alexametrics
Sur les réseaux

Saïda Ounissi dénonce l’exploitation de l’image des femmes pour la campagne des municipales

Saïda Ounissi dénonce l’exploitation de l’image des femmes pour la campagne des municipales

 

 

 

La secrétaire d'Etat à la formation professionnelle chargée de l'Initiative privée, Saïda Ounissi a publié, le 15 avril 2018, un statut pour contester l’exploitation de la femme pour des fins électorales outre le retour des anciennes pratiques durant la campagne pour les municipales.

 

« Il m'est difficile de voir sans sourciller la manière dont tous les partis politiques mettent en avant des femmes dans le seul but d'en faire des véhicules de slogans. Des femmes portant un foulard pour les régions dites conservatrices, des femmes en jeans moulants pour la banlieue nord, des femmes jeunes pour les quartiers populaires, des femmes issues de la bourgeoisie pour les grandes villes. Nous ne nous sommes pas battues pour cela », écrit la dirigeante nahdhaouie.

 

Et d’ajouter, « la seconde remarque porte sur le lancement officiel de la campagne dans les villes. Partout, des flammes, des bendirs, des zokra, des majorettes, des jebbas, des tzarrit.  Cette rcd-isation de la mobilisation politique reprise par tous les partis politiques est dépassée et inefficace. Les citoyens d'aujourd'hui ne sont pas ceux des années 90. Nous avons une responsabilité collective dans l'effritement de l'intérêt citoyen pour la chose politique », martela-t-elle.

 

Saïda Ounissi, benjamine du gouvernement et dirigeante nahdhaouie a poussé ce coup de gueule taclant tous les partis politiques y compris le sien, qui s’est, également, mis à ces pratiques notamment pour le choix de ses candidates et têtes de listes.

 

S.H

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (26)

Commenter

TMT
| 18-04-2018 12:43
T'as pas remarqué que certains partis mettent en relief la vitalité des hommes ( pour ne pas dire virilité) comme c'est le cas pour Nahda avec son pseudo boxeur...?!

takilas
| 17-04-2018 07:33
Il faut laisser cette très jeune étudier dune part et d'apprendre les bonnes manières dont l'empathie d'autre part et que nahdha n'insiste pas à l'utiliser comme bouc émissaire.
On se demande, pourquoi, comment et sur qu'elle base elle a été nommée à in poste qui exige une expérience, une comnnaisse et une créativité appropriées, à moins que Ghanouchi veut l'utiliser comme Larayadh à intégrer les originaires de sac région de Gabes (dont Mednine et Hamma) dans les administrations et les sociétés étatiques concentrées dans la surpeuplée Tunis la massacrée.

Citoyen 1956
| 16-04-2018 19:05
'Nous ne nous sommes pas battues pour cela »?

LES AIGUILLES
| 16-04-2018 16:07
Que le salut me vienne en aide pour éclairer et montrer le droit chemin cette brebis égarée. L'inexactitude argumentaire et l'interprétation erronée de l'islam des islamistes Tunisiens ont dénigré et bafoué le message divin que le prophète a transmis aux ANSARS et au AL MOUHAJIROUNS. Le foulard dit islamique, le prophète Mahomet ne la ni proposer, encore moins imposer à ses femmes, c'est OMAR IBN AL KHATTABE qui conseilla à ses dernières d'avoir un peu de pudeur dans ce Domène. Le foulard comme le dit si bien ABDELWAHHAB MEDDAB est un phénomène sociétal qui diffère d'une région à l'autre, d'un pays à l'autre, d'un continent à l'autre selon les coutumes et les traditions. Les grecs les nabatéens les assyriens les numides et même les berbères qui sont nos ancêtres l'ont bien porté en faisant abstraction à toute idéologie religieuse.

LOGIQUE
| 16-04-2018 14:43
vous êtes à Tunis, et croyez moi vous ressemblez à tout ce qui nous entoure.

takilas
| 16-04-2018 13:59
Autrement elle n'a rien qui plaide en sa faveur, sauf comme on vient de le savoir, qu'elle est impolie, complexée et régionaliste.
De rappeler à cette choyée, inexplicablement et injustement, de nahdha que des dizaines de milliers de tunisiens qui ont des diplômes supérieurs (nettement plus qu'elle) et qui sont des docteurs et des profs universitaires et des maîtres conférenciers, sont beaucoup plus compétents sont même au chômage, alors qu'elle n'a aucune référence ni compétence ni expérience pour être nommée. De plus elle dévoile sa haine et son esprit régionaliste inculqués par nahdha, alors qu'elle est censée savoir que la banlieue Nord de Tunis est envahie par les habitants de sa région de Gabes, qui sont allés, sans formation ni compétence, lors troïka par centaines de milliers et de faire recruter par nahdha et Ali Larayadh dans les administrations et les sociétés de Tunis (pour habiter et salir la banlieue Nord) et de négliger les habitants originels de Tunis ; d'ailleurs le présumé équilibré régional n'a jamais appliqué ni respecté par nahdha justement pour qu'ils puissent accéder à Tunis ou plutôt la banlieue Nord obsession de secrétaire secrétaire d'?tat fantoche.
Pour qu'elle vienne insulter et dégrader les prestigieux et nobles originaires de Tunis Même cette jeune de nahdha ose ouvrir sa gueule et critiquer les seigneurs de son maître Ghanouchi qui compte avec ses corruptions et ses manigances avoir plus de milices, en utilisant cette jeune dame qu'il a, lui-même, imposé comme d'autres tel que Laadhari et Hammami qui n'ont pareillement aucune compétence .

Citoyen_H
| 16-04-2018 13:50

L'arrogance, la successibilité, la prétention, les carences flagrantes de leur culture générale, la "fierté" déplacée de l'ensemble de ces pingouins et l'étanchéité parfaite de leur enveloppe cérébrale, font de ces personnages, un danger réel pour notre société.
Le califat est leur but ultime. Personne ne pourra me convaincre.
Sinon, je me permets de vous signaler, que les diplômes n'ont jamais été systématiquement synonymes d'éducation, et ce n'est pas les exemples qui manquent.

Ce qui est paradoxal, c'est que cette "pseudo-lumière" est incapable de se rendre compte, que sa secte est en train de l'exploiter pour les mêmes fins que la polémique qu'elle nous a pondu.
Jamais nous n'avons volé aussi bas, et le crash ne saurait tardé, à moins qu'un miracle se produit.
Salutations.



Carthage Libre
| 16-04-2018 13:37
Pour moi celui qui porte le khimar est SOUMIS à l'islam politique et n'a droit à aucun regard ou parole , si on veut ouvrir sa grande gueule, on a qu'à être libre des préceptes islamiques wahhabites qui existent pour rabaisser la femme.

Natasha
| 16-04-2018 12:41
L'exploitation de la femme c'est votre patron RG qui la pratique en se montrant entouré de jolies femmes cheveux en l'air. ... le chameau ne voit pas sa bosse. Pour le reste toute cette mascarade pour les municipales c'est de l'argent jeté par la fenêtre. MISKINA TOUNES.

A S
| 16-04-2018 11:44
En tout cas l'image de la femme tunisienne est négative avec le hidjab et le nikap

A lire aussi

Le directeur exécutif de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi a salué, dans un statut publié sur sa

24/04/2018 16:28
1

La campagne électorale pour les municipales ne cesse de nous étonner. Chaque jour ramène son lot de

22/04/2018 20:30
7

Jlidi Jabrane, membre de la liste « Al Afdhal » présidée par Fadhel Moussa, a crié au scandale,

22/04/2018 12:55
8

La tête de liste indépendante UPR pour la municipalité d’El Fahs a été comme son adversaire

20/04/2018 15:44
40

Newsletter