Tout sauf Abdallah...

Businessnews.com.tn | publié le 19/04/2017 15:59
Par Marouen Achouri,

L’actualité de cette semaine est extrêmement fournie. De quoi donner le tournis au plus talentueux des chroniqueurs et au plus fin des analystes. Entre l’obtention d’un prêt du FMI, présentée comme une victoire et un accomplissement, et les tribulations dégueulasses des ONG et des chaînes de télévision, une vraie question s’impose à nous : Si le gars qui voulait exploser le plus célèbre bordel de Tunisie avait réussi son coup, est-ce que les professionnelles sur place auraient été considérées comme des martyrs ?

 

Question qui nécessite, pour y fournir une réponse, les efforts des hommes de religion mais aussi ceux de la société civile, et puis pourquoi pas un débat sur un plateau télé avec certains journalistes. On pourrait aussi envoyer des caméramans sur place et faire un reportage. Enfin bref, il serait important de creuser cette question.

 

En plus ce sont les prostituées elles-mêmes qui ont alerté les forces de l’ordre sur la présence de ce terroriste. N’est-ce pas là un signe de bravoure et de courage ? Les prostituées n’en sont pas privées en tout cas. D’autres, autrement plus importants et plus influents, n’ont pas hésité à baisser le froc devant les terroristes et pour les terroristes, parmi les ONG notamment. Mais quand on enveloppe la prostitution d’un voile de chasteté et de belles paroles, on peut aller très loin.

 

Mais que voulait faire le terroriste en question ? Le gars avait été suivi par les forces de police parce qu’il appartenait à Ansar Chariâa. C’est dire s’il a de l’expérience en termes de prostitution. Donc, son projet était d’aller exploser les prostituées, au sens propre. Mais pourquoi ferait-il cela ? Pour aller au paradis et y retrouver les prostituées halal ? Quelles que soient ses motivations, ce terroriste voulait frapper un grand coup. C’est que la maison close de Tunis leur était restée en travers de la gorge quand, au tout début de l’ère post-révolution, ses compères salafistes avaient essayé d’« islamiser » cet endroit. Ils y ont rencontré de longs bâtons et des jurons à faire pâlir les pieux agneaux qu’ils semblaient être. C’est qu’il est périlleux de s’attaquer aux prostituées. Elles ont une capacité extraordinaire à s’attirer la sympathie des gens en faisant beaucoup de bruit autour d’elles. C’est un caractère commun à toutes les prostituées, dans tous les domaines, apparemment. Pas uniquement dans les maisons closes…

 

Et puis, dans tout ça, il y a les spectateurs. Les petites saintes-nitouches qui font les choquées devant ce qui se passe, qui jouent les indignées et les gardiennes de la morale. Cela aurait été crédible si elles n’avaient pas, elles-mêmes, longtemps bourlingué dans les méandres de la prostitution. Se placer aujourd’hui en donneur de leçon alors qu’on est une célébrité du monde de la prostitution, ce n’est pas « classe ». Faire la vierge effarouchée alors que l’on a longtemps donné dans « l’échange de bons procédés » n’est pas très cohérent. Ça ne veut pas dire que les prostituées d’en face valent mieux, mais au moins elles assument ce qu’elles font et ne donnent de leçons à personne, elles.

 

Dans ce marasme généralisé, bien heureux celui qui peut dire qu’il n’y a pas de prostituées dans son domaine de profession. Alors, ne jetons pas la pierre à celles dont c’est le métier et n’essayons pas de les faire exploser quand même ! Tout sauf Abdallah ! Ce sont les plus honnêtes…

Tout sauf Abdallah...

Par Marouen Achouri, publié le 19/04/2017 15:59

L’actualité de cette semaine est extrêmement fournie. De quoi donner le tournis au plus talentueux des chroniqueurs et au plus fin des analystes. Entre l’obtention d’un prêt du FMI, présentée comme une victoire et un accomplissement, et les tribulations dégueulasses des ONG et des chaînes de télévision, une vraie question s’impose à nous : Si le gars qui voulait exploser le plus célèbre bordel de Tunisie avait réussi son coup, est-ce que les professionnelles sur place auraient été considérées comme des martyrs ?

 

Question qui nécessite, pour y fournir une réponse, les efforts des hommes de religion mais aussi ceux de la société civile, et puis pourquoi pas un débat sur un plateau télé avec certains journalistes. On pourrait aussi envoyer des caméramans sur place et faire un reportage. Enfin bref, il serait important de creuser cette question.

 

En plus ce sont les prostituées elles-mêmes qui ont alerté les forces de l’ordre sur la présence de ce terroriste. N’est-ce pas là un signe de bravoure et de courage ? Les prostituées n’en sont pas privées en tout cas. D’autres, autrement plus importants et plus influents, n’ont pas hésité à baisser le froc devant les terroristes et pour les terroristes, parmi les ONG notamment. Mais quand on enveloppe la prostitution d’un voile de chasteté et de belles paroles, on peut aller très loin.

 

Mais que voulait faire le terroriste en question ? Le gars avait été suivi par les forces de police parce qu’il appartenait à Ansar Chariâa. C’est dire s’il a de l’expérience en termes de prostitution. Donc, son projet était d’aller exploser les prostituées, au sens propre. Mais pourquoi ferait-il cela ? Pour aller au paradis et y retrouver les prostituées halal ? Quelles que soient ses motivations, ce terroriste voulait frapper un grand coup. C’est que la maison close de Tunis leur était restée en travers de la gorge quand, au tout début de l’ère post-révolution, ses compères salafistes avaient essayé d’« islamiser » cet endroit. Ils y ont rencontré de longs bâtons et des jurons à faire pâlir les pieux agneaux qu’ils semblaient être. C’est qu’il est périlleux de s’attaquer aux prostituées. Elles ont une capacité extraordinaire à s’attirer la sympathie des gens en faisant beaucoup de bruit autour d’elles. C’est un caractère commun à toutes les prostituées, dans tous les domaines, apparemment. Pas uniquement dans les maisons closes…

 

Et puis, dans tout ça, il y a les spectateurs. Les petites saintes-nitouches qui font les choquées devant ce qui se passe, qui jouent les indignées et les gardiennes de la morale. Cela aurait été crédible si elles n’avaient pas, elles-mêmes, longtemps bourlingué dans les méandres de la prostitution. Se placer aujourd’hui en donneur de leçon alors qu’on est une célébrité du monde de la prostitution, ce n’est pas « classe ». Faire la vierge effarouchée alors que l’on a longtemps donné dans « l’échange de bons procédés » n’est pas très cohérent. Ça ne veut pas dire que les prostituées d’en face valent mieux, mais au moins elles assument ce qu’elles font et ne donnent de leçons à personne, elles.

 

Dans ce marasme généralisé, bien heureux celui qui peut dire qu’il n’y a pas de prostituées dans son domaine de profession. Alors, ne jetons pas la pierre à celles dont c’est le métier et n’essayons pas de les faire exploser quand même ! Tout sauf Abdallah ! Ce sont les plus honnêtes…

Commentaires (15) Commenter
Tout sauf Karoui ... mon cher Marouen
Adel
| 21-04-2017 10:08
On se demande si vraiment BN est sérieuse. On fait l'omerta sur l'affaire Karoui qui ébranle notre perception de la presse et on se concentre sur des mini Buzz. Décidément les journalistes de BN ne ménagent aucuns efforts pour couvrir des événements médiocres dans un jeu d'influences aux buts inavoués... mais bien connus des ses lecteurs.

Cette mise à l'écart de la part de BN du débat les affaires Karoui est faite au profit de la médiocrité. On veille à ce que le Tunisien reste mal informée, sous informée voire même désinformée.






Genre
Yaqdhan
| 20-04-2017 15:44
Monsieur Achouri,
Pour que l'ironie opère et afin d' éloigner tout machisme, j'aurais mis "prostitués" au masculin dans votre phrase qui généralise le phénomène:"Dans ce marasme généralisé, bien heureux celui qui peut dire qu'il n'y a pas de prostituées dans son domaine de profession".
Cordialement.
Vive les prostituées patriotes !
el manchou
| 20-04-2017 14:56
Le type avait envoyé un message à un ami : "je vais m'éclater à Abdallah" mais la police a cru qu'il voulait éclater le bordel d'Abdallah.
hara-kiri et hara-ktounsi
mongi
| 20-04-2017 14:54
Si hara-kiri est le suicide rituel honorable pratiqué par les japonais dans différentes circonstances, hara-ktounsi est le suicide rituel pratiqué par certains tunsiens de façcon déshonorable et en toutes circonstances.

A méditer, de quoi faire un bon papier pour la ribrique hebdomadaire
Tout sauf Na.....
Vent du nord
| 20-04-2017 12:18
Tout sauf Nabil Karoui Mr Achour . Bravo à tout les journalistes libres de BN pour leurs engagements habituels .
Islamisation
Ataturk
| 20-04-2017 11:25
Et si le coup avait réussit? ça aurait été une aubaine pour les islamistes au pouvoir, une occasion en or pour fermer définitivement ce qui reste des maisons closes pour "des raisons de sécurité".
Après la fermeture du point de vente de boissons alcoolisés à El Djem, d'une discothèque accusée d'atteinte aux bonnes m'urs à Hammamet, d'un restaurant-cabaret suite au décès d'un client ayant chuté des escaliers également à Hammamet, l'islamisation de la Tunisie est en bonne marche.
Demande:
A4
| 20-04-2017 08:25
Un peu de tolérance SVP !
La verite.
toto
| 20-04-2017 06:05
Ces islamo-pedophiles n'aiment pas les prostituees car ils n'ont pas l'utilite.Leurs trucs a eux, sont les fillettes et les petits garcons.
Les maisons de tolérance répondent à un besoin
Mohamed 1
| 20-04-2017 01:13
Les maisons closes ont toujours existé et rendent un grand service au pays.
Dans les temps lointains un émir arabe sous le coup d'un accès de pudibonderie s'est essayé à fermer les maisons closes.
Mal lui en prit. Il a dû vite ordonner leur réouverture.
En effet les maisons closes servaient principalement à:
-Satisfaire les élans sexuels de l'armée
-Empêcher le viol des femmes libres.
-Satisfaire sexuellement les jeunes hommes encore célibataires.
-Empêcher le développement de l'homosexualité.
Comme tous les indicateurs de ces objectifs sont passés au rouge, l'émir a compris que ces maisons de tolérance malgré leur réputation détestable rendaient un service appréciable et qu'il n'était plus question de s'en passer. C'est ainsi que les 14 siècles écoulées depuis l'avènement de l'islam ont été une période de cohabitation pacifique bien comprise avec les maisons closes en terre d'islam.
Aujourd'hui les imposteurs professionnels toujours à la recherche d'événements sensationnels capables de faire briller leur image auprès des gens pieux n'ont pas trouvé mieux que de s'attaquer à ces établissements, alors que cela a déjà été essayé dans les passés lointains, avec comme sanction un échec cuisant. Mais qu'importe! L'essentiel n'est pas de rendre service à la communauté, l'essentiel est de se faire remarquer et engranger de nouveaux partisans.
Cachez-moi ce sein que je ne saurais voir
kameleon78
| 19-04-2017 19:37
La prostitution est le plus vieux métier du monde et les passes devraient être remboursées par la sécurité sociale tant que que cela apporte à la société : cela diminue les viols, les dépravés sexuels, et cet établissement est contrôlé par les services sanitaires du pays. Les islamistes pour des raisons idéologiques s'attaquent à ce haut lieu de la prostitution mais je parie que bon nombre d'entre eux s'y sont rendus au moins une fois dans leur vie. C'est bien connu les religieux quelque soit le culte sont des hypocrites, ils sont obsédés par le sexe, voir les imams impliqués dans des affaires de pédophilie ainsi que leurs confrères catholiques. Cachez-moi ce sein que je ne saurais voir. (Tartuffe de Molière).
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration