alexametrics
Chroniques

Sortez le Daech qui est en vous !

Sortez le Daech qui est en vous !

 

Que dire de plus sur une affaire qui a fait couler des rivières d’encre et usé les claviers. A vrai dire beaucoup de choses, tant les faits revêtent plusieurs dimensions. L’opinion publique tunisienne est choquée d’apprendre les détails sordides de la tristement célèbre affaire de l’école coranique de Regueb. Oui, les faits sont choquants : des enfants se font endoctriner, violer, isolés de la société, déscolarisés par des fous de Dieu. Nous avons découvert un véritable camp, une pouponnière de futures bombes à retardement.

Mais le fait est là, ce ne sont pas les dirigeants de ce pseudo « établissement » qui sont les seuls à incriminer. Ce n’est pas comme si ils avaient arraché les enfants à leurs familles. Ce sont les parents, en toute conscience, qui ont décidé de livrer leur progéniture à ce campement d’endoctrinement. Ce sont ces parents qui ne voulaient pas voir leurs enfants intégrer l’école « mécréante » de l’Etat, une école qualifiée par ces individus d’antre du mal qui ne peut que pervertir les âmes innocentes des petits musulmans. Ce sont ces mêmes parents qui ont crié au complot laïc quand leurs enfants ont été placés en sécurité par les autorités. Alors qu’on leur disait, preuves à l’appui, que leurs gosses ont été victimes de sévices et de viols, ils persistent et signent qu’il ne s’agit là que d’une affaire fabriquée de toutes pièces par l’Etat apostat !

 

Et c’est là qu’une autre dimension entre en jeu. C’est celle d’un phénomène qui s’est emparé de la société tunisienne, un phénomène pernicieux, qui gagne du terrain imperceptiblement mais sûrement. L’islamisation rampante et organisée de la société, accentuée dès l’avènement d’Ennahdha au pouvoir, touchant désormais toutes les classes. Par islamisation, il faudrait évoquer les masses abreuvées par les discours et prêches extrémistes dans les mosquées et le cercles religieux. Par islamisation, il est nécessaire de parler d’une idéologie réactionnaire qui érige l’extrémisme, sous couvert de religiosité, en valeur morale suprême.

Pourquoi s’étonner de voir des centaines d’écoles comme celle de Regueb pulluler dans le pays ? Pourquoi donc s’indigner que des parents soutiennent les violeurs de leurs enfants, parce qu’ils ne peuvent l’être, parce qu’ils leur apprennent le coran et qu’ils ne peuvent de ce fait être des violeurs ?

 

Le porte-parole du gouvernement se disait choqué par un drame qui se déroulait pourtant sous les yeux des autorités depuis des années. Choqué ! Fallait-il attendre qu’une enquête journalistique fasse éclater le scandale pour que le phénomène de ces écoles d’embrigadement soit une affaire nationale ? Du Omda, au gouverneur, en passant par les ministères, l’Etat a failli et continue à faillir. Il ne suffit pas de limoger un délégué ou de fermer quelques établissements pour que le phénomène soit éradiqué. Le problème est plus profond et s’est désormais ancré dans notre société, à coups de dollars et d’ingérence étrangère. Des centaines d’associations religieuses ont vu le jour en Tunisie. Elles ont obtenu un visa et se prêtent à leur besogne sous l’œil des institutions de l’Etat. Et un parti takfiriste, légal, nous sort des communiqués accusant l’Etat d’avoir fomenté cette histoire d’école pour porter atteinte à l’islam, à quoi s’attendre après tout cela ?

Il faut dire aussi que le terrain était plus que favorable et le plan de séparer les enfants de leurs parents (comme le disait si bien Abdelfattah Mourou) est bel et bien en marche. La complicité d’Ennahdha dans la transformation de la société tunisienne est plus qu’établie, et qu’a-t-on fait ? On a fait en sorte d’oublier les années de « moutou bi ghaydhikom », les années où des dirigeants d’Ennahdha menaçaient ouvertement leurs adversaires progressistes, les années où les Wajdi Ghenim et Cie étaient accueillis en héros, les années où Chokri et Brahmi ont été assassinés, les années où des milliers de jeunes paumés ont rejoint la Syrie (et j’en passe ! Cet espace ne suffit pas à énumérer les traumatismes subis sous Ennahdha). Certains ont feint d’oublier, certains ont trahi des électeurs qui espéraient endiguer ce danger en les élisant. Certains ont préféré les alliances et les consensus.

 

Daech est en nous ! Allez voir les réactions à propos de l’affaire de Regueb, allez voir les commentaires sous les articles des journalistes qui dénoncent ce drame et vous comprendrez enfin que le ver est dans le fruit. Des personnes qui ont perdu toute confiance en l’Etat, abreuvées de théories complotistes, convaincues que la société leur ment, convaincues de la nécessité d’une confrontation avec un Etat hérétique que seul l’islam est capable de détruire. Combien d’enfants endoctrinés aujourd’hui, se transformeraient dans quelques années en une véritable menace pour la Tunisie ? Une chose est sûre, ils sont parmi nous.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

hamza
| 13-02-2019 08:51
Je vois surement que cet article manqué visiblement d'objectivite. Tout scientifique qui se vante doit prendre des donnees justifies, verifie son authenticites puis annonce ses remarques. Tout d'abord, il s'est avere que tous ces histoires qu'on raconte sur cette ecole s'averent non fondees. la verite sort de la bouche des enfants. lors de leur sortie du centre ils ont avoues qu'ils n'ont ete ni violes, ni agresses, ni mal-traites. Ceci dit que leur hebergement dans ce centre est de leur proper gre. De deux, apprendre le coran n'a jamais ete un acte terroriste. les tunisiens sont depuis des centaines d'annees des vrais musulmans. donc ce discours de terrorisme intellictuel n'est pas utile. pour cela je vous dis reveillez vous la tunisie n'est pas une proveince francaise nous sommes un pays arab et musulman

Bob
| 09-02-2019 19:50
Tout le monde ne s'intéresse plus qu'aux bombes à retardement et oublie les bombes qui sont prêtes à exploser à tout moment. Pour les voir, il suffit de se poster près d'une des 6000 mosquées de la République. Aucun artificier ne peut les désamorcer.

Mohamed 1
| 09-02-2019 12:47
Le daechisme n'est pas une manifestation accidentelle. Il n'est pas mutation fortuite.
Il est une émanation du tronc commun que constitue l'islam politique.
Comment neutraliser daech tout en conservant la source ?
La solution est dans le modèle européen. La démocratie-chrétienne n'impose aucunement à la société le modèle qu'elle suit pour elle-même. Elle ne dicte aucun mode de vie à emprunter obligatoirement. Ce que bon nombre de pseudo -islamisants refusent. Même les lois rétrogrades sont remises au goût du jour. Leur ridicule défense est de proclamer qu'ils n'en sont pas les auteurs. Certainement que leur goût prononcé pour les libertés les a commandés de réanimer les lois liberticides dépassées.
Le daechisme survivra tant que la source est toujours là.

Gg
| 09-02-2019 12:00
...."le destin des peuples musulmans, c'est de rester ligotés dans une chariaa obscurantiste. on ne nous permettra jamais d'accéder au modernisme".
Mais non, il y a des élections, votez!
Manifestez, sortez dans les rues pour exiger la juste conclusion des assassinats de Belaid et Brahmi. Attaquez les écoles de terrorisme dites coraniques. Exigez par la force l'interdiction d'Etahrir, etc...
Je ne comprends pas la passivité résignée du peuple tunisien. Certes 30% environ sont acquis aux thèses obscurantistes sanguinaires et violentes, mais ce ne sont que 30%...

Rifal
| 09-02-2019 05:58
Pas seulement le daech en vous, mais toute la pourriture (corruption, drogue, vols, violences, trahisons, mensonges, malhonnêteté intellectuelle,) qui démantèle le bien vivre ensemble, fragilise les enfants et les jeunes, détruit les familles , et mène la société vers le mur, oui, sortez toute la pourriture qui est en vous et qui est hautement contagieuse .

Amilcar
| 08-02-2019 21:09
D' alarme déjà en 2014 lorsque on commençait à nous annoncer en douce l" alliance Nidaa -Ennahdha
V' était le commencement du viol su peuple tunisien qui a voté en majorité pour Nidaa et Bce..
C' était clair il y avait un bris de confiance irrémédiable d' ou est parti le chaos que nous éprouvons kusqu' à présent..

Pourtant ce n' était pas difficile à prévoir à visualiser... Pas besoin d' être fin politicien pour voir venir la CATASTROPHE

Nous ne pouvons que penser que nos politiciens ou bien sont de gros NIAIS dénués de conscience politique ou vraiment des enjeux hautement politiques internationales et financiers et ingérences extérieures graves qui les empêchent de dire la vérité.

On ne peut tomber plus bas de manque de clairvoyance , de manque d' inertie et de réactivité.

Le Gvt actuel ne fait rien pour se dissocier des islamistes.

La traîtrise et la traîtrise sont entrés dans les moeurs
Des poltrons les politiques, avalés par la Secte satanique des islamo-fascistes salafistes..

A bas l' Islam politique

Nous voulons un gvt fort

Nous voulons changer cette constitution ***

Les islamistes punis

Ali Baba au Rhum
| 08-02-2019 20:44
on est en train de punir la Tunisie d'avoir rêvé de liberté; le destin des peuples musulmans, c'est de rester ligotés dans une chariaa obscurantiste. on ne nous permettra jamais d'accéder au modernisme . d'autant que nos soi disant modernistes ne sont souvent que des mafieux déguisés

SAM53
| 08-02-2019 19:40
Bravo Mme Latif: vous avez bien résumé la situation de notre Tunisie et ses destructeurs. Nida .nous a trahi et a permis que ces crimes là continuent et prospèrent.Honte à tous nos gouvernants passés et présents pour leur laxisme en échange de fauteuils.

Nour
| 08-02-2019 17:16
La seule chose à faire est d'apprendre le coran.
Aucun livre d'ouverture d'esprit est disponible, aucune émission de télévision enrichissante, aucun cinéma, aucun théâtre, aucun atelier de formation, de perfectionnement. Le vide total à part la religion. Ce pays est foutu

A lire aussi

Cette semaine s’annonçait calme, l’actualité se résumait à un membre du conseil de l’Ordre des

21/04/2019 09:00
8

Trop avare en la matière. Et quand bien même, cette conviction serait la sienne, il ne peut

18/04/2019 17:00
3

L’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris n’aura pas engendré que des cendres. Il a aussi

17/04/2019 15:59
21

Le monde est fait de deux sortes de personnes. Ceux qui aiment Game of Thrones et ceux qui se

16/04/2019 18:00
3

Newsletter