alexametrics
Chroniques

Les enseignants ont failli être prophètes, mais ils ont failli !

Les enseignants ont failli être prophètes, mais ils ont failli !

Par Nizar Bahloul

 

 

Démarrage samedi de la campagne des Municipales 2018 et un nouvel épisode de notre nouvelle vie démocratique. Est-elle plaisante au moins cette vie démocratique ? Meilleure que la dictature ou l’Etat policier, c’est certain, mais cette vie démocratique n’a rien de plaisant. Quand on voit certains bouffons qui se présentent à ces élections, en prétendant pouvoir nous gouverner, on devient compréhensif de la position de ces nostalgiques de la dictature. Qu’on le veuille ou pas, les adeptes de Ali Bennour sont nombreux et le député controversé (et nouvellement menacé de mort) n’a fait que remonter l’opinion d’un pan de la population qui en a ras le bol de l’amateurisme, de l’inefficacité et des clowneries de nos politiques.

A voir les deux premiers jours de la campagne, on peut d’ores et déjà dire que les élections de 2018 vont être plus compliquées que celles de 2011 et 2014. A cette époque le clivage était net. Si vous êtes islamiste, vous votez Ennahdha ; si vous êtes rancunier/revanchard/haineux, vous votez CPR ; si vous êtes laïc, vous votez Massar ; si vous êtes libéral, vous votez Afek ; si vous êtes conservateur-progressiste/nostalgique, vous votez Nidaa ou Jomhouri ; si vous êtes rebelle/anarchiste/gauchiste, vous votez Front populaire et si vous voulez être tout ça à la fois tout en assumant être inodore et incolore, vous votez Ettakatol.

En 2018, on ne sait plus qui fait quoi et quelle valeur est représentée par tel parti. Sur les listes du Front populaire, on trouve des voilées ; sur celles d’Ennahdha, on trouve de belles blondes au jean déchiré ; sur celles d’El Massar, on ne trouve rien (le parti a disparu depuis l’entrée de Samir Taïeb au gouvernement), sur celles de Nidaa on trouve d’anciens recalés de cellules destouriennes de 4ème catégorie, alors que sur l’une des listes d’El Machrouû on constate que le premier programme est la restauration des mosquées ! Voilà donc le choix qu’on nous propose : la restauration des mosquées comme priorité des municipales chez les laïcs, une belle blonde chez les islamistes et un ancien ministre Nidaa qui se voit dans la peau d’une mariée des années 70 dansant sur « des pip-pip, la mariée est arrivée ». Dans une démocratie bien ancrée, ce sont les politiques qui courent pour satisfaire les revendications de leurs électeurs. Chez nous, les électeurs sont priés de satisfaire les fantasmes refoulés de leurs politiques.

 

Demain d’après le calendrier, sauf erreur de ma part, nous serons le mardi 17 avril 2018. Et, toujours d’après le calendrier, ce 17 avril sépare de 45 jours approximativement le 1er juin, date de début des examens et sépare de 75 jours la date du 30 juin correspondant à la date de début des vacances scolaires. Si l’on veut respecter le calendrier et ces dates butoir, ce 17 avril devrait coïncider avec la vitesse de croisière de bouclage des cours et de préparation des examens. Sauf que chez nous, ce 17 avril va correspondre à la date de début d’une grève ouverte et sauvage des enseignants du secondaire des établissements publics.

J’ai déjà traité de ce sujet trois fois dans ces mêmes colonnes et ce depuis plusieurs semaines et le problème n’est toujours pas résolu. Nos enfants sont pris en otages, on joue avec leur avenir et ceux qui jouent avec l’avenir de nos gosses sont leurs propres enseignants. Ceux-là mêmes à qui nous les avons confiés pour leur dispenser science et savoir !

Derrière cette grève sauvage, des revendications refusées par le gouvernement. Des revendications qui n’ont rien à voir avec l’avenir de nos enfants et à la mission première et noble des enseignants. Nos enseignants-grévistes ne réclament pas une meilleure infrastructure, des programmes plus adaptés, un meilleur encadrement pédagogique, des formations de mise à niveau permanentes, davantage d’outils pour les labos, des plats moins nauséabonds pour les cantines des élèves, un meilleur encadrement pour les élèves en difficulté ou nécessiteux… Non, nos enseignants ne réclament rien de tout cela, ils réclament notamment l’avancement de l’âge de la retraite et quelques revendications bassement mercantiles. Voilà ce que réclament nos enseignants-grévistes et j’insiste sur le terme « enseignants-grévistes » car en aucun cas il ne s’agit d’englober toute la corporation qui, comme toutes les autres, a son lot non négligeable de brebis galeuses.

Ces enseignants-grévistes veulent avancer l’âge de la retraite, alors qu’ils ont fait des pieds et des mains et ont participé à 25.000 concours pour entrer dans la corporation. Ne savaient-ils pas à l’avance l’âge de la retraite pour venir maintenant réclamer le changement des règles au cours du match ? Ils évoquent la pénibilité de leur travail, alors qu’ils bossent une vingtaine d’heures par semaine et neuf mois par an et alors qu’ils savaient ce travail pénible avant même qu’ils ne l’intègrent. Et cette pénibilité, comme par miracle, arrête d’en être une quand il s’agit de dispenser des cours particuliers ! Il est indéniable que le travail d’enseignant est pénible, mais il ne l’est pas moins que celui d’un juge face à 50.000 dossiers, que celui d’un policier qui bosse sous un soleil plombant pour fluidifier une circulation infernale ou celui d’un soldat jeté dans un no man’s land face aux terroristes. Tout ce beau monde ne travaille pas 20 heures par semaine et neuf mois par an et ne réclame pas une retraite à 58 ans !

 

Après avoir pris en otages les notes des élèves, nos enseignants-grévistes des collèges et lycées publics passent donc à la vitesse supérieure avec une grève ouverte à 45 jours des examens. Quoique l’on fasse, le programme ne sera pas terminé au regard de ce qui s’est passé durant toute cette année scolaire 2017-2018 chaotique. A partir de demain, les choses vont empirer et on va voir des élèves passer à la classe supérieure avec une formation manquante.  Jadis, on disait que l’enseignant a failli être un prophète, mais ça c’était jadis, lorsque les enseignants dispensaient des cours particuliers gratuitement et n’avaient pour récompense que la satisfaction du devoir et de la mission accomplis. Quand l’enseignant se voyait, et à raison, mû d’une mission divine de transmission du savoir ! Avec cette absence totale de responsabilité, les enseignants-grévistes et inféodés de Lassâad Yaâcoubi (SG du syndicat) ont failli totalement à leur mission et ont sali toute leur corporation.

La faute aux enseignants ? A priori, oui, sauf que nous n’avons pas élu des enseignants pour nous gouverner ! C’est donc à nos gouvernants que l’on exige des comptes et ce gouvernement n’a rien fait pour mettre fin à ce manège des enseignants qui dure un peu trop longtemps, en dépit du soutien des parents, des médias et de l’opinion publique. En février dernier, déjà, dans ces mêmes colonnes, je rendais hommage à deux ministres dames de fer : « feue Margareth Thatcher qui a tenu tête avec succès aux syndicats britanniques et à Nouria Benghabrit-Remaoun, ministre algérienne de l’Éducation. « Elle a radié 581 enseignants grévistes Mme Benghabrit ! Voilà ce qu’il faut faire avec les syndicalistes qui dépassent les bornes, prennent en otage nos élèves et notre économie, et profitent du droit syndical sacré pour imposer des décisions démesurées et outrancières.»

 

Aujourd’hui, Hatem Ben Salem et Youssef Chahed ont un rendez-vous avec l’Histoire pour en finir avec les caprices de certains syndicats ! Le droit syndical est intouchable, il n’y a pas à discuter, mais il est aussi intouchable que le droit au travail pour ceux qui refusent d’observer la grève et aussi intouchable que le droit de nos enfants à obtenir leurs notes et suivre leurs cours. C’est le devoir de Hatem Ben Salem et de Youssef Chahed de ne pas céder aux caprices de Lassâad Yaâcoubi and co et d’imposer la loi face à eux ! Qu’ils retiennent leurs salaires et les licencient et que les grévistes irresponsables aillent réclamer justice auprès du Tribunal administratif et des prud’hommes ! Qu’ils traduisent devant les tribunaux les enseignants-grévistes qui parlent de pénibilité de travail tout en dispensant des cours particuliers illégaux au noir !

La fermeté et la stricte application de la loi n’ont rien à voir avec la dictature, car la primauté de la loi et son respect sont les piliers de la démocratie. Sans un Etat fort, et sans respect de la loi, il ne saurait y avoir de démocratie. Avec le laxisme que l’on observe depuis 2014 face aux syndicats du secondaire, c’est tout l’édifice qui risque de tomber. Non pas l’édifice de l’école seulement, c’est tout l’édifice démocratique qui est en danger avec cette sauvagerie syndicale qui n’honore ni l’UGTT, ni le corps enseignant.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (18)

Commenter

HAMADI
| 18-04-2018 06:28
YA SI NIZAR , JE SUIS TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC VOUS DANS VOTRE ANALYSE . JE VOULAIS TOUT JUSTE RAJOUTER que j'ai quitté l'enseignement le jour ou j'ai décide de gagner plus d'argent et que cela ne peut se réaliser sur le compte de mes élèves et de leurs parents !! choisir ce métier c'est choisir de donner plus aux enfants de notre pays au de là du salaire !! quand on n'a pas ce sentiment dans les tripes , le minimum du ROUJOULA EST D'ALLER CHERCHER L'ARGENT AILLEURS

Rationnel
| 17-04-2018 15:14
Le rapport de l'OCDE est une bonne réfutation de toutes les justifications pour les demandes du syndicat, par exemple on peut lire dans le rapport: "contrairement au sentiment des enseignants, leur rémunération et leurs conditions de travail sont satisfaisantes en comparaison internationale" source: ( https://www.oecd.org/cleangovbiz/Tunisia-Integrity-Education.pdf ). Les profs tunisiens travaillent très peux si on les compare au reste du monde. La charge de travail moyenne dans l'enseignement secondaire est de 493 heures par an contre 1390 en Argentine (page 25).

Un grand service de BN serait de publier ce rapport dans un format plus accessible aux lecteurs.

bouda
| 17-04-2018 14:21
Les chiffres de 1 sur 7 ou 8(et ça c plutôt à toi de le faire) sont fiables puisque pas les profs de toutes les matières peuvent donner des cours particuliers (comme l'éducation civique,ect ...)
"Ils bossent une vingtaine d'heures par semaine et neuf mois par an" ça c un ragot . Quelqu'un qui comprend un peu sait qu'un prof fait plusieurs heures de préparation à domicile, sans compter les heures de préparation des devoirs et leur correction; mais tout cela n'est rien devant la pénibilité du métier . Tu dis que ce n'est pas plus pénible qu'un policier qui bosse sous le soleil, ou un juge avec 50000 dossiers , ect...Mais tu te trompe ! L'enseignant est à la fois flic, juge , et clown: il doit parler pour exxpliquer , écrire au tableau ,et maintenir l'ordre,pour empêcher faire travailler les cancres et les empêcher de pourrir l'atmosphère ,tout en gérant le temps de son cours . C'est très difficile , très stressant , et ce rapport de force constant est très déprimant . As-tu une idée du moral d'un prof quand il rentre ? Pense-tu qu'il laisse tout derrière lui ? Pas du tout , il lui faut plusieurs heures pour récupérer ; et ce n'est pas tout...

pas de pseudo ; à visage découvert
| 17-04-2018 14:09
Monsieur Bahloul , avec le contenu de votre article , vous ne faites que verser de l'huile sur le feu . Vous vous immiscez dans des affaires dont vous ignorez quasiment tout . Pis , vous prenez le parti du gouvernement que vous encouragez à faire preuve d'intransigeance et de fermeté envers les enseignants "prophètes qui ont failli". Les prof. des années quatre vingt que vous encensez aujourd'hui pour leur engagement et abnégation , touchaient à l'époque peu en effet , mais sachez monsieur qu'ils étaient parmi les mieux rémunérés .Sans être nantis , ils n'avaient pas vécu dans le besoin .De nos jours , le temps n'est plus le temps . Nos enseignants vivent dans la précarité ; comment voulez -vous qu'ils s'investissent pleinement dans leur tâche alors que leurs progénitures souffrent du manque de moyens dont disposent leurs camarades : voyages , argent de poche , sorties ou tout simplement une maison , une bagnole pour la famille . Vous avez évoqué presque tout ce qui entrave la bonne marche de l'enseignement dans notre pays , mais vous avez insisté sur les côtés pécuniaire" revendications bassement mercantiles" , de l'avancement de l'âge de la retraite , et vous appelez au travail . Comme si nos prof ne font rien ! La pénibilité du métier est reconnue partout dans le monde , et ce n'est guère votre avis qui va bouleverser les donnes . Ils ont de ce fait le droit de demander la revalorisation de leur pouvoir d'achat ainsi que quelques années de repos décent de plus à la fin de leur vie ." Ne ressent la braise que celui marche dessus" comme on dit dans notre jargon . N'essayez donc pas de vous empêtrer dans un domaine qui vous est inconnu . Les enseignants constituent la fine fleur du pays , elle a conscience de tous ses devoirs envers et le pays et les générations futures ; elle n'a de leçons à recevoir de personnes , en particulier ces brebis galantes dont le nombre n'est pas assez important pour déstabiliser la conscience de ces braves combattants . Quant à Lassaad yaacoubi à qui vous endossez toute la responsabilité de ce mouvement contestataire , il ne représente qu'un fin maillon de la chaîne enseignante . Il ne fait rien à sa guise , ni le syndicat général de l'enseignement secondaire aussi. Ils ont une base d'environ 70.000 membres capables de diriger aussi bien les affaires que l'insistance syndicale actuelle à laquelle j'adresse en mon nom personnel