Pierre Moscovici : la Tunisie n'a pas vocation à rester longtemps sur la liste noire

Businessnews.com.tn | publié le 07/12/2017 13:38

La classification mardi 5 décembre 2017, de la Tunisie sur la liste noire des 17 paradis fiscaux a suscité la stupéfaction des autorités tunisiennes. Face à la vive polémique déclenchée par ce classement, le commissaire européen Pierre Moscovici a réagi ce jeudi, dans une interview donnée au journal français « Le Point ».

 

Interviewé par Emmanuel Beretta, il a en effet dit : « D'abord, la Tunisie n'a pas vocation, je l'espère, à rester longtemps sur cette liste noire. Elle a pris des engagements, mais trop tardifs et à compléter. Ils seront examinés rapidement et, s'ils sont crédibles et respectés, je suis sûr que les États membres en tiendront très vite compte, dès le début de l'année 2018 », avant d’ajouter : « Je sais que c'est la volonté résolue des autorités tunisiennes et je leur fais confiance pour avancer avec leurs partenaires européens ».


Le commissaire aux affaires économiques de l’UE a également expliqué que cette décision ne remettra pas en cause le soutien européen à la Tunisie  en affirmant : « la liste noire ne conduit pas à retirer nos concours à un peuple ami qui a beaucoup souffert et qui déploie des efforts méritoires pour se redresser. La Tunisie peut compter sur l'Europe pour l'accompagner dans sa transition, et les Tunisiens ont besoin de la solidarité de leurs amis européens. En tant que commissaire chargé de l'Économie et des Finances, je suis d'ailleurs responsable du programme d'assistance financière qui a accordé plusieurs centaines de millions d'euros à la Tunisie ».

 

M. Moscovici a en outre souligné que les deux listes (noire et grise) mises en place par les ministres des Finances de l’Union, seront régulièrement actualisées. Le commissaire européen a au final expliqué que pour sortir de ces liste, les pays devront prendre des engagements et s'y conformer.  « L'Union européenne peut d'abord s'assurer que les fonds qu'elle investit via ses différentes banques ou institutions financières ne transitent pas par des organismes domiciliés dans des pays listés », a-t-il déclaré à la même source.

 

S.A

 

Pierre Moscovici : la Tunisie n'a pas vocation à rester longtemps sur la liste noire

publié le 07/12/2017 13:38

La classification mardi 5 décembre 2017, de la Tunisie sur la liste noire des 17 paradis fiscaux a suscité la stupéfaction des autorités tunisiennes. Face à la vive polémique déclenchée par ce classement, le commissaire européen Pierre Moscovici a réagi ce jeudi, dans une interview donnée au journal français « Le Point ».

 

Interviewé par Emmanuel Beretta, il a en effet dit : « D'abord, la Tunisie n'a pas vocation, je l'espère, à rester longtemps sur cette liste noire. Elle a pris des engagements, mais trop tardifs et à compléter. Ils seront examinés rapidement et, s'ils sont crédibles et respectés, je suis sûr que les États membres en tiendront très vite compte, dès le début de l'année 2018 », avant d’ajouter : « Je sais que c'est la volonté résolue des autorités tunisiennes et je leur fais confiance pour avancer avec leurs partenaires européens ».


Le commissaire aux affaires économiques de l’UE a également expliqué que cette décision ne remettra pas en cause le soutien européen à la Tunisie  en affirmant : « la liste noire ne conduit pas à retirer nos concours à un peuple ami qui a beaucoup souffert et qui déploie des efforts méritoires pour se redresser. La Tunisie peut compter sur l'Europe pour l'accompagner dans sa transition, et les Tunisiens ont besoin de la solidarité de leurs amis européens. En tant que commissaire chargé de l'Économie et des Finances, je suis d'ailleurs responsable du programme d'assistance financière qui a accordé plusieurs centaines de millions d'euros à la Tunisie ».

 

M. Moscovici a en outre souligné que les deux listes (noire et grise) mises en place par les ministres des Finances de l’Union, seront régulièrement actualisées. Le commissaire européen a au final expliqué que pour sortir de ces liste, les pays devront prendre des engagements et s'y conformer.  « L'Union européenne peut d'abord s'assurer que les fonds qu'elle investit via ses différentes banques ou institutions financières ne transitent pas par des organismes domiciliés dans des pays listés », a-t-il déclaré à la même source.

 

S.A

 

Commentaires (5) Commenter
a john wayne
zarko
| 07-12-2017 17:37
Votre texte serait crédible si et seulement si vous enlevez benali/alibaba. Tous les malheurs de la tunisie d'aujourd'hui trouvent leur source dans les actions passées de ce caporal.
Vous vous foutez de nous cher Monsieur!
Tounsi
| 07-12-2017 15:27
Vous avez utilisez la Tunisie comme guinea pig pour promouvoir votre politique anti-arabe et anti-musulmane. Vous savez que la Tunisie ne représente pas grand chose dans vos desseins impérialistes. C'est pour ça que vous l'avez choisie pour donner exemple aux autres. Ceux la mêmes que vous ne souhaitez pas inclure dans votre black list parce que leur réaction aurait était bien plus dommageable que la pauvre Tunisie. Arrêtez votre hypocresie! La Tunisie qui a donné naissance as Hannibal et a Ibn Khaldoun vous le fera payer cher....peut être pas aujourd'hui...mais très certainement demain!
2011,
Citoyen_H
| 07-12-2017 15:10

ouverture en grande pompe de la boite de pandore.
2017, suite au passage au pouvoir des gangsters de la maudite et chaotique trika, l'éphémère temps de latence des retombées catastrophiques de leur mandat, est consommé.
Tant que cette meute de traitres charognards ne passera pas par la case justice, le coefficient exponentiel de leurs arnaques, ne cessera de prendre de l'ampleur.
Bienvenue dans la véritable traversée du désert.




Blacklistés mais pas sanctionnés
kameleon78
| 07-12-2017 14:25
La Banque Centrale était plus connue pour la planche à billets qui travaillait 24 sur 24 que de lessiver l'argent sale ou planquer les avoirs de milliardaires.

Cette liste est bien sûr provisoire pour pousser les gouvernements des pays cités à faire des efforts en matière de paradis fiscal, mais dans une prochaine étape nous passerons dans une liste grise.

Il faut aussi souligner qu'il n'y aucune sanction (fnancière) contre ces pays blacklistés c'est juste un avertissement, mais il est vrai qu'au niveau psychologique cela a touché la Tunisie.
LES TUNISIENS, UN PEUPLE DE GUEUX
JOHN WAYNE
| 07-12-2017 14:09
Très souvent, il suffit d'ouvrir un poste de télévision et de se brancher sur une chaine locale choisie au hasard pour obtenir le reflet d'une société donnée.
J'ai découvert cette règle lors de mes années de diplomate de l'état Tunisien et lorsque je me rendis aux Etats Unis a l'époque de la révolution Iranienne.
Les débats télévisés qui animaient les Etats Unis de l'époque montraient une incompréhension claire vis-à-vis de ce monstre qu'était l'Ayatollah Khomeiny. Les Américains admiraient alors le simple fait qu'il s'agissait d'une révolution comme celle qui précéda la création des Etats Unis d'Amérique et qui se solda par une défaite des forces de sa majesté la Reine d'Angleterre.
En peuple naïf et peu cultivé, ils essayaient donc tant bien que mal de reconnaitre des Thomas Jefferson dans les foules de gueux malodorants et barbus qui saccageaient les rues de Téhéran tout en brandissant des images de l'Ayatollah Ruhallah Khomeiny qui devait très bientôt se hisser au rang d'Adolf Hitler en termes d'exécutions par pendaison de malheureux sujets ayant servi le régime du Shah. Ce même Shah d'Iran amaigri qui avait depuis des jours pris la poudre d'escampette.
Les Américains se rendirent compte qu'il ne s'agissait que d'une malheureuse imposture islamique que lorsque les petits écrans montrèrent des images des otages de l'ambassade des Etats Unis de Téhéran.
Les Américains sont un peuple naïf, idéaliste, et dont les convictions sont parfois en décalage par rapport aux réalités de l'histoire.
C'est la raison pour laquelle les gouvernements et donc le peuple Américain dans son ensemble, sont gouvernés en coulisse par des sionistes machiavéliques qui leur dictent une version de l'histoire faisant d'Israël une éternelle victime de la haine Arabe.
Il existe de nos jours et depuis la création de l'état d'Israël, une conspiration machiavélique tendant à faire des régimes nationalistes Arabes un danger pour le monde. Le meilleur exemple fut bien sur lorsque le Président Kennedy devint du jour au lendemain favorable à Nasser en qui il voyait un homme juste et intègre. Cet opinion fut immédiatement suivi par la colère de tous ses conseillers pro-Israël et de toutes les médias sionistes qui animent le quotidien de ce pays balloté par des pro-israéliens qui excellent dans le mensonge.
Cette conspiration sioniste s'est perfectionnée depuis l'époque de la Saddam Hussein et surtout après les attentats du 11 Septembre 2001 en une théorie faisant croire au monde que l'avenir des Arabes se trouve en l'islam et en l'Islamisme et que les ennemis de ces peuples sous-développés et dont les aisselles sentent le bouc, sont les dictateurs laïques.
Cette nouvelle version du complot sioniste qui anime et détruit le monde depuis de décennies s'est tristement illustrée dans le discours de Barack Hussein Obama qu'il fit au Caire a la veille du Printemps Arabe et dans lequel il déclarait l'Islam compatible avec la démocratie.
Autant croire qu'un jour je me débarrasserai de mes hémorroïdes entretenues hélas par mes casse croutes au thon à l'harissa quotidiens de fonctionnaire de l'état Tunisien dont le compte en banque BIAT est à sec, et dont le portefeuille est plat comme une limande.
Cette règle sommaire s'applique à la Tunisie actuelle et aux Tunisiens. Ouvrez une chaine de télévision Tunisienne au hasard et vous serai servis.
Les débats de l'assemblée du peuple de gueux montrent des barbus et moins barbus mais surtout des femmes en hijab dont les têtes sont grotesques. Les discours se font de manière solennelle avec comme introduction des versets du Coran. Les regards sont idiots et les visages font des grimaces derrière des lunettes aux verres épais et aux montures en or de mauvais gout. Les femmes sont laides et si elles ne portent pas de hijab, elles exhibent des visages aux airs placides ou contentés qui reflètent des intelligences limitées et des quotients intellectuels a deux chiffres seulement.
Les émissions de variétés sont riches en débats stériles et les invités et le public constitués de chômeurs et de gueux, rient pour rien ou se forcent à rire. A l'art qui caractérisait l'époque de Bourguiba et de Ben Ali s'est substitué la vulgarité et la bêtise.
Le Tunisien est bête, corrompu, et menteur.
La Télévision Tunisienne montre aussi une grande misère et des catastrophes, qu'elles soient de nature terroriste ou climatique.
Pas de doute, le complot sioniste a bel et bien eu raison de la Tunisie qui depuis l'indépendance jouissait d'une bénédiction et d'une protection Divine.
Les Tunisiens comme les Palestiniens sont un peuple recolonisé et qui est condamné à disparaitre.
Dieu n'honore jamais les traitres et le renégat.
Ou sont nos glorieux militants : Farhat Hached, Bourguiba, Nouira, Ben Ali ?
A ces grands hommes se sont substitués de énergumènes et des messagers du diable comme ce Feldman qui dicta aux Tunisiens dégoutants leur nouvelle constitution sioniste.

F.M. Alias JOHN WAYNE


Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration