alexametrics
A la Une

Tunisie - Le touriste algérien est roi !

Tunisie - Le touriste algérien est roi !

 

La polémique enfle en Algérie où des informations relayées par certains médias, insinuant que les touristes algériens subissaient une discrimination en Tunisie, se sont rapidement propagées. Cette campagne virulente contre la Tunisie a été davantage attisée sur les réseaux sociaux, souvent source d’informations erronées, ce qui a empiré la situation. Ces allégations ont été démenties par la Tunisie qui réitère l’importance qu’elle accorde aux touristes algériens.

 

La nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre : les touristes algériens séjournant en Tunisie seraient maltraités, ils seraient défavorisés, bénéficieraient de moins de privilèges par rapport aux touristes européens et ils seraient même des fois virés des hôtels. S’ajoutent à cela, les rumeurs d’une hausse de 30% des tarifs de réservation appliqués aux touristes algériens. Une information qui a été par la suite niée par le président du syndicat algérien des agences de voyage.

Ce sont ces mêmes médias qui ont aussitôt annoncé que les Algériens ont préféré changer de destination pour l’été et que la Tunisie, comme elle a repris sa clientèle traditionnelle provenant de l’Europe, a appliqué des restreintes sur le quota des Algériens. La Tunisie perdra ainsi son premier marché au profit notamment de l’Egypte, de la Turquie ou du Maroc. Des pays qui, d’après ces médias, sont moins restrictifs, assurent plus de libertés aux touristes, notamment vestimentaire (en référence à l’interdiction du port du burkini), et leur offrent des tarifs raisonnables et concurrentiels pour le visa, le billet d’avion, l’hébergement, le transfert naval et les visites avec un bon service. Tout cela outre la facilité d’accès à ces pays avec l’ouverture de deux lignes aériennes directes vers Sharm El Sheikh en Egypte et Antalya en Turquie.

Ces médias ont, par ailleurs, procédé à la diffamation de certains hôtels et agences de voyage tunisiens en mettant en doute leur professionnalisme. Ils ont même accusée la Tunisie d’ingratitude envers les touristes algériens sur lesquels elle a parié pour sauver la saison touristique en crise depuis l’attentat terroriste de Sousse en juin 2015. Une vidéo a, également, circulé sur les réseaux sociaux montrant des familles algériennes interdites d’accès à un hôtel à Sousse.

 

La réponse du ministère du Tourisme et de l’Artisanat n’a pas tardé à venir où le département a publié une explication des circonstances exactes de l’incident. Il s’est avéré, par la suite, que ces clients algériens n’ont pas été logés en raison de l’absence de réservation préalable.

A ce propos, le président de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH), Khaled Fakhfakh a indiqué qu’il s’agit d’un seul cas isolé d’une famille algérienne qui a débarqué dans un hôtel sans avoir réservé au préalable. M. Fakhfakh a, par ailleurs, déclaré que « les Algériens ont des droits en Tunisie et qu’ils sont sur un même pied d’égalité que les Tunisiens. La Tunisie, de ce fait, doit leur témoigner tout le respect mérité. Le pays ne fait aucune différence entre telle ou telle nationalité ».

La FTH a également, dans un communiqué paru le 10 juillet 2018, dénoncé les rumeurs nuisant à la réputation des hôtels et agences de voyages tunisiens. La Fédération a infirmé ces accusations infondées relevant qu’il s’agit d’une campagne mensongère.

« Les Algériens seront toujours les bienvenus dans les hôtels tunisiens. Nos hôtels accueillent de la même manière tous les visiteurs sans discrimination aucune, dans la limite des disponibilités. Les prix sont fixés suivant des conditions contractuelles négociées à l’avance entre les agences et les hôtels, comme chaque année.
Depuis le début du printemps, la FTH a démultiplié les campagnes de sensibilisation pour inciter les vacanciers tunisiens et algériens à réserver à l’avance, afin de sécuriser la disponibilité des séjours hôteliers.
La FTH réitère son attachement à conserver les excellents liens unissant les acteurs du secteur touristique des deux côtés de la frontière et rejette toute polémique stérile visant à régler des comptes partisans
 », indique le communiqué.

La FTH a, dans ce sens, souligné que le ministère du Tourisme et de l’Artisanat ainsi que tous les professionnels du secteur accordent une grande importance aux touristes algériens dont l’affluence s’étend tout au long de l’année et non uniquement durant la saison estivale.

 

De plus, d’après les chiffres officiels du département, plus de 905 mille touristes algériens sont venus en Tunisie jusqu’au 30 juin 2018, ce qui représente une augmentation de 18% contre la même période de l’année 2017. Le ministère avait prévu l’avènement de 3 millions de touristes algériens cette saison contre 1.8 millions l’année précédente vu les prémices d’une bonne saison estivale qui ont été détectées. 6.5 millions de nuitées ont également été réservées cet été en dépit du choix des deux tiers de ces touristes. Ces derniers optent pour des logements privés au détriment des hôtels ou préfèrent s’héberger chez des amis selon les données de la FTH.

 

Du côté algérien, la députée chargée des algériens résidents en Afrique et Moyen-Orient, Amira Slim, avait souligné, dans un post publié sur sa page Facebook, qu’elle n’avait reçu aucune plainte de touristes algériens. Elle a martelé en disant que cela était totalement faux, affirmant que « les autorités et les responsables du tourisme en Tunisie traitent convenablement les Algériens, à l’instar de tous les autres touristes venant du monde entier ». Une position qui a été confirmée et partagée par plusieurs Algériens exprimant leur fidélité à leur destination habituelle et leur appui au peuple frère.

 

L’Algérie a toujours été le meilleur allié de la Tunisie en temps de crise, apportant un soutien moral et matériel aux Tunisiens. Les deux pays frères ont toujours entretenu un lien particulier indissoluble et l’histoire en est témoin. Après la rumeur de l’imposition d’une nouvelle taxe de 200 dinars sur les transporteurs algériens aux passages frontaliers entre les deux pays, rapidement démentie par la direction générale de la Douane tunisienne, c’est au tour de tourisme de subir ces tentatives de faux-barrages médiatiques. Qui a intérêt à travestir la réalité ? Qui bénéficierait des retombées de telles rumeurs.

 

Boutheïna Laâtar

 

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (56)

Commenter

Salah l'algerien
| 01-09-2018 14:14
La taxe de sejour dans les hotels tunisiens est toujours exigee aux tourites algeriens qui sont mis en difficultes a leur arrivee a l'hotel(bahia beach de hammamet yasmine) parceque les autorites touristiques du pays d'acceuil mantiennent tjrs des positions ambigues sur la chose et utilisent la langue de bois pour noyer le poisson...alors franchement sans detours,y a il taxes hotelliere de sejour ou pas pour le touriste algerien.

Microbio.
| 12-08-2018 21:15
Vous parlez ce que presque tous les Insiders savent et n´osent pas publier .
Je suis très curieux si jamais cette déclaration sera contredite et / ou réprise par notre presse. J'en doute beaucoup!


Merci et bonne soirée!

Aymen
| 12-08-2018 16:19
Ayant des contacts directes avec les hôteliers, je confirme la discrimination envers les touristes algériens et tunisiens. (c'est bien voulu)

En effet, cette année les hôteliers ont décidé d'appliquer un minimum de nuités (4 nuits)
Puis certains hôtels (magiclife) ont décidé d'envoyer une note à l'ensemble des agences de voyages pour exiger que les maillots soient avec un tel tissu (indirectement les burkini sont interdits) cette note n'a jamais circulé uniquement cet été.
...
On va pas commencer à se cacher la face!
Les hôteliers ne cherchent que à s'incliner face aux occidents et je sais les raisons...
Même le ministre de tourisme le sache et ferme les yeux pour des raisons de corruption et blanchissement d'argent par les hôteliers ...

En effet les hôteliers préfère les occidents car ça leurs permettront de ne pas déclarer la totalité des montants des séjours et garder les 30-40% dans des comptes à l'étranger, cet argent s'en serviront pour se couvrir fiscalement en créant des nouveaux projets et bénéficier de l'exonération fiscale durant 10ans pour soit disant ils ont apporté une partie des fonds de l'étranger en devis...

Parlant carte sur table! sans langue de bois!

Je vois le niveau de nos journaliste qui ne font aucun effort d'investigation ...

De Gaulle
| 11-08-2018 13:47
Rien à rajouter. Excellent !

sharif
| 10-08-2018 21:55
dire que pour le cas du burkini c'est une question d'hygiene c'est se moquer des gens . trouvez autre chose . dire que les hotels tunisiens preferent les europeens çà c'est vrai . pour les algeriens c'est le dindon de la farce .

parisien75
| 10-08-2018 14:57
le burkini ou le short(pour homme)peut être mis à mon avis à la piscine si et c'est un grand si,si ceux ci n'ont pas été utilisés dans la rue mais ont été mis que pour aller à la piscine,en plus pour des questions d'hygiène il faut prendre une douche avant de se baigner et en France mettre un bonnet de bain,certains(es) ne se lavant pas les cheveux(poux)

Chaoui
| 10-08-2018 12:59
Saidani est un tunisien d'Oum laarais.
Pour tes autres sahraouis tu peux les garder ,
Ce qui fait marcher l'exploitation du pétrole au sud ce sont toujours les kabyles
Les sudistes travailleurs racontes ça a babaghiyou

EL OUAFFY avec Y à la fin
| 10-08-2018 12:07
Si on raisonne pragmatique et selon l'Etat économique un touriste qui fournie de la devise ce n'est pas comme un touriste qui a des moyens limités et surtout les habitants des pays qui sont aussi dans une situation économique semblable au pays accueillant .
le grand problème ce que les habitants des deux pays non rien d'idée sur l'économie pour eux la situation économique sa n"a pas d'influence et l'investissement dans les ressources humains est inexistence il n'y a pas que les hydrocarbures il y a aussi le blé tendre lui aussi est équivalent au pétrole et le gaz .

emilia
| 10-08-2018 10:19
certains commentaires sont nuls, lamentables, le problème réside dans le respect des uns aux autres, un pays touristique c'est le cas de la Tunisie doit accueillir tous les touristes sur le m^me pied d 'égalité quelques soit leurs origines, et les touristes doivent se conformer aux règles de sécurité, hygiène, conduites..étc des hôtels,
prenant le cas d'un hôtel qui interdit le burkini à tous y compris les tunisiennes, par mesure de sécurité et hygiène, c'est simple au lieu de critiquer tout un pays, il suffit de changer d'hôtels ou de destinations, autre chose cette montée de burkini dans les pays de Maghreb est louche, car une femme qui porte la voile intégrale a déjà fait son choix c'est de ne plus faire des péchés, eh bien une femme voilée ou porte le niqab comment peut elle supporter de regarder des hommes en maillot de bain ( en slip) et surtout leurs maris comment acceptent-ils ce paradoxe?

ABDELMOUMENE NASSIRY
| 09-08-2018 23:30
Je suis sure et certain si les Algériens sont au courant que la Tunisie marche qu'avec les prés à court terme au prés des banques de l'extérieur ,Ils changeront de direction , car chez nous les Arabes nous avons pas de courage de dire la vérité on se cache toujours derrières les faux titres il me semble que le problème est économique peut être la crainte que les produits de première nécessite soutenus par l'Etat seront destinés à autre destination et surtout durant l'actuelle situation d'après ladite révolution peut être durant la période de la règne de SIDNA Ben Ali ( Nassara hou Allah wa hafidahou ) la situation été meilleure et pourrait supporter ce nombre de touristes .
Ce cas ne se pose pas entre L'Algérie et la Tunisie faut inclue aussi la Mauritanie ou un nombre considérable des produits soutenues par L'Etat Algérien sont transférés irrégulièrement à ce pays sans contrôle de l'Etat malgré que L'Etat Algérien pourvue des meilleurs hauts responsables tel que Bédoui , Saydani Zoukhe (ce sont les Sahraouis Algériens ) pleins de patriotisme ceux qui feront leur devoir , ils sont toujours en état de surmené par manque de repos .
Grosso au modo le Ministre de l'intérieur son excellence Badoui a prouvé son efficacité dans la gestion dans le poste qu'il a été confié car il est un Saharaoui Algérien ou l'étroitement est certain malgré qu'ils y avaient certains qui cherchent à le salir cet homme fidèle mais par le temps tout s'éclairera sans doute comme dit la fontaine patience et longueur de temps font plus que force ni que rage il viendra le jour ou ce haute responsable penchera sur le traitement du dossier du tourisme car pour l'instant il est très occupé par autres dossiers plus priorité que le tourisme .

A lire aussi

La scène politique nationale est en pleine effervescence depuis des mois. Cela ne fait que

23/10/2018 19:59
0

La décision prise par l’Instance Vérité et Dignité quant à un nouveau procès à l’encontre de

22/10/2018 19:59
19

Malgré les liens d’amitié et de fraternité qui existent entre la Tunisie et le Maroc, les échanges

21/10/2018 15:59
14

La fusion entre Nidaa Tounes et l’UPL, et la désignation du très controversé, Slim Riahi, au poste

19/10/2018 19:59
9

Newsletter