Youssef Chahed : La Loi de finances opèrera une réorientation fiscale

Businessnews.com.tn | publié le 12/10/2017 21:45

 « Notre rôle, et l’âme même de la Loi de finances 2018, c’est d’instaurer la justice sociale » a déclaré le chef du gouvernement Youssef Chahed ce soir du jeudi 12 octobre 2017 lors d’une interview donnée à Myriam Belkadhi sur Al Hiwar Ettounsi.

 Lors de cette interview, il a surtout été question de la Loi de finances 2018, approuvée aujourd’hui en conseil des ministres et dont les dispositions suscitent, depuis plusieurs semaines déjà, une vive polémique. « Oui, tout le monde parle de la Loi de finances, mais je suis certain que personne n’en a consulté le contenu puisqu’il a été adopté aujourd’hui même, vers midi. D’ailleurs, j’assure qu’aucune des rumeurs qu’on dit aujourd’hui n’est exacte : aucune augmentation des prix des vignettes, aucune suppression de la subvention… », s’est-il indigné.

Le chef du gouvernement a ajouté, toujours au sujet de la LF2018, que « dans la Loi de finances 2018, nous avons plutôt opté pour une réorientation fiscale. Nous allons appliquer une taxation sur les établissements financiers, ainsi que l’économie de rente, afin de financer les projets publics et d’instaurer une justice sociale ». Il ajoute : « Il y a des gens qui gagnent beaucoup d’argent. On ne les envie pas, cependant ils doivent payer l’Etat, c’est leur devoir ! »

 

Quant au programme du gouvernement pour la période à venir, Youssef Chahed a déclaré : « Notre programme économique et social se base sur deux axes principaux, à savoir l’activation des moteurs de développement et l’application des réformes ». Et d’ajouter : « La politique c’est une vision claire, des objectifs et des chiffres concrets. Et si on parle de 2020, c’est parce que nous sommes réalistes et nous ne pouvons prétendre à des résultats satisfaisants qu’au bout de 2 ou 3 ans. Nous avons été mandatés jusqu’à 2019, nous aurons donc la charge d’établir la loi de Finances 2020 ». 

Le chef du gouvernement a aussi tenu à réfuter les allégations selon lesquelles le programme du gouvernement d'union nationale serait uniquement dicté par le FMI, en déclarant : « notre programme nous permet de nous dégager du FMI d'ici 2020 et ainsi d'emprunter moins et de réduire les déficits ».


Chahed s'est aussi exprimé sur la chute de la valeur du dinar considérant qu« la politique monétaire de la Tunisie peut être revue », et ajoutant que « le gouverneur de la Banque Centrale n'est pas au-dessus des critiques. Nul n'est immuable ».

 

Au sujet des réformes engagées par le gouvernement, Chahed insiste sur le fait que « les grandes réformes doivent être appliquées » soutenant que « le système de subvention doit être revu. Il n’est pas juste que des gens profitent de la caisse de compensation alors qu’ils ne sont pas dans le besoin ».


Revenant sur la situation des investisseurs, le chef du gouvernement a affirmé que « la Tunisie possède deux moteurs de développement : l’investissement et l’exportation. Pour cela, nous allons encourager les investisseurs, ceux qui créeront des postes d’emploi seront exonérés d’impôts pendant 3 ans. Ceux qui créeront des postes dans les régions de l’intérieur seront exemptés de payer des cotisations sociales ».

 

Youssef Chahed a, par ailleurs, été interrogé par Myriam Belkadhi sur la guerre contre la corruption « accusée d’être en stand-by ». « La guerre contre la corruption est encore d’actualité et elle se poursuit. Peut-être que les premières arrestations ont été plus spectaculaires ayant touché des personnalités connues, mais hier encore, 14 personnes ont comparu devant le pôle financier pour malversations, parmi eux des directeurs de banques et des dirigeants ».  

Toujours au sujet de la guerre anti-corruption, il a précisé : « Nous avons mis en place tous les moyens nécessaires comme le projet de loi de l’enrichissement illicite et l’augmentation du nombre des tribunaux administratifs. Ce sont des indices forts pour affirmer notre détermination pour aller jusqu’au bout de cette guerre ».

 

Interrogé sur ses relations avec la présidence de la République et le parti Ennahdha, Chahed a souligné : « Quant à ma relation avec le président de la République, elle est excellente. Il y a une grande coopération entre les deux institutions pour l’intérêt du pays. Je suis un chef de gouvernement qui exerce ses prérogatives dans le cadre de la constitution ».

Il a aussi été appelé à réagir au communiqué publié aujourd’hui par l’UGTT dans lequel la centrale syndicale écrit que «  la privatisation des sociétés publiques est une ligne rouge à ne pas franchir », il a rétorqué qu’il n’existe aucune ligne rouge et que tous les dossiers peuvent être sujets à discussion.

 

Youssef Chahed a aussi été questionné sur l’affaire de la Tunisienne et du Franco-Algérien, condamnés à de la prison ferme pour « atteinte aux mœurs » et « outrage à un fonctionnaire ». Tout en réaffirmant son « attachement à l’indépendance de la justice » dont il s’est abstenu de commenter les verdicts, le chef du gouvernement a assuré que « si la Tunisie a réalisé certaines avancées en matières de libertés individuelles, du chemin reste à faire et certaines lois doivent être discutées ».

 

Revenant sur les développements au sein de Nidaa Tounes, Youssef Chahed a fait part de sa « satisfaction » quant à la tenue du prochain congrès électif soulignant qu’il ne se présentera pas puisqu’il préfère  « se concentrer beaucoup plus sur l’action gouvernementale ».

 

Aux membres de son gouvernement, le chef du gouvernement a indiqué que « personne ne peut revenir en arrière, il n’y a de place que pour les audacieux, mieux vaut prendre une décision erronée que de ne rien faire du tout. » Quant à l’opposition, il l’a appelée à faire preuve de plus de responsabilité mais aussi à « élever le niveau ».


S’adressant aux citoyens tunisiens, il a enfin déclaré : « Ceci est notre pays et tout ce que nous pouvons faire pour ce pays, nous le ferons. Il faut un retour au travail ! […] Soit nous passons notre temps à pleurer, soit nous pouvons retrousser nos manches et travailler. Le futur sera à nous et nous pouvons redonner espoir ! ».

 

 

Youssef Chahed : La Loi de finances opèrera une réorientation fiscale

publié le 12/10/2017 21:45

 « Notre rôle, et l’âme même de la Loi de finances 2018, c’est d’instaurer la justice sociale » a déclaré le chef du gouvernement Youssef Chahed ce soir du jeudi 12 octobre 2017 lors d’une interview donnée à Myriam Belkadhi sur Al Hiwar Ettounsi.

 Lors de cette interview, il a surtout été question de la Loi de finances 2018, approuvée aujourd’hui en conseil des ministres et dont les dispositions suscitent, depuis plusieurs semaines déjà, une vive polémique. « Oui, tout le monde parle de la Loi de finances, mais je suis certain que personne n’en a consulté le contenu puisqu’il a été adopté aujourd’hui même, vers midi. D’ailleurs, j’assure qu’aucune des rumeurs qu’on dit aujourd’hui n’est exacte : aucune augmentation des prix des vignettes, aucune suppression de la subvention… », s’est-il indigné.

Le chef du gouvernement a ajouté, toujours au sujet de la LF2018, que « dans la Loi de finances 2018, nous avons plutôt opté pour une réorientation fiscale. Nous allons appliquer une taxation sur les établissements financiers, ainsi que l’économie de rente, afin de financer les projets publics et d’instaurer une justice sociale ». Il ajoute : « Il y a des gens qui gagnent beaucoup d’argent. On ne les envie pas, cependant ils doivent payer l’Etat, c’est leur devoir ! »

 

Quant au programme du gouvernement pour la période à venir, Youssef Chahed a déclaré : « Notre programme économique et social se base sur deux axes principaux, à savoir l’activation des moteurs de développement et l’application des réformes ». Et d’ajouter : « La politique c’est une vision claire, des objectifs et des chiffres concrets. Et si on parle de 2020, c’est parce que nous sommes réalistes et nous ne pouvons prétendre à des résultats satisfaisants qu’au bout de 2 ou 3 ans. Nous avons été mandatés jusqu’à 2019, nous aurons donc la charge d’établir la loi de Finances 2020 ». 

Le chef du gouvernement a aussi tenu à réfuter les allégations selon lesquelles le programme du gouvernement d'union nationale serait uniquement dicté par le FMI, en déclarant : « notre programme nous permet de nous dégager du FMI d'ici 2020 et ainsi d'emprunter moins et de réduire les déficits ».


Chahed s'est aussi exprimé sur la chute de la valeur du dinar considérant qu« la politique monétaire de la Tunisie peut être revue », et ajoutant que « le gouverneur de la Banque Centrale n'est pas au-dessus des critiques. Nul n'est immuable ».

 

Au sujet des réformes engagées par le gouvernement, Chahed insiste sur le fait que « les grandes réformes doivent être appliquées » soutenant que « le système de subvention doit être revu. Il n’est pas juste que des gens profitent de la caisse de compensation alors qu’ils ne sont pas dans le besoin ».


Revenant sur la situation des investisseurs, le chef du gouvernement a affirmé que « la Tunisie possède deux moteurs de développement : l’investissement et l’exportation. Pour cela, nous allons encourager les investisseurs, ceux qui créeront des postes d’emploi seront exonérés d’impôts pendant 3 ans. Ceux qui créeront des postes dans les régions de l’intérieur seront exemptés de payer des cotisations sociales ».

 

Youssef Chahed a, par ailleurs, été interrogé par Myriam Belkadhi sur la guerre contre la corruption « accusée d’être en stand-by ». « La guerre contre la corruption est encore d’actualité et elle se poursuit. Peut-être que les premières arrestations ont été plus spectaculaires ayant touché des personnalités connues, mais hier encore, 14 personnes ont comparu devant le pôle financier pour malversations, parmi eux des directeurs de banques et des dirigeants ».  

Toujours au sujet de la guerre anti-corruption, il a précisé : « Nous avons mis en place tous les moyens nécessaires comme le projet de loi de l’enrichissement illicite et l’augmentation du nombre des tribunaux administratifs. Ce sont des indices forts pour affirmer notre détermination pour aller jusqu’au bout de cette guerre ».

 

Interrogé sur ses relations avec la présidence de la République et le parti Ennahdha, Chahed a souligné : « Quant à ma relation avec le président de la République, elle est excellente. Il y a une grande coopération entre les deux institutions pour l’intérêt du pays. Je suis un chef de gouvernement qui exerce ses prérogatives dans le cadre de la constitution ».

Il a aussi été appelé à réagir au communiqué publié aujourd’hui par l’UGTT dans lequel la centrale syndicale écrit que «  la privatisation des sociétés publiques est une ligne rouge à ne pas franchir », il a rétorqué qu’il n’existe aucune ligne rouge et que tous les dossiers peuvent être sujets à discussion.

 

Youssef Chahed a aussi été questionné sur l’affaire de la Tunisienne et du Franco-Algérien, condamnés à de la prison ferme pour « atteinte aux mœurs » et « outrage à un fonctionnaire ». Tout en réaffirmant son « attachement à l’indépendance de la justice » dont il s’est abstenu de commenter les verdicts, le chef du gouvernement a assuré que « si la Tunisie a réalisé certaines avancées en matières de libertés individuelles, du chemin reste à faire et certaines lois doivent être discutées ».

 

Revenant sur les développements au sein de Nidaa Tounes, Youssef Chahed a fait part de sa « satisfaction » quant à la tenue du prochain congrès électif soulignant qu’il ne se présentera pas puisqu’il préfère  « se concentrer beaucoup plus sur l’action gouvernementale ».

 

Aux membres de son gouvernement, le chef du gouvernement a indiqué que « personne ne peut revenir en arrière, il n’y a de place que pour les audacieux, mieux vaut prendre une décision erronée que de ne rien faire du tout. » Quant à l’opposition, il l’a appelée à faire preuve de plus de responsabilité mais aussi à « élever le niveau ».


S’adressant aux citoyens tunisiens, il a enfin déclaré : « Ceci est notre pays et tout ce que nous pouvons faire pour ce pays, nous le ferons. Il faut un retour au travail ! […] Soit nous passons notre temps à pleurer, soit nous pouvons retrousser nos manches et travailler. Le futur sera à nous et nous pouvons redonner espoir ! ».

 

 

S.H
Commentaires (5) Commenter
@Chahed
Napoléon
| 13-10-2017 22:31
Monsieur le Chef du gouvernement, la sortie de l'auberge n'est plus d'actualité sous votre mandat. Vous affirmez : « Nous aurons (ou probablement aurions) donc la charge d'établir la loi de Finances 2020 », mais il y aurait une loi de Finances complémentaire qui chambarderait de haut en bas et de droite à gauche vos plans et projets. « Aucune augmentation des prix des vignettes. » « Nous allons appliquer une taxation sur les établissements financiers, ainsi que l'économie de rente » : Il faut avoir de forts biceps pour pouvoir toucher à la vignette, mais de quelle égalité sociale vous parlez, vous n'osez pas augmenter de 1millime la taxe sur les voitures qui valent des centaines de milliers de dinars et vous grignotez sur les épargnes des gens qui ont passé leur vie à travailler et à se serrer la ceinture pour ne pas être dans le besoin. Avez -vous pensé aux répercussions d'une taxation des institutions financières. Les gens ne vont plus passer par les banques qu'en dernier recours, ils vont placer leurs économies dans l'immobilier, l'or, les objets de luxe etc. Il n'y aurait plus de liquidité dans les banques. « Il y a des gens qui gagnent beaucoup d'argent. On ne les envie pas, cependant ils doivent payer l'Etat, c'est leur devoir. » : c'est la définition même de la langue de bois, la loi des finances 2017 diminue la taxe sur les sociétés, la loi des finances 2018 les exonère pour trois ans des taxes et des charges sociales ! « Le gouverneur de la Banque Centrale n'est pas au-dessus des critiques » : que peut-il faire ? La faute n'est pas aux financiers, mais aux politiciens ! Dans un pays où les victimes dédommagent les criminels, que peut faire un financier ? Dans un pays où les criminels deviennent des dirigeants charognards que peut faire un financier ? Le dinar chutera encore et ça valeur d'ici 5 ans sera le dixième de sa valeur de 2010. « Le système de subvention doit être revu. Il n'est pas juste que des gens profitent de la caisse de compensation alors qu'ils ne sont pas dans le besoin. » : c'est du déjà entendu, vous plagiez les ministres de Ben Ali, vous pourriez récupérer les 200 dinars annuels dont bénéficie un aisé de la caisse de compensation par un impôt sur la fortune, une taxe sur les voitures de luxe et résidences huppées. L'Etat pourrait taxer le train de vie des personnes ainsi aucun aisé n'échappera dans un premier temps qu'il soit honnête ou contrebandier !














D'actual
Justice sociale !
amine
| 13-10-2017 20:29
Pour avoir une justice sociale il faut taxer les pots de vin, les gains illicites, les voleurs, les contrebandiers ceux qui perçoivent des salaires et ne servent pas la société.

Sinon cessez de parler de justice sociale, vous ne savez pas ce qu'elle veut dire, mais dites par contre que le gouvernement a besoin de l'argent des bons citoyens pour le dilapider.
La vérité est dure à entendre mais c'est la vérité
Voila une belle formule:
Dr. Jamel Tazarki
| 13-10-2017 19:17
"Pour cela, nous allons encourager les investisseurs, ceux qui créeront des postes d'emploi seront exonérés d'impôts pendant 3 ans. Ceux qui créeront des postes dans les régions de l'intérieur seront exemptés de payer des cotisations sociales".


Bravo Mr. Youssef Chehed, oui alléger les charges fiscales sous condition d'investissement (sans investissement mesurable ==> pas d'allégement fiscale et pas de crédit hors des conditions du marché).==> Et ainsi non à un allégement fiscale globale pour toutes les entreprises, non à la baisse globale du taux directeur, non à la recapitalisation gratuite de notre système bancaire oligarque et non à l'exportation de nos capitaux, par contre oui à la subvention et à l'allégement fiscale sélectif par secteur de notre économie et ceci sous condition d'investissement (sans investissement mesurable ==> pas d'allégement fiscale et pas de crédit hors des conditions du marché).


Je rappelle que Notre ex-Premier Ministre, Mr. Essid, a fait baisser le taux directeur de 5% à 3.5%; il a fait baisser l'impôt sur les sociétés de 30% à 25%, il a injecté 10 milliards de dinars dans notre système bancaire oligarque (recapitaliser), il a fait baisser le prix du carburant et il a facilité la sortie/exportation de nos capitaux, et ceci afin de motiver nos entrepreneurs à investir, mais rien de cela! ===> Même un taux directeur négatif (ce qui est du non-sens, mais à limite faisable) ne pourrait pas motiver certains de nos hommes d'affaires affairistes à investir.


Merci Mr. Youssef Chehed, vous êtes sur le bon chemin! En effet, il ne faut pas refaire les mêmes fautes que Mr. Essid.

Jamel Tazarki

Bonne direction
D'ami
| 13-10-2017 11:18
Enfin ils comprennent k seul l'économie de la rente profite énormément du statuquo n crée rien et n veut bien sur rien changer et c la kil faut agir pour aider le reste des activites ki créent de la croissance et des richesses : agriculture , industrie , transport etc...

Professeur
Narjes harrouch batis
| 13-10-2017 00:15
Bravo Mr le chef du gouvernement Rabbi ma3k et nous vous soutenons
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration