Une croissance qui pose des interrogations plus qu’elle ne rassure

Businessnews.com.tn | publié le 19/05/2017 10:59
Par Houcine Ben Achour,

 

La publication par l’Institut national de statistiques (INS) des indicateurs trimestriels de conjoncture, croissance, emploi, commerce et prix porterait-elle à croire que l’économie du pays est sortie de l’ornière de la crise ? Le gouvernement en est persuadé et l’a fait savoir par les sorties médiatiques de ministres, secrétaires d’Etat et autres ministres-conseillers auprès du Chef du gouvernement Youssef Chahed ?

En a-t-il convaincu l’opinion publique ? Rien n’est moins sûr, tant celle-ci semble surtout préoccupée par les préparatifs du mois de ramadan et de l’aïd. C’est à l’aune de ses déroulements qu’elle jaugera la situation économique du pays. Et de ce point de vue, elle se focalisera, à juste titre sur l’évolution des prix.

 

Or, le niveau général des prix a repris son rythme à la hausse. Cela a particulièrement touché les produits alimentaires, les articles d’habillements et de chaussures, l’ameublement et les articles ménagers. Cela ne fournit guère de perspectives positives. Qu’à cela ne tienne dès lors que la croissance économique donne des signes de reprise.

L’évolution du PIB de 2,1% au cours du 1er trimestre 2017 a de quoi réjouir. L’économie du pays s’éclaircit. Cependant, estimer que cette situation dénote « d’une tendance positive qui se maintiendra tout au long des trimestres suivants de l’année », comme l’a affirmé Ridha Saïdi, le conseiller auprès du Chef du gouvernement chargé du suivi des projets publics, serait aller bien vite en besogne.

Avec Ridha Saïdi, on en a pris l’habitude. Depuis le temps où il exerçait ses fonctions de ministre chargé des dossiers économiques au sein des gouvernements de la Troïka. A l’époque, c’est sur la base de prévisions de croissance qu’il a cautionné et soutenu en dépit de leur caractère irréaliste que furent élaborés les successifs budgets de l’Etat, et donc ce qu’il en a résulté en termes de déficits et d’endettement. Simple parenthèse. Revenons à la croissance du 1er trimestre 2017. Certes, elle réjouit.

 

L’arbre qui cache la forêt

Toutefois, il faut se méfier de l’arbre qui cache la forêt. Car, si l’on se penche sur les performances sectorielles de cette croissance, on en ressort avec un sentiment, à tout le moins, dubitatif. Cette croissance a été essentiellement tirée par le secteur agricole et celui des services. La valeur ajoutée de l’agricole et de la pêche a enregistré une croissance de 4,9% indique l’INS.

Soit. Mais alors, pourquoi cet accroissement de la valeur ajoutée du secteur n’a pas eu d’effet, aussi marginal soit-il, sur les prix des produits agricoles.

 

Au mois d’avril 2017, les prix des légumes frais ont augmenté de plus de 11% en glissement annuel. Ceux du la volaille de plus de 10%, de la viande bovine de près de 7% et du poisson frais de 6%. Seuls les prix des fruits frais et de la viande de mouton ont enregistré une stabilité, en attendant l’été et l’Aïd El Idha. Pour ce qui concerne le secteur des services qui affiche une croissance de 3,4% au 1er trimestre 2017, l’INS indique que cette performance est notamment induite par la forte croissance de la valeur ajoutée du secteur du tourisme (+8,6%) et celui des services financiers (+7,5%).

 

Certes, le secteur financier affiche des indicateurs d’activité trimestrielle en nette progression. Toutefois, s’agissant du tourisme, les résultats sont à prendre avec des pincettes. De l’avis même de certains statisticiens de l’INS, les indicateurs sur lesquels on fonde l’évolution de la valeur ajoutée du secteur touristique n’ont plus la pertinence d’antan.

En effet, on s’interroge de plus en plus sur la solidité de la corrélation entre l’indicateur du nombre des nuitées et celui des recettes en devises. L’accroissement de l’une n’implique pas forcément une augmentation de l’autre.

Dernier facteur de la croissance, le secteur industriel ne semble pas se remettre du marasme dans lequel il se morfond depuis quelques mois déjà. La valeur ajoutée des industries manufacturières affiche un recul de 1,1%. Le secteur des matériaux construction, de la céramique et du verre enregistre un repli d’environ 8%, ce qui suggère une baisse d’activité dans le secteur des BTP et plus généralement de la construction. La baisse se constate aussi dans l’industrie agroalimentaire (-4,2%) alors qu’on pouvait s’attendre à l’inverse compte tenu de performances précitées du secteur agricole.

 

Ainsi, les facteurs sectoriels de la croissance économique au cours du 1er trimestre sont raisonnablement à nuancer. Quand est-il des déterminants de cette croissance, particulièrement en termes d’exportation et d’investissement ? A ce niveau, il faut se rendre à l’évidence. Au terme du 1er trimestre 2017, les exportations tunisiennes ont augmenté. Mais cela n’est dû qu’à un effet-prix qui renvoie au glissement du taux de change. Car, saisies par le prisme du volume, nos exportations ont reculé de plus de 3% durant les 3 premiers mois de 2017.

Quant à l’investissement, on peut légitimement se demander comment cela a pu se produire. En effet, les statistiques des  intentions d’investissement déclarées auprès de l’Agence de promotion de l’investissement et de l’innovation (API) affichent une augmentation de 56% à la fin du 1er trimestre 2017. Mais ces intentions d’investissement étaient en net recul au cours des deux premiers mois de l’année (-31,2%). Il semble qu’il y ait eu une véritable ruée des promoteurs aux guichets de l’API au cours du mois de mars 2017 pour que les intentions d’investissement bondissent de la sorte.

 

Alors, cette croissance est-elle fiable ? On ne peut mettre en doute les calculs de l’INS. Est-elle crédible ? En tout cas, elle suscite plus d’interrogations qu’elle ne rassure. 

 

Une croissance qui pose des interrogations plus qu’elle ne rassure

Par Houcine Ben Achour, publié le 19/05/2017 10:59

 

La publication par l’Institut national de statistiques (INS) des indicateurs trimestriels de conjoncture, croissance, emploi, commerce et prix porterait-elle à croire que l’économie du pays est sortie de l’ornière de la crise ? Le gouvernement en est persuadé et l’a fait savoir par les sorties médiatiques de ministres, secrétaires d’Etat et autres ministres-conseillers auprès du Chef du gouvernement Youssef Chahed ?

En a-t-il convaincu l’opinion publique ? Rien n’est moins sûr, tant celle-ci semble surtout préoccupée par les préparatifs du mois de ramadan et de l’aïd. C’est à l’aune de ses déroulements qu’elle jaugera la situation économique du pays. Et de ce point de vue, elle se focalisera, à juste titre sur l’évolution des prix.

 

Or, le niveau général des prix a repris son rythme à la hausse. Cela a particulièrement touché les produits alimentaires, les articles d’habillements et de chaussures, l’ameublement et les articles ménagers. Cela ne fournit guère de perspectives positives. Qu’à cela ne tienne dès lors que la croissance économique donne des signes de reprise.

L’évolution du PIB de 2,1% au cours du 1er trimestre 2017 a de quoi réjouir. L’économie du pays s’éclaircit. Cependant, estimer que cette situation dénote « d’une tendance positive qui se maintiendra tout au long des trimestres suivants de l’année », comme l’a affirmé Ridha Saïdi, le conseiller auprès du Chef du gouvernement chargé du suivi des projets publics, serait aller bien vite en besogne.

Avec Ridha Saïdi, on en a pris l’habitude. Depuis le temps où il exerçait ses fonctions de ministre chargé des dossiers économiques au sein des gouvernements de la Troïka. A l’époque, c’est sur la base de prévisions de croissance qu’il a cautionné et soutenu en dépit de leur caractère irréaliste que furent élaborés les successifs budgets de l’Etat, et donc ce qu’il en a résulté en termes de déficits et d’endettement. Simple parenthèse. Revenons à la croissance du 1er trimestre 2017. Certes, elle réjouit.

 

L’arbre qui cache la forêt

Toutefois, il faut se méfier de l’arbre qui cache la forêt. Car, si l’on se penche sur les performances sectorielles de cette croissance, on en ressort avec un sentiment, à tout le moins, dubitatif. Cette croissance a été essentiellement tirée par le secteur agricole et celui des services. La valeur ajoutée de l’agricole et de la pêche a enregistré une croissance de 4,9% indique l’INS.

Soit. Mais alors, pourquoi cet accroissement de la valeur ajoutée du secteur n’a pas eu d’effet, aussi marginal soit-il, sur les prix des produits agricoles.

 

Au mois d’avril 2017, les prix des légumes frais ont augmenté de plus de 11% en glissement annuel. Ceux du la volaille de plus de 10%, de la viande bovine de près de 7% et du poisson frais de 6%. Seuls les prix des fruits frais et de la viande de mouton ont enregistré une stabilité, en attendant l’été et l’Aïd El Idha. Pour ce qui concerne le secteur des services qui affiche une croissance de 3,4% au 1er trimestre 2017, l’INS indique que cette performance est notamment induite par la forte croissance de la valeur ajoutée du secteur du tourisme (+8,6%) et celui des services financiers (+7,5%).

 

Certes, le secteur financier affiche des indicateurs d’activité trimestrielle en nette progression. Toutefois, s’agissant du tourisme, les résultats sont à prendre avec des pincettes. De l’avis même de certains statisticiens de l’INS, les indicateurs sur lesquels on fonde l’évolution de la valeur ajoutée du secteur touristique n’ont plus la pertinence d’antan.

En effet, on s’interroge de plus en plus sur la solidité de la corrélation entre l’indicateur du nombre des nuitées et celui des recettes en devises. L’accroissement de l’une n’implique pas forcément une augmentation de l’autre.

Dernier facteur de la croissance, le secteur industriel ne semble pas se remettre du marasme dans lequel il se morfond depuis quelques mois déjà. La valeur ajoutée des industries manufacturières affiche un recul de 1,1%. Le secteur des matériaux construction, de la céramique et du verre enregistre un repli d’environ 8%, ce qui suggère une baisse d’activité dans le secteur des BTP et plus généralement de la construction. La baisse se constate aussi dans l’industrie agroalimentaire (-4,2%) alors qu’on pouvait s’attendre à l’inverse compte tenu de performances précitées du secteur agricole.

 

Ainsi, les facteurs sectoriels de la croissance économique au cours du 1er trimestre sont raisonnablement à nuancer. Quand est-il des déterminants de cette croissance, particulièrement en termes d’exportation et d’investissement ? A ce niveau, il faut se rendre à l’évidence. Au terme du 1er trimestre 2017, les exportations tunisiennes ont augmenté. Mais cela n’est dû qu’à un effet-prix qui renvoie au glissement du taux de change. Car, saisies par le prisme du volume, nos exportations ont reculé de plus de 3% durant les 3 premiers mois de 2017.

Quant à l’investissement, on peut légitimement se demander comment cela a pu se produire. En effet, les statistiques des  intentions d’investissement déclarées auprès de l’Agence de promotion de l’investissement et de l’innovation (API) affichent une augmentation de 56% à la fin du 1er trimestre 2017. Mais ces intentions d’investissement étaient en net recul au cours des deux premiers mois de l’année (-31,2%). Il semble qu’il y ait eu une véritable ruée des promoteurs aux guichets de l’API au cours du mois de mars 2017 pour que les intentions d’investissement bondissent de la sorte.

 

Alors, cette croissance est-elle fiable ? On ne peut mettre en doute les calculs de l’INS. Est-elle crédible ? En tout cas, elle suscite plus d’interrogations qu’elle ne rassure. 

 

Commentaires (2) Commenter
Mais le tunisien sait-il calculer déjà pour pouvoir comparer?
DHEJ
| 19-05-2017 15:58
Croissance réelle ou croissance fictive; bref c'est la croissance parallèle!


La Tunisien le roi créateur de problème ne saura jamais manipuler la connaissance européenne à moins que...


D'ailleurs si le chiffre avancé par l'INS est sujette de caution ou de suspicion, y-a-t-il l'influence de la main de RIDHA SAIDI pour dire que le Gouvernements a créé de la richesse?
Pourquoi nous sommes si bloqués???
Dr. Jamel Tazarki
| 19-05-2017 12:11
Dans l'article ci-dessus on peut lire: " Cela a particulièrement touché les produits alimentaires, les articles d'habillements et de chaussures, l'ameublement et les articles ménagers."

==>
Il n'est pas normal qu'il n'y a pas assez de chaussures à bon prix et de bonnes qualités pour tous les Tunisiens dans un pays qui compte un million de chômeurs. Il faut que notre gouvernement, en particulier notre Ministre de l'emploi, sache motiver et faire travailler nos chômeurs même à domicile (en home office).

