alexametrics
Tribunes

Ni putes ni prostituées mais des engagées pour l’équité

Ni putes ni prostituées mais des engagées pour l’équité

 

Par Lilia Bouguira

 

 

On divise les Tunisiens pour mieux les dévorer.

On paralyse l'école publique pour faire fleurir en silence les écoles à prêche religieux.

On sabote la santé publique en torturant ses jeunes médecins grâce à des responsables parasites et incompétents.

On embrigade nos enfants et on les envoie à la mort.

On incendie nos pensionnats et on terrorise leurs résidents.

On insémine la mort en laissant nos enfants se faire approcher par des prédateurs virtuels et criminels.

On engage le Tunisien dans des guerres intestines où le sacré devient une affaire non personnelle et s'attaque au constitutionnel.

On branle l'étendard de la tolérance et des listes indépendantes riches et diversifiées dans un vacarme médiatique hypocrite et cocufié.

On nous crée l'instance vérité et dignité qui réalise tout sauf la vérité et la dignité.

On nous farcit au quotidien de drames et de difficultés pour nous éloigner de nos droits à réclamer.

On nous pourrit la vie de faux interdits et de tromperies grâce à des médias récupérés et pire que vendus.

On nous vend notre pays sans aucune considération et à notre insu.

On traite nos femmes de putes et de prostituées pour avoir juste osé  manifester pour l'équité dans une autre lecture du sacré.

On laisse certaines autres se vendre sur les marchés de Daech comme esclaves sexuelles sans rechigner.

 

Tout cela et on me demande de ne pas m'indigner.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (12)

Commenter

Gg
| 22-03-2018 11:42
Mes respects, Madame, pour ce cri du coeur.
Le dire, c'est déjà agir.

Obscurantiste
| 19-03-2018 22:10
la Belle Epoque de la dictature des oligarchies islamophobes dont vous faites partie, qui se gargarisent d une modernite pervertie et faussee ,manque apparament beaucoup a Madame! Cette Belle Epoque est heureusement pour le peuple tunisien mais malheursement pour vous ,est a jamais revolue! Ecouter la nostalgie chanteee par la divine Oum Khaltoum dans Al Atlal , vous fera du bien !

daldoul chtarbé
| 13-03-2018 18:32
l'euro a dépassé 3 dinars, vous n'avez plus que 69 jours de survie en devise et ces "femmes" ne s'intéressent qu'à violer notre chari3a que le monde entier nous envie ?
cette manifestation est la preuve de la pénétration profonde des gwerra dans notre société arabo salamiste.
c'est encore un coup des sohiounistes qui après avoir mis notre frère latrique ramdam en prison, veulent désormais nous coloniser dans nos cervelles.

ici en allemange je touche l'aide sociale de mes femmes et je ne leur donne que la moitié, j'applique déjà la charabia salamiste.

Forza
| 13-03-2018 18:29
comme jeune Afrique et d'autres au service du plus payant, une vraie propagandiste.

AZERTY
| 13-03-2018 16:35
SVP on ne touche pas au CORAN (notre livre sacré)
SINON C 'EST LA CATASTROPHE
je reponse é Mme amel ou la femme n a pas intervenu,
DIEU a repondu que ce dernier livre n' est intouchable par qui que soit et restera jusqu'a la FIN DU MONDE
MERCI

Franky
| 13-03-2018 14:10
Indignez-vous madame! Indignez-vous!
Et surtout branlez madame, branlez ce tolérant étendard, qu'une vigoureuse sève vienne féconder les culs-bénits d'une saine colère. Et peut-être qu'un jour, alors qu'on le farcit de drames et de difficultés, le tunisien au milieu d'un vacarme de cocufié, brandira ce si jouissif texte comme un appel à l'amour.

critique
| 13-03-2018 14:04
Au lieu de dire tout cela, ne serait-il pas bon que tout le monde maintenant pense au travail, à la paix, à la réconciliation, à la haute moralité, à mieux étudier ce qui est dans le coran plutôt que critiquer tout le temps et sur n'importe quoi. Dieu a imposé une loi que les musulmans doivent adopter et le coran a tout et bien précisé sur toutes les questions (donia wal ekhira) les tunisiens doivent vraiment changer sans pour autant toucher à ce qui se trouve dans notre religion. On a tellement besoin de devenir plus corrects et avoir peur de Dieu, ce qui va nous aider à avancer et être plus solidaire. C'est vraiment honteux de lire ces termes qui ne relèvent pas d'une personne respectueuse et respectable.
Rabi yehdi !

Kahena
| 13-03-2018 12:11
La part d'héritage que les hommes vont concéder à leurs s'?urs sera compensée par l'apport de l'épouse
L'égalité dans l'héritage ne devrait pas appauvrir ces messieurs bien au contraire.
C'est donc un jeu à somme nulle.

Mayday
| 13-03-2018 11:24
qui résume parfaitement la situation ; " On nous vend notre pays sans aucune considération et à notre insu."

Nous sommes au début de sa nudité et le prostitué ne saurait tardé.
Le temps à l'indignation est venu et vos voix doivent être entendues sinon c'est avec la corde autour du cou que vous serez pendus !

Indignez-vous, c'est un droit et un devoir SI vous voulez avoir un bout de terre que vous pourrez appeler " mon pays..ma patrie ! "

jilani
| 13-03-2018 09:54
Je vous invite à lire les derniers jours de Muhammed de Héla Ouardi et les 3 piliers de l'islam de Jacqueline Chabbi. Bien évidemment pour les islamistes ces auteures sont des mécréants.

A lire aussi

Incapable de gérer sa victoire de 2014 et constituer un parti capable de gouverner le pays, Nidaa a

08/12/2018 14:17
13

La santé est l’un des secteurs où la science est essentielle. Il est l’objet d’enjeux économiques

06/12/2018 08:48
3

C’est au nom des jeunes de ce pays que je me permets de m’exprimer aujourd’hui. C’est au nom des

30/11/2018 13:28
11

Dans sa tribune, Omar S’habou a indiqué que la Tunisie vit simultanément trois crises dangereuses :

15/11/2018 22:00
16

Newsletter