges et avocots pensent convaincre en repetant et en repetant a plusieurs reprises et dans les différents plateaux de la validite de la décision du tribunal administratif quant à la revocation des juges bien qu'il sont convaincus que cette décision est illogique car le Tribunal administratif n'est pas la cour constitutionnele qui SEULE POURRAIT CASSER LES DECRETS DU PRESIDENT.
Mouaten alpha
Une classe sans backgtound managerial qui se prononce en partant d'un angle de vue très reduit'?'
a posté le 20-08-2022 à 18:45
Losqu'un pays s'engage dans des grands et gros chantiers , il y'a toujours des dégâts collatéraux inévitables malgré toutes les précautions de préparation et toute la finesse de conception et de conceptualisation. Théorique.
Le seul critère de sagesse et du professionnalisme est le niveau de risque qu'on est à même de tolérer pour réaliser l'objectif du chantier engagé . C'est l'appétence aux risque .
Le débat est donc creux et présente beaucoup de bla bla tant que tu es d'accord pour l'acte du 25 Juillet 2021. C'est une décision juste et justifiée pour sauver la situation ou non.
Si tu es d'accord pour ça , ça ne sert à rien de boulot se montrer en héros et essayer de pédaler avec le pilote de la situation qui est ce président élu par les tunisiens et confirme en fait er de nouveau en2022.
Les tunisiens ont dit clairement GO Kais'?'.mais certainement il n'y a pas de chèque à blanc qui est signé.
Lorsqu'on veut construire un barrage d'eau ou ouvrir des autoroutes ou faire une descente pour encercler des criminels peut on imaginer que tout va se passer sans expropriation de terrains, de changement de vocation de terres agricoles fertiles, de jets de quelques grenades de dissuasion '?'c'est la réalité dans la conduite des chantiers et plus particulièrement la conduite de changement'?'
Des juges ou avocatsde ou professeurs universitaires sans Carriere manageriale ne pourront jamais comprendre ceci que dire des simples spécialistes de bla bla de carrière.

Mansour Lahyani
C'est le moins qu'un être sensé pouvait dire !!!
a posté le 20-08-2022 à 11:34
C'est une grosse blague ! Comment un homme, seul, ou même dument cornaqué, pouvait-il se prétendre "pouvoir constituant" ? C'est le règne de l'aberration, et de l'ignorance...
Bravo
Broullant
a posté le 19-08-2022 à 21:44
Mr Ahmed qui peut faire confiance à vos analyses, sachant qu'en tant que Avocat d'Afak vous avez introduit un recours auprès du Tribunal Administratif, le comble que votre recours à été rejeté pour VICE DE FORME alors que vous êtes président d'honneur du syndicat des magistrats administratifs en tant qu'ancien juge administratif,
RguibaZineSaid
despote suprème absolu .............................
a posté le 19-08-2022 à 18:44
il est la constitution, le référendum, les résultat ...
BOUSS KHOUK
CE QU'A FAIT LE PRESIDENT
a posté le 19-08-2022 à 18:38
Peut être qualifié d'un MKASS LA YAKRA WOULA YIKTIB ! jabkoum ala louha !!! Sayyib liklem , rak ameltha .
Ok
Rabbi yainou
a posté le 19-08-2022 à 16:46
Il fait sa com pour" fotographier son pain "
Jilani
C'est avant ou après
a posté le 19-08-2022 à 16:28
Avoir bu tes bières.
The Mirror
Le Président Saïd démasque les magouilles du Tribunal administratif
a posté le 19-08-2022 à 16:13
Dans son discours du 17 août 2022, prononcé à l'occasion de la ratification de la nouvelle Constitution, le Président Saïd est revenu sur le Tribunal administratif, en rapport avec les juges révoqués.

Je résume :

- En janvier 2013, l'opposition dépose une plainte auprès du Tribunal administratif contre l'ANC (Assemblée nationale constituante), dont la majorité appartient à Ennahdha. L'opposition accuse l'ANC de ne pas respecter son propre règlement intérieur. Le Tribunal administratif a alors déclaré son incompétence à juger la légalité ou l'illégalité des activités d'une institution comme l'ANC. le Tribunal administratif n'était donc pas habilité à juger l'ANC.

- En août 2022, le Tribunal administratif a osé annuler le décret présidentiel sur la révocation de 57 juges. Le Tribunal administratif ordonne avec insistance et arrogante à Madame la ministre de la Justice, de mettre en application immédiate le verdict du Tribunal administratif en laissant les juges révoqués reprendre leur travail.

Le Tribunal administratif est donc incapable de toucher à l'ANC, et il est capable d'annuler les décisions de l'autorité suprême du pays, en la personne du président de la République tunisienne.
Cela se passe de tout commentaire.

Les tunisiens parlaient des juges de Bhiri, maintenant, ils peuvent parler des juges de Bhiri et du Tribunal administratif de Bhiri.

Remarque: Ahmed Souab est aveuglé par la défense inconditionnelle des cause perdues. Cela dit, tout ce que dit cet individu n'est rien d'autre qu'une vulgaire extériorisation de sa haine et de son mépris envers le Président et les tunisiens.
Naim
Hem !
a posté le 19-08-2022 à 15:15
Un voyant au pays des aveugles...