Ramadan pour les nuls

Businessnews.com.tn | publié le 14/06/2017 15:59
Par Marouen Achouri,

A la première arrestation de non-jeûneurs, on avait cru à l’excès de zèle, à la deuxième, on se pose des questions. Paye-t-on des impôts pour que des juges surveillent la bonne application des préceptes du Ramadan ? Si c’est le cas, à quand l’application de la Chariâa qu’on en finisse ?

 

Quand on jeûne, on le fait pour soi. Normalement, être musulman est un choix. Un choix dont découle l’application et le respect des préceptes de l’Islam. Ceux qui décident de jeûner pendant un mois le font parce qu’ils sont convaincus, qu’ils souhaitent se rapprocher de Dieu par un rite religieux comme il y en a des dizaines à travers le monde. De l’autre côté, il existe des personnes qui n’ont pas fait le même choix. Faut-il leur en vouloir et leur imposer le choix de la majorité ? Si je décide de ne pas mettre de manteau quand il fait -10°c pour me rapprocher de mon Dieu, dois-je demander à mon voisin d’en faire autant ? Et surtout, ai-je le droit de lui crier que la vue de son manteau écorche mes sentiments et qu’il doit me respecter en se cachant pour le mettre?

 

Les jeûneurs, à différencier des musulmans, ont des sentiments fins. Des sentiments que l’on peut vite écorcher si on ne prend pas en considération la terrible souffrance qu’ils s’infligent. Donc, il ne faut pas qu’ils voient ceux qui ne jeûnent pas. Admettons. Mais ces dociles brebis, dont la piété a une date limite d’un mois, ne se sentent-ils pas offensés par d’autres choses qu’un casse-croute ou une clope ?

Au hasard, les pieux jeûneurs de Tunisie ont été les témoins d’une arnaque dont ont été victimes deux citoyens subsahariens devant la mosquée Al Fath. Quand les deux Africains ont contesté le fait d’être arnaqués, les innocentes ouailles d’Allah les ont agressés physiquement alors que les spectateurs leur demandaient de rentrer chez eux. Quand un Tunisien a tenté de s’interposer, il a été pris en grippe par les vendeurs et l’un d’eux l’a poursuivi à moto jusque devant le poste de police. Et une fois au poste de police, ce Tunisien a été ignoré et sa plainte a à peine été enregistrée par les flics. Alors ? Choquant ou pas ? Est-ce que les doux agneaux du Ramadan sont dérangés par ce genre de comportement ? Apparemment non, puisqu’ils y participent.

 

Les non-jeûneurs ont eu l’idée d’organiser une manifestation devant le ministère du Tourisme. Une manifestation qui n’a pas réuni grand-monde. Elle est surtout intéressante en ce qu’elle a déclenché comme réactions. Des réactions, comme on peut s’en douter, pleines de compassion, de compréhension, d’ouverture d’esprit et de gentillesse, venant de nos pieux jeûneurs défenseurs de la religion.

Une fille, visiblement frustrée, a espéré qu’il y ait un « vrai » homme qui écraserait ces « mécréants » avec une voiture ou un camion, rappelant ainsi le mode opératoire de Daech dans certains attentats. D’autres y ont vu une émanation du printemps arabe qui lui-même a été organisé depuis le début par les forces franc-maçonnes, sionistes, occidentales, atlantistes et autres. Tout cela, évidemment, baigne dans une mer d’insultes, d’invectives et de menaces. Apparemment, ne pas manger ni boire, ça met de mauvaise humeur.

Je parle de manger et de boire parce que c’est uniquement cela le Ramadan pour beaucoup de jeûneurs. Parce que les mêmes défenseurs de la religion n’hésitent pas à siffler les filles dans la rue, et ils seraient prêts à rompre leur jeûne pour croquer du fruit défendu. Les mêmes n’hésitent pas à mentir, à inventer des excuses pour ne pas aller travailler ou pour jeter leur poubelle par la fenêtre.

 

A chaque Ramadan, on a droit au même cirque. Un ballet d’hypocrites et de menteurs qui donnent des leçons à qui veut en prendre et à qui ne veut pas, d’ailleurs. On se drape d’un voile de vertu qui part en mille lambeaux à la première « provocation ». Saleté des rues, corruption galopante, chômage, problèmes de santé et d’éducation, mais notre souci premier est de bien se cacher pour manger pendant le Ramadan. Il nous reste décidément un long chemin à faire.

 

 

Ramadan pour les nuls

Par Marouen Achouri, publié le 14/06/2017 15:59

A la première arrestation de non-jeûneurs, on avait cru à l’excès de zèle, à la deuxième, on se pose des questions. Paye-t-on des impôts pour que des juges surveillent la bonne application des préceptes du Ramadan ? Si c’est le cas, à quand l’application de la Chariâa qu’on en finisse ?

 

Quand on jeûne, on le fait pour soi. Normalement, être musulman est un choix. Un choix dont découle l’application et le respect des préceptes de l’Islam. Ceux qui décident de jeûner pendant un mois le font parce qu’ils sont convaincus, qu’ils souhaitent se rapprocher de Dieu par un rite religieux comme il y en a des dizaines à travers le monde. De l’autre côté, il existe des personnes qui n’ont pas fait le même choix. Faut-il leur en vouloir et leur imposer le choix de la majorité ? Si je décide de ne pas mettre de manteau quand il fait -10°c pour me rapprocher de mon Dieu, dois-je demander à mon voisin d’en faire autant ? Et surtout, ai-je le droit de lui crier que la vue de son manteau écorche mes sentiments et qu’il doit me respecter en se cachant pour le mettre?

 

Les jeûneurs, à différencier des musulmans, ont des sentiments fins. Des sentiments que l’on peut vite écorcher si on ne prend pas en considération la terrible souffrance qu’ils s’infligent. Donc, il ne faut pas qu’ils voient ceux qui ne jeûnent pas. Admettons. Mais ces dociles brebis, dont la piété a une date limite d’un mois, ne se sentent-ils pas offensés par d’autres choses qu’un casse-croute ou une clope ?

Au hasard, les pieux jeûneurs de Tunisie ont été les témoins d’une arnaque dont ont été victimes deux citoyens subsahariens devant la mosquée Al Fath. Quand les deux Africains ont contesté le fait d’être arnaqués, les innocentes ouailles d’Allah les ont agressés physiquement alors que les spectateurs leur demandaient de rentrer chez eux. Quand un Tunisien a tenté de s’interposer, il a été pris en grippe par les vendeurs et l’un d’eux l’a poursuivi à moto jusque devant le poste de police. Et une fois au poste de police, ce Tunisien a été ignoré et sa plainte a à peine été enregistrée par les flics. Alors ? Choquant ou pas ? Est-ce que les doux agneaux du Ramadan sont dérangés par ce genre de comportement ? Apparemment non, puisqu’ils y participent.

 

Les non-jeûneurs ont eu l’idée d’organiser une manifestation devant le ministère du Tourisme. Une manifestation qui n’a pas réuni grand-monde. Elle est surtout intéressante en ce qu’elle a déclenché comme réactions. Des réactions, comme on peut s’en douter, pleines de compassion, de compréhension, d’ouverture d’esprit et de gentillesse, venant de nos pieux jeûneurs défenseurs de la religion.

Une fille, visiblement frustrée, a espéré qu’il y ait un « vrai » homme qui écraserait ces « mécréants » avec une voiture ou un camion, rappelant ainsi le mode opératoire de Daech dans certains attentats. D’autres y ont vu une émanation du printemps arabe qui lui-même a été organisé depuis le début par les forces franc-maçonnes, sionistes, occidentales, atlantistes et autres. Tout cela, évidemment, baigne dans une mer d’insultes, d’invectives et de menaces. Apparemment, ne pas manger ni boire, ça met de mauvaise humeur.

Je parle de manger et de boire parce que c’est uniquement cela le Ramadan pour beaucoup de jeûneurs. Parce que les mêmes défenseurs de la religion n’hésitent pas à siffler les filles dans la rue, et ils seraient prêts à rompre leur jeûne pour croquer du fruit défendu. Les mêmes n’hésitent pas à mentir, à inventer des excuses pour ne pas aller travailler ou pour jeter leur poubelle par la fenêtre.

 

A chaque Ramadan, on a droit au même cirque. Un ballet d’hypocrites et de menteurs qui donnent des leçons à qui veut en prendre et à qui ne veut pas, d’ailleurs. On se drape d’un voile de vertu qui part en mille lambeaux à la première « provocation ». Saleté des rues, corruption galopante, chômage, problèmes de santé et d’éducation, mais notre souci premier est de bien se cacher pour manger pendant le Ramadan. Il nous reste décidément un long chemin à faire.

 

 

Commentaires (22) Commenter
Correcteur à l'épicure
Correcteur
| 15-06-2017 22:39
Mon cher l'épicure,
Je vous prie de revoir et refaire vos deux copies!
Vous n'arriverez point à vous faire comprendre et encore moins à convaincre,qui que ce soit,avec votre charabia.Oui,l'épicure,ce ne sont plus des bourdes,mais du charabia!
Cher l'épicure faites-vous aider!
Ne comptez plus sur moi pour vous corriger.
Je vous en prie,mon l'épicure,ne me brisez-pas le coeur !!!
Mon cher l'épicure vous êtes un "chou"
Toujours à Marouen Achouri
Épicure
| 15-06-2017 20:18
J'ai écrit hier (pardon de me citer) : " Quand je lis votre article et en ne parlant de moi, je dis que vous prêchez à un convaincu.
Mais comment faire comprendre le contenu de votre article à des obtus qui ne veulent rien comprendre !".
Illustration :
Lisez le commentaire de Lefghoun et vous comprendrez la difficulté de la tâche. Je reste convaincu que vous le savez autant sinon plus que moi et que le changement des esprits n'est pas pour aujourd'hui. Il prendra des décennies si toutefois nous arrivons à contenir et faire reculer l'islamise.
Reperes
saz
| 15-06-2017 18:33
Nous avons vécu en Tunisie pendant au moins une vingtaine d'années (1960-1980) de merveilleux mois de Ramadan avec cafés et restaurants ouverts, sans aucune agression ni condamnations. Les choses ont commencé à changer avec une session de la Ligue arabe à,Tunis en 1974 puis son transfert à Tunis en 1979. On a commencé par interdire la consommation des boissons alcoolisés en terrasse puis la fermeture des cafés et restaurants durant le mois de Ramadan, sous la bienveillance de feu Mohamed Mzali (paix à son âme). Est ce sous la pression de l'Arabie Saoudite et des Emirats du Golfe, mais la coincidence me parait troublante.
@Lefghoun
el manchou
| 15-06-2017 15:07
Cher l'afghan ( Lefghoun ), la religion est un choix, le Tunisien a le droit de choisir de ne pas pratiquer le ramadan ou la prière, c'est son choix, personne n'a le droit de lui imposer de fermer les restaurants ou bars.

Quant au carême, moins de 0,01% de la population Européenne le pratique et en préiode de carême ils ne font pas fermer les bars/restaurants et ne mettent pas les fumeurs en prison, comme dans les pays islamisés.
Ce n'est pas un Choix
Lefghoun
| 15-06-2017 14:37
Non messieurs, le Ramadhan n'est pas un choix c'est une obligation de notre religion musulmane, mais les chretiens ont une periode de jeune et les juifs aussi, il n y a que chez nous que les gens donnet leurs avis, avez vous vu un chretien vius dire que le careme est un choix et tout le tralala - il faut connaitre au moins sa religion puis parler.
@jilani : oui mais la Tunisie n'est pas en Afrique !
el manchou
| 15-06-2017 13:31
C'est ce que vous répondront ces ignorants de tounestèniens qui se croient arabo-machin chouette.
@Jilani
Tadhamen
| 15-06-2017 13:17
Lorsqu'on s'intéresse au sujet, on s'aperçoit que, Dieu merci, une grande partie de l'Afrique avance à grands pas, y compris au niveau écologique, et on peut espérer que le continent arrivera probablement à se sauver par lui-même à terme.
Mais si ça continue ainsi ce ne sera pas grâce à l'Afrique du Nord où la population n'a encore pas tout bien compris au film et où on continue à avoir la tentation insensée de se replier sur soi-même et d'adopter des attitudes "musulmanes" totalement importées et absolument pas culturelles.

le respect
Chokri
| 15-06-2017 13:07
Pour commencer je décris une situation que je vie au quotidien dans mon entourage là où je bosse. Nous avons des Tunisiens qui ne jeûnent pas et des étranger qui ne jeûnent pas quand aux étranger sont tellement discret qu'on les vois jamais entrain de Mander, boire ou même fumer mais les Tunisien qu'on bosse avec font tout pour être vu en trains de manger, fumé ou boire donc je m'adresse maintenant au grand nul qui ose écrire "ramadan pour les nuls" que le respect d'autrui doit s'imposer même par la force de la loi et grand bravo aux courageux juges qui ont agie de la sorte.
Un pays d'hypocrites et de corrompus
jilani
| 15-06-2017 11:05
Je travaille dans un pays africain où 90% de la population est musulmane et la plupart de bon pratiquants. Chacun est libre de faire le ramadan, les restaurants sont ouverts. On sert de l'eau et café dans les réunions et ceci ne dérange pas les jeûneurs. En Tunisie ces hypocrites bientôt vont pourchasser les personnes qui ne vont pas à la mosquée après le jeune et la prière du vendredi et c'est comme ça qu'ils vont imposer leur mode vie à la con et généralement ce sont les personnes les plus corrompus.Et BCE au lieu de garantir le respect de la constitution, ne pense qu'à son fils et son pacte avec les nahdhouis.
L'imarat du Bizertistan
el manchou
| 15-06-2017 09:30
Ce jeune de Bizerte applique tout simplement la chariaa, il sera récompensé en Arabie Sodomite ou au Qatarstrophe.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration