Yassine Brahim dénonce l’implication de Mehdi Ben Gharbia dans des affaires de corruption

Businessnews.com.tn | publié le 14/06/2017 14:10

Yassine Brahim, président du parti Afek Tounes, était présent le mercredi 14 juin 2017 à Midi Show sur Mosaïque FM où il s’est exprimé au sujet de la création du comité supérieur de coordination entre Nidaa Tounes et Ennahdha et de la guerre contre la corruption. Il a également attaqué directement le ministre chargé des Relations avec les instances constitutionnelles et la Société civile, Mehdi Ben Gharbia, dénonçant son implication dans des affaires de corruption.

 

Yassine Brahim a déclaré que la création du comité supérieur et l’alliance entre les deux partis Nidaa Tounes et Ennahdha « n’a aucun sens » et critique cette « alliance » qui vire selon lui « au mariage ». Il a déclaré également que Chafik Jarraya était très proche du parti Nidaa Tounes et que « tout le monde sait qu’il était toujours au palais présidentiel et qu’il côtoyait les dirigeants du parti, alors que cette personne était impliquée dans plusieurs affaires qui menacent la sûreté de l’Etat ».

 

Le président du parti Afek tounes a également accusé le ministre des Relations avec les instances constitutionnelles et la Société civile du gouvernement Youssef Chahed, Mehdi Ben Gharbia, d’être impliqué dans des affaires de corruption et que le fait « de l’avoir dans un gouvernement qui mène une guerre contre la corruption est une honte ».

 

Yassine Brahim a exprimé le soutien de son parti, Afek Tounes, au gouvernement de Youssef Chahed dans sa guerre contre la corruption tant que cette guerre est effective. Toutefois, il a exprimé des réserves quant au sérieux de cette démarche. Il a fait référence à la visite de Youssef Chahed au port de Radés, ce mercredi 14 juin 2017 où, selon lui, « au moins 10 agents du port auraient dû être arrêtés si le gouvernement combattait réellement la corruption ».

Yassine Brahim a ensuite appelé les citoyens à aller voter lors des élections municipales, afin de participer à lutter contre la corruption.

 

 W.N

Yassine Brahim dénonce l’implication de Mehdi Ben Gharbia dans des affaires de corruption

publié le 14/06/2017 14:10

Yassine Brahim, président du parti Afek Tounes, était présent le mercredi 14 juin 2017 à Midi Show sur Mosaïque FM où il s’est exprimé au sujet de la création du comité supérieur de coordination entre Nidaa Tounes et Ennahdha et de la guerre contre la corruption. Il a également attaqué directement le ministre chargé des Relations avec les instances constitutionnelles et la Société civile, Mehdi Ben Gharbia, dénonçant son implication dans des affaires de corruption.

 

Yassine Brahim a déclaré que la création du comité supérieur et l’alliance entre les deux partis Nidaa Tounes et Ennahdha « n’a aucun sens » et critique cette « alliance » qui vire selon lui « au mariage ». Il a déclaré également que Chafik Jarraya était très proche du parti Nidaa Tounes et que « tout le monde sait qu’il était toujours au palais présidentiel et qu’il côtoyait les dirigeants du parti, alors que cette personne était impliquée dans plusieurs affaires qui menacent la sûreté de l’Etat ».

 

Le président du parti Afek tounes a également accusé le ministre des Relations avec les instances constitutionnelles et la Société civile du gouvernement Youssef Chahed, Mehdi Ben Gharbia, d’être impliqué dans des affaires de corruption et que le fait « de l’avoir dans un gouvernement qui mène une guerre contre la corruption est une honte ».

 

Yassine Brahim a exprimé le soutien de son parti, Afek Tounes, au gouvernement de Youssef Chahed dans sa guerre contre la corruption tant que cette guerre est effective. Toutefois, il a exprimé des réserves quant au sérieux de cette démarche. Il a fait référence à la visite de Youssef Chahed au port de Radés, ce mercredi 14 juin 2017 où, selon lui, « au moins 10 agents du port auraient dû être arrêtés si le gouvernement combattait réellement la corruption ».

Yassine Brahim a ensuite appelé les citoyens à aller voter lors des élections municipales, afin de participer à lutter contre la corruption.

 

 W.N

Commentaires (10) Commenter
Les accusations doivent être prouvées et poursuivies.
Mustapha citoyen
| 20-06-2017 13:30
Tout le monde a le droit d'accuser tout le monde et prendre ses responsabilités. Mais personne ne doit avoir la sourde oreille ni se taire. Les accusations réciproques de ces "honorables responsables" politiques doivent être tirées au clair par la justice qui doit agir rapidement efficacement et rigoureusement sans état d'âme c'est à dire sans arrangements multilatéraux.L'opinion publique doit être tenue informée de la réalité pour qu'elle puisse avoir confiance dans les différents gouvernants du pays ce qui malheureusement fait défaut.Le rôle de la justice doit
être déterminant et seule la loi doit être respectée. Je dis bien la loi et rien que la loi et non le bon vouloir de chacun y compris celui d'un juge qui ne lie pas la loi en invoquant son indépendance.NUL n'est au dessus de tout soupçon c'est ainsi que les nations grandissent et prospèrent.Les malfrats doivent avoir peur et non se considérer comme des dirigeants influents directement ou indirectement par le biais de politiques véreux, de magistrats corrompus, de hauts cadres sans honneur soumis à leur désira ta. .
Ah censure quand tu nous tiens !!
sabbeb
| 15-06-2017 09:22
pourquoi avez vous supprimé une partie de mon commentaire ***



B.N : Merci de relire nos règles de modération
accusé levez vous
kr
| 15-06-2017 01:19
c'est bien de se dénoncer mutuellement à ce niveau vous n'êtes pas exclus des affaires de corruption. inchallah qu'à terme la place politique sera aseptisée ou ma yokood fil oued ken hajrou, des gens patriotes qui pensent à l'intérêt de tous y compris eux mêmes et dans la légalité. Les postes de hauts fonctionnaires ne sont pas faits pour s'enrichir mais pour servir
Mitsubishi vs y.b
Sabbeb
| 15-06-2017 01:13
J'invite les journalistes a enquêter sur le blocage de la centrale electrique a cycle combiné de rades, un projet financé par la JICA avec 40 ans de délai de remboursement,10 ans de grâce et un taux d'intérêt de 0,6%.
***

Lazard bank
hatki
| 14-06-2017 19:41
On a pas la memoire courte...vous aussi.nettoyez devant chez vous ..pour bientot ..la mise en examin ..il a le boulard qui enfle cet imposteur...il merite un passage urgent dans une laverie fiable...
PARLEZ NOUS DE L'AFFAIRE QUE VOUS AVEZ DONNE A DSK DE 5000000$
DSK
| 14-06-2017 18:45
Quand on a une maison en verre il ne faut pas envoyer des cailloux sur les autres.
Il a entièrement raison
Jilani
| 14-06-2017 17:53
Le secteur du transport est tenu par Anis ghedira et ben gharbia qui ont tout fait pour dégager Mme Sara et mis à sa place un général dont l'image n'est pas tout à fait propre. L'incendie d'aujourd'hui dans le port de rades prouve que ce secteur est lié à beaucoup d'affaires de corruption. Ce ministère est parmi les derniers qui sont restés très proches de BCE fils de BCE.
C EST POUR QUAND LA DECLARATION DU PATRIMOINE DES DEPUTES
IBN ARABI
| 14-06-2017 15:25
La lutte contre la corruption s'opère toujours en Hamon, sinon les efforts employés resteront malheureusement vains inefficaces et inutiles. Bientôt B.C.E va quitté la scène politique pour un bilan plus que médiocre. Trois années de pouvoir absolu de B.C.E et le résultat économique et sociale est nul ( le couffin est toujours presque vide), le pouvoir d'achat du citoyen ne s'est pas améliorer. Malgré les efforts déployés pour redresser la situation économique, la Tunisie reste embourbée dans ses contradictions du choix politique à prendre. Changer d'orientation politique en gardant les mêmes acteurs qui ont échoué ne rime strictement à rien. Mettre en exergue un gouvernement d'union national avec les mêmes acteurs qui ont servi la TROIKA c'est se jeter du haut de la falaise, autrement dit un suicide entrainant la faillite du pays. Les corrupteurs sont à la manette au sein même de l' A.R.P. le virus de la corruption( en Hamon) ne peut être combattu que par une commission indépendante et ETRANGERE. HELAS C EST LE PRIX A PAYER.
Monsieur propre lave plus blanc que blanc
el manchou
| 14-06-2017 15:23
J'ai été sur le site internet de son parti, je n'ai pas trouvé de bilan financier ni d'explications sur le financement du parti. CQFD
ex vs actuel
tunisien
| 14-06-2017 15:14
au cours d'une émission tv dont vous étiez
invité la présentatrice a invité je sais pas un journaliste ou un ong qui prétendait en possession d'un dossier louche concernant votre ministère
mr propre a quitté le plateau en disant
c'est pas comme ça qu'on traite de tels dossier devant le public
quand on est au pouvoir on ferme les yeux et parfois on s'implique dans des affaires louches
et quand on est a l'opposition on dénonce la malhonnêteté
et c'est le cas de yb
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration