Naufrage de Kerkennah - BCE et Chahed examinent les mesures à mettre en place pour les familles des victimes

Businessnews.com.tn | publié le 18/10/2017 16:19
Le naufrage de l’embarcation clandestine heurtée par un navire militaire à Kerkennah, a été l’objet de la rencontre qui s’est déroulée au palais de Carthage, ce mercredi 18 octobre 2017, entre le président de la République, Béji Caïd Essebsi et le chef du gouvernement, Youssef Chahed. 
 
Le chef du gouvernement a souligné, à ce propos, que des investigations sont menées pour déterminer les responsabilités. Il a aussi précisé que la réunion avec le chef de l’Etat a notamment porté sur les mesures d’encadrement matériel et psychologique à mettre en place en faveur des familles des victimes. 
 
Le 8 octobre une embarcation clandestine avait été heurtée par un navire militaire faisant au moins 9 victimes. Les recherches se poursuivent pour retrouver le reste des naufragés. 
 
M.B.Z

Naufrage de Kerkennah - BCE et Chahed examinent les mesures à mettre en place pour les familles des victimes

publié le 18/10/2017 16:19
Le naufrage de l’embarcation clandestine heurtée par un navire militaire à Kerkennah, a été l’objet de la rencontre qui s’est déroulée au palais de Carthage, ce mercredi 18 octobre 2017, entre le président de la République, Béji Caïd Essebsi et le chef du gouvernement, Youssef Chahed. 
 
Le chef du gouvernement a souligné, à ce propos, que des investigations sont menées pour déterminer les responsabilités. Il a aussi précisé que la réunion avec le chef de l’Etat a notamment porté sur les mesures d’encadrement matériel et psychologique à mettre en place en faveur des familles des victimes. 
 
Le 8 octobre une embarcation clandestine avait été heurtée par un navire militaire faisant au moins 9 victimes. Les recherches se poursuivent pour retrouver le reste des naufragés. 
 
M.B.Z

Commentaires (12) Commenter
>>> Hatem
Letranger
| 19-10-2017 17:11
"...Je ne supporte pas ces descendants d'arabes dans mon pays ..."

Moi non plus... et ce sentiment devient avec raison, de plus en plus prégnant à travers le monde.
crevons l'abces
citoyen artiste
| 19-10-2017 16:30
ça ne marche pas ça ne pourrait pas marcher comme celà
Vite de l'ordre avant la fin du bail
La nation a peur de l'Avenir qui a déja commencé LES OPPORTUNISTES DE TOUT BORD SONT PRËTS A TENTER LEUR CHANCE MAIS LA TUNISIE N'EST PAS A VENDRE UN GOUVERNEMENT DE SALUT PUBLIC EST PLUS QUE NECESSAIRE POUR BARRER LA VOIE AUX AVENTURIERS ET AUX OPPORTUNISTES
Mauvais raisonnements
TeTeM
| 19-10-2017 16:09
Désolé amis lecteurs mais je ne rejoins pas vos raisonnements. Avant de m'exciter sur le gouvernement, j'aimerai que @BN explicite ce que comporte l'aide matériel? Il n'est pas clairement fait mention d'argent qui sera donné aux familles afin d'indemniser les victimes...

La Loi sur l'immigration clandestine. Elle peut être appliqué si on arrive à caractériser une intention de quitter le territoire. Ce qui n'est pas gagné vu l'efficacité de nos enquêteurs qui ne voient que ce qu'ils ont envie de voir (c.f l'affaire du bisou). En l'état, on ne peut pas appliquer cette Loi dans la mesure où l'accident s'est produit dans les eaux territoriales de la Tunisie !

Pour ce qui est des responsabilités, il faut appliquer le Code Maritime. Je doute fortement que les militaires soient en faute dans cette affaire. Or indemniser les victimes du naufrage revient à admettre une faute de l'armée. Cela n'aurait pas de sens.

Le navire a un propriétaire et se doit d'être assuré. Si c'est le cas, il appartient à l'assurance d'indemniser les familles sous réserve que l'usage de ce bateau a été fait dans le respect des conditions prévues par la police d'assurance. Si c'est un cas d'immigration, le bateau devait être surpeuplé et ça l'assurance ne couvre pas. Si l'assurance ne couvre plus, c'est l'armateur du bateau qui engage sa responsabilité !

En ce qui concerne, le suivi psychologique et le soutien moral, cela peut être une bonne chose. Un bon nombre de ces départs se font au nez et à la barbe des familles qui le découvrent qu'après coup...

Prise en charge
A4
| 19-10-2017 14:56
Hier j'ai voulu cambrioler la maison du voisin. En sautant dans son jardin, je me suis fait attaquer par son chien qui m'a arraché le mollet gauche.
Je proteste contre ces propriétaires qui laissent leurs chiens en liberté et je demande une prise en charge totale par la CNAM !!!
LA RESPONSABILITE INCOMBE AUX CLANDESTINS : "ILS SONT CLANDESTINS" ! ... ndlr : HORS LA LOI !!!
URMAX
| 19-10-2017 12:08
...
Celon le code pénal National, l'immigration clandestine est passible d'une peine d'emprisonnement et d'une forte amande !
...
@ le gouvernement : Vous n'alez tout de même pas indemniser les familles des victimes, non ?
...
ou alors ... est-ce juste un moyen comme un autre de "calmer la grogne sociale" ???
...
URMAX
Me taire
LE TUNISIEN
| 19-10-2017 09:17
Jén ai marre d écrire et de commenter les betises de lÉtat, je me taiiiiiiis.
Le gouvernement fou.
Contribuable.
| 19-10-2017 08:50
Au lieu de leur déchoir la nationalité, ils les récompense avec mes sous. Ce gouvernement veut me ruiner.
@A4
anti-islamiste
| 18-10-2017 18:27
Comme toujours rien a ajouter.
Bonne soirée
@anti-islamiste et HatemC: moi ma mère me l'a dit ...
A4
| 18-10-2017 17:43
PAYER!
Ecrit par A4- Tunis, le 22 Décembre 2015

Ma mère me l'a dit, dès le jour de ma naissance:
"Tu as à payer taxes, impôts et redevances !"
Je suis donc là pour ça et pas pour autre chose
Quitte à me trouver ruiné, victime d'overdose
Overdose de taxes sur des produits surtaxés
Votées par des élus et autres désaxés

Elle m'a dit ça tendrement entre deux tétées
"Rien ne sert de résister et faire l'entêté
Paye mon fils, donne tes sous, paye et repaye encore
Ils vont tout t'ôter, pas besoin de ton accord
Pas besoin de tenter des trucs sans résultat
Pense plutôt à graisser les rouages de l'Etat"

"Penses-y", dit-elle un jour où j'étais pensif
En remontant mes bretelles et coiffant mes tifs
"C'est bien à toi de payer pour les fainéants
Les allergiques au travail et les tire-au-flanc
Ceux qui ne servent à rien, qui sont à la marge
Et réclament haut et fort qu'on les prenne en charge"

Je me rappelle encore de tous ses bons conseils
De toutes ses histoires précédant mon sommeil:
"C'est à toi de payer quand c'est la sécheresse
Pour des paysans ruinés pour cause de paresse
Et c'est à toi de donner le jour du déluge
A ceux qui dans l'oued ont placé leurs refuges !"

Je n'ai rien oublié, sa bonne soupe était tiède
Et moi je tentais de marcher en vrai bipède
Quand me tenant la main elle me dit calmement
Que je dois prévoir l'argent des remboursements
Pour les pseudo héros et autres rescapés
Malades imaginaires et faux handicapés

C'est ainsi que je me vois des années après
Prisonnier de leur piège, enlisé, empêtré
Payant pour les autres, et repayant sans cesse
Pour les gugusses vivant aux frais de la princesse
Pour les trafiquants et même les marchands d'armes
Sans avoir sa main pour essuyer mes larmes ...
Encore ...
A4
| 18-10-2017 17:06
Une nouvelle imposition s'impose !
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration