alexametrics
BN TV

Samir Majoul : Nous avons des solutions mais encore faut-il qu’on nous écoute !

Samir Majoul : Nous avons des solutions mais encore faut-il qu’on nous écoute !

« Je suis un syndicaliste pur et dur et mon objectif est de défendre les intérêts des entreprises et d’aider à la relance de l’économie. L’Etat doit admettre que la relance économique est la priorité et œuvrer, avec nous, à trouver des solutions pour le secteur privé » a déclaré ce vendredi 19 janvier 2018, Samir Majoul, nouveau président élu de l’UTICA.

 

Il a indiqué, lors de son intervention sur Express FM, que l’UTICA a dressé au cours des visites effectuées auprès des entrepreneurs dans les 24 gouvernorats du pays, un bilan catastrophique de la situation.

 

« Nous nous sommes rendus compte du gap immense qui existe entre les attentes des chefs d’entreprise et la réalité de leur environnement. D’où viennent leurs problèmes, c’est une question sur laquelle il faudra se pencher sérieusement et trouver rapidement des solutions. C’est le secteur privé qui permettra de relancer l’économie ! Et des moyens de sortir de la crise nous en avons mais encore faut-il que le gouvernement nous écoute ! » a souligné Samir Majoul.

 

Le président de l’UTICA a rappelé que ce sont bien les entreprises privées qui apportent de la valeur ajoutée au tissu économique du pays, appelant au démantèlement de toutes les barrières qui se dressent devant les entrepreneurs et les aider à créer, à mettre en place et à développer leurs projets.

« Notre secteur privé est composé essentiellement d’un tissu de PME et ces entreprises luttent pour leur survie devant un marché informel en plein essor. Il faut formaliser notre économie et des solutions, nous en avons, il faut aller vers l’économie sociale et solidaire ! Le gouvernement doit nous écouter car ce que nous voulons c’est sauver notre patrie et pour cela nous devons sauver l’économie et donc les entreprises !  Elles suffoquent sous le poids des obstacles, d’une taxation qui les charge ! Oublions la loi de Finances, elle est passée n’en parlons plus, il faut toutefois la corriger à travers des décrets qui imposeront une fiscalité incitative et non punitive ! » A-t-il affirmé, s’indignant contre la mentalité qui semble prédominer dans le pays et qui consacre une certaine tendance à vouloir punir ceux qui réussissent.

 

« Si un privé gagne un sou, on voudra à tout prix le lui reprendre et ce n’est pas normal ! On cherche à attirer les investisseurs étrangers, ils ne viendront jamais s’ils voient la situation des investisseurs locaux, il va falloir changer cela ! » A enfin dit M. Majoul.

 

Lors de cette intervention, le président fraichement élu de l’UTICA, Samir Majoul est revenu sur les circonstances de son élection.

 

Il a tenu à rappeler qu’il fait partie de l’équipe de l’ancienne présidente Wided Bouchamaoui, précisant que cette dernière a subi des pressions de la part de ses collaborateurs pour rester et non pour partir.

 

« Nous avons tout fait pour qu’elle reste mais elle voulait passer le flambeau. Elle sera toujours notre présidente et si elle s’était représentée elle aurait été reconduite ! Pendant 5 ans elle a tout donné à l’UTICA et je tiens à la saluer car le contexte était difficile, très difficile » a poursuivi M. Majoul.

 

Des paroles avec lesquelles Wided Bouchamaoui a réagi en direct sur antenne, confirmant les raisons « personnelles » de son départ et ses vœux de réussite pour son équipe et le nouveau président.

 

« Je suis avant tout une chef d’entreprise et je retourne à mes affaires » a-t-elle précisé, expliquant que toutes les rumeurs qui circulent à son sujet sont erronées, qu’elle n’a subi aucune pression pour partir et que derrière son départ ne se cache aucune ambition politique.  

 

M.B.Z

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

TMT
| 20-01-2018 09:02
Ce que vous dites Mr Majoul est très raisonnable et nous comptons sur vous pour suivre ce chemin,à condition de veiller à ce que l'entreprise se conduise en «bon citoyen».
Auquel cas,l'Etat devrait soutenir plus le secteur et chercher à offrir un métier à la place de donner l'argent à droite et à gauche...
Vivement pour l'économie solidaire!

El Cordobes
| 20-01-2018 07:55
Nous souhaitons toute la reussite a Monsieur Majoul,c est l homme qu il faut pour dire toutes les verites a ce pouvoir politique sourd muet et aveugle.L UTICA est une tres importante institution pour notre economie,elle doit passer a la vitesse superieure pour imposer un nouveau rythme pour exiger du chef du gouvernement une lutte veritablement serieuse contre la corruption et l economie parallele, celle qui a atteint plus de 50% du PIB national.C est une honte pour ce chef de gouvernement qui ne fait qu agiter des slogans creux qui ne trouvent aucune application sur le terrain,rien que pour nous endormir.Oui Monsieur Majoul et tout son team a l UTICA doit oeuvrer sans complaisance et avec courage pour aider notre pays a se relever car il y a plus rien a attendre de ce pouvoir bicephale,ces partis politiques en retrait et ce chef de gouvernement d incompetent.Des decisions inportantes et urgentes doivent etre prises pour forcer,il n y a pas d autres mots pour l exprimer,oui forcer ce pouvoir a abandonner sa strategie de TAWAFEK contraire aux principes democratiques.L accord de Carthage n est qu un acte de complaisance vis a vis du pouvoir. Certains partis ont deja decouvert un peu tardivement le subterfuge pour quitter cet accord de dupes,les autres suivront certainement.

Leila Ben Salem
| 19-01-2018 10:35
C est la veritable question qui se pose et faisons confiance a Si Samir Majoul pour imposer les vues de l UTICA a cette bande d incompetents qui a confisque le pouvoir.Monsieur Majoul est l homme qu il faut pour succeder a Madame Bouchemaoui a qui on souhaite toute la reussite qu elle merite.

DHEJ
| 19-01-2018 10:23
Il faut commencer par le sel et le sucre... monsieur agro-alimentaire!

A lire aussi

L’ancien dirigeant de Nidaa Tounes, Lazhar Akremi a réagi ce jeudi 24 mai 2018 sur Shems FM, à

24/05/2018 15:29
2

Wafa Makhlouf, l’une des fondatrices du parti Nidaa Tounes et élue à l’ARP, est intervenue le 24 mai

24/05/2018 15:11
3

La présidence de la République a publié un communiqué, daté du 24 mai 2018, pour annoncer la

24/05/2018 12:54
3

Puni par le bureau de l’Assemblée, qui l’a privé de prendre la parole pendant les trois prochaines

24/05/2018 11:54
9

Newsletter