alexametrics
Tribunes

Nous souhaitons tellement être l’avenir que nous oublions que nous sommes le présent

Nous souhaitons tellement être l’avenir que nous oublions que nous sommes le présent

 Par Aziz Majoul

 

“La politique, ce n’est qu’une certaine façon d’agiter le peuple avant de s’en servir”, disait l’homme politique français Talleyrand. Dans notre pays, la politique, ce n’est qu’une certaine façon d’agiter la jeunesse avant de s’en servir. L’agiter, car ses bras et ses jambes, parfois sa vie, sont très souvent utile à ceux qui gèrent les événements depuis les coulisses.

La jeunesse, pourtant à l’avant-garde de tout changement, ne semble toujours pas se rendre compte de sa force. Elle est en première ligne dans la lutte contre le terrorisme, car, quelle est la moyenne d’âge de nos soldats? L’institution militaire, institution la plus respectée de notre pays, est également la plus jeune. Les jeunes sont également en première ligne face au chômage, à la dégradation des services publics, aux tentatives de lavage de cerveaux et à l’idéologie, à l’émigration clandestine, à la drogue etc. Mais la jeunesse résiste, elle apporte davantage à notre pays qu’elle ne lui coûte, par son implication dans la vie associative, dans les forces armées et de sécurité, par ses initiatives dans le secteur privé, car elle a compris que le secteur public lui est durablement fermé. Mais notre jeunesse a un défaut: elle ne termine pas ce qu’elle commence, et se laisse trop facilement diviser. Ce que la jeunesse tunisienne commence, d’autres le terminent, et la jeunesse termine spectatrice de ce qu’elle initie, trop sujette et sensibles aux stratégies de diversion.


Aujourd’hui, des jeunes manifestent, et des jeunes maintiennent l’ordre. Aujourd’hui, des jeunes les appuient, d’autres jeunes les invectivent. Nous partageons le même pays, nous souhaitons tellement être l’avenir que nous oublions que nous sommes le présent.


Mais contrairement à ce qui s’est passé il y a 7 ans, les événements de ce mois peuvent être l’opportunité d’un déclic majeur au sein de la jeunesse tunisienne, pour qu’elle termine, cette fois-ci, ce qu’elle a commencé, qu’elle évite les pièges de la division, de l’idéologie, de la désespérance, de la destruction, qu’elle se réunisse, au service d’un état d’esprit fondateur et constructif, pour épouser une cause à laquelle chaque jeune doit se rendre indispensable: la transition générationnelle, et la proposition de solutions Jeunes pour un pays qui a de l’avenir.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

Leila ben Salem
| 11-01-2018 12:25
la tribune de Aziz Majoul merite une meilleure consideration et un meilleur emplacement ou bien elle ne s accorde pas avec vos sensibilites....c est tres dommage

Leila Ben Salem
| 11-01-2018 09:53
En 2011,nous avons opte pour le plus mauvais des choix,.......
Naturellement il sagit des presidentielles de 2014.....Sorry

Leila Ben Salem
| 11-01-2018 09:16
Voila un exemple de ceux qui nous remplissent d espoir pour l avenir de notre pays,et ils sont des milliers. Ceux nes et eleves dans l amour de la Patrie.
Malheureusement ces vieillards ultras con servateurs leurs donnent le plus mauvais des exemples de la facon comment gerer un Etat,et font tout pour leur dresser des barrages afin de compromettre leur evolution et leur ascension.Je cite vos propos"Mais contrairement à ce qui s'est passé il y a 7 ans, les événements de ce mois peuvent être l'opportunité d'un déclic majeur au sein de la jeunesse tunisienne, pour qu'elle termine, cette fois-ci, ce qu'elle a commencé, qu'elle évite les pièges de la division, de l'idéologie, de la désespérance, de la destruction, qu'elle se réunisse, au service d'un état d'esprit fondateur et constructif, pour épouser une cause à laquelle chaque jeune doit se rendre indispensable: la transition générationnelle, et la proposition de solutions Jeunes pour un pays qui a de l'avenir." J ajouterais que notre pays dont la moyenne d age d apres les recensements de 2014 est de 32 ans soit encore gouverne par 3 vieillards du debut du siecle dernier:Caied Essebsi 92 ans ,le plus vieux president en exercice de la planete terre,Mohammed Ennaceur,83 ans president de parlement le plus age du monde et Ghannouchi 76 ans,soit a eux trois 251 ans.
Voila ou reside l erreur fatale,des hommes d hier dirigent la Tunisie d aujourd hui et de demain,sachant et scientifiquement prouve qu avec l age le quotient intellectuel (QI)subit une diminution drastique de ses capacites.
Michel Duyme.directeur de recherche au CNRS dans le departement des sciences de la vie nous a eclaires sur les limites du QI pour les personnes agees,le quotient intellectuel etant une mesure de l intelligence logique,s il diminue l intelligence diminue immanquablement.Notre pays a un besoin urgent de rajeunir sa classe politique.
En 2011,nous avons opte pour le plus mauvais des choix,suite a une manipulation de l opinion par des discours mielleux de BCE et sa cour d admirateurs dont seul le profit et les privileges interressent,ils nous ont agites le spectre des islamistes d Ennahdha,pour en fin partager le pouvoir avec eux.Ces tactiques et manoeuvres mensongeres continuent a ce jour a alimenter leurs discours totalement en decalage de la realite que vivent les citoyens Tunisiens.Un chef de Gouvernement Youssef Chahed n a meme pas honte de declarer publiquement
je cite:"Si le president Beji Caied Essebsi (92 ans)se representera aux presidentielles en 2019,je le soutiendrai".Voila un homme qui "pense aux futures generations" en faisant le choix d un presque centenaire.Ceratains evoqueront l experience,je repond que l experience est une exigence pour les chefs militaires,mais au 21 eme siecle un president s entoure de la creme des experts du pays chacun dans son domaine
BCE a cree un parti,s est entoure de fideles pour servir ses desseins et non pour servir la Tunisie.Publiez SVP


un père
| 09-01-2018 14:21
Vive la Tunisie riche de ses jeunes, inspiratrice et innovatrice par ses enfants qu'elle a élevés, éduqués qui lui viennent en aide pour se dresser contre leurs frères corrompus qui on pillé et appauvri leur mère patrie

Aron
| 09-01-2018 09:41
La Tunisie saigne ! Ironie du sort, ce sont ses propres enfants qui la suicident. Faites prévaloir la Sagesse. 7 ans d'anarchie et de violence sont principalement à l'origine de la situation précaire de notre Pays. Soyons patriotes et remettons nous au Travail. Ce n'est que comme ça, que nous pourrons juguler l'inflation et la dévaluation de notre monnaie et instaurer une croissance durable et créer des emplois ; et enfin répondre aux attentes légitimes de notre jeunesse et de tout notre peuple. De grâce, arrêtons la politique de la terre brûlée et soyons solidaires

A lire aussi

Le monde d’aujourd’hui est caractérisé par une nouvelle fluidité bousculant l’ensemble des repères

18/10/2018 14:55
3

« Les révolutions ont besoin de liberté, c’est leur but, et un besoin d’autorité, c’est leur moyen.

14/10/2018 18:15
23

Il est temps pour la Tunisie de confirmer son rôle d'avant-garde au niveau régional en devenant

10/10/2018 08:00
10

Monsieur le Président de la République, qu’avez-vous fait du projet de loi vous proposant le mode de

20/09/2018 17:53
3

Newsletter