Zied Laâdhari à Yassine Brahim: Oubliez Rached Ghannouchi !

Businessnews.com.tn | publié le 23/11/2017 19:47

Le ministre du Développement et de la Coopération internationale, Zied Laâdhari, était ce jeudi 23 novembre 2017 l’invité de Myriam Belkadhi, dans son émission 24/7, pour parler de l’équilibre qui existe aujourd’hui sur la scène politique nationale, du dernier rapport de l’Instance nationale de la Lutte contre le Corruption (INLUCC) qui vient d’être publié et « du vrai débat qui devrait occuper l’esprit des politiques ».

 

Dans son discours, le ministre a estimé que les chiffres publiés par l’INLUCC concernant la corruption, ne sont pas très importants surtout que les plaintes importantes sont faites par des gens mécontents d'avoir perdu des contrats publics par exemple. « Il faut que la culture de la lutte contre la corruption se propage et que les gens arrêtent aussi de donner aux corrompus ce qu’ils veulent» a-t-il dit, avant de se féliciter de l’équilibre qui existe actuellement entre Ennahdha et Nidaa Tounes.

« Le fait qu’on ait deux grandes familles politiques est une bonne chose ! Cela arrive dans toutes les démocraties. En Allemagne, par exemple, il y a deux grands partis qui doivent travailler ensemble pour faire avancer les choses ! On a aussi mis en place un ensemble de bases, de règles et de valeurs sur lesquelles on ne peut plus revenir en arrière » a-t-il expliqué.

 

Questionné sur les informations ayant circulé autour d'une prétenue appartenance de Rached Ghannouchi à l’organisation, classée comme terroriste, des Frères Musulmans, Zied Laâdhari a nié catégoriquement et a affirmé qu'il s'agit d'une « fausse polémique ».

« Son nom n’est lié à aucune liste terroriste. C’est une polémique stérile ! » a-t-il martelé avant d’évoquer Yassine Brahim qui, il y a quelques jours, a dit ne pas accepter qu’Ennahdha participe à la réforme de l’Education nationale. « Je dis à Yassine Brahim que ce n’est pas là le vrai problème de la Tunisie. Oublie M. Ghannouchi et sache qu’Ennahdha n’est pas le problème. Nous sommes tous embarqués ensemble, il faut raviver l’esprit de responsabilité ! ».

 

Dans une tentative de recentrer le débat, Zied Laâdhari a dit que « le vrai problème aujourd’hui est de savoir comment ce pays en transition démocratique peut assurer le bien-être de sa population. Ceci est le grand problème sur lequel tous devraient s’entraider. Personnellement, Mon problème est de savoir comment faire venir les investisseurs étrangers, qui contribuent de manière importante dans le taux de croissance et qui procurent 400 mille postes d’emplois ! ». Il a ajouté : « Nous devons travailler pour le bonheur de la population ».

 


 

 

 

Zied Laâdhari à Yassine Brahim: Oubliez Rached Ghannouchi !

publié le 23/11/2017 19:47

Le ministre du Développement et de la Coopération internationale, Zied Laâdhari, était ce jeudi 23 novembre 2017 l’invité de Myriam Belkadhi, dans son émission 24/7, pour parler de l’équilibre qui existe aujourd’hui sur la scène politique nationale, du dernier rapport de l’Instance nationale de la Lutte contre le Corruption (INLUCC) qui vient d’être publié et « du vrai débat qui devrait occuper l’esprit des politiques ».

 

Dans son discours, le ministre a estimé que les chiffres publiés par l’INLUCC concernant la corruption, ne sont pas très importants surtout que les plaintes importantes sont faites par des gens mécontents d'avoir perdu des contrats publics par exemple. « Il faut que la culture de la lutte contre la corruption se propage et que les gens arrêtent aussi de donner aux corrompus ce qu’ils veulent» a-t-il dit, avant de se féliciter de l’équilibre qui existe actuellement entre Ennahdha et Nidaa Tounes.

« Le fait qu’on ait deux grandes familles politiques est une bonne chose ! Cela arrive dans toutes les démocraties. En Allemagne, par exemple, il y a deux grands partis qui doivent travailler ensemble pour faire avancer les choses ! On a aussi mis en place un ensemble de bases, de règles et de valeurs sur lesquelles on ne peut plus revenir en arrière » a-t-il expliqué.

 

Questionné sur les informations ayant circulé autour d'une prétenue appartenance de Rached Ghannouchi à l’organisation, classée comme terroriste, des Frères Musulmans, Zied Laâdhari a nié catégoriquement et a affirmé qu'il s'agit d'une « fausse polémique ».

« Son nom n’est lié à aucune liste terroriste. C’est une polémique stérile ! » a-t-il martelé avant d’évoquer Yassine Brahim qui, il y a quelques jours, a dit ne pas accepter qu’Ennahdha participe à la réforme de l’Education nationale. « Je dis à Yassine Brahim que ce n’est pas là le vrai problème de la Tunisie. Oublie M. Ghannouchi et sache qu’Ennahdha n’est pas le problème. Nous sommes tous embarqués ensemble, il faut raviver l’esprit de responsabilité ! ».

 

Dans une tentative de recentrer le débat, Zied Laâdhari a dit que « le vrai problème aujourd’hui est de savoir comment ce pays en transition démocratique peut assurer le bien-être de sa population. Ceci est le grand problème sur lequel tous devraient s’entraider. Personnellement, Mon problème est de savoir comment faire venir les investisseurs étrangers, qui contribuent de manière importante dans le taux de croissance et qui procurent 400 mille postes d’emplois ! ». Il a ajouté : « Nous devons travailler pour le bonheur de la population ».

 


 

 

 

S.A
Commentaires (24) Commenter
Prémonition.
Amilcar
| 24-11-2017 21:40
On aimerait bien vous oublier TOUS.
@SAMIA
Zohra
| 24-11-2017 19:32
Bonsoir à belle,

Tu as fêté thinksgiving ça est toute seule, j'ai de bons senvenirs avec cette fête j'adore.

ça est le masque commence de sidi cheikh.

Je t'embrasse bien fort
@A4
kameleon78
| 24-11-2017 18:39
Joli poème, chantant et rythmé, bonne continuation.
Il fait honte aux sfaxiens ce minable.
takilas
| 24-11-2017 18:38
Des intrus de nahdha, originaires de Gabes et de Mednine, se sont induits inopinément à Sfax, exactement comme ce fut le cas à Tunis.
Toute cette manigance faisait partie de manigances que les mafieux et traitres de nahdha préconisaient lorsqu'ils étaient à Londres.
Plus facile à dire qu'à respecter...
Mansour Lahyani
| 24-11-2017 17:33
Oubliez R.G. ! Ce conseil 'amical' à l'adresse de Yassine Ibrahim résonne comme une injonction ! Ce serait un conseil très pertinent, s'il concernait un simple mortel: on oublie et on passe à autre chose, bien pus digne d'intérêt. Sauf qu'ici, il s'agit d'un ex-gourou suprême, désormais doté d'une qualification peu enviable : un véritable terroriste patenté, en chair et en os ! Moi qui n'en ai jamais connu, même pas en carton pâte, je suis totalement bluffé ! Et Ladhari voudrait qu'on l'oublie ?? Le peuple tunisien ne demanderait pas mieux, mais il y a des images qui s'incrustent, c'est trop dur!
@A4
SAMIA
| 24-11-2017 17:28
Très beau poème !
Bonne continuation
C'est pas facile d'oublier Gannouchi
SAMIA
| 24-11-2017 17:26
Personnellement j'ai pas pu l'oublier,je l'aime beaucoup!
La secte de la pieuvre
A4
| 24-11-2017 14:53
LA PIEUVRE
Ecrit par A4 - Tunis, le 05 Novembre 2017

La pieuvre noire est moribonde
Elle n'en a plus du tout pour longtemps
Elle est gluante, nauséabonde
Comme l'eau fétide d'un étang

Elle est obligée pour survivre
De s'amputer quelques tentacules
De jeter au feu tous ses livres
Et mettre à l'heure ses vieilles pendules

Mais ses horloges usées sont rouillées
Bloquées dans des époques anciennes
Et rien ne sert de les chatouiller
Il n'y a plus d'aiguilles qui tiennent

Elle suffoque dans son marécage
Et ça fait longtemps qu'il n'a pas plu
Qu'il n'y a plus perles ni coquillages
Que les eaux du golfe n'arrivent plus

De temps à autre elle rejette un doigt
Le plus malade ou le plus pourri
Cela n'empêche qu'elle est aux abois
Les yeux tristes et la peau flétrie

Elle est même rejetée par les siens
Par ses amis et ses grands maîtres
Elle n'a plus presque aucun soutien
Pour la sortir de son mal-être

Vous la voyez étalée à terre
Répugnante comme un vieux torchon
Faisant en cachette des prières
Pour invoquer diables et démons

Son mal incurable la dévore
Va la jeter un jour dans le trou
Avec ses doigts assassins, ses cors
Et sa sale tête de gourou
Zied Laâdhari essaya de noyer le poisson
kameleon78
| 24-11-2017 12:06
J'ai vu l'émission hier vers 1H du matin (rediffusion), j'ai vu un Zied Laâdhari très mal à l'aise qui avait du mal à convaincre quand Myriam Belkadhi lui a parlé de l'"affaire Ghannouchi", il était visiblement gêné, il essayait de noyer le poisson en biaisant le sujet mais en vain, il n'a pas convaincu. C'est assez marrant, il répétait souvent les "démocrates-chrétiens allemands" en insistant, c'est assez habile de sa part, démontrant ainsi que les "religieux" gouvernent même en Europe mais il ne trompe personne, les "démocrates-chrétiens" européens n'ont rien de religieux, c'est un parti conservateur mais sa base idéologique c'est le conservatisme et il a menti sur l'Union de Merkel avec le SPD qui n'existe plus (il voulait démontrer que deux grands partis opposés peuvent travailler ensemble Nahda-Nidaa).
ghannouchi cité comme appartenant à cette liste par reuter
averroes
| 24-11-2017 10:39
Ils peuvent nier autant qu'ils le veulent, les faits sont là.


https://www.reuters.com/article/us-gulf-qatar-security/arab-states-blacklist-islamist-groups-individuals-in-qatar-boycott-idUSKBN1DM2WQ
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration