Success Story - Abdelhalim Messaoudi : La Culture, c’est l’éducation, puis l’éducation et encore l’éducation !

Businessnews.com.tn | publié le 09/10/2017 19:59

Producteur et animateur de l’émission culturelle, « La République de la Culture », diffusée sur la chaîne nationale tous les lundis à 22h, Abdelhalim Messaoudi étonne par son indépendance d’esprit et sa production critique. A la fois écrivain, professeur et journaliste, cet avant-gardiste a réussi à donner une autre allure au service public culturel tunisien dans un paysage médiatique décérébré.

 

Accessible et généreux, Abdelhalim Messaoudi est un passionné du savoir ! Ses références historiques, cinématographiques et littéraires fusent de part et d’autre donnant à l’entretien une scénographie théâtrale hors du commun. C’est avec vivacité et dans un langage châtié qu’il a évoqué sa jeunesse, son parcours multiple et l’émission « La République de la Culture » qu’il présente sur la chaîne publique tunisienne.

 

Le village de Jerissa ou la géographie de l’enfance de Abdelhalim Messaoudi

Issu d’une famille de culture traditionnelle, Abdelhalim Messaoudi est né dans la ville minière de Jerissa, dans le gouvernorat du Kef. Son père est un cheikh de la mosquée Zitouna et le milieu dans lequel il a évolué a fortement influencé ses pensées de gauche et sa conception de la vie. A ce sujet, il a établi une comparaison entre l’environnement régnant dans sa ville natale et le décor prolétaire planté dans le livre Germinal, d’Emile Zola. C’est avec mélancolie, qu’il a évoqué les moments de cinéma inoubliables qu’il a vécus dans la salle de projection de son enfance et les Western Spaghetti de Sergio Léone qui y étaient diffusés. « Le climat semi-aride de Jerissa se collait parfaitement à l’idée que l’on se faisait du Farwest. Jerissa est une ville imbibée d’histoire et de mythologie quotidienne » a-t-il déclaré à propos de sa ville natale.

L’enfance ou « éveil bouddhique » de Abdelhalim Messaoudi occupe par ailleurs une place fondamentale dans sa vie au quotidien. Pour lui, le passage à l’âge adulte s’apparente philosophiquement à la fin du paradis.

 

Le parcours historique d’un homme de culture

Titulaire d’un Baccalauréat littéraire obtenu en 1985 au lycée de Jerissa, Abdelhalim Messaoudi s’inscrit au Campus de Tunis pour y débuter des études de droit. La Tunisie était alors dans un contexte historique révolutionnaire et tous les étudiants avaient fait une année blanche. C’est durant cette période, qu’il rencontre pour la première fois le leader de gauche Chokri Belaïd et l’actuel secrétaire général du parti Machroûu Tounes, Mohsen Marzouk.

« Je me rappelle de Zine El Abidine Ben Ali qui faisait des descentes à l’université en costume militaire. Il insultait les étudiants qui lui jetaient en retour des cailloux. Nous étions en 1985/1986 et ces années resteront à jamais gravées dans ma mémoire. D’ailleurs, les résultats du baccalauréat étaient tellement faibles que Habib Bourguiba avait décidé de faire repasser les épreuves à tous les élèves. C’est de cette manière que le baccalauréat de 1986 a été renommé Bac Bourguiba » a mentionné Abdelhalim Messaoudi.

Après cet épisode mouvementé, il décide de faire une réorientation et s’inscrit à la Faculté de la Manouba pour mener des études littéraires. Un tournant dans sa vie d’adulte qui marquera sa carrière. « Ce sont les pionniers tunisiens de la littérature qui m’ont enseigné. Je me souviens de la grandeur du professeur Mohamed Abdelsalem et de ses cours de poésie préislamique. Du professeur Taoufik Baccar et de ses cours de critique littéraire ainsi que de Abdelkader Mhiri, recteur de l’université et ancien ministre qui enseignait la philosophie de la langue ».

En parallèle, Abdelhalim Messaoudi se plonge davantage dans le monde du journalisme dans lequel il a baigné à travers son frère, Abdeljalil Messaoudi, journaliste à La Presse. « J’étais à la fois étudiant et journaliste. Le journalisme que j’ai exercé durant 13 ans m’a ponctuellement éloigné de mes études puis j’y suis revenu plus tard pour faire ma Licence, mon DEA et ma thèse de doctorat sur «  la relation dialectique entre l’esthétique et le politique dans la théâtre tunisien » a mentionné l’homme de Lettres.

 

Abdelhalim Messaoudi, le professeur

D’abord professeur à l’université des Beaux-Arts de Sousse où il a enseigné des matières telles que la scénographie, l’Histoire de l’art et la sémiologie, Abdelhalim Messaoudi a par la suite dispensé des cours de littérature à la Faculté de la Manouba où il exerce toujours. Il a évoqué « la décadence » scolaire et universitaire en Tunisie qui a, selon lui, débuté à l’époque de Zine El Abidine Ben Ali. « Toute une génération d’étudiants médiocres a vu le jour, ils ont réussi on ne sait comment et c’est à partir de là que la destruction de l’université tunisienne a débuté » a-t-il dénoncé.

 

 

Abdelhalim Messaoudi et la Télévision : une rencontre fortuite

L’expérience débute au début de la révolution de 2011, lorsque la chaîne privée Nessma TV décide de choisir Abdelhalim Messaoudi pour présenter une émission culturelle portant sur des faits religieux, « Maghribouna fil Tahrir Wal Tanwir ». L’expérience a duré pendant 5 ans et a pris fin spontanément car Abdelhalim Messaoudi avait décidé de se concentrer sur l’écriture de livres. Cependant, l’appel de la télévision refait surface et Abdelhalim Messaoudi est appelé à produire et présenter l’émission culturelle diffusée sur la chaîne nationale « Jomhouriyette el Thakafa ».

Calquée sur l’exemple de l’émission française « Ce soir ou jamais ! » qui était présentée par Frédéric Taddeï sur France 2, « Jomhouriette el Thakafa » porte sur des thématiques sociales d’actualité décortiquées par des penseurs, artistes, influenceurs de l’opinion publique et militants au sein de la société civile. La production d’un jugement critique sur des évènements qui ont lieu au sein de l’espace public est l’objectif de l’émission. Des sujets d’intérêt général sont abordés sans détours avec le noble objectif de revitaliser le débat sociétal et de présenter de nouvelles œuvres littéraires. On y mentionne les dérives de la société tunisienne et nos attitudes inconscientes en donnant matière à réflexion sur les questions de citoyenneté, de libertés, de croyances, de mentalités, d’échec des politiques éducatives, de la relation entre l’Islam et la démocratie ainsi que d’autres sujets utiles à la sociologie tunisienne.

Les qualités intrinsèques de Abdelhalim Messaoudi et des invités qu’il convie donne une forte valeur ajoutée à l’émission qui s’apparente à un îlot de savoir dans un océan de médiocrité médiatique.

 

La déchéance de la culture en Tunisie

« L’Etat Tunisien qui porte le nouveau costume de la seconde République n’est pas porteur d’un projet culturel ni sociétal. Ce qui se fait actuellement est le fait d’individus » a déclaré Abdelhalim Messaoudi. Il a ajouté qu’en Tunisie nous ne nous sommes pas encore mis d’accord sur le pacte social à mettre en place. Il a illustré ses propos en prenant l’exemple de la professeure, Faouzia Souissi, accusée d’apostasie. Pour lui, la culture restera encore lettre morte « Tant que les élèves n’auront pas de sorties obligatoires dans les musées de la République. Pour moi, la Culture, c’est l’éducation, puis l’éducation et encore l’éducation ! » a-t-il martelé. Il a pris l’exemple d’un enfant né en 2011 et qui, 7 ans après, ne dispose pas d’un programme culturel national à la hauteur, et a interrogé « quand cet enfant aura 14 ans comment devra-t-on faire pour empêcher qu’il ne bascule dans la culture de la consommation ou dans la culture de la noirceur ? ».

Abdelhalim Messaoudi a également évoqué l’école en tant qu’ascenseur social, aujourd’hui en panne. « De nos jours, si tu as assez d’argent tu es roi car la culture qui prédomine est celle de la mafia. Que vaut alors un écrivain, un journaliste, un militant politique, un danseur ou un penseur face à un mafieux fortuné qui vend des bananes …? » a dénoncé Abdelhalim Messaoudi. Toujours dans le sens d’une déchéance de notre culture, le penseur a ajouté « Non seulement nous n’avançons pas mais en plus nous bafouons nos propres acquis ! Je ne jette pas la pierre au ministère des Affaires culturelles, j’évoque ici la culture dans son essence et sa profondeur. Je parle ici de l’homo Tunisianus et de son avenir par la voie de l’éducation. Si je deviens ministre de la Culture, ce sera l’école le matin et le théâtre le soir ! » a-t-il ajouté.

 

 

Abdelhalim Messaoudi, l’écrivain   

Ses 4 livres, Draps et linceuls paru en 2014 ; Bazart, Essais dans la chose publique publié en 2015 ; Bourguiba et le Théâtre paru en 2016 et La République des cons paru en 2017, suscitent l’implication personnelle et permettent aux lecteurs de se situer dans leur temps et leur monde en sensibilisant aux problèmes de société. En pointure de la culture en Tunisie, Abdelhalim Messaoudi fera paraitre deux autres livres en janvier et décembre 2018 qui porteront sur le théâtre tunisien moderne. Son ambition est de pouvoir rédiger un roman qu’il a déjà écrit dans sa tête.

 

Success Story - Abdelhalim Messaoudi : La Culture, c’est l’éducation, puis l’éducation et encore l’éducation !

publié le 09/10/2017 19:59

Producteur et animateur de l’émission culturelle, « La République de la Culture », diffusée sur la chaîne nationale tous les lundis à 22h, Abdelhalim Messaoudi étonne par son indépendance d’esprit et sa production critique. A la fois écrivain, professeur et journaliste, cet avant-gardiste a réussi à donner une autre allure au service public culturel tunisien dans un paysage médiatique décérébré.

 

Accessible et généreux, Abdelhalim Messaoudi est un passionné du savoir ! Ses références historiques, cinématographiques et littéraires fusent de part et d’autre donnant à l’entretien une scénographie théâtrale hors du commun. C’est avec vivacité et dans un langage châtié qu’il a évoqué sa jeunesse, son parcours multiple et l’émission « La République de la Culture » qu’il présente sur la chaîne publique tunisienne.

 

Le village de Jerissa ou la géographie de l’enfance de Abdelhalim Messaoudi

Issu d’une famille de culture traditionnelle, Abdelhalim Messaoudi est né dans la ville minière de Jerissa, dans le gouvernorat du Kef. Son père est un cheikh de la mosquée Zitouna et le milieu dans lequel il a évolué a fortement influencé ses pensées de gauche et sa conception de la vie. A ce sujet, il a établi une comparaison entre l’environnement régnant dans sa ville natale et le décor prolétaire planté dans le livre Germinal, d’Emile Zola. C’est avec mélancolie, qu’il a évoqué les moments de cinéma inoubliables qu’il a vécus dans la salle de projection de son enfance et les Western Spaghetti de Sergio Léone qui y étaient diffusés. « Le climat semi-aride de Jerissa se collait parfaitement à l’idée que l’on se faisait du Farwest. Jerissa est une ville imbibée d’histoire et de mythologie quotidienne » a-t-il déclaré à propos de sa ville natale.

L’enfance ou « éveil bouddhique » de Abdelhalim Messaoudi occupe par ailleurs une place fondamentale dans sa vie au quotidien. Pour lui, le passage à l’âge adulte s’apparente philosophiquement à la fin du paradis.

 

Le parcours historique d’un homme de culture

Titulaire d’un Baccalauréat littéraire obtenu en 1985 au lycée de Jerissa, Abdelhalim Messaoudi s’inscrit au Campus de Tunis pour y débuter des études de droit. La Tunisie était alors dans un contexte historique révolutionnaire et tous les étudiants avaient fait une année blanche. C’est durant cette période, qu’il rencontre pour la première fois le leader de gauche Chokri Belaïd et l’actuel secrétaire général du parti Machroûu Tounes, Mohsen Marzouk.

« Je me rappelle de Zine El Abidine Ben Ali qui faisait des descentes à l’université en costume militaire. Il insultait les étudiants qui lui jetaient en retour des cailloux. Nous étions en 1985/1986 et ces années resteront à jamais gravées dans ma mémoire. D’ailleurs, les résultats du baccalauréat étaient tellement faibles que Habib Bourguiba avait décidé de faire repasser les épreuves à tous les élèves. C’est de cette manière que le baccalauréat de 1986 a été renommé Bac Bourguiba » a mentionné Abdelhalim Messaoudi.

Après cet épisode mouvementé, il décide de faire une réorientation et s’inscrit à la Faculté de la Manouba pour mener des études littéraires. Un tournant dans sa vie d’adulte qui marquera sa carrière. « Ce sont les pionniers tunisiens de la littérature qui m’ont enseigné. Je me souviens de la grandeur du professeur Mohamed Abdelsalem et de ses cours de poésie préislamique. Du professeur Taoufik Baccar et de ses cours de critique littéraire ainsi que de Abdelkader Mhiri, recteur de l’université et ancien ministre qui enseignait la philosophie de la langue ».

En parallèle, Abdelhalim Messaoudi se plonge davantage dans le monde du journalisme dans lequel il a baigné à travers son frère, Abdeljalil Messaoudi, journaliste à La Presse. « J’étais à la fois étudiant et journaliste. Le journalisme que j’ai exercé durant 13 ans m’a ponctuellement éloigné de mes études puis j’y suis revenu plus tard pour faire ma Licence, mon DEA et ma thèse de doctorat sur «  la relation dialectique entre l’esthétique et le politique dans la théâtre tunisien » a mentionné l’homme de Lettres.

 

Abdelhalim Messaoudi, le professeur

D’abord professeur à l’université des Beaux-Arts de Sousse où il a enseigné des matières telles que la scénographie, l’Histoire de l’art et la sémiologie, Abdelhalim Messaoudi a par la suite dispensé des cours de littérature à la Faculté de la Manouba où il exerce toujours. Il a évoqué « la décadence » scolaire et universitaire en Tunisie qui a, selon lui, débuté à l’époque de Zine El Abidine Ben Ali. « Toute une génération d’étudiants médiocres a vu le jour, ils ont réussi on ne sait comment et c’est à partir de là que la destruction de l’université tunisienne a débuté » a-t-il dénoncé.

 

 

Abdelhalim Messaoudi et la Télévision : une rencontre fortuite

L’expérience débute au début de la révolution de 2011, lorsque la chaîne privée Nessma TV décide de choisir Abdelhalim Messaoudi pour présenter une émission culturelle portant sur des faits religieux, « Maghribouna fil Tahrir Wal Tanwir ». L’expérience a duré pendant 5 ans et a pris fin spontanément car Abdelhalim Messaoudi avait décidé de se concentrer sur l’écriture de livres. Cependant, l’appel de la télévision refait surface et Abdelhalim Messaoudi est appelé à produire et présenter l’émission culturelle diffusée sur la chaîne nationale « Jomhouriyette el Thakafa ».

Calquée sur l’exemple de l’émission française « Ce soir ou jamais ! » qui était présentée par Frédéric Taddeï sur France 2, « Jomhouriette el Thakafa » porte sur des thématiques sociales d’actualité décortiquées par des penseurs, artistes, influenceurs de l’opinion publique et militants au sein de la société civile. La production d’un jugement critique sur des évènements qui ont lieu au sein de l’espace public est l’objectif de l’émission. Des sujets d’intérêt général sont abordés sans détours avec le noble objectif de revitaliser le débat sociétal et de présenter de nouvelles œuvres littéraires. On y mentionne les dérives de la société tunisienne et nos attitudes inconscientes en donnant matière à réflexion sur les questions de citoyenneté, de libertés, de croyances, de mentalités, d’échec des politiques éducatives, de la relation entre l’Islam et la démocratie ainsi que d’autres sujets utiles à la sociologie tunisienne.

Les qualités intrinsèques de Abdelhalim Messaoudi et des invités qu’il convie donne une forte valeur ajoutée à l’émission qui s’apparente à un îlot de savoir dans un océan de médiocrité médiatique.

 

La déchéance de la culture en Tunisie

« L’Etat Tunisien qui porte le nouveau costume de la seconde République n’est pas porteur d’un projet culturel ni sociétal. Ce qui se fait actuellement est le fait d’individus » a déclaré Abdelhalim Messaoudi. Il a ajouté qu’en Tunisie nous ne nous sommes pas encore mis d’accord sur le pacte social à mettre en place. Il a illustré ses propos en prenant l’exemple de la professeure, Faouzia Souissi, accusée d’apostasie. Pour lui, la culture restera encore lettre morte « Tant que les élèves n’auront pas de sorties obligatoires dans les musées de la République. Pour moi, la Culture, c’est l’éducation, puis l’éducation et encore l’éducation ! » a-t-il martelé. Il a pris l’exemple d’un enfant né en 2011 et qui, 7 ans après, ne dispose pas d’un programme culturel national à la hauteur, et a interrogé « quand cet enfant aura 14 ans comment devra-t-on faire pour empêcher qu’il ne bascule dans la culture de la consommation ou dans la culture de la noirceur ? ».

Abdelhalim Messaoudi a également évoqué l’école en tant qu’ascenseur social, aujourd’hui en panne. « De nos jours, si tu as assez d’argent tu es roi car la culture qui prédomine est celle de la mafia. Que vaut alors un écrivain, un journaliste, un militant politique, un danseur ou un penseur face à un mafieux fortuné qui vend des bananes …? » a dénoncé Abdelhalim Messaoudi. Toujours dans le sens d’une déchéance de notre culture, le penseur a ajouté « Non seulement nous n’avançons pas mais en plus nous bafouons nos propres acquis ! Je ne jette pas la pierre au ministère des Affaires culturelles, j’évoque ici la culture dans son essence et sa profondeur. Je parle ici de l’homo Tunisianus et de son avenir par la voie de l’éducation. Si je deviens ministre de la Culture, ce sera l’école le matin et le théâtre le soir ! » a-t-il ajouté.

 

 

Abdelhalim Messaoudi, l’écrivain   

Ses 4 livres, Draps et linceuls paru en 2014 ; Bazart, Essais dans la chose publique publié en 2015 ; Bourguiba et le Théâtre paru en 2016 et La République des cons paru en 2017, suscitent l’implication personnelle et permettent aux lecteurs de se situer dans leur temps et leur monde en sensibilisant aux problèmes de société. En pointure de la culture en Tunisie, Abdelhalim Messaoudi fera paraitre deux autres livres en janvier et décembre 2018 qui porteront sur le théâtre tunisien moderne. Son ambition est de pouvoir rédiger un roman qu’il a déjà écrit dans sa tête.

 

Khawla Hamed
Commentaires (8) Commenter
Enseignement-culture avant-gardistes pour nos jeunes: c'est URGENT
RZ
| 11-10-2017 12:48
Quoi que jamel tazarki dit de A.Massaoudi, il demeure dans le pays le seul oasis au milieu d'un désert culturel.
7 ans après le début de la 2ème république rien n'indique encore qu'une 2ème république était née sauf les 50% de notre gente féminine qui s'est enseveli la tête par une bâche et les décibels assourdissants des muezzins même à 4 h du matin; l'école n'arrive pas à se réformer et à se débarrasser du costume de zaba à l'origine de la paupérisation de l'école publique du primaire au supérieur; face à la démission de l'école publique, les écoles privées poussent comme du champignon signe que le glas a sonné pour l'école publique qui n'est plus un ascenseur social.
Malheureusement le tandem enseignement-culture EST EN PANNE.
A l'image du trio de la 1ère république( Chebbi, Messadi et Klibi) il nous faut de nouveau un trio équivalent pour cette 2ème république seul moyen pour s'en sortir.
De la probité s'il vous plait
CITOYEN ARTISTE
| 10-10-2017 21:48
L'autre fois c'était Lotfi ZITOUN , maintenant c'est le tour d'une créature pur
produit de la bassecour , la sous presse qui s'évertue de faire place à la culture pour donner des coups ( bas) ,et malmener les artistes et les créateurs qui ne sont pas à leur goût...Et ce sont eux ,qui commerçaient avec les arts de la diffamation,la calomnie si bien que le corps culturel est entré dans le jeu de massacre : sur les ondes sur les écrans des réglements de comptes qui donnaient
matière à toutes sortes de violences
L'inquisition depuis le régime de Ben Ali se confortait de cette fragilisation des élites dont les artistes ON A VU CE QUI EST ARRIVE AUX ARTISTES ALGERIENS !
NON au "techlik " de la Culture et des hommes et femmes de la Culture c'est l'avant goût du "TECHLIK de l'ETAT
je voudrais rajouter,
Dr. Jamel Tazarki
| 10-10-2017 20:13
Je suis très déçu de lire que Mr. Abdelhalim Messaoudi s'est autoproclamé ministre de la culture après avoir offert à BCE son livre "Bourguiba et le Théâtre" ==>Quel gâchis de temps afin d'écrire un pareil livre! Certes, Bourguiba aimait le Théâtre mais je rappelle que son amour pour le Théâtre se limite a une consommation superficielle! Bientôt, il y aura aussi un livre " Bourguiba et la peinture".

La Tunisie a besoin d'un théâtre à la Bertolt Brecht!
Dr. Jamel Tazarki
| 10-10-2017 19:28
La Tunisie a besoin d'un théâtre à la Bertolt Brecht! Un théâtre qui traite les problèmes réels de la société tunisienne.


La Tunisie nécessite une réforme en profondeur de son théâtre, oui il nous faut un théâtre capable de porter la réalité tunisienne sur la scène et de l'interroger. Il faut mettre fin au théâtre dramatique à l'égyptienne où il s'agit souvent d'affrontement entre deux principaux personnages et où à la fin le sort de l'un ou de l'autre se détermine.

La place du Tunisien a changé dans la société tunisienne et dans le monde, Et ainsi, Il nous faut un théâtre capable de nous montrer en quoi la place du Tunisien a changé. ==> La place du Tunisien doit aussi changer sur la scène de théâtre. Le théâtre tunisien, s'il veut pouvoir penser le Tunisien actuel, il doit le représenter dans son nouveau environnement social plein de misère et de contradictions, dans le monde dans lequel il s'inscrit.

Nous vivons dans une société des contradictions (exemple: une ex-troïka islamiste qui se laissait élire par la masse pauvre mais qui par contre donne aux riches afin qu'ils s'enrichissent encore plus et qui prend au pauvre afin qu'ils s'appauvrissent encore plus) ==> il nous faut un théâtre capable de mettre en scène cette contradiction flagrante de notre société afin que le spectateur prenne conscience de sa situation et afin qu'il fasse aux prochaines élections législatives un meilleur choix politique.


La tâche du Théâtre tunisien serait de présenter les contradictions socio-économiques et politiques en toute objectivité. Exemple: Le gouvernement de Mr. Essid offre 10000 Millions de dinars à un système bancaire oligarque tunisien (recapitaliser) et en contrepartie ce dernier prête 167 Millions de dinars à l'État tunisien pour l'achat de quelques locomotives. Oui, la contradiction socio-économique devrait devenir l'objet du théâtre tunisien ( à la Bertolt Brecht) en exposant avec toute rationalité objective la réalité du Tunisien et de sa possible transformation/amélioration.


je propose de reprendre la pièce "La Noce" de notre fameux et talentueux Fadhel Jaibi, , écrite d'après "La Noce chez les petits bourgeois" de Bertolt Brecht. Oui, la Tunisie a besoin d'un théâtre à la Brecht afin de remuer le Tunisien de son sommeil et afin de le rendre conscient de sa situation socio-politique et économique!

J'avoue que je ne serais jamais un lecteur de Mr. Abdelhalim Messaoudi, après avoir lu l'article ci-dessus! Rien que du non- sens!

J'ai grandi avec les livres de Mahmoud Messadi que je connais par coeur, et rien ne peu le concurrencer, ni en Tunisie et ni en Allemagne!


Jamel Tazarki


PS: mon résumé de "la Noce chez les petits bourgeois" de Bertolt Brecht: l'importance donnée à des riens (réputation, apparence, argent, propriété. Exemple) est pour une bonne part responsable des souffrances des uns et des autres... ==> un grand bravo à Mr. Fadhel Jaibi pour cette mise en scène!
Une personne agréable à écouter
jilani
| 10-10-2017 13:02
Ses émissions sont attachantes et il n'invite pas n'importe qui. Les keffois sont comme ça.
Un GRAND HOMME
Dali chtioui
| 09-10-2017 21:42
J'avais eu l'honneur d'être son étudiant au cours de mon master de recherche, ses cours sur l'esthétique et la politique m'ont profondément marqué, c'est un grand homme très cultivé, un vrai maître, un mentor ! Je n'oublierai jamais ses cours et les débats qu'on effectuait à chaque fin de séance. Tout mon respect cher Monsieur.
Passionné de culture
Saber
| 09-10-2017 20:52
Il m'est arrivé de regarder son émission .Certes c'est un homme très cultivé mais il a tendance,sans qu'il ne se rende compte,de s'accaparer trop la parole et laisse peu de places à ses invités.
La Culture, c'est l'éducation, puis l'éducation et encore l'éducation !
Microbio.
| 09-10-2017 20:34
c´est une excellente émission culturelle.
Jusqu´a present je n´ai rater aucune émission!
Merci beaucoup Mr. Abdelhalim Messaoudi .
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration