alexametrics
Dernières news

Mehdi Jomâa présente son parti, Al Badil Ettounsi

Mehdi Jomâa présente son parti, Al Badil Ettounsi

 

L’ancien chef du gouvernement, Mehdi Jomâa, a présenté aujourd’hui, le 29 mars 2017, son parti politique dénommé Al Badil Ettounsi. Il a déclaré que la demande de visa légal a été déposée ce matin même.

 

 

M. Jomâa a expliqué qu’il a souhaité faire de la politique autrement en commençant par le think-tank, Tunisie Alternatives. L’objectif de cette institution était de dessiner les contours d’une politique publique en compagnie de compétences nationales. Ce travail a permis de préparer une assise solide au parti. Mehdi Jomâa a ajouté qu’il a sillonné la Tunisie pendant plusieurs mois pour être au contact des citoyens. « Nous avons une vision du futur pleine d’espoir, basée sur les principes de travail et d’initiative. Nous devons donner de la confiance aux ressources humaines », a-t-il déclaré.

 

 

 

 

L’ancien chef du gouvernement a également expliqué son silence pendant près de deux ans : « Nous avons voulu travailler et présenter une vision avant de parler, car beaucoup parlent sans réaliser quoi que ce soit ». Il a ajouté que ce parti est appelé à devenir une institution où « l’élection sera la règle, ni nomination ni parachutage ». Il a également appelé les jeunes et les femmes à adhérer en masse au parti pour prendre leurs responsabilités : « Votre devoir est d’entrer sur la scène politique, il n’y a pas de places réservées, même parmi ceux qui ont fondé le parti, tout le monde a sa place et elle ne demande qu’à être arrachée. Nous avons des gens avec nous qui ont 26 ans et ils ne sont pas là pour faire joli ».  

 

 

 

« C’est à la Tunisie qui travaille, qui ne fait pas de bruit et qui est silencieuse à laquelle on s’adresse. C’est à cette Tunisie de reprendre le flambeau. On sait que le chemin sera difficile, on voit comment se fait la politique aujourd’hui, mais nous ne flancherons pas. Il faudra travailler, plier le genou et y aller. Il faut avoir confiance en nous et en notre avenir. Il faudra redonner la confiance et le sourire aux Tunisiens », s’est il exclamé. Mehdi Jomâa a également indiqué que son parti sera présent lors des prochaines échéances électorales et notamment, l'élection présidentielle.

 

K.H et I.L

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (17)

Commenter

Léon
| 30-03-2017 14:19
Merci l'Ami. J'ai voulu l'avis d'un Homme de la maison, et apparemment je ne me suis pas trompé. On se verra certainement un jour. L'héritage du RCD, héritier du néo-destour (après le PSD) est devenu pour moi le problème le plus important car il n'y a que lui (le vrai qu'il s'agit de chercher dans toute cette mosaïque) qui pourra encore sauver les meubles.
Je le suis, de coeur, depuis le 14 maudit. Si je n'y étais pas avant, ce n'est pas contre lui mais tout simplement parce que je ne voyais ce que je pouvais donner de plus dans un pays qui roulait si bien.
Le pays, son président et son parti avaient dans le temps suscité le respect et la crainte de tout malfaisant voulant s'attaquer à la Tunisie.
Ces temps là reviendront, n'en déplaise à nos ennemis et au traitres locaux qui composent avec eux.
Ils ne perdent rien à attendre. Le dos des américains qui les cache si bien commence à se faire de plus en plus petit.
Amitiés.
Léon.

ghbkd
| 30-03-2017 13:28
Au moment de la nomination de Mehdi Jomâa en tant que chef de gouvernement, certains médias tunisiens nous ont dit que certains pays européens ont contribué au choix de Mehdi Jomâa pour remplacer El Araïdh. J'avais apprécié cette nouvelle sachant que ce sont ces pays développés et démocratiques qui vont aider la Tunisie dans la crise politique et économique dans laquelle elle se débattait en ce temps là et jusqu'à ce jour. Les lois dans ces pays ne permettent pas de financer les partis politiques dans les pays sous développés. Depuis l'installation du gouvernement de Mehdi Jomâa, ces pays ont commencé à aider la Tunisie pour qu'elle se défende contre les extrémistes (le bombardement des extrémistes tunisiens à Mosrata en Lybie a contribué à sauver notre pays de l'installation de l'Emirat des frères musulmans à Ben Guerdane). Ils sont entrain d'équiper notre armée afin que le gouvernement tunisien se consacre vers les autres secteurs qui permettent le développement économique et social du pays. Cette coopération me semble plus fructueuse que celle avec la Turquie qui nous a inondé avec des produits de consommation inutiles (y compris les feuilletons) et certains pays arabes qui ont financé à travers des associations à tendance religieuse certains partis en Tunisie.La rumeur qui avait aussi circulée est que Mehdi Jomâa était Nahdhaouiste lorsqu'il était étudiant. Cela ne m'a pas dérangé car moi même j'étais socialisme/ communisme lorsque j'étais étudiant. Mais en rentrant dans la vie active, j'ai rebroussé chemin non pas parce que les communistes bannissent les religions mais parce que j'étais convaincu que le communisme/socialisme contribue à tuer l'esprit d'innovation, d'entreprenariat bref le progrès économique et social dans les pays sous développés.La preuve c'est que la majorité de nos entreprises publiques sont déficitaires. Heureusement que Ben Ali en a privatisé un grand nombre.Le socialisme et le "religionalisme" dans les pays sous développés non démocratiques sont une calamité. L'histoire l'a confirmé avec la dislocation des pays communistes et les conflits que vivent actuellement ou qu'ont vécus certains pays arabes (Syrie, Irak, Lybie, Yemen,Liban) , musulmans (Afghanistan, Pakistan) et africains (Nigéria, Mali et autres). Mehdi Jomâa se distingue de Abir Moussa par ses capacités technico-économiques et son expérience gouvernementale en Tunisie.Ces supporters sont des personnes qui n'ont pas besoin de faire de la politique pour arriver.La majorité sont des technocrates qui ne se sont pas impliqués dans les magouilles de certains dirigeants du RCD et de la famille des Trabelsis.Ils sont des cadres qui ont réussi au temps de Bourguiba et de Ben Ali grâce à leur compétence et à leur sérieux dans le travail.Ils n'appartiennent pas à des anciens politiciens opposants à Bourguiba et à Ben Ali qui ont utilisé la religion comme prétexte pour arriver au pouvoir. Certains se sont opposés non pas au nationalisme et au modernisme de Bourguiba et de Ben Ali mais à l'arrivisme qui sévit dans leurs partis et qui commencent à constituer un danger pour le pays. Le peuple tunisien a gardé cela dans sa mémoire et c'est cette mémoire qui a joué en faveur d'Ennahdha en 2011 et de Nidaa Tounes en 2014.Ce nouveau parti de AL Badil Ettounsi constitue peut être un espoir pour la population tunisienne qui a voté en 2014 pour les partis Nidaa Touness, Afak et le parti de Riahi et qui a été déçu par les performances de ces trois partis dont certains responsables y compris les déserteurs se sont montrés avides du pouvoir. Plusieurs anciens responsables dans les gouvernements qui se sont succédés après 2011 sont membres dans Al Badil Ettounsi. Ils connaissent bien les dessous des cartes. Ils doivent présenter au peuple tunisien un programme qui contient des actions pratiques à entreprendre dans le court terme afin de remettre le pays sur les rails, des actions concrètes qui doivent permettre d'éradiquer le fanatisme religieux, relancer l'économie du pays et redonner à la population tunisienne la joie de vivre (culture,propreté,respect des lois citoyennes).

G&G
| 30-03-2017 11:55
Cher Léon Bonjour,
Merci pour la confiance que tu as bien voulu m'accorder. Moi-même je vis dans la même hésitation et dans l'embarras du choix. Je me retrouve placer entre l'amour de mon pays et la peur d'une déception.
Tu m'as surpris par ton inappartenace à l'RCD. Pourtant durant six ans tu as défendu ce parti avec c'ur et âme mille fois mieux que tout RCDiste.
Tu as su donner des leçons de patriotisme mieux que tout autre et je te remercie vivement.
Ma situation est beaucoup plus embarrassante parce que je suis mordu et je n'ai confiance en personne. Je vois des RCDistes qui tournent le dos à leur parti après avoir profiter au maximum. Pis encore, aujourd'hui, ils se jettent dans les bras d'une bande de vendus qui détruisent le pays.
Tu as demandé mon avis alors que c'est à moi de solliciter le tien. Mais dans tous les cas je ne vois pas mieux que Abir Moussi pour le moment. C'est une femme de principe et que je respecte bienque j'aurai aimé que son parti porte le nom de « RCD PROPRE ET HONNETE » Pour le moment elle est entouré de gens honnêtes telque mon ami Karim Krifa sachant que dans ce monde pourri l'honnête est un défaut.
Dans l'espoir de te rencontrer je ne peux que te souhaiter la bonne chance.
Cordialement.
G&G
RCDiste et fier

saiebsaleh
| 30-03-2017 10:02
Ce mouvement qui se veut précurseur est lancé mais n'a pas encore de site internet. Vous me direz un détail? je dirai plutôt que c'est une preuve révélatrice que ce parti ressemble aux dizaines existants en Tunisie et de ses politiques..à savoir de l'amateurisme pur. Normalement, le site devrait être concomitant au lancement du parti pour présenter ses orientations, sa politique, enregistrer l'adhésion pour les nouveaux membres etc. Admettons que je sois intéressé par ce parti et que je ne veuille pas me déplacer, je fais comment, je vais sonner à la porte de Mr. Jomaa? Décidément "al badil al tounsi" ne changera rien à l'état pathétique de notre société.

Léon
| 29-03-2017 21:59
Cher Ami,
Il est grand temps que les patriotes décident quel est le vrai parti qui hérite des PSD et RCD. Afin de voter en masse pour un et un seul parti patriotique; donnant de la sorte un message fort aux pays qui nous trahi et qui ont brisé toutes les forces directrices du pays (dont le RCD), semant de chaos et l'anarchie dans le pays de Bourguiba et de Ben Ali.
Pour l'instant je ne vois qu'un parti qui mérite cet héritage. C'est celui de Abir Moussi. Qu'en penses-tu cher G&G?
Nida n'a pas leurré le patriote que je suis et j'avais même appelé à ne pas voté en pays occupé, et certainement pas pour ceux qui ont "collaboré" avec les puissances qui ont détruit notre pays.
Ton avis m'importe afin que l'on ne se trompe pas et que le mot d'ordre soit le "vote patriotique". C'est à dire pour un parti qui ne reçoit aucun sou ni ordre de l'étranger et qui se construit à partir des forces vives patriotiques de la nation.
Pour l'instant je ne vois que Abir Moussi et suis très déçu par le choix de Borhane Bsaies (il m'a surpris). L'excès d'opportunisme est néfaste et destructeur. Il faut garder le cap et ne pas aller contre ses propres principes.
N'ayant jamais fait de la politique ni été au RCD, je ne sais pas vraiment pour qui voter. Je suis RCDiste de principe depuis le 14 janvier car mon pays a été attaqué et que les faux partisans (opportunistes) du RCD l'avaient quitté en masse.
Bref, tout le contraire du cheminement du peuple de la trahison collective.
Merci de me donner ton avis.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant Souverainiste.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

G&G
| 29-03-2017 20:41
Comme tous les partis nés de la dernière heure ce parti va creuser un trou dans l'eau. Mais qu'elle eau. Dans l'eau trouble polluée puante.
J'avais poutant dit en 2011 que les diplômés de Harvard sont nuls et incapables d'ajouter un brin à celui des azlems.
Ce petit apprenti croit pouvoir ramener le taureau par les cornes en se basant sur une visite des régions de quelques mois. Dououiou!! Yabta.
Il m'à fallut 35 années de terrains dans les régions reculées pour la baguette magique que je garde pour moi tant que ces nullards de locataires continuent à cacher la vérité du 14 maudit.

G&G
RCDiste et fier

Abou Walid
| 29-03-2017 18:46
Créer un parti politique est-il devenu plus lucratif que de créer une entreprise productrice de richesses ? Le pays en a-t-il vraiment besoin, un parti politique qui vient s'ajouter à plus de deux cents sur la place, comme si la population tunisienne compte des dizaines, voire des centaines, de millions de personnes ?!

HD
| 29-03-2017 18:21
Mehdi Jomaa, quand il était premier ministre, a laissé une certaine Mme Karboul faire les 400 coups sans rien lui dire. Il n'a jamais eu le courage de la contrarier. Rien que pour ça, jamais on lui pardonnera.

lkhrd
| 29-03-2017 17:30
Il a fait trois choses courageuses durant son mandat. Il s'est attaqué aux avantages en nature touchés par les fonctionnaires en mettant un terme à la contrebande des bons d'essence des voitures de fonction. Il a commencé à règlementer l'utilisation des voitures étatiques. Il a tenu tête aux revendications syndicales exagérées. Il a acquis l'appui des bailleurs de fonds pour le financement de projets. Il est parvenu à faire accepter aux partis une équipe ministérielle assez solides.Il n'a pas remis en cause le contrat politique qu'il a fait avec le peuple tunisien en ne se présentant à aucun poste politique à la fin de son mandat. Grâce à son passage en tant que premier ministre, Mehdi Jomâa connait mieux que quiconque les rouages politiques et économiques de la Tunisie et le mal qui est entrain de ronger notre pays.Il n'a pas besoin d'un poste ministériel ou dans l'ARP comme beaucoup d'autres personnes qui font actuellement de la politique.Il connait que la Tunisie ne s'en sortira pas de ce malaise politique et marasme économique avec les deux partis existants (Nidaa et Ennahdha).Il compte sur les gens apolitisés et non arrivistes pour le supporter pour le bien du pays. Par ailleurs, il a dit qu'aucune personne n'aura la suprématie dans ce parti El Badil pour éviter de tomber dans le piège d'une dictature des chefs des partis qui est pire qu'une dictature d'un président de la république.

fifi
| 29-03-2017 16:38
Encore un parti parmi tant d'autres. Comme on dit l'espoir fait vivre, Est ce que vous serez comme les autres : opportunistes... Ou allez vous réellement prouver que vous êtes là pour faire évoluer la Tunisie: vous occuper des marginaux, des régions délaissées, de notre infrastructure, de créer de l'emploi, d'être patriote et d'aimer et de mettre toute votre âme pour ce pays? Si ce n'est pas pour faire la différence, laissez tomber!! on a déjà des partis à l'infini

A lire aussi

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui a démenti, ce mardi 18 décembre 2018, dans

18/12/2018 22:51
0

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi a accueilli, ce soir du mardi 18 décembre 2018, le

18/12/2018 22:20
0

L’Ordre national des avocats de Tunisie (Onat) a rendu public un communiqué, ce mardi 18 décembre

18/12/2018 21:39
1

Le ministre du Tourisme, René Trabelsi, est revenu, ce soir du mardi 18 décembre 2018, lors de sa

18/12/2018 20:58
2

Newsletter