alexametrics
A la Une

Organisation secrète et assassinats politiques : Seule la vérité est révolutionnaire !

Organisation secrète et assassinats politiques : Seule la vérité est révolutionnaire !

 

Le comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi a révélé de nouvelles informations d’une grande gravité, lors de la conférence de presse tenue aujourd’hui même. Ces informations peuvent renverser la donne dans les affaires d’assassinats politiques perpétrés en Tunisie et même, changer les équilibres des forces politiques sur la scène nationale.

 

Najet Yaâcoubi, membre du comité de défense, a révélé que le juge d’instruction au Tribunal de première instance de Tunis a pu prendre connaissance des documents cachés dans la chambre noire au ministère de l’Intérieur. Suita à quoi, il a porté contre Mustapha Khedher des accusations, principalement, de meurtre avec préméditation ou encore d’association de malfraiteurs en rapport avec des crimes terroristes… En effet, ces accusations viennent à la suite de la découverte de nouveaux indices saisis dans la chambre noire du ministère de l’Intérieur.

 

Najet Yaâcoubi a, également, indiqué que parmi les documents trouvés, il y avait la reconnaissance de Mustapha Khedher de sa relation avec Ameur Balâazi, et son exploitation, avec d’autres délinquants, dans certaines opérations à l’instar de l’agression des manifestants le 9 avril 2012 à l’avenue Habib Bourguiba au centre-ville de Tunis, l’agression de l’UGTT du 4 décembre 2012, ainsi que des citoyens présents aux funérailles de Chokri Belaïd le 8 février 2013.

Il est bon de rappeler que Ameur Balâazi est accusé d’avoir caché le pistolet 9mm utilisé dans les assassinats de Brahmi et Belaïd, en le jetant par la suite à la mer. Il est, également, impliqué dans l’explosion d’une voiture devant le poste de police à La Goulette.

 

Cela dit, un autre document d’une extrême gravité a été trouvé. En effet, Mustapha Khedher avait informé le ministère de l’Intérieur, à l’époque tenu par Lotfi Ben Jeddou sous le gouvernement Ali Laârayedh, de la disparition du terroriste recherché Aboubaker Al Hakim d’une maison située à Cité El Ghazela à 300 mètres du domicile de Mohamed Brahmi, huit jours avant l’assassinat. Ceci implique, bien évidemment, que Mustapha Khedher était au courant des moindres faits et gestes de Aboubaker Al Hakim. Ce dernier a été envoyé en Syrie, où on suppose qu’il est mort.

 

D’autres documents dangereux ont été retrouvés, comme celui contenant des instructions pour assurer un accompagnement sécuritaire à Mohamed Aouadi afin qu’il puisse quitter le territoire tunisien. Mohamed Aouadi est, quant à lui, responsable de l’aile militaire de l’organisation terroriste de Ansar Chariâa. Il s’agit, presque, du même procédé utilisé avec Seifallah Ben Hassine plus connu sous le nom de « Abou Iyadh », qui fût, à l’époque accompagné à bord d’un véhicule conduit par un sécuritaire.

 

Les choses ne s’arrêtent pas là, puisqu’un autre document avait prouvé les relations entre Mustapha Khedher et les services de renseignements italiens lorsqu’ il est intervenu en faveur d’un journaliste kidnappé. Cette opération avait, aussi, un lien avec les assassinats. Les services de renseignements italiens auraient-ils un rôle ou des informations préalables avec les assassinats ?

 

Ainsi, plusieurs données, présomptions et preuves recueillies par le juge d’instruction lui ont permis d’accuser Mustapha Khedher d’être impliqué dans l’assassinat de Mohamed Brahmi, alors qu’il est purgeait une peine de 8 ans dans une affaire de « vol de documents et autres affaires déposées dans un coffre remis à un fonctionnaire de l’Etat ». Elles ont, également, prouvé sa relation organisationnelle et politique avec le mouvement Ennahdha.

 

Si toutes ces accusations sont établies, cela veut dire que des personnes d’Ennahdha sont impliquées dans ces crimes terroristes, en l’occurrence, les assassinats et l’élimination armée des adversaires politiques. La responsabilité pénale du mouvement Ennahdha devient, alors, avérée, outre ses responsabilités morales et politiques.

 

Il va sans dire que le comité de défense a réussi à révéler plusieurs données cachées. L’assassinat, notamment, de Chokri Belaïd a engendré la naissance d’une nouvelle spécialité, à savoir l’avocatie d’investigation puisque sans les travaux du comité de défense, l’opinion publique n’aurait jamais découvert toutes les données et les documents qu’on a voulus enterrer.

 

Et bien que le juge d’instruction qui a mené les enquêtes dans l’affaire de Chokri Belaïd, soit le procureur de la République, cela n’a pas permis la facilitation de l’affaire et la révélation de la vérité. En effet, Koutheir Bouâllegue et Riadha Radaoui ont clairement accusé le procureur de la République, Béchir Akermi d’entraver les processus de la révélation de la vérité. «  Nous avons présenté des dossiers concernant l’infrastructure organisationnelle de l’organisation secrète et tous les détails. Nous pensons que le ministère public n’est pas en train de jouer son rôle et tente d’enterrer un crime, au point d’y participer ». Et d’ajouter : « Jusqu’à présent, le ministère public empêche l’ouverture d’une instruction judiciaire et se contente d’enquêtes préliminaires en usant de subterfuges juridiques ». Me Radaoui a considéré qu’il y a une volonté politique pour que Béchir Akermi prenne en charge toutes les affaires de terrorisme, accusant le mouvement Ennahdha d’être derrière cela.

 

Toutes ses accusations qui touchent la crédibilité « de ceux qui ont volé le ministère public », peuvent porter atteinte au parquet, qui comporte malgré tout cela des magistrats compétents, crédibles et équitables. Cela veut, également, dire que le juge n’est plus la source de la vérité, ce qui est grave. « L’avocatie d’investigation » joue un rôle dans l’affaire, chose qui a amené le président de la République à présenter l’affaire devant le Conseil de la sûreté nationale.

D’ailleurs, la justice a été contrainte à ouvrir une enquête bien qu’elle ait affirmé, un jour avant, qu’elle ne répond pas aux conférences de presse. Le ministère de l’Intérieur avait, quant à lui, démenti l’existence d’une chambre noire. Les documents contenus dans cette chambre ont été saisis par le juge d’instruction du bureau 12 au Tribunal de première instance de Tunis.

 

En tout état de cause, l’affaire des assassinats et de l’organe secret d’Ennahdha, ainsi que l’ère de violence vécue par la Tunisie, sont en train de se dévoiler au grand public et devant la justice. Malgré le fait que la Tunisie regorge de juges intègres et compétents, il est possible que la vérité soit soumises aux contraintes des transactions politiques. Cela dit et en dépit des entraves et des obstacles, seule la vérité est révolutionnaire, il viendra le jour où elle éclatera.

 

Mongi Khadhraoui

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (10)

Commenter

L' ALSACIEN
| 12-01-2019 18:53
Merci à vous Mr khadhraoui de toutes ces informations importantes et concluantes bien argumentées. Je vis à STRASBOURG et croyez moi Mr, votre dossier et solidement constituer pour être débattu au parlement et au sein même de la cours européenne des droits de l'homme.

Microbio
| 11-01-2019 18:07
Excitant dans le pays de la mafia:

https://youtu.be/kmdd0hvNSbk

Citoyen de Tunisie
| 11-01-2019 11:12
Certes c'est frustrant que depuis des années cette affaire de crimes d'état perdure et le comité de défense avance lentement mais avance bon gré mal gré.
Cette affaire se doit d'être l'affaire de tout citoyen digne de porter fièrement la nationalité tunisienne. Leurs assassinats font que le pays est resté gangrené et que ces crimes arrangent l'affaire de certains !!
Juste pour info, on dit "on se jette à la mer et non dans la mer", sans rancune merci.

B.N : Merci d'avoir attiré notre attention

MFH
| 11-01-2019 08:44
Maintenant que toute la vérité est révélée, que vas-t-on faire des vrais acteurs qui ont tout manigancé à savoir les Bhiri, Ghannouchi, Ali laraiedh, Ben Jeddou, et les autres dont le juge d'instruction chargé du dossier sciemment désigné pour brouiller les pistes menant directement au but ?

Rossi
| 11-01-2019 00:41
Ce n'est pas assez, il y a un truc qui manque, tant qu'il n'y a pas le lien entre assassinat de Brahmi et les lois sur l'énergie, j'ai tendance à croire que c'est plus une mise en scène pour protéger les vrais coupables.
https://youtu.be/kmdd0hvNSbk
Ce type (Khedher) connaît il vraiment des choses ? était-il la tête commanditaire ? il n'aurait pas été tué dans ce cas ? Ou ce n'est qu'un bouc émissaire parce qu'il est impuissant ?
En quoi Brahmi dérangeait ? Ou c'était une cible facilement accessible choisie au hasard ?
La bonne question est POURQUOI il a été tué ? Si on répond à ça on saura qui l'a tué !

mansour
| 10-01-2019 21:45
c'est grâce à l'intervention extraordinaire du Comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi et des juges intègres et fiables et pas sur les promesses de transparence du gouvernement Ennahdha-Youssef Chahed sur l'organisation secrète et les documents de la chambre noir au ministère de l'intérieur en rapport avec les islamistes freres musulmans d'Ennahdha

HAtemC
| 10-01-2019 21:02
Une secte mafieuse ne prospère qu'en éliminant ses détracteurs '?' IL VOUS FAUT UN DESSIN ?
Nahdha n'a rien d'un parti politique c'est une organisation terroriste déguisée en parti civil '?' avec un double discoure '?'
Nahdha n'est rien d'autre que l'organisation terroriste des années 80 le MTI '?' on change l'emballage ( ghannouch en cravate ne trompe personne ) mais pas le contenu ( MI ou Nahdha reste une organisation criminelle ) '?'

Brahmi et Belaid n'ont été que les victimes innocentes de criminels endurcis '?'
Ce qui est désolant reste ces crétins qui ont fait allégeance à cette secte croyant devenir important '?' non ces crétins ne sont que des instruments puis jetés voir éliminés '?'. comme ce Khedher '?' je t'utilise et s deviens encombrant je t'élimine c'est aussi simple '?' HC

Cassius Clay
| 10-01-2019 21:01
même avec une vidéo montrant Ghannouchi en personne appuyant sur la gachette, il n' y aura pas de poursuites contre la Nahdha.

Maxula
| 10-01-2019 21:00
C'est une affaire à tiroirs qui n'a que trop duré !
Reste à savoir si les pouvoirs publics sont déterminés à élucider CES AFFAIRES DE TERRORISME, ou s'ils sont déterminés à LES ENTERRER TOUTES !
Les données révélées ou connues sont tellement flagrantes que celui qui risquera un début de tentative d'occultation sera considéré comme partie prenante et complice des assassinats, d'au moins sinon plus, de Belaïd et Brahmi !
Ecoutez sur Radio Med, Imène Gzara, du comité de défense. //Maxula.

https://www.youtube.com/watch?v=soD6juVyhQw

TUNISIE SECRET
| 10-01-2019 20:49
suite a Mezri Haddad Brahmi assasine' pas le qatar pour servir ennahda

A lire aussi

Comme à l’accoutumée, le discours du président de la République, à l’occasion du la célébration

20/03/2019 19:59
2

La Tunisie célèbre sa fête de l’Indépendance, le mercredi 20 mars. Evénement marquant de l’Histoire

19/03/2019 19:59
8

La conférence de clôture du projet Solid s'est tenue à Bruxelles le 14 mars 2018 et a permis de

18/03/2019 19:59
3

L’opinion publique tunisienne a été récemment ébranlée par l’affaire de l’instituteur de Sfax

17/03/2019 15:59
3

Newsletter