alexametrics
Chroniques

Tant que le projet islamiste est vivant, le terrorisme ne mourra pas !

Tant que le projet islamiste est vivant, le terrorisme ne mourra pas !

Par Nizar Bahloul

 

Nous étions en plein farniente, en pleine improductivité estivale, sous les parasols ou sous les paillotes (la nouvelle tendance hammaméto-soussoise), quand soudain le ciel nous est tombé sur la tête avec cette information dramatique : un guet-apens du côté de Ghardimaou, sur les frontières tuniso-algériennes, a eu raison de six de nos agents de la Garde nationale. C’est le groupe Katibat Okba Ibn Nafâa qui en serait derrière.

Ce n’est pas le premier acte terroriste et celui-ci n’est qu’un de plus. Le plus gros risque est que ce genre d’actes soit banalisé et, hélas, celui d’hier prouve que l’on est déjà dans la banalisation. Pire, on a dépassé le stade de la banalisation pour atteindre celui de l’indécence.

Paix à vos âmes soldats ! Je m’interroge sincèrement et avec énormément d’amertume si votre mort servirait à quelque chose, car vous avez laissé derrière vous un bon nombre de crétins dont la particularité est d’être trop bruyants !

 

A la veille de ce drame, les nantis étaient sous les parasols et les paillotes, les contrebandiers étaient en train de pleurer les pertes enregistrées après avoir spéculé sur les prix du lait et les précaires étaient en train de chercher une solution budgétaire pour finir le mois.

Pendant ce temps-là, nos hommes politiques étaient en train de se jeter des peaux de banane et de se tirer les cheveux comme de vulgaires commères. Un coup par ci, un coup par là et les médias comptaient les points des deux camps en mangeant du popcorn. Parfois, il y a des coups qui les atteignent comme celui lancé vendredi par le camp de Hafedh Caïd Essebsi avec sa liste noire de journalistes (j’y figure, merci pour l’honneur) ayant reçu des livres sterling de chez la Reine Elizabeth II. Bien entouré de Borhen Bsaïes et Noureddine Ben Ticha, le « fils à papa » prend le chemin des renégats et félons de Ben Ali, de la liste noire de Lotfi Zitoun (version 2012) et du Livre noir de Moncef Marzouki. Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose, « ça m’en touche une, sans faire bouger l’autre », a dit Jacques Chirac un jour. 

Nos hommes politiques étaient donc à couteaux tirés et attendaient impatiemment que le FMI nous débloque la 4ème tranche de son crédit pour que l’on passe à l’étape suivante : le remaniement. Youssef Chahed allait-il rester ou pas ? Rached Ghannouchi continuera-t-il à le soutenir après sa réunion avec Béji Caïd Essebsi samedi ? L’UGTT fumera-t-elle le calumet de la paix avec Youssef Chahed s’il lui accorde les augmentations voulues ?

 

Et puis vint le drame ! Six agents de la Garde nationale décèdent suite à une attaque terroriste. Dans les démocraties établies, les pays civilisés et les pays où la bannière nationale est au dessus de tout, un pareil attentat aurait dû raffermir l’unité nationale (celle des 15 janvier 2011, du 6 février 2013 et du 25 juillet 2013) pour cerner le problème, identifier les coupables et trouver les solutions. C’est le drapeau national rouge (comme le sang des martyrs) et blanc qui aurait dû surplomber tous les toits hier.

Pour les hommes politiques, le sang des martyrs était une occasion pour récupérer quelques dividendes politiques. Pour plusieurs, l’indécence l’a disputée à la bêtise, comme on a pu le constater dans les réactions de plusieurs qui cherchaient à faire tomber le gouvernement.

Pour les médias, certains ont choisi d’inviter n’importe qui et de mélanger les torchons et les serviettes et d’autres se sont transformés en chambre de résonnance des groupes terroristes.

Pour le reste de la population, le drame était une occasion, pour tout un chacun, de présenter son « doctorat en sciences politiques et en lutte contre le terrorisme ».

A les écouter, si Lotfi Brahem était resté ministre de l’Intérieur, il n’y aurait pas eu de drame. Il est inconcevable que Ghazi Jeribi limoge 115 directeurs du ministère de l’Intérieur, Youssef Chahed est coupable de ce drame etc. En bref, nous étions onze millions d’experts hier pour parler de tout, sauf de ce terrorisme et de cet islam politique qui nous menace tous ! 

 

Le plus grand absent hier était cette unité nationale et c’est encore plus dramatique que le drame lui-même, car nous avons démontré que le sang de tous les soldats morts depuis 2011 n’a servi à rien ! 

De quelle unité nationale peut-on parler quand on constate que la démocratie choisie depuis 2011 est devenue un facteur de division ? Que des partis politiques considèrent la Tunisie comme une simple « wilaya de la Umma islamique» ; que des partis au pouvoir veulent instaurer la « chariâa » ou un maximum de textes qui s’en inspirent ; que des députés islamistes changent leur photo de profil pour la remplacer par celle du dictateur turc Erdogan, celui-là même dont on vante les mérites « démocratiques » 24/7 ; que l’honneur des femmes et des hommes publics est sali juste parce qu’ils ont une opinion différente !

Bourguiba et Ben Ali étaient convaincus par une théorie et ce que nous vivons depuis 2011 leur donne raison à tous les deux : « La démocratie se fait par étapes, elle ne peut pas être imposée du jour au lendemain à un peuple qui n’est pas suffisamment cultivé et civilisé, on risque tout simplement la déliquescence de l’Etat ! ». Leur théorie n’a cependant pas tenu compte du risque de leur propre hégémonie sur l’Etat.

Résultat des courses : nous ne sommes pas maitres de notre destin sous la dictature, mais nous ne le sommes pas non plus, sous la démocratie, à cause de cette menace du terrorisme islamiste, certes, mais pas seulement. Car ce qui nous arrive comme drames, c’est aussi à cause de l’islamisme tout court, de notre totale inculture politique, de notre incivisme, de notre paresse, de notre improductivité, de l’assistanat que nous exigeons de l’Etat et de notre égoïsme.

 

Le terrorisme frappe partout, mais ses causes diffèrent d’un pays à un autre. En occident, les terroristes frappent pour répliquer aux guerres déclenchées contre l’islam, d’après eux. Ils ne distinguent pas parmi leurs victimes. Chez nous, ils frappent pour casser les bases mêmes de l’Etat et ne s’en prennent qu’aux soldats de l’armée et des forces de l’ordre. Leur projet a le mérite d’être clair : ils veulent instaurer la chariâa par la force et recréer une « Umma islamique ». Un projet  identique à celui des partis islamistes qui entretiennent la même idée, mais utilisent juste des moyens politiques pour atteindre cet objectif commun. Les uns se servent de leur cerveau, les autres se servent de leur épée. C’est avec ce projet en entier qu’il faut en finir pour pouvoir avancer.

Sans unité nationale, sans projet national commun, sans un Etat démocratique, civique, républicain et laïc, ces terroristes risquent d’avoir de bons jours devant eux.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (39)

Commenter

ourwa
| 16-07-2018 20:07
Alors taoufik, vous la bouclez ?....ou bien vous avez encore des "commentaires" à la gomme, macérés dans l'indigence argumentative et le néant érigé en "raisonnement" ?
Et pour que vous compreniez bien mon raisonnement, je vous offre encore ce verre:" Entre la peste et le choléra, on ne doit choisir ni la peste, ni le choléra;" Dégustez!

ourwa
| 11-07-2018 18:47
Vous comprenez tout de travers; je ne donne raison, ni à bourguiba, ni à ben ali, ni à nahdha et ses larbins, passés et actuels, je les mets tous dans le même sac nauséabond, celui de l'hypocrisie, de la tromperie, de la gabegie, de l'oppression, du vol, du mépris total de la population...avec une mention spéciale pour nahdha, artisan majeur supposé ( BN, prends note: supposé) du terrorisme, des attentats sanglants et meurtriers, du totalitarisme infect, déjà initié par bourguiba, renforcé par ben ali, aggravé par marzouki et confirmé par votre idole BCE, vu le retournement de veste de BCE après les élections législatives. Vu?... Il n'y a pas de juste mesure, ni d'étapes à la gomme; la démocratie et des lois républicaines justes, égalitaires, humanistes se doivent être entières, respectées totalement et contrôlées continuellement dans leur application; c'est le devoir d'un Etat qui se dit démocratique. Or ce n'est pas le cas, loin de là. Vous vivez dans un pays et au sein d'un peuple berné, trahi, méprisé...abreuvé à longueur de temps de discours "officiels" mensongers, niant sans aucune honte la réalité socio-politique du pays. Après 7 ans d'une révolution avortée, car noyée dans le sang et phagocytée dès le début par les mafias bourguibistes-bénalistes et surtout par vos amis islamo-fascistes du bled et d'ailleurs, le pays agonise sous la misère, la hausse exorbitante du coût de la vie, de la mort programmée des services publics, tous les services publics, Enseignement, Santé, Logement, Collectivités locales, Voirie etc...Le pays se transforme depuis 2011 en une décharge à ciel ouvert, où des épidémies disparues depuis fort longtemps réapparaissent, gale, choléra et j'en passe et des plus horribles, pénurie de lait, de médicaments, alors que la Tunisie négocie depuis quelques mois la vente en Afrique de médicaments fabriqués en Tunisie; vous comprenez quelque chose dans ce merdier?...Je me moque que vous soyez nahdaoui, nidaïste, frontiste ou ammar bezzouer, mais il vous faut vous rendre à la réalité vraie dans laquelle vit le pays, à la logique raisonnée et argumentée quand l'envie de réagir aux commentaires des lecteurs de ce journal vous prend. Vos remarques indigentes, nullement argumentées, ridicules, relèvent des bavardages des cafés de Bab Souika, Bab Souika que j'adore, au demeurant.
salut

Benje
| 11-07-2018 15:51
Ce n'est plus un projet l'slamisation de la société tunisienne c'est programme en cours de exécution à pas forcés par les urnes pour Nahda et par l'épée pour ces sympathisants et autres parti et organisation terrorristes ! Si le camps des progressistes et modernistes n'ait de puis l'indépendance ne se rassemble pas pour contrer ce fléau nous allon vers un ne société orientales féodales et ultra conservatrice

taoufik
| 10-07-2018 20:17
Vous commettez un commentaire tout en contradictions. Vous reprochez leur totalitarisme à Bourguiba et à Ben Ali, qui pensaient que le pays n'était pas encore mûr, tout en fustigeant l'horrible l'islamo-fascisme issu d'un vote ..démocratique, donc pas vraiment mûr.
Vous donnez raison à Bourguiba tout en prétendant qu'il avait tort.
C'est loin d'être une bombe votre commentaire...
Il se censure de lui-même.

ourwa
| 10-07-2018 17:46
" Bourguiba et Ben Ali étaient convaincus par une théorie et ce que nous vivons depuis 2011 leur donne raison à tous les deux : « La démocratie se fait par étapes, elle ne peut pas être imposée du jour au lendemain à un peuple qui n'est pas suffisamment cultivé et civilisé, on risque tout simplement la déliquescence de l'?tat . Leur théorie n'a cependant pas tenu compte du risque de leur propre hégémonie sur l'?tat.", dites-vous, M. Bahloul. C'est étonnant, cet art du raccourci dont vous êtes un éminent spécialiste!... De 1956 à 1987, soit quasiment 30 ans, Bourguiba n'a fait que renforcer son pouvoir personnel, quasiment totalitaire et où toute opposition réelle est proscrite, où l'?tat s'est mu très vite en un '?tat jamais cessé d'être un '?tat policier. Ben Ali, à la fois flic et militaire, n'a fait que perpétuer la tradition bourguibienne, en l'aggravant , en la transformant vite en un régime ouvertement mafieux. Sous la botte du parrain bourguiba, comme sous les sabots de son disciple ben ali, il n'y a jamais eu d'ouverture démocratique, même avant l'apparition du virus islamo-fasciste. Aujourd'hui, BCE, votre idole, préside sur un trône en carton pâte, servant des islamo-fascistes au pouvoir que vous exécrez, d'ailleurs à juste titre...Vous semblez oublier-semblez seulement ?...- que votre mentor BCE, n'a jamais cessé de manger dans la gamelle de Bourguiba, avant de picorer les miettes lui étant offertes par ben ali, en présidant l'assemblée nationale RCD...pour finir, aujourd'hui qu'il est président, de confier le pouvoir aux islamo-fascistes de nahdha...malgré ses engagements mensongers durant la dernière campagne électorale des législatives. De votre part, pousser l'insulte envers les Tunisiens, comme vous le dites implicitement, comme quoi ils « ne  seraient politiquement pas mûrs, qu'ils seraient encore incultes, non civilisés », comme l'ont dit bourguiba et ben ali, relève du mépris de votre part, mais néanmoins d'une aliénation politique bien claire, la vôtre, imbibée jusqu'à l'os d'une idéologie rétrograde, antidémocratique, totalitaire, bourguibistre-bénaliste qui vaut à peine moins que l'idéologie islamo-fasciste qui campe, en gouvernant, sur le ventre creux d'un pays exsangue, affamé, opprimé, massacré par les suppôts d'un '?tat totalitaire et quasi terroriste... M. Bahloul, c'est grotesque de dénoncer le vote massif pour les islamo-fascistes en vous référant aux citations de deux présidents totalitaires, anti-démocratiques, mafieux, qui, de par leurs choix politiques, sociaux et économiques avaient préparé le terrain boueux et nauséabond dans lequel nahdha et ses alliés, BCE et Compagnie, asphyxient inexorablement et continuellement la population tunisienne que vous affirmez « incultes, non civilisée etc... »
Bahloul, je doute que le présent commentaire soit publié, TEL QU'IL EST, SANS AUCUNE CENSURE, d'ailleurs, de mon point de vue, c'est plus un DROIT DE REPONSE qu'un commentaire. Si vous vous ne le publiez pas, et ce serait votre choix, regrettable, il me suffit que vous le lisiez ; c'est fait. Répondez, si ça vous chante, mais sur le site de BN. Autrement, continuez à gérer BN dans l'ambiguïté et l'allégeance qui caractérise ce journal en ligne. Quand on s'estime réellement républicain, réellement démocrate, l'on se doit de ne faire risette à aucun régime présent ou passé macérés dans le totalitarisme et l'abjection, dans le vol, l'escroquerie et la négation des Droits de l'Homme.

Gg
| 10-07-2018 17:09
Votre commentaire du 10-07-2018 09:57 est empreint d'intelligence et de lucidité.
Je me pose aussi la question de savoir si "une dictature islamiste [ne serait pas] le mode de gouvernance politique et sociétal le plus adaptée aux caractéristiques psychosociales de la population tunisienne actuelle".
La majorité du pays est tellement déboussolée devant une modernité qu'elle subit et qui lui fait peur.
Le problème, et il est gros, c'est la petite moitié du pays qui ne veut pas cette dictature, et la violence sanguinaire dont a fait preuve l'état islamique partout où il s'est un moment installé...

takilas
| 10-07-2018 14:02
- Tant qu'il est financé par des pays, pourtant connus développés ou.migrants, mais qui insistent à s'accaparer du pétrole par tous les moyens indécents et inhumains.
Et,
- Tant que nahdha (un clan mafieux composé de traîtres avides d'enrichissement) s'accroche par tous les moyens vils et mesquins, pour s'enrichir à leur tour par les dividendes (os à ronger) qui peuvent leur revenir suite à cette manigance mondialement révélée mais demeurée sous silence et non divulguée.
L'argent tout s'achète tout se vend, et ils parlent de religion.

Ombrax
| 10-07-2018 14:01
Monsieur Bahloul, vous etes courageux. Continuez à écrire de cette façon, vous pourrez peut etre ébranler la conscience de quelques responsables.

Hanni2
| 10-07-2018 13:55
Je mets des jeans moulants, je m'achète des (ou je rêve) de sacs Luis Vuitton, mais je mets le voile donc je suis une fille vertuseuse est respectable...l'humilité et le renoncement aux futiltiés de ce monde, très peu pour moi, non merci! Bon je mets le voile mais je fais bien attention à ce qu'il soit raccord avec le reste de ma tenue..faut pas déconner! On est fashion ou on l'est pas!

Je suis une musulmane 2.0!

Je n'ai que des gros mots à la bouche, je ne respecte rien ni personne et surtout pas moi-même...je fornique dès que je peux, bois de l'alcool dès que je peux...mais dès que vient le mois saint du ramadan la je deviens super pieux..tellement pieux que je permets de juger qui est mécréant et qui ne l'est pas...il m'arrive d'aller à la mosquée le vendredi, avant ma biture du soir...mais immédiatement après je fais ma prière de repentance et redeviens un bon musulman...vivre dans les ordures et les immondices ne me gêne pas le moins du monde, que mon voisin se fasse égorger comme une poule non plus! Après tout il n'avait pas qu'a être un taghout...en revanche, si par malheur on vient me parler de libertés individuelles, alors la je suis prêt à tout brûler!

Je suis un musulman 2.0!

C'est l'Islam pour les nuls! L'Islam par lequel les Saouds maintiennent depuis plus de deux siécles leurs privilèges d'un autre temps sur une population qui n'a pas voix au chapitre...l'Islam ou l'idéal féminin est d'aller faire du shopping dans les maules et ou l'idéal masculin et de faire tourner son gros 4x4 à vide dans le désert...le même Islam que le gourou s'efforce de nous présenter comme démocrato-compatible...et les pimbèches et les petits abous en redemandent...portant fièrement en étendard une identité qui n'est pas la leur et dors et déjà prêt à toute les extremités pour la défendre...chapeau bas le gourou, quel exploit!

Ha oui, n'oublions pas de préciser que cet Islam ne concerne que la populace...les promoteurs de cet Islam 2.0 ne sont pas fous, eux...leurs enfants c'est en occident qu'ils vont faire leurs études, et les parents, quand ils sentent que la cocotte minute va finir par exploser, et bien de suite ils se rendent en Europe histoire de gouter un tout petit peu à cette décadence qui, il faut bien l'avouer, fait quand m'ême du bien...;o)

Hannibal

kamleon78
| 10-07-2018 13:27
Je dirai plus précisément, tant qu'on diffusera l'idéologie islamiste dans les médias, internet ou ailleurs, le terrorisme ne pourra se tarir.

Tous les malheurs viennent de cette idéologie islamiste, c'est elle qui pousse des milliers de jihadistes à passer à l'acte soit en Tunisie, soit à se rendre au Daesh (aujourd'hui battu).
Tant qu'on tolérera les appels au jihad dans les mosquées, sur internet, la prolifération des écoles coraniques échappant à tout contrôle de l'état, le terrorisme proliférera en Tunisie.
Souvenez-vous des paroles de Mourou se confiant à Ghonim :" On inculquera à nos enfants notre idéologie islamiste, cela fera perdurer nos idées et notre mouvement". Donc tout vient de l'idéologie islamiste, il faut la combattre, les autorités doivent interdire cette idéologie destructrice de l'islam vengeur. Souvenez-vous de Ghannouchi qui disait en 2015 ou 2016, le "terrorisme" c'est l'islam en colère (il justifie la violence de l'islam politique). Tant qu'on tolérera ces paroles de haine, tant qu'on laissera diffuser l'idéologie vengeresse de l'islam revanchard, on aura du terrorisme pour longtemps en Tunisie. On ne fait rien dans ce pays pour combattre l'idéologie islamiste à cause de ce fameux "Tawafeq".

Il faut une gouvernance plus répressive avec les islamistes, mais on a l'impression qu'on veuille conforter Ghannouchi et lui donner des gages de soutien, c'est pour cela qu'on laisse faire la propagation de l'idéologie, à cause de cette maudite alliance Nidaa Tounès - Nahda dont nous subissons tous les conséquences néfastes.

A lire aussi

Décidément, c’est la cacophonie politique qui règne dans le pays. Elle ne va pas s’estomper de

19/07/2018 19:12
2

Ces journées caniculaires de juillet nous apportent quand même de bonnes nouvelles. Le président de

18/07/2018 15:59
13

Le week-end devait bien se passer jusqu’au moment où l’on apprend que Béji Caïd Essebsi a décidé

16/07/2018 14:37
29

Le pire qui puisse arriver à un président de la République est de perdre sa parole. Le 15 juillet

15/07/2018 21:55
25

Newsletter