alexametrics
Dernières news

Noureddine Taboubi :une grande partie des citoyens n’a plus confiance dans le pouvoir !

Noureddine Taboubi :une grande partie des citoyens n’a plus confiance dans le pouvoir !

Un rassemblement des syndicalistes a eu lieu, ce matin du 14 janvier 2018, à la Place Mohamed Ali, à l’occasion du 7ème anniversaire de la Révolution.

 

Devant ce grand rassemblement, le secrétaire général de la centrale syndicale, Noureddine Taboubi a prononcé un discours, affirmant que la révolution de 2011 était une révolution spontanée contre la dictature et la tyrannie. « Cette année, l’anniversaire de la révolution s’accompagne de vives protestations sociales. Cela témoigne qu’une grande partie des citoyens n’a plus confiance dans le pouvoir et ne croit plus à ses promesses. Ce sont des indices qui témoignent de la régression des revendications de la révolution et d’un éventuel retour à l’ancienne dictature », a-t-il affirmé.

 

Et d’ajouter que ce que vit le pays ces derniers jours revient, principalement, aux dispositions de la Loi de finances 2018, outre les années consécutives de marginalisation, d’exclusion et de tension. Tous ces facteurs ont été exploités par certains pour semer la pagaille et piller les biens publics dans un objectif qui reste douteux. « Nous avons déjà mis en garde contre les répercussions de la Loi de finances et nous avons donné des propositions alternatives, mais personne ne nous a prêté attention, ni le gouvernement, ni le parlement ! Pour remédier aux points négatifs de la LF 2018, nous avons préconisé l’augmentation des allocations accordées aux familles défavorisées, l’augmentation du SMIC, la révision du système de compensation et la mise en place d’une Loi de finances complémentaire ».

 

D’autre part, il a affirmé que l’UGTT comprend la colère populaire et prévoit son augmentation en cas de poursuite de la même politique manquant de transparence, « Cependant, nous devons poursuivre les négociations bilatérales et tripartites dans le cadre du pacte social à propos des grandes réformes. Nous devons, également, poursuivre la pression sur les députés à l’Assemblée et le gouvernement pour mettre une limite au glissement du dinar. Nous continuons, aussi, à soutenir les efforts dans la lutte contre la corruption. D’autres grands dossiers nous attendent, comme la lutte contre le terrorisme, le soutien des familles des blessés de la révolution et la préparation des élections municipales ».

 

S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (22)

Commenter

dabs2gabs
| 15-01-2018 20:28
le citoyen n'a plus confiance dans le pouvoir !
et le pouvoir non plus n a plus confiance dans le citoyen, le citoyen,casse,brule,vole,triche,ne paye pas d impôts,désobéi, etc..etc..etc.....

Tunisien
| 15-01-2018 10:33
Assez souvent le père Taboubi tombe dans le piège des populistes et c'est bien dommage...
Je m'attendais à mieux surtout après sa participation et sa présence à la réunion présidée par le Président de la République. Quel dommage de voir de bonnes gens rater leur entrée sur scène.
Quant aux maux dont souffre notre société, outre la corruption et le terrorisme c'est le manque de civisme de la classe politique qui se rabaisse, en étant populiste, pour asseoir leur derrière sur des chaises, en apparence, confortables alors qu'elles sont, en vérité, éjectables. Leur insouciance les rend aveugles et sans morale.
On devrait les obliger à suivre une formation avant de leur confier une quelconque responsabilité et leur faire écouter à toute occasion les discours fleuves de notre regretté Bourguiba. Il était peut être imparfait mais il est et de loin le meilleur de tous pour ce qui est de sa vision et son analyse des choses.

saz
| 14-01-2018 22:53
On résoudra les problèmes de chômage et de la pauvreté avec un retour de la croissance et non par des effets d'annonce. Augmenter le SMIG et les allocations ont un coût et Mr Taboubi se garde bien de dire comment il a l'intention de les financer. Par la planche à billet et son corollaire l'inflation, une augmentation de la fiscalité ou au recours à l'emprunt? Une aide aura vite fait d'être considérée comme un droit acquis même en cas de changement de statut social de l'intéressé. Un contrôle de cette aide est il prévu? Je ne suis pas économiste mais on peut déjà s'attaquer aux dépenses publiques. A t'on besoin par exemple d'un Ministère des Affaires religieuses qui parait t'il ne paye même pas ses factures d'électricité. A combien reviennent les activités de l'IVD qui déboucheront encore sur des inemnisations. En Tunisie nous disposons d'un Président de la République, d'un Premier Ministre, de 28 Ministres et de 15 secrétaires d'Etat. Comparativement l' Allemagne dispose d'une Chancelière et de 9 Ministres et basta.Plus encore la Chancelière et ses ministres payent leur loyer , l'eau et l'électricité. On pourrait peut être s'n inspirer.

Watani
| 14-01-2018 19:05
De quoi il parle, il est inconscient, c'est le Comble de l'ignorance, de la démagogie, de la médiocrité. Lui et ses CO ont détruit la stabilité socio économique de notre cher pays. Il ose parler de confiance et il ignore la signification de cette qualification qui n'est pas dans sa boîte crânienne. Il délire tout incitant les tunisiens au désespoir et à un avenir noir du pays. Quelle classe et quelle médiocrité d'un pseudo Syndicaliste qui n'a JAMAIS encouragé les citoyens tunisiens à TRAAAAVAAAIIILLER. Où étaient ces individus qui parlent au nom du syndicalisme, du temps de Bourguiba et de Ben Ali. Ya hasra et ya hasra =ils étaient Effacés et sans aucune importance, très rares de ces individus ont mis le pied à Carthage ou à la Kasbah, ce n'était pas leurs territoires, vrai ou faux...... Erjoue lil Rabi.

kbwebkb
| 14-01-2018 17:22
Le mal qui ronge, trahit, complote .... contre l'état!

Hached
| 14-01-2018 16:25
C'est bien grâce aux ultra de l'Ugtt, du F.populaire et surtout aux frérots.
Maudite soit la démocratie! Pourquoi l'Ugtt n'a pas levé le petit doigt lorsque les frérots, étant aux affaires, ont disséminé par milliers,forcément incultes, leurs progénitures dans l'administration?
Si Taboubi n'a semble-t-il pas compris le sens de la parole de BCE, lorsqu'il lui a lancé Que feu F Hached a été assassiné parce qu'il défendait la nation tunisienne et non pour des considérations syndicales. Ces gens-là avec le FPop, tellement excités ne comprennent rien à ce genre boutade. Quant aux frérots, sales hypocrites, ils attendent le moment propice pour dégainer et faire revenir les enturbannés par la porte de derrière. Les uns comme les autres sont cramponnés à leurs illusions.
Morale de l'histoire, "A mauvaise haleine, il n'y a pas mieux que le siwak el harr.

Khneji
| 14-01-2018 16:02
Une tres grande partie de citoyens n a plus confiance a l UGTT tout simplement parcequ il n est plus libre et independant .

TAW TCHOUFOU
| 14-01-2018 15:49
" Tous ces facteurs ont été exploités par certains pour semer la pagaille et piller les biens publics dans un objectif qui reste douteux ... ! "
Paroles d'expert !
Mr Taboubi aurait dû ajouter que lui et sa centrale " font bien partie intégrante de ces " certains " , " qui ont largement contribué à " mettre la pagaille " et à semer " la zizanie " dans le pays !
Combien d'entraves au gouvernement a-t-il déjà fomenté , combien de grèves a-t-il couvert , combien de blocages a-t-il encouragé ... et cela sans parler des menaces à peine voilées concernant telle ou telle administration ou ministre , ou même l'Utica !
L'Ugtt est devenue de fait " un parti " et Mr Taboubi ( qui se trouve très précieux ) se prend carrément pour un ministre !
Pourquoi s'en priverait-il , vu qu'en face , l'état et le gouvernement n'ont jamais été aussi faible , craintif et absent . Ils le caressent même dans le sens du poil , soulignant à tout propos , l'importance de l'Ugtt à la concorde nationale et son sens du patriotisme ( défense de rire , et applaudissements svp ! ).
Mais il se trouve quand même quelques personnes qui ont de la mémoire ( denrée rare de nos jours en Tunisie ) , pour ne pas tomber dans le panneau et ne pas oublier le rôle toxique et nocif qu'a joué et joue encore ce syndicat , dans la détérioration macro et micro-économique de notre pays !
Oui Mr Taboubi , il y a aussi une autre grande partie des citoyens qui n'a plus du tout confiance en vous et en l'Ugtt !

Rationnel
| 14-01-2018 15:28
L'UGTT est l'acteur politique le plus influent et le premier responsable de la dégradation de la situation économique.
L'UGTT a contribue a l'inflation en exigeant des augmentations de salaires et primes pour ses adhérents.
C'est l'UGTT qui est le premier responsable de la dégradation de la productivité avec les sit-in et grèves, la protection des fainéants et son opposition a l'ajustement des effectifs de la fonction et sociétés publiques.
Le niveau de vie des adhérents de l'UGTT est relativement élevé, les 700 milles bureaucrates ont un salaire moyen de 958 dinars soit 70% plus que la moyenne nationale. Le gouvernement vient d'exhausser les voeux de l'UGTT en augmentant l'allocation sociale de 30 dinars, mais vivre avec 180 dinars reste un grand défi.
L'UGTT est responsable de la dégradation du dinars avec, la dégradation de la productivité, les augmentation de salaires, et le blocage de la production du pétrole et des phosphates qui a baisse de plus de 50% entre 2010 et 2017 de 8 millions de tonnes a 3 millions. Le prix des phosphates a aussi chute ce qui n'a pas aide les choses, 80 dollars la tonne et 188 vers la fin de 2010.

L'UGTT peut jouer un rôle plus constructif et aider les tunisiens et l'économie tunisienne. L'UGTT et ses membres doivent modérer leurs demandes pour qu'on puisse investir et améliorer la productivité et le niveau de vie.

Leila Ben Salem
| 14-01-2018 14:57
Le discours de Mr Taboubi entre dans le cadre de ses fonctions de syndicaliste, etre pour ou contre est une autre question. je vous rappelle les evenements du 26 janvier 1978 et le derapage qui s en est suivi.......etc.
Que faut il faire aujourd hui..???Il faut absolument dire la verite au peuple sur 2 grands problemes qui le preoccupent:1)la guerre contre la corruption et l economie parallele sans aucune complaisance.
2)Reconsiderer la competence au lieu de la fidelite et le copinage avec le pouvoir,l homme qu il faut a la place qu il faut.Les anciennes competences qui ont construit une economie saine jusqu a 2010 peuvent etre rappelees,il n y a aucun mal puisqu ils sont propres de tout soupcon,l interet du pays et du peuple l exige.
Ceci dit,tous les experts dans le monde sont du meme avis qu il faut interdire tous les paiements cash en Tunisie superieurs a 500 dinars,et interdire totalement les paiements cash aux caisses de l Etat(toutes les recettes des finances et de la douane)qui ne doivent accepter que des paiements par virement bancaires......par exemple Ces mesures sont en application dans tous les pays europeens sans exception.

A lire aussi

Un accord a été trouvé entre le gouvernement et l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) en ce

21/07/2018 22:04
0

La présidente du parti destourien libre (PDL), Abir Moussi, a appelé à un passage à la 3ème

21/07/2018 18:15
18

«Le Tunisien consomme en moyenne par jour 140 litres d’eau dont il en boit que 1,5 litres à 2

21/07/2018 16:16
14

Le ministre des Affaires étrangères Khemaïes Jhinaoui se porte bien. C’est ce qu’a affirmé le chargé

21/07/2018 13:30
1

Newsletter