Réunion entre une délégation de Nidaa Tounes et des responsables des forces militaires libyennes

Businessnews.com.tn | publié le 18/06/2017 11:00

Une réunion « non annoncée au public », s’est tenue dans le siège de Nidaa Tounes, à Tunis,  entre la direction générale des forces militaires libyennes et une « grande » délégation du parti, en présence, notamment de Hafedh Caïd Essebsi, directeur exécutif de Nidaa, de Borhen Bsaïes,  chargé des affaires politiques, du colonel libyen, Ahmed Mesmari et du consul de Libye à Sfax, Albahloul Essid.

Quelques détails de la réunion ont été divulgués, hier, samedi 17 juin 2017, par le journal libyen Almarsad. Détails fournis par une source libyenne présente lors de la rencontre et dont l’identité n’a pas été révélée.

 

La rencontre, a affirmé cette source, s’est déroulée entre les mois d’avril et de mai et a principalement porté sur la coopération en matière de lutte contre le terrorisme. Des noms et les mouvements de terroristes libyens sur le sol tunisien ont été « fournis par les parties tunisiennes ». On a également évoqué l'instauration d’une salle des opérations conjointe, qui a déjà été lancée et qui est aujourd’hui opérationnelle.

 

Il a également été question, a précisé la même source, des activités qataries qui ciblent la Libye « à partir de la Tunisie » et des relations entre Abdelhakim Belhaj et des parties tunisiennes, « avec à leur tête l’homme d’affaires controversé, Chafik Jarraya, arrêté pour conspiration avec des parties étrangères».


Le colonel Ahmed Mesmari, porte-parole de la direction générale des forces militaires libyennes, s’est rendu en Tunisie plus de trois fois et s’est réuni avec de nombreuses personnalités des domaines sécuritaire, politique, parlementaire et médiatique ainsi qu’avec des hommes d’affaires, a indiqué la source libyenne à Almarsad.

 

Nous avons tenté, en vain, de joindre Borhen Bsaies, chargé des affaires politiques de Nidaa Tounes pour avoir des détails sur cette rencontre. A l’heure de l’écriture de ces lignes, M. Bsaies n’a toujours pas répondu à notre appel.

Le fait que cette réunion soit tenue avant le mois de ramadan, durant les mois d'avril ou mai 2017, et n'ait été dévoilée que maintenant, prête à penser qu'il s'agit d'une fuite délibérée qui ne serait pas sans lien avec l'arrestation controversée, il y a plus de trois semaines, de Chafik Jarraya. Ce dernier est impliqué dans une affaire liée à la sûreté de l'Etat en lien avec la Libye et notamment Abdelhakim Belhadj. Est-ce le début d'une longue série de fuites ? Cela en a tout l'air !

 

Réunion entre une délégation de Nidaa Tounes et des responsables des forces militaires libyennes

publié le 18/06/2017 11:00

Une réunion « non annoncée au public », s’est tenue dans le siège de Nidaa Tounes, à Tunis,  entre la direction générale des forces militaires libyennes et une « grande » délégation du parti, en présence, notamment de Hafedh Caïd Essebsi, directeur exécutif de Nidaa, de Borhen Bsaïes,  chargé des affaires politiques, du colonel libyen, Ahmed Mesmari et du consul de Libye à Sfax, Albahloul Essid.

Quelques détails de la réunion ont été divulgués, hier, samedi 17 juin 2017, par le journal libyen Almarsad. Détails fournis par une source libyenne présente lors de la rencontre et dont l’identité n’a pas été révélée.

 

La rencontre, a affirmé cette source, s’est déroulée entre les mois d’avril et de mai et a principalement porté sur la coopération en matière de lutte contre le terrorisme. Des noms et les mouvements de terroristes libyens sur le sol tunisien ont été « fournis par les parties tunisiennes ». On a également évoqué l'instauration d’une salle des opérations conjointe, qui a déjà été lancée et qui est aujourd’hui opérationnelle.

 

Il a également été question, a précisé la même source, des activités qataries qui ciblent la Libye « à partir de la Tunisie » et des relations entre Abdelhakim Belhaj et des parties tunisiennes, « avec à leur tête l’homme d’affaires controversé, Chafik Jarraya, arrêté pour conspiration avec des parties étrangères».


Le colonel Ahmed Mesmari, porte-parole de la direction générale des forces militaires libyennes, s’est rendu en Tunisie plus de trois fois et s’est réuni avec de nombreuses personnalités des domaines sécuritaire, politique, parlementaire et médiatique ainsi qu’avec des hommes d’affaires, a indiqué la source libyenne à Almarsad.

 

Nous avons tenté, en vain, de joindre Borhen Bsaies, chargé des affaires politiques de Nidaa Tounes pour avoir des détails sur cette rencontre. A l’heure de l’écriture de ces lignes, M. Bsaies n’a toujours pas répondu à notre appel.

Le fait que cette réunion soit tenue avant le mois de ramadan, durant les mois d'avril ou mai 2017, et n'ait été dévoilée que maintenant, prête à penser qu'il s'agit d'une fuite délibérée qui ne serait pas sans lien avec l'arrestation controversée, il y a plus de trois semaines, de Chafik Jarraya. Ce dernier est impliqué dans une affaire liée à la sûreté de l'Etat en lien avec la Libye et notamment Abdelhakim Belhadj. Est-ce le début d'une longue série de fuites ? Cela en a tout l'air !

 

M.B.Z
Commentaires (10) Commenter
Un traitre voyou qui brouille les pistes
Samira
| 19-06-2017 09:02
Le fiston raté essaye de brouiller les pistes, en se réunissant avec des représentants des forces armées lybiennes. Vous savez pourquoi.? C'est parce que lui même a rencontré abdelhakim Belhaj à plusieurs reprises, pour toucher de quoi vivre....maintenant il essaye de se débarrasser de ce lien en mettant le tout sur le dos de Chafik Jerraya.
Plus minable que ça tu meurs
Directeur executif de NDA oui!!!!!
Tanit d'Or
| 19-06-2017 01:48
MAIS membre du MAJLESs DE LA CHOURA de NAHDHA?????????incompréhensible et grave!!!!!
Des pourparlers censés se réaliser avec "les réfugiés politiques " nahdha, avec des accords de connivences et de traîtrises.
takilas
| 18-06-2017 21:46
Maintenant, est-ce que les pourparlers vont-ils se réaliser dans la légalité et la sérénité ?
Tout laisse à penser que les donnes ont changé dans le bon sens (coup de theatre), et que les accords sent ont honnêtes et réguliers donc profitables au peuple libyen, surtout concernant la question du pétrole, dont nahdha de Ghanouchi ne sera plus concernée, d'autant plus que ce dernier est sujet à des accusations graves instigateur de terrorisme.
Le commencement de la fin de nahdha qui a massacré la Tunisie.
La visite de ben gharbia à jerraya n'est pas fortuite
Jilani
| 18-06-2017 15:57
Ben gharbia a rendu visite à jerraya soi disant pour qu'il arrête sa grève faim. Mais la réalité est autre chose et c'est surtout qu'il ferme sa gueule à propos de ses relations avec le sommet de l'Etat. Aucun président n'a fait autant de mal à ce pays que bce.
Ach !
TunObserver
| 18-06-2017 15:54
Depuis quand des partis politiques discutent de sujets relevant de la Sécurité Nationale avec des représentants d'Armées étrangères ? C'est vraiment grave ! tout va en vrille dans notre pays !
Un corrompu ne change pas
1/aisonnable
| 18-06-2017 15:45
Voila un moyen plus somptueux pour déclarée la guerre aux tunisiens : Ganouchi et sa bande avaient dirigés contre la Tunisie différents complots pour instaure leur califat, qui furent avortés grâce aux hommes de la nation. Il ne leur reste d'affaiblir le pays davantage que, de s'orienter vers les frères musulmans pour agir en toute impunité. BCS quant à lui, son fils et membre de son parti sont impliqués dans des affaires courantes de corruptions. Force est de constater, qu'ils se sont ralliés avec Gannouchi et ses tentacules interplanétaires, pour avoir la part du lion. Ainsi que le malheureux peuple se rendra compte, hélas l'étau s'est refermé sur lui.
Brouillage de pistes
Citoyen
| 18-06-2017 15:02
Encore une manoeuvre pour legitimer les pratiques de jarraya et toubel l'Etat doit interdire ces contacts pour tius kes partis sinon ca sera la porte ouverte a tous les abus et toutes kes magouilles contre le pays donc Basta et une enquete doit etre menee sur cette reunion
plusieurs etats dans l'etat
BELAZI
| 18-06-2017 13:43
depuis quanq un parti entretien t-iil des relations de ce niveau a l'insu du gouvernement.
chahed ne reculez devant rien le peuple et derrière vous
houda
| 18-06-2017 13:37
ni nida ni aucun autre parti ne peut freiner l action menèe par le chef du gouvernement contre la corruption et les corrompus nous savons que les deux grands partis ennahdha et nida sont deux partis traitres et de traitres on soutient monsieur youssef chahed c est notre dernier salut et puis je me demande de quel droit un parti discute avec des militaires d un pays voisin meme si le president de ce parti se trouve fils du president de la republique cette porte de discution avec les etrangers a etè ouverte par rached el ghanouchi le grand traitre de la nation voila le resultat on n a plus de ministère de l interieur ni de ministere des affaires etrangeres c est pour cela que chahed doit bouger et arreter cette mascarade on compte beaucoup sur le dynamisme et la clairevoyance de youssef chahed bajbouj il soutiendra son fils meme au detriment de la nation et puis bcs c est depassè il devient un simple decor pour les voyages et une machine a signer
Ach !
TunObserver
| 18-06-2017 12:48
J'ai déjà dit précédemment sur ce site que Chafik jaraya , n'aurait pas pu agir de concert avec la partie Libyenne concernée sans avoir eu le feu vert et le soutien d'une partie politique importante . Chafik Jaraya est certainement couvert contre l'accusation de complot contre la sécurité de l'Etat . Maintenant concernant ses comptes et ses affaires , c'est autre chose . Je pense que finalement les charges contre la sécurité nationale vont tomber et le tribunal militaire passera son dossier à un tribunal civil pour continuer la procédure judiciaire relative aux affaires de corruption . Cependant Jaraya ne se laissera pas faire et essayera de faire tomber ses amis politiques qui ont bénéficié de ses largesses .
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration