alexametrics
Dernières news

Tunisair : Mise en place d’une nouvelle stratégie pour retrouver l’équilibre financier

Tunisair : Mise en place d’une nouvelle stratégie pour retrouver l’équilibre financier

La PDG de la compagnie aérienne nationale Tunisair, Saloua Essghaier, a tenu, mardi 24 février 2015, une conférence de presse en présence du vice-président Ali Dridi ainsi que des hauts cadres de la société. Plusieurs points ont été évoqués dont le plan de sauvetage de la société, les résultats financiers de 2013 et de 2014 et l’affaire de la vente des deux avions présidentiels.

Prenant la parole, Mme Essghaier a souligné que les résultats de 2013 ont été impactés par la situation économique et politique du pays, notamment les meurtres de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi. Les indicateurs de 2014 sont meilleurs que ceux de 2013 malgré l’arrêt de l’activité vers la Libye et le marché russe, a-t-elle précisé. Ainsi, selon les résultats prévisionnels, le revenu a atteint 1.118 millions de dinars (MD) en hausse de 3% pour des charges d’exploitation de 1.278 MD en baisse d’environ 3%. Les résultats d’exploitation sont estimés à -160 MD, en amélioration de 30% (la société ayant enregistré des pertes de l’ordre de 205 MD en 2013 et de 276 MD pour les résultats consolidés du groupe). «Nous devons atteindre l’équilibre en 2014, s’il n’y a pas de corrections comptables à faire», a-t-elle prédit.
Autre sujet brûlant, celui de la vente des deux avions présidentiels Airbus A340 (jamais utilisé) et un Boeing 737 BBJ. Mme Essghaier a expliqué que Tunisair avait déjà l’aval de l’ancien gouvernement pour la mise en vente des deux appareils mais par souci de transparence, la compagnie a informé le nouveau gouvernement, qui a entériné l’ancienne décision. Elle a souligné que les deux appareils sont en bon état et en état de navigabilité. On notera qu’une commission nationale est chargée du dossier de vente des avions présidentiels. Les propositions reçues sont traitées dans la plus grande transparence, mais aussi dans la plus grande discrétion eu égard à la confidentialité exigée dans ce genre de transactions par les acheteurs eux-mêmes.

Concernant le plan de sauvetage de la société, la stratégie de restructuration mise en place repose sur trois volets : des mesures financières, des mesures sociales et des mesures organisationnelles.
Côté financier, la société espère en 2015 rétablir son équilibre financier notamment à travers la mise en place d’une nouvelle stratégie commerciale qui misera sur sa nouvelle flotte (en 2016 deux A320 et en 2017 un A 330 et deux A320) et la réception des deux gros porteurs , les nouveaux Airbus A330 en mai et juin 2015 qui permettront à la compagnie de renforcer sa présence sur des destinations africaines et du Moyen-Orient et de développer son activité cargo, diversifiant de ce fait ses activités et améliorant son rendement. Quant à l’ouverture d’une ligne sur Montréal, Tunisair prévoit que celle-ci n’interviendrait pas avant l’été 2016, après l’étude de rentabilité économique de la ligne, notamment en ayant l’engagement ferme de la part des voyagistes de programmer la Tunisie pour la période hivernale dans leurs brochures 2016.
Par ailleurs, Mme Essghaier a noté que la nouvelle stratégie commerciale englobe des mesures pour l’amélioration du service clientèle et l’amélioration du coefficient de remplissage (amélioration de +1,3% entre 2013 et 2014). Autre point, grâce à la baisse du prix du baril de pétrole la compagnie a économisé 22 MD hors effet de change, en 2014.

Concernant le volet organisationnel, une nouvelle structure correspondant plus à l’activité de la société a été préparée et dont l’objectif est l’optimisation des structures de la société. D’ailleurs, pour 2014, l’Etat va prendre en charge 165 MD, une partie de la dette que doit le groupe à l’OACA, et supprimer les 23 MD de pénalités de retard y afférentes. L’Etat a, également, gelé la dette contractée auprès de l’OACA au 31 décembre 2013 d’un montant de 128 MD jusqu’à la vente de l’avion présidentiel et rééchelonner celle contractée auprès de la SNDP au 31 décembre 2013 d’un montant de 61 MD sur 18 mois et sans pénalités de retard. En outre, l’Etat a décidé de réviser la formule de calcul des redevances aéroportuaires en Tunisie indexées sur l’euro afin d’atténuer l’impact du taux de change sur les compagnies aériennes résidentes. Enfin, il va se porter garant pour les crédits qui seront contractés par la compagnie pour qu’elle puisse poursuivre son programme de renouvellement de flotte.
Pour le dossier sociétal, la compagnie s’est mise d’accord avec le syndicat sur le principe de départ volontaire à partir de 2015. 750 personnes répondant aux critères ont présenté leurs dossiers et il reste à valider la liste finale et à trouver la partie qui financera cette opération. Ce plan d’assainissement va coûter globalement 178 MD (52 MD payés par l’Etat, Tunisair et la Caisse sociale).

L’année 2015 sera marquée par la rationalisation du réseau de la compagnie et un renforcement du nombre de dessertes là où la rentabilité est assurée. Le trafic prévisionnel table sur une augmentation du nombre de passagers de 8 à 9,7%, pouvant atteindre 3,8 millions de voyageurs à la fin de l’année 2015. L’autre objectif porte sur l’amélioration du coefficient de remplissage des appareils de 3,1 points pour les vols réguliers et supplémentaires. La recette unitaire devrait également s’améliorer de 2,3%.

«Je suis optimiste, tout en étant réaliste et en prenant en considération le potentiel existant», a conclu Saloua Essghaier.

Imen Nouira

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8) Commenter
Autre betise
observator
| 25-02-2015 13:10
Le fait d'augmenter le nombre d avions et ouvrir de nouvelles lignes ne releve pas d'une nouvelle strategie contrairement à ce qu'annonce la PDG.Plutot cela s appelle developper l activité existante.
Une nouvelle strategie veut dire le developpement d un nouveau produit d'une nouvelle activité...Ce n est pas le cas

Cela prouve la mediorité du niveau de ces dirigeants.
INCOMPETENCE
meskina tounes
| 25-02-2015 09:53
TUNISAIR a longtemps souffert de l'ingérence de l'Etat. maintenant et à l'instar des autres grosses boites étatiques, elle souffre d'une incompétence fatale au niveau de son top management aggravée par un environnement socio-profesionnel pourri. Nous n'avons pas en tunisie les compétences requises pour la gestion d'une compagnie aérienne... pire, la PDG parvient d'une fonction publique malade depuis des années, il ne faut pas s'attendre à un résultat autre que l'échec.
Incompétence
"Meskina tounes"
| 25-02-2015 09:30
TUNISAIR souffre d'une incompétence fatale au niveau du sommet de la pyramide.. Il ne faut pas s'attendre à un vrai redressement avec cette direction générale c'est du bla bla bla...C'est normal que la PDG ne maitrise pas ses dossiers, issue d'une administration Tunisienne malade évoluant à 05 km/heures. Elle ne sera jamais en mesure de bien gérer une boite en diffuculté qui évolue dans un environnement hyper-compétitif évoluant à 200 km/h.... Il ne faut pas se voiler la face nous n'avons pas de compétences en tunisie dailleurs c'est la raison capitale qui pénélisera des démarches de décentratilsation que le gouvernement espère entreprendre.
Des tarifs fixes pour l'Europe,sans service à bord.
muma
| 25-02-2015 08:28
Le sureffectif actuel de notre compagnie nationale ( 8'000 personnes )est le principal obstacle au décollage de Tunisair.
Avec 30 avions disponibles,seul(e)s 3'000 employé(e)s sont nécessaires.faites le calcul.
D'autre part,en prévision de l'OPEN SKY Tunisiair devrait fixer les tarifs ( AR ) en économique vers l'Europe à 300,--- dinars pour pouvoir remplir ses avions avec en prime le minimum de personnel à bord ( un(e) pilote et un(e) co-pilote-mécanicien(ne),sans nourriture et ni journaux à distribuer.
Ainsi,les avions deviennent comme des louages,prêtes à décoller et pleines.
Entre New-York et Montréal,chaque jour 17 vols font la navette ( une par heure ) et les avions sont pleins à craquer.
Faisons de même avec les destinations européennes.L'autre jour,un Tunis-Paris coutait 12,-- euros TTC par charter ( soit 27,--- dinars ).
Les responsables de Tunisiair devraient prendre de nouvelles initiatives dans ce sens.Les tunisien(ne)s sont pénalisé(e)s avec les frais de visa(s) et le timbre de voyage ( stupide ).Qu'en pensez-vous ??
Syndicat
Nakabi
| 25-02-2015 00:55
Brabbi au lieu d'attaquer les syndicalistes de tunisair qu'ils essayent de sauver la compagnie ainsi que les travailleurs chère monsieur citez nous des syndicalistes qui en profitent car nous "syndicalistes " donnons de notre temps et même argent pour sauver notre compagnie toute en respectant les droits des travailleurs .
Bla bla
Mohsen .Ch
| 24-02-2015 20:04
Pour vous dire a chaque voyage que j'ai eu fait avec Tunisair suis déçue le personnel qui tire la gueules et je vous dis pas les pris abusif et la bouf dégeu , regardé les pris de Swiss(Air) personnel accueillant bien formé ! le marché Africain sa vous vas très bien
Mohsen
Je ne pige pas
observator
| 24-02-2015 19:27
Je cite : 'Nous devrons atteindre l équilibre en 2014 s il n y a pas de correction comptable' a t elle dit!
Déjà elle part d une perte d exploitation de 160 millions de dinars en 2014. deja sans les corrections comptables elle aura du mal à trouver 160 millions de résultat extraordinaire pour équilibrer ses comptes. rAjouter à cela les éventuelles corrections comptables certainement pour risques divers et dont la pdf semble ignorer l origine je ne vois pas comment elle pourra équilibrer les comptes 2014 c est a dire égaliser les produits et les charges. Son commissaire aux comptes a du lui raconter n importe quoi pourqu'elle puisse dire quelque chose à l occasion de sa conférence.
Ce qui me gêne dans tout cela c est que j ai l impression que ce Pdgpdf a l air de nager dans le flou alors que c est l avenir de tunisair et ses conséquences qui sont en jeu. Voilà comment nos entreprise sont gouvernés aujourdhui. Regardez les sommes colossale que l ETat doit injecter dans les comptes de tunisaair pour financier les bêtises de ces médiocres et les privilèges des ugtistes qui gouvernent la compagnie. Ce sont nos impôts qui sont versés à ces privilégiés qui viennent nous raconter n importe quoi. C est la Tunisie laborieuse qui paye pour ces oisifs qui vivent à nos crochets.
Ou bien IMen NOuira n a rien compris mais j en doute fort. Plu loin on lit dans l article que tunisair table sur un équilibre fianancier en 2015. Pourquoi parle que l équilibre de 2014 n était financier ? Allez comprendre quelque chose. Comment voulez vous que ce PDg gère tunisair s il n est même pas capable de rendre compte d une manière claire de cette compagnie.
J essaye de trouver une explication je pense que tunisair est gouverné par des lobbys qui défendent leurs privileges et le redressement de tunisair est le dernier de leur souci.

Tant pis on empruntera les milliards de dollars à 5.75 pour garantir leur privileges. Les générations futures paieront.

Misez sur le HUB
mehdi
| 24-02-2015 17:20
vivement un HUB à Tunis ou Ennfidha et des longs courriers

A lire aussi

En préparation de la grève dans la fonction publique, prévue le jeudi 22 novembre 2018, les

17/11/2018 10:11
3

Après son départ du ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, l'ancien

17/11/2018 09:30
0

Rachid Khechana vient d'être nommé PDG de l'agence de presse Tap tel que décidé lors de la réunion

17/11/2018 09:12
0

Le nouveau ministre du Transport, Hichem Ben Ahmed a procédé, ce vendredi 16 novembre 2018, à la

16/11/2018 22:15
0

Newsletter