Mabrouk Korchid : Travaillez et puis manifestez !

Businessnews.com.tn | publié le 12/01/2018 14:58

Le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid est revenu, ce vendredi 12 janvier 2018, lors de son passage à l’émission Midi Show sur Mosaïque Fm sur les mouvements de protestation survenus dans différentes régions du territoire tunisien, ainsi que la crise que traverse actuellement le pays.

 

Au micro de Boubaker Ben Akecha, M. Korchid a réitéré son soutien aux manifestations pacifiques et aux revendications légitimes des citoyens qui conteste la cherté de la vie et la dégradation de son pouvoir d’achat.

« Le citoyen est mécontent et cela est compréhensible, je suis également mécontent en tant que Tunisien. On enregistre aujourd’hui un taux d’endettement qui a atteint les 70 milliards et un taux d’inflation dépassant les 6% et personne n’en est satisfait. Je lance ainsi un appel à toutes les parties pour unir les rangs afin de pouvoir dépasser cette crise qui semble devenir chronique», a-t-il expliqué.

 

M. Korchid a, par ailleurs, indiqué que les actes de pillage et de vandalisme qui se sont déroulés lors des manifestations n’étaient pas spontanés mais plutôt orchestrés par des individus qui se sont infiltrés parmi les protestataires et qui ont profité du chaos qui régnait afin de procéder au vol et au sabotage.

« Ces actes se sont déclenchés simultanément dans plusieurs régions sur le territoire tunisien, les assaillants suivent toujours la même stratégie et cela ne peut en aucun cas être innocent. Les enquêtes et les investigations sont pourtant en cours et la vérité sera au final dévoilée » a-t-il martelé.

 

Le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières a en outre souligné que la hausse des prix n’est pas le résultat de l’échec du gouvernement, mais plutôt de l’échec d’un processus économique.

« Les augmentations des prix des produits de consommation, entre autres, n’est pas due à la Loi de finances 2018 car aucune modification n’a été apportée aux prix des produits subventionnés. La conjoncture économique est difficile et ceci n’est pas nouveau, c’est tout un cumul des crises économiques pendant ces dernières années qui a engendré la cherté de la vie » a-t-il ajouté.

Mabrouk Korchid a conclu son intervention par lancer un appel aux Tunisiens de travailler davantage et plus rigoureusement et de changer la mentalité de fainéantise et d’indolence afin d’accroître la productivité et d’augmenter les ressources financières, avant de sortir dans la rue et manifester contre les augmentations des prix.

« Le gouvernement se dirige aujourd’hui vers la réforme. On a eu des concertations avec différentes parties y compris l’UGTT. Prochainement, de nouvelles procédures exceptionnelles seront mises en place au profit des familles démunies et nécessiteuses ainsi que pour la classe moyenne, et ce afin d’atténuer l’impact de cette hausse des prix et réaliser l’équilibre désiré » a-t-il expliqué.


B.L


Mabrouk Korchid : Travaillez et puis manifestez !

publié le 12/01/2018 14:58

Le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid est revenu, ce vendredi 12 janvier 2018, lors de son passage à l’émission Midi Show sur Mosaïque Fm sur les mouvements de protestation survenus dans différentes régions du territoire tunisien, ainsi que la crise que traverse actuellement le pays.

 

Au micro de Boubaker Ben Akecha, M. Korchid a réitéré son soutien aux manifestations pacifiques et aux revendications légitimes des citoyens qui conteste la cherté de la vie et la dégradation de son pouvoir d’achat.

« Le citoyen est mécontent et cela est compréhensible, je suis également mécontent en tant que Tunisien. On enregistre aujourd’hui un taux d’endettement qui a atteint les 70 milliards et un taux d’inflation dépassant les 6% et personne n’en est satisfait. Je lance ainsi un appel à toutes les parties pour unir les rangs afin de pouvoir dépasser cette crise qui semble devenir chronique», a-t-il expliqué.

 

M. Korchid a, par ailleurs, indiqué que les actes de pillage et de vandalisme qui se sont déroulés lors des manifestations n’étaient pas spontanés mais plutôt orchestrés par des individus qui se sont infiltrés parmi les protestataires et qui ont profité du chaos qui régnait afin de procéder au vol et au sabotage.

« Ces actes se sont déclenchés simultanément dans plusieurs régions sur le territoire tunisien, les assaillants suivent toujours la même stratégie et cela ne peut en aucun cas être innocent. Les enquêtes et les investigations sont pourtant en cours et la vérité sera au final dévoilée » a-t-il martelé.

 

Le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières a en outre souligné que la hausse des prix n’est pas le résultat de l’échec du gouvernement, mais plutôt de l’échec d’un processus économique.

« Les augmentations des prix des produits de consommation, entre autres, n’est pas due à la Loi de finances 2018 car aucune modification n’a été apportée aux prix des produits subventionnés. La conjoncture économique est difficile et ceci n’est pas nouveau, c’est tout un cumul des crises économiques pendant ces dernières années qui a engendré la cherté de la vie » a-t-il ajouté.

Mabrouk Korchid a conclu son intervention par lancer un appel aux Tunisiens de travailler davantage et plus rigoureusement et de changer la mentalité de fainéantise et d’indolence afin d’accroître la productivité et d’augmenter les ressources financières, avant de sortir dans la rue et manifester contre les augmentations des prix.

« Le gouvernement se dirige aujourd’hui vers la réforme. On a eu des concertations avec différentes parties y compris l’UGTT. Prochainement, de nouvelles procédures exceptionnelles seront mises en place au profit des familles démunies et nécessiteuses ainsi que pour la classe moyenne, et ce afin d’atténuer l’impact de cette hausse des prix et réaliser l’équilibre désiré » a-t-il expliqué.


B.L


Commentaires (13) Commenter
Ce qu'il faudrait!
Simple tunisien
| 14-01-2018 01:47
Il ne suffit pas de demander aux gens de travailler pour qu'ils retroussent leurs manches et s'y mettent sérieusement.

Plusieurs conditions nécessaires doivent être satisfaites parmi elles l'existence d'un système d'évaluation efficient etabli en collaboration avec le personnel et basé sur des critères définis chiffrable.

En fait remettre les gens au travail nécessite une action de motivation, très difficile à réussir vu les habitudes acquises ces dernières années. Elle doit être menée en parallèle avec une action de communication visant à faire réapproprier, par le citoyen, le respect de la loi et des règlements. Seul un responsable capable d'exploiter les techniques bourguibiennes (sévérité et amour) pourra réussir une telle action.

Une autre condition : donner l'exemple
CASSE TOI
ommiaziza1912
| 13-01-2018 20:19
Casse toi pauvre guignol de c.. de m.... Tu n as pas de place dans aucun gouvernement.
le mot travail
sss
| 13-01-2018 15:45
N'existe pas dans leur dictionnaire
travail!!!!
sss
| 12-01-2018 20:02
Mais ils ne veulent pas travailler ihebou elokma elbarda! Travailler c les insulter, ils veulent tout avoir sans rien faire! Les cafés sont tjrs pleins et ils aiment péter plus haut que leurs q excusez le terme mais c comme ça, ils aiment s'habiller signé ils aiment draguer la fille du coin boire du vin ou de l'alcool ou aller voir se promener comme des coqs sans faire d'effort travailler c trop leur demander ils leur faut un travail mosmar fi hit c a dire dans une fonction publique il veut avoir la voiture la maison et sans faire un peu d'effort sauf de voler ya hassra ya zmein el khidma wel kanaa wel kalb ettaieb wel kdar we ndhafet el kalb tous veulent devenir des riches ils parlent de dignité we karama c ton travail par la sueur de ton front qui te donne la dignité. Autrefois on travaillait de jour comme de nuit ya hassra aujourd'hui ils te prennent tout sans aucun effort uniquement par le vol chnouwa hadha nous sommes dans la jungle
@correction
Zohra
| 12-01-2018 19:52
Envieux et non anxieux
désolée
Monsieur Korchid
Zohra
| 12-01-2018 19:06
D'un côté vous savez les partis politiques qui cherchent la place et le pouvoir, leur métier est le critique sans cesse quand les autres travaillent d'arrache-pied pour trouver des solutions à cette situation économique et sociale catastrophique que tirka avait laissé

Et l'autre vous avez ceux qui leur faut un job sur mesure la fonction publique la vache à lait.

On n'a pas l'esprit d'équipe au moins que tout monde met de l'eau dans son vin et essaye à sa manière d'aider pour s'en sortir, car si le bateau chavire c'est avec tout monde

Malheureusement on est un peuple très arrivistes, anxieux elhisd fi bathna
@Jilan: Merci de l'avoir rappelé...
DHEJ
| 12-01-2018 18:30
Toutefois, ce sinistre oublie que l Tunisie ne paie pas le TRAVAIL mais plutôt le temps de présence et accorde des indemnités pour aussi accomplir le temps de présence.


D'ailleurs, je lui pose la question suivante:

quelle est l'unité d'oeuvre pour mesurer LE TRAVAIL de tout fonctionnaire?





Travailler c'est trop dur .
A . V .
| 12-01-2018 17:23
Oui Mr korchid vous savez bien que les Tunisiens veulent bien travailler mais dans la fonction publique ni plus ni moin .
Les Tunisiens veulent travailler 2 à 3 heures par semaine et le reste de la journée soit aux cafés ou faire du buseness .
Allez voir dans les administrations le matin à quelle heur commence ces Messieurs fonctionnaires.
Avant dire bonjour aux collègues pendant quelques heures ensuite le petit café au lait ensuite faire chauffer les ordinateurs et puis c'est l'heure de rentrer à la maison.
Il faut d'abord venir à bout de la corruption
observator
| 12-01-2018 17:08
et mettre hors d'état de nuire le système mafieux qui s'est emparé du pays avant toute chose.
Il faut commencer par cela .

Et ça c est le rôle de l'Etat et ce ministre en est un des responsables.

Après ce sera plus facile de demander aux gens de retrousser les manches et de travailler.

Tant qu'on n'aura pas juguler ce système mafieux qui gangrène le pays, rien ne changera tant au niveau économique que social dans ce pays.
Au contraire ce dernier continuera sa descente vers la faillite.

Dans ces conditions demander aux tunisiens de travailler plus alors que le pays est partagé entre des clans mafieux qui sont plus puissants que l'Etat et qui bloquent le fonctionnement normal de ce même Etat.

Il aurait pu se taire au moins car il sait que personne ne l'écoutera mais c'est une culture depuis Bourguiba.
Et ce ministre ne déroge pas à la règle.
Les salariés sont ceux qui ont le plus contribué aux recettes fiscales de l'État, affirme l'OTE
Tunisien
| 12-01-2018 16:49
Ce sont les salariés qui ont le plus contribué aux recettes fiscales de l'État, loin devant les sociétés pétrolières et non pétrolières, a dévoilé l'Observatoire tunisien de l'économie (OTE) en se référant aux données du ministère des Finances.

D'après une étude faite sur l'évolution des principaux impôts directs en Tunisie de 1986 à 2016, l'OTE a constaté, à travers une note élaborée par l'économiste Chafik Ben Rouine, que depuis la révolution la contribution des sociétés a stagné pour chuter après 2014, et ce contrairement aux salariés où leur contribution aux impôts ne cesse d'augmenter.
HuffPost Tunisie
Publication: 09/10/2017 17h19 CEST
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration