alexametrics
Chroniques

Une communication gouvernementale chaotique

Une communication gouvernementale chaotique

La résilience dont a fait preuve Youssef Chahed face à la vague de mécontentements et de protestations contre la Loi de finances 2018 mérite objectivement d’être saluée. Il y a 4 ans, Ali Laârayedh, alors chef de gouvernement, avait annulé une disposition de la loi de finances 2014, l’article 66 précisément, portant sur le tarif de la vignette des véhicules de transports agricoles, dès les premières manifestations de mécontentements, sans même en avoir préalablement informé Elyes Fakhfakh, son ministre des Finances.

 

Désormais, Youssef Chahed sera entièrement comptable du bilan économique et financier qu’affichera le pays à la fin de l’année. Non seulement, personne ne lui fera un cadeau, mais il s’en trouvera plusieurs à chercher dès le départ à dénigrer, sinon à tenter de mettre des bâtons dans les roues de l’action gouvernementale. Pour l’heure, le chef du gouvernement garde un avantage sur l’opposition et aussi sur ses soutiens ou supposés comme tels, celui du crédit favorable qu’il a auprès d’une large partie de l’opinion publique.  Mais cet avantage risque de s’effriter rapidement en raison d’une stratégie de communication gouvernementale visiblement déficiente. Car enfin, le gouvernement avait conscience de l’impact de certaines dispositions fiscales sur le revenu et le niveau de vie du citoyen, sur les charges des entreprises et donc sur leurs perspectives d’investissement. Il savait que cela allait attiser le feu de la colère. Las, il n’a même pas tenté de contrer le phénomène en allumant des contre-feux.

 

A défaut d’avoir mis en place une approche de communication proactive, le gouvernement en est venu dans la précipitation à mettre en place un ersatz de communication de crise pour calmer la fièvre. Pourtant, les éléments sur lesquels se fondait cette dernière ne sont pas nouveaux. Logiquement, ils devaient être inscrits dans l’agenda 2018 du gouvernement. On ne peut pas imaginer que le gouvernement ait imposé autant de mesures fiscales qui touchent le revenu sans avoir au préalable prévu un programme de soutien aux catégories les plus vulnérables de la population. C’est dans la logique des choses que le gouvernement envisage de réévaluer la pension attribuée à chaque famille nécessiteuse dans le cadre du programme national d’aide aux familles nécessiteuses (PNAFN), qu’il pense à une revalorisation du SMIG ou qu’il innove en élargissant la couverture médicale gratuite ou à taux réduit aux diplômés au chômage.

 

Pour convaincre l’opinion, c’était là les contrefeux qu’il convenait d’allumer parallèlement à l’annonce d’une importante campagne de contrôle économique pour contrer toute velléité de hausse illicite, touchant particulièrement les produits du quotidien et les produits compensés et d’anticiper ainsi tout risque d’émergence d’une valse des étiquettes.

 

Les conférences de presse de Omar Bèhi et Mohamed Trabelsi, respectivement ministres du Commerce et des Affaire sociales n’ont pas eu l’écho escompté car les médias étaient ailleurs, à couvrir les manifestations et les débordements des casseurs.

Pour convaincre le monde des affaires, le gouvernement aurait gagné à ne pas attendre l’occasion du congrès de l’UTICA, la centrale patronale historique, pour présenter aux chefs d’entreprise un programme précis qui mettrait le holà à la bureaucratie. Youssef Chahed aurait réfréné les ardeurs des patrons s’il avait plaidé le projet de loi de finances 2018 en annonçant un calendrier précis de baisse de la pression fiscale ou des charges sociales des entreprises. Les chefs d’entreprise ont besoin de prévisibilité. Et l’objectif de limiter le déficit budgétaire à 3% du PIB en 2020 ne suffit pas, s’il n’est pas accompagné d’éléments qui éclairent les perspectives comme un allégement graduel des charges grevant l’entreprise.

Tout cela méritait d’être communiqué avant que ne naissent les soubresauts. Pas après.

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (3)

Commenter

DHEJ
| 22-01-2018 10:14
Histoire de perception et de réaction!


Le GAMIN est à une énergie potentielle très négative!

zohra
| 19-01-2018 11:37
La politique l'austérité en Tunisie est très nécessaire, indispensable et urgente pour résoudre des problèmes très profonds et qui remontent à 7 ans d'une politique destructrice,

Plusieurs pays avaient adopté la politique d'austérité et qui avait apportè ses fruits économiquement tels que (L'Espagne, l'Italie, et même l'Allemagne..;°)

Il y a eu des cafouillages pour l'annoncer au peuple qui est déjà fragile psychologiquement pour apprendre de telle politique d'austérité.

Nos hommes politiques mentalités sous développées non pas aider non plus ce gouvernement à être courageux.

J'espère qu'elle donnera ses fruits.

Nephentes
| 19-01-2018 10:34
"A défaut d'avoir mis en place une approche de communication proactive, le gouvernement en est venu dans la précipitation à mettre en place un ersatz de communication de crise pour calmer la fièvre."

Chahed paie le prix de la politique de l'autruche, du manque de courgae et de responsabilité.

De fait, ce gouvernement a délibérément opté pour la non-divulgation d'informations capitales.

Ces informations sont relatives aux conséquences du déficit abyssal du commerce extérieur, de l'encours de la dette publique ainsi que des mesures d'austérité édictées par le FMI.

Il fallait clairement expliquer à la population que :

- les bailleurs de fond exigent l'accélération et le déploiement intégral des réformes institutionnelles associées à l'assainissement des finances publiques, au dégraissage de la fonction publique, à la vente des principales entreprises de service public,à la hausse des impositions indirectes sur les dépenses (TVA)

- que ces exigences allaient être respectées par l'application d'une politique de réduction des dépenses publiques, d'incitation aux investissement étrangers et de dévaluation du dinar, avec les conséquences INÉVITABLES en termes de renchérissement des coûts.



A lire aussi

C’est peut-être la faute des réseaux sociaux et de l’usage qu’on en fait en Tunisie depuis quelques

14/10/2018 18:30
17

Mer méditerranée. En plein jour. Le ciel est bleu. Aucun nuage en vue. Vagues imperceptibles.

12/10/2018 16:00
11

Il ne fait aucun doute que l’actualité de ces prochains jours et prochaines semaines sera focalisée

11/10/2018 18:00
1

Nous vivons dans un pays merveilleux. Nous oscillons entre mauvaises nouvelles et déceptions d’un

10/10/2018 16:59
2

Newsletter