Il y a quelques années un homme d'affaires français voulait produire des chaussures à Tazarka. Il a commencé d'abord par donner une formation à ses nouveaux employés. Il les a réunis dans une grande salle à la commune de Tazarka et il leur a montré les techniques de la fabrication des chaussures d'une façon artisanale (j'étais parmi les présents, j'avais 17 ans en ce temps-là). Il nous a fourni la formation nécessaire pour assurer la qualité du travail. Puis, il a introduit une nouveauté dans notre monde rural, un système de salaire différentiel aux pièces. On recevait une somme fixe par pièce produite. Puis, cet homme d'affaires nous payait même plus cher car on respectait les normes qu'il nous a fixées pour la production (encore plus de motivation afin de fournir un travail de qualité). Ce Monsieur, venu de l'étranger, a révolutionné notre monde rural en introduisant la même base de calcul du salaire pour les hommes et pour les femmes pour un travail égal ou d'égale valeur. Oh mon Dieu, c'était un bouleversement socio-culturel dans notre petit village où les femmes gagnaient beaucoup moins (sur les champs des autres). Ce Monsieur, venu de loin, a su motiver tout le monde' Je produisais durant mes vacances scolaires des chaussures de très hautes qualités et ceci par dizaines et par centaines! Je ne me faisais pas de soucis pour la vente de ma production. En effet, Je savais que ce Monsieur, venu de très loin, allait acheter toute ma production.

Puis un jour, l'entrepreneur français qui m'employait en travailleur indépendant (freelancer) est rentré chez lui, en France. J'ai décidé alors de continuer à fabriquer des chaussures. J'étais à Nabeul, j'ai acheté du cuir et j'ai démarré avec des Amis de mon village une petite entreprises qui produisait des dizaines et des centaines de chaussures de très bonne qualité et en particulier confortables. Mais seulement, on ne savait pas où les vendre. Les boutiques, les grands magasins, la police municipale sur le marché de semaine avaient des doutes sur l'origine de notre production...

Je me suis adressé à la mairie de Nabeul, les fonctionnaires n'étaient e pas d'accord non plus, les uns prétendaient que oui, je pouvais vendre notre production sur les marchés communaux, mais à titre occasionnel, et les autres prétendaient que l'on n'avait pas le droit de vendre sur le domaine public, (marchés du village ou bords de routes), sans être commerçant inscrit au registre du commerce (j'avais à peine 18 ans, en ce temps-là).

Pour ne pas être hors la loi, je me suis inscrit au registre du commerce et ainsi quelques boutiques ont accepté de mettre notre production (les chaussures que l'on a fabriquées) dans leurs vitrines. Certes, les chaussures ont été vendues mais on ne nous a jamais donné un centime! Ce qui est encore plus grave, j'ai reçu une lettre du fisc pour déclaration de notre "chiffre d'affaire", sinon mon activité à domicile pourrait être considérée comme du travail dissimulé (voir un délit). Eh ainsi, on as dû arrêter à fabriquer des chaussures bien qu'il en manquait en Tunisie!

C'est pareil avec l'hydroculture, si un chômeur en Tunisie voulait produire des légumes en hydro culture dans son jardin ou sur le toit de sa maison, il ne pourrait pas vendre le surplus sur des marchés communaux, sans être agriculteurs inscrit à la chambre d'agriculture. Mais le problème c'est qu'il n'y a pas de chambre d'agriculture dans les grandes villes tunisiennes (en d'autres termes: un citadin ne peut être agriculteur dans une grande ville comme Tunis! Ce qui n'est plus évident)

Je résume, nos chômeurs veulent produire beaucoup de choses, Ils souhaitent subvenir à leurs propres besoins et ne pas dépendre uniquement des autres. Ils désirent également faire pleinement partie de la société et que leur place y soit reconnue. Généralement, ils n'ont pas un problème de financement afin de développer seul des projets, mais plutôt d'avoir des facilités afin de vendre sa production sans parler d'économie informelle.


Croyez-moi, je pourrais faire travailler 1 million de chômeurs en 6 semaines et par conséquent résoudre tout le manque des produits alimentaires, des articles d'habillements et de chaussures, de l'ameublement et des articles ménagers. Je me demande souvent, pourquoi nous sommes si bloqués???

Jamel Tazarki

Beyoncé - I Was Here:
https://www.youtube.com/watch?v=i41qWJ6QjPI
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration