Relation économique tuniso-française au beau fixe, en faveur de la Tunisie

Businessnews.com.tn | publié le 18/05/2017 11:29

Par Hassen Zargouni*

 

A l'occasion de l'assemblée générale de la Chambre Tuniso-Française de Commerce et d'Industrie ce jour, il a été présenté des chiffres clés sur les relations économiques entre la Tunisie et la France en 2016.

Premier indicateur clé qui décrit cette relation sur le plan commercial est sans conteste le taux de couverture des importations tunisiennes provenant de France par les exportations tunisiennes vers la France en 2016 qui a été de 144.2%. En effet, la Tunisie a exporté pour 9 314.2 millions de dinars tunisiens (MDT) en progression de 15% entre 2015 et 2016 et a importé pour 6 459 MDT en régression de 8.5%, soit un solde positif pour la Tunisie, un excédent de la balance commerciale Tunisie-France de +2.8 milliards de dinars contre un déficit de la balance commerciale globale tous pays confondus de 12.5 milliards de dinars. Ce taux de couverture a évolué de 114.6% en 2015 à 144.2% en 2016. Cette tendance haussière est remarquée depuis 2011.

 

La part de la France dans les exportations tunisiennes est de 32% et la part des importations provenant de France dans l'ensemble des importations est de 15%. Il est à rappeler que la Tunisie est le 23ème client et 24ème fournisseur de la France. En 2016, les échanges commerciaux ont atteint 15.8 milliards de dinars soit près de 6.65 milliards d'Euros.

 

En termes de valeur, le flux des IDE français s'est élevé à 364.5 MDT (150 millions d'euros), soit près de 34% du total des IDE hors énergie. Le nombre de projets français réalisés en 2016 à atteint 152 dont 39 nouveaux projets qui ont permis la création de 926 emplois et 113 opérations d'extension favorisant l'emploi de 1 833 personnes. Les investissements directs français ont été à hauteur de 335 MDT dans l'industrie, 27 MDT dans les services et 2.2 MDT dans l'agriculture.

Il est à rappeler à cet effet, que les IDE allemands en 2016 ont atteint 155 MDT créant 610 emplois et 92  MDT provenant du Royaume-Uni pour 1 323 emplois créés.

 

Par ailleurs, 2016 la Tunisie a bénéficié d'un montant d'engagement de 180 millions d'euros par l'agence française de développement en grande partie pour des projets d'infrastructure de type transport ou assainissement, mais aussi des projets privés et d'entreprenariat.

 

Sachons fidéliser nos partenaires économiques, en étant vigilant pour ne pas en dépendre ! Sachons œuvrer pour utiliser ces relations commerciales et d'investissement privilégiées et de proximité afin d'atteindre d'autres marchés de l'espace européen, le plus grand marché du Monde et conquérir d'autres horizons tels que l'Afrique ou l'Asie !  

Capitalisons sur nos actifs sûrs et ayons l'audace d'en constituer d'autres avec un esprit ouvert avec nos partenaires et dans l'intérêt exclusif de nos entreprises tunisiennes, car quand l'entreprise tunisienne réussit c'est toute la Tunisie qui réussit !

 

*Président de la Commission de relance des Relations économiques Tuniso-Françaises et membre du Bureau directeur de la CTFCI.

Relation économique tuniso-française au beau fixe, en faveur de la Tunisie

publié le 18/05/2017 11:29

Par Hassen Zargouni*

 

A l'occasion de l'assemblée générale de la Chambre Tuniso-Française de Commerce et d'Industrie ce jour, il a été présenté des chiffres clés sur les relations économiques entre la Tunisie et la France en 2016.

Premier indicateur clé qui décrit cette relation sur le plan commercial est sans conteste le taux de couverture des importations tunisiennes provenant de France par les exportations tunisiennes vers la France en 2016 qui a été de 144.2%. En effet, la Tunisie a exporté pour 9 314.2 millions de dinars tunisiens (MDT) en progression de 15% entre 2015 et 2016 et a importé pour 6 459 MDT en régression de 8.5%, soit un solde positif pour la Tunisie, un excédent de la balance commerciale Tunisie-France de +2.8 milliards de dinars contre un déficit de la balance commerciale globale tous pays confondus de 12.5 milliards de dinars. Ce taux de couverture a évolué de 114.6% en 2015 à 144.2% en 2016. Cette tendance haussière est remarquée depuis 2011.

 

La part de la France dans les exportations tunisiennes est de 32% et la part des importations provenant de France dans l'ensemble des importations est de 15%. Il est à rappeler que la Tunisie est le 23ème client et 24ème fournisseur de la France. En 2016, les échanges commerciaux ont atteint 15.8 milliards de dinars soit près de 6.65 milliards d'Euros.

 

En termes de valeur, le flux des IDE français s'est élevé à 364.5 MDT (150 millions d'euros), soit près de 34% du total des IDE hors énergie. Le nombre de projets français réalisés en 2016 à atteint 152 dont 39 nouveaux projets qui ont permis la création de 926 emplois et 113 opérations d'extension favorisant l'emploi de 1 833 personnes. Les investissements directs français ont été à hauteur de 335 MDT dans l'industrie, 27 MDT dans les services et 2.2 MDT dans l'agriculture.

Il est à rappeler à cet effet, que les IDE allemands en 2016 ont atteint 155 MDT créant 610 emplois et 92  MDT provenant du Royaume-Uni pour 1 323 emplois créés.

 

Par ailleurs, 2016 la Tunisie a bénéficié d'un montant d'engagement de 180 millions d'euros par l'agence française de développement en grande partie pour des projets d'infrastructure de type transport ou assainissement, mais aussi des projets privés et d'entreprenariat.

 

Sachons fidéliser nos partenaires économiques, en étant vigilant pour ne pas en dépendre ! Sachons œuvrer pour utiliser ces relations commerciales et d'investissement privilégiées et de proximité afin d'atteindre d'autres marchés de l'espace européen, le plus grand marché du Monde et conquérir d'autres horizons tels que l'Afrique ou l'Asie !  

Capitalisons sur nos actifs sûrs et ayons l'audace d'en constituer d'autres avec un esprit ouvert avec nos partenaires et dans l'intérêt exclusif de nos entreprises tunisiennes, car quand l'entreprise tunisienne réussit c'est toute la Tunisie qui réussit !

 

*Président de la Commission de relance des Relations économiques Tuniso-Françaises et membre du Bureau directeur de la CTFCI.

Hassen Zargouni
Commentaires (16) Commenter
Solde de valeur ajouté et de devises
Tunisien
| 23-05-2017 11:09
Je me pose la question concernant le solde de balance des plus valu Tunisie-France et aussi solde d'entré-sortie de devise ...les expatriés français en Tunisie surtout forcément parmi des diplômés pas plus ...ces indicateurs exposés par Zargouni ne font que l'arbre qui cache la forêt de misère à la tunisienne...Le lobby des entreprises françaises en Tunisie exerce l'effet de "black out" entrepreneuriale sur les secteurs stratégiques (agroalimentaires, médias et culture et communication et quelques banques ..reste que quelques terres domaniales et des entreprises de transport...).
J'espère bien que mes prédictions resteraient sans confirmation les années prochaines....lorsqu'on ne puisse trouver de secteur privé national tunisien que le nom!!
Incompréhensible, inconcevable !
EL OUAFI
| 19-05-2017 20:40
J'avais posé la question au Dr Jamel Tazarki
,Est il concevable que nos responsables, banquiers et experts en finances, font comme les choses se passaient normalement, au sujet de ces deux grandes entreprises,(Délice et Orange) puissent,opérer, dans cette impunité totale au su de nos responsables politiques, a-t-on besoin d'Orange pour concurrencer, une entreprise Nationale (Tunis-Telecom) ou encore Délice filiale de Danone, sommes-nous des incompétents pour monter une entreprise (Usine de transformation de nos produits laitiers ?
Il me semble qu'il y a collusion des dirigeants Tunisiens et cette entreprise, multinationale qui est DANONE une entente illicite sous couvert de coopération franco-tunisienne, pour plus de facilité aux actionnaires Tunisiens, de récupérer leur dividendes en devise forte en EURO.
Ni la BCT ni nos ministres qui se sont succédés sans agir ou remettre en cause des contrats souscrits en défaveur de notre Économie, pourquoi cet aveuglément prémédité, puisse se perpetuer servant les intérêts d'une poignée,de quelques hommes d'affaires sans que Monsieur Chedly Ayari mette fin à ce vole caractérisé de nos richesses et déséquilibre lourdement notre bancs commerciale (Manai)
Pondérer les comparaisons
NBA
| 19-05-2017 19:58
L'auteur de l'article ne induit en erreur en comparant les Dinars courants. Il faut comparer l'evolution en Dinars constants.
@ Moha
Gg
| 19-05-2017 12:21
J'ai lu votre lien, dont je vous remercie.
Et... et donc ? Si vous retirez de la Tunisie tout ce qui a été impulsé sous Ben Ali, et ne gardez que ce qui a été créé depuis 2011, que va t-il rester ?
@Forza
Moha
| 19-05-2017 11:19
je vous propose de lire l'article suivant:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Orange_Tunisie

trop de linge sale!
Voilà...
Gg
| 19-05-2017 10:13
C'est une preuve que la France ne cherche pas la perte de la Tunisie. En actes, pas des paroles. A ce tableau, il faut ajouter les considérables sommes envoyées par la diaspora tunisienne, qui fait vivre beaucoup de monde en Tunisie, grâce aux travail des tunisiens de France.
Je souhaite que cela dure, et s'amplifie au bénéfice de la Tunisie. Je souhaite aussi que l'on ne crache pas trop sur la France, premier pays de mon c'ur juste avant la Tunisie.
Pays imparfait, mais pays où ma tunisienne se sent heureuse.
MALFAITEUR
Abidou
| 19-05-2017 03:19
Zied ....doit agir en faveur de la Tunisie et non en faveur d' autre pays . Il est tunisien et non turc . Vendre et brader les interets de son pays et un acte ANTI PATRIOTE et constitue meme une TRAHISON . il faut corriger ce comportement malsain de '' malfaiteur '' , Ou on va comme ca ?
@Forza
Dr. Jamel Tazarki
| 18-05-2017 21:26
Oui, il y a beaucoup de vérités dans ce que vous dites. Par contre il serait intéressant, si Mr. Hassen Zargouni nous donnait un peu plus de détails concernant les 9314.2 millions de dinars tunisiens de nos exportations vers la France (en effet, il est le Président de la Commission de relance des Relations économiques Tuniso-Françaises et membre du Bureau directeur de la CTFCI)

Très Cordialement

Jamel

@Ahla Dr. Jamel
Forza
| 18-05-2017 20:43
Quelques commentaires:
1) Entreprise étrangères qui produisent en Tunisie pour l'export ; Quoi qu'on dise ces entreprises créent de la richesse. Elles créent de l'emploi et génèrent des devises aussi pour payer leurs employés. Leur valeur ajoutée n'est pas bien sûr comparable à une société purement tunisienne. Disons que si une entreprise étrangère (les câbleries allemandes ou japonaises par exemple) exporte pour 100 Euro, nous avons une valeur ajoutée disons de 10 Euro et Chaquira, une entreprise tunisienne du domaine génère peut être une valeur ajoutée de 30 Euro pour 100 euro exportés mais nous n'avons pas beaucoup de Chaquira (COFICAB je pense qu'elle s'appelle aujourd'hui) donc ces entreprises étrangères absorbent du chômage, on accumule du savoir faire et on peut monter dans la chaine de la valeur, exemple Mr. Sellami a fondé Fuba Tunisie il y'a 25 ans comme succursale de Fuba mère en Allemagne, maintenant il a repris la maison mère et je lis de temps en temps sur BN que son groupe augmente ces exports chaque année.
2) Les entreprises étrangères comme Oredoo et Orange qui utilisent la Tunisie comme marché: ces entreprises ont injecté des devises en Tunisie lorsqu'elles ont acheté les licences (Sawiris qui a vendu par la suite aux koweitiens de Wataniya, rachetés par la suite par Oredoo a versé dans le temps 440 millions de dollar si je me rappelle bien). Ces entreprises ont par la suite investi massivement, Tunisie Telecom et l'état tunisien n'avaient pas les 2 ou trois milliards de dollar nécessaire pour tous les équipements et le pays et son industrie profitent ce ces operateurs. C'est vrai qu'ils exportent maintenant leurs bénéfices mais c'est la règle du jeu, les investisseurs cherchent le gain et c'est la machine qui fait tourner le monde
3) La Chine : C'est un continent, nous ne pouvons calquer le modèle chinois car notre pays est trop petit. La chine impose aux occidentaux un transfert de technologie pour leur garantir l'accès au marché (Elle est par exemple le plus grand marché au monde de Volkswagen). Pour nous, on doit trouver nos niches, la où on peut être compétitif et monter peu à peu la chaine de valeur. Vous-même cous avez très bien décrit dans un article précédent les avantages de l'Arbeitsteilung.
Bonne soirée aussi
@Forza
Dr. Jamel Tazarki
| 18-05-2017 20:03
Très Cher Compatriote,

Vous écrivez:
'L'export d'entreprises françaises installées en Tunisie, par exemple l'industrie aéronautique. Les entreprises françaises et autres italiennes, allemandes etc. arrivent ainsi à baisser le coût de production en combinant des avantages du pays d'origine avec ceux de la Tunisie."

==> Oui, mais dans ce cas on ne peut pas parler d'exportions dont profitent la Tunisie et les Tunisiens. Exemple: Les Allemands ne vont pas vendre les câbles produits en Tunisie aux constructeurs d'automobiles et nous donner l'argent! Les avantage que l'on a des sociétés étrangères produisant en Tunisie sont 1) les salaires et les emplois 2) elles font travailler les petites PME et les sociétés de services tunisiennes. Mais il est complètement absurde d'intégrer ces pseudo-exportations dans le calcul du PIB tunisien, et vous savez pourquoi!

C'est très connu et on lit sur tous les jauneaux et dans tous les livres que les pays industriels achètent nos ressources naturelles à des prix dérisoires et nous vendent leurs machines à des prix astronomiques.

Par Contre, il y a même des sociétés françaises qui nous coûtent beaucoup de devises étrangères pour des services dont on n'a pas besoin. Je me demande à quoi ça sert de permettre à la société française "Orange France" (dans le domaine des télécommunications) ou à Qatar/Ooredoo de s'installer en Tunisie si elles entrent en conflit avec les intérêts de Tunis Télécom. En effet "Orange Tunisie" et Ooredoo ne rapportent pas de devises étrangères qui pourraient compenser les conséquences néfastes de ce conflit. De même délice qui monopolise le marché laitier en Tunisie est à 50% française. Avons-nous besoin de Danone afin de produire notre fromage et pasteuriser notre lait? Puis, notre BCT ne nous dit absolument rien sur les sommes gigantesques de devises étrangères qui quittent en toute légalité la Tunisie et dont profitent "Orange France", " Qatar/Ooredoo" ou encore Danone' Oui, ces sociétés ont le droit de rapatrier leurs bénéfices et c'est légitime aussi! La faute est plutôt aux politiciens tunisiens qui leur ont permis de s'installer en Tunisie!


Je vous donne un exemple de deux principes de l'économie chinoise:
1) ne jamais acquérir une technologie semblable à celle que l'on a déjà dans notre pays
2) La technologie importée devrait permettre de fabriquer des produits ayant des effets socio-économiques positifs à l'intérieur de notre pays et ayant aussi une compétitivité sur le marché international.


Je vous salue et vous souhaite une très belle soirée

Très Cordialement

Jamel Tazarki
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration