alexametrics
BN TV

Mehdi Jomâa : on ne peut bâtir un Etat fort quand il est miné par la corruption

Mehdi Jomâa : on ne peut bâtir un Etat fort quand il est miné par la corruption

Le président du parti Al Badil, Mehdi Jomâa, a affirmé, ce dimanche 18 juin 2017, dans une déclaration à Shems FM, que l’approche politique en Tunisie est basée sur un système de quotas et de partage du pouvoir.

 

« Il n'y a pas de consensus autour d’une vision et cela est inadmissible » a ajouté Mehdi Jomâa. « Il faut frapper les symboles de la corruption car on ne peut bâtir un Etat fort quand il est miné par la corruption et nous soutenons cet effort. Néanmoins l’approche n’est pas claire, car la lutte contre la corruption n’est pas l’affaire d’une journée mais nécessite de frapper les symboles et fort » a-t-il conclu.

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

Siham
| 19-06-2017 18:13
J'ai peur que vous ne soyez vous-même considéré comme l'un des symboles de la corruption.Même votre frère n'a pas été épargné.
Alors point de légèreté dans la gestion de dossiers aussi graves car de telles positions portent plus préjudice à la réputation du pays et à la notation et classification de la Tunisie qu'elle n'aide à la lutte contre la corruption.

vghjk
| 19-06-2017 16:10
Mehdi Jomâa devrait nous présenter sa position vis à vis du parti Ennahdha qui a causé tant de mal à la Tunisie de 2011 à 2017. Durant son court mandat au gouvernement en 2013/2014, Jomaa n'a pas eu le temps de s'occuper des problèmes qui ont été crées par le gouvernement de la Troïka.Les tunisiens sont divisés en deux grands groupes:les sympathisants d'ennahdha et les autres.Pour vaincre ennahdha, il fallait une entente solide entre les partis anti-ennahdha. L'espoir d'avoir un autre Nidaa Touness durant ce court délai qui nous sépare des prochaines élections est très faible.Les trois ou quatre partis les plus importants doivent s'entendre entre eux pour former un front contre Ennahdha.

URMAX
| 19-06-2017 09:02
...
Bon.
Ben après tout, deux karcher valent peut-être mieux qu'un seul ...
...
Espérons seulement qu'ils ne se [karchérisent] pas mutuellement !
...
:-)
...
URMAX

RAF
| 19-06-2017 08:12
Pourquoi n'avez vous pas lutter contre la corruption lorsque vous étiez président de gouvernement Mr JOMAA.
C'est parce que les ordres ne vous ont pas été transmis du Bureau Montplaisir.
Sachez bien Mr JOMAA que tous les tunisien sont au courant que vous êtes un nahdhaoui déguisé....

kameleon78
| 19-06-2017 00:41
Mehdi Jomaâ fait déjà sa campagne de 2019, il est impatient, méfiez-vous de lui c'est le candidat caché de Ghannouchi.

tunisien
| 18-06-2017 23:04
pourquoi ne l'avez vous pas fait lorsque vous étiez chef de gouvernement
hélas on devient des experts lorsqu'on quitte le pouvoir
vous aurez dû lutter contre la corruption et la contre bande comme il se doit malheureusement vous ne l'avez pas fait peut être sur les ordres de ghannouchi et co

Zug
| 18-06-2017 21:01
Chahed à réussi là où il n'a pas pu agir : combattre la corruption. Du coup, il ne cesse plus de revenir sur ce sujet. Mais sois tranquille frère, BCE/Ghannouchi veillent, Le Premier Ministre devrait bientôt faire marche arrière, la Tunisie est par essence un pays de corruption et de magouilles et ce n'est certainement pas dans le contexte actuel que ça changera. Simplement, avec le naufrage du dinar, l'état est dans la situation de devoir rééquilibrer la balance commerciale, mais ça ne veut pas dire que la corruption va diminuer, elle va se transformer au mieux !

Ahllem
| 18-06-2017 19:16
Qui est-ce qui détermine les symboles de la corruption? La rue, les politiques, les médias, le président, les chancelleries étrangères ou la justice?
Monsieur Jomaa la rue peut vous attribuer tous les maux du monde parce que certains en auraient décidé ainsi et vous en aviez bien fait la triste expérience.
Il faut renforcer l'indépendance de la justice, ne pas interférer dans les affaires en cours et s'abstenir de monter des dossiers politiques tout en renforçant l'inspection du ministère de la justice et le conseil supérieur de la magistrature.
Sans une justice saine, sereine, apolitique et juste il ne peut y avoir de combat contre la corruption de même qu'il ne peut y avoir d'Etat de droit.

Zohra
| 18-06-2017 19:03
Bonjour,

Il faut être juste dans la vie, il avait été au pouvoir à peine un ans, il avait bien rempli sa mission.

Un dossier comme la corruption ne se prend pas à légère Monsieur il faut du temps une études dans le timing sinon l'échec total.

Je ne suis pas adepte de Monsieur Jomaahd

Chahiya taiba

Betta
| 18-06-2017 18:21
Tu y étais et tu n'a rien foutu. Laisse les travailler

A lire aussi

Une conférence de presse a été donnée ce mardi 24 avril 2018, par le chef du gouvernement Youssef

24/04/2018 17:40
1

La suspension des cours sera levée et les enseignants du secondaire regagneront leurs postes à

24/04/2018 16:47
5

En visite officielle à Bruxelles, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a souligné, lors d’une

24/04/2018 11:35
5

Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi a indiqué, ce soir du lundi 23 avril 2018, que

23/04/2018 19:57
3

Newsletter