Tunisie - Meurtre d’un syndicaliste au Kef

Envoyer cette page
L’UGTT rapporte dans sa page officielle, en ce 1er janvier 2014, que des inconnus ont pénétré dans le domicile de l’instituteur syndicaliste, Mohamed Tahar Laâbidi, dans la région du Seress du gouvernorat du Kef pour le tuer, dans la nuit du 31 décembre.

L’UGTT a dénoncé ce crime immonde et a indiqué que l’enquête suit son cours afin de dévoiler les criminels et leurs motivations.


Ads
35 commentaires
CRIME DU SERS LA VÉRITABLE HISTOIRE
JUSTIN13 |04-01-2014 13:38
Les gens me font marré par leur stupidité, vous balancer tous des propos alors que personne ne connais la véritable histoire dans son début,
Cette pauvre femme est une femme violenté et abusé par son mari, ça n'a rien d'un imam, c'était une personne qui aimé boire et rentré chez elle pour violenté sa femme, parfois même il ramené des amis a lui dans son domicile conjugale pour pratiquer des tournantes, abusée et salie de par son corps et son âme, cette pauvre femme avais du mal à en parler à ces proches.
Avec le poids du temps et la souffrance cumulé, elle fut appel à un ami d'enfance qui a été élevé et grandis dans la même maison, leurs relation étais seines, la réaction de ce dernier étais celui d'un frère.
Le but de son intervention était de donné une leçon à l'instituteur, malheureusement la suite tragique vous la connaissez tous.
Maintenant,
A-moi de vous poser la question, qui est le vrais fautif dans l'histoire ?
La pauvre prof de français, violé, tabassé et sali par son mari ou l'instituteur syndicaliste soit disant imam
Bringeure dans l'âme avec un taux d'alcool toujours élevé malheureusement décédé dans ce drame.
@BN
Pitbul |02-01-2014 15:01
Vs n'avez pas honte de ne pas mettre à jour votre article .
DOMMAGE !! ! !

POLITIQUE = MALHONNETETE INTELLECTUELLE .
@john wayne
saga |02-01-2014 14:53
ce que j'attend avec impatience c'est la victoire de l'armée de Bashar, le raz de marée nationaliste et les exécutions à l'aube.

Saga, descendant de militants nationalistes
rectifier l'information
chokri |02-01-2014 14:27
Mais qu'attendez vous pour rectifier cette information suite à l'arrestation de l'épouse du défunt et ***
Maintenant que la vérité sur cet assassinat
safsaf123 |02-01-2014 12:02
Maintenant que la vérité sur cet horrible assassinat est apparue, cela montre que :
1) les tunisiens sont impatients : ils veulent toujours et dès les premières minutes suivant un incident attribuer le tort à quelqu'un. A croire que tout le monde est devenu juge. Sur un incident horrible on a vote voulu attribuer une connatation politique
2) Le meurtre sauvage de cet homme par ses proches, prouvent qu'en Tunisie il y a des psycopathes partout. La Tunisie devrait rétablir la peine de mort pour qu'à chaque crime sauvage de ce genre, l'assassin sera mis hors d'état de nuire à la société.
Race supérieure?
Gg |02-01-2014 09:11
JW dit : "Les hommes comme moi représentent une race supérieure"
Ah la la que ça fait du bien! Je viens de me lever, et depuis dix minutes je me répète à moi-même "Les hommes comme moi représentent une race supérieure"
Eh bien essayez, vous aussi, vous allez voir comme ça fait du bien!
Allez, allez, répétez avec moi
Les hommes comme moi représentent une race supérieure
Les hommes comme moi représentent une race supérieure
Les hommes comme moi représentent une race supérieure
Alors? C'est bon, n'est-ce pas?
@Kameleon78 ' où sont les milliers de victimes d'Ennahda
Forza |02-01-2014 08:21
Vous comparez Ennahda a Rebespierre, soyons un peu objectifs. Où voyez-vous les milliers de victimes d'Ennahda. Elle quitte le pouvoir sans prisonniers politiques, sans vengeances des rcdistes et des élites corrompues au sein de l'administration et de l'économie et sans aucune vengeance des medias qui la dénigrent jour et nuit. En faite Ennahda n'a aucun pouvoir. Il suffit de voir la programmation de TTN et Hannibal du réveillon pour le comprendre. Les scènes de danse érotique qu'elles ont présentées étaient interdites sous Ben Ali et il avait raison. Même en Europe, on ne programme pas sur les chaines étatiques des films érotiques avant 22 :00.
La crédibilité est mise en question
Abel Chater |02-01-2014 08:14
Au moment où les syndicalistes du Kef le confirment eux-mêmes par le biais des chaînes TV de Tunis 1 et Tunis 2, que l'affaire est purement familiale et criminelle de routine, ici sur cette colonne, on persiste et on signe, pour que ce meurtre d'un "syndicaliste", soit différent du meurtre d'un "Khobsiste".
Pas de démenti et pas de rectification, du moment que les flèches virtuels ne visent que la Troïka du gouvernement.
Sachons que l'histoire ne nous a jamais montré une réussite à long terme, par les mensonges et par les intrigues.
Ceux qui font usage de telles pratiques nauséabondes, ont-ils oublié notre proverbe tunisien, qui dit : "le mensonge a les pieds courts" (al-kidhb sakih kessira).
Ni John Wayne, ni les Khwenjya
kameleon78 |01-01-2014 21:50
Moi je suis encore un idéaliste, je crois en l'homme, je pense que nous traversons une période difficile post révolutionnaire telle que l'a vécue la France de 1789 à 1794. Souvenez-vous de l'euphorie des premiers moments en 2011 comme 1789, puis la période qui a suivi avec "La Terreur" instaurée par Nahda et ses salafistes qui ressemble étrangement à celle instaurée par le dictateur Robespierre (1793) qui a tranché des milliers de têtes à la guillotine. Ironie du sort, il a fini lui-même guillotiné ainsi que ses amis. En cela, John Wayne pense qu'avec les "arabes", il n'y a pas d'autres solutions que celle de la dictature dite éclairée (celle de Bourguiba et Ben Ali, pour revenir au 18ème siècle celle de Louis seize), je ne suis pas d'accord, avec le temps et des hommes de valeur nous pouvons espérer pour les prochaines générations un avenir meilleur pour nos compatriotes. Ni Ghannouchi, ni John Wayne, donc ni Robespierre ni Louis seize.
@Garibaldi
kameleon78 |01-01-2014 21:35
Monsieur Garibaldi la flèche veut dire agrandissement du secteur concerné à savoir le gouvernorat du Kef. L'Algérie c'est juste son emplacement sur la carte. Arrêtez de vous prendre la tête pour rien.
1234
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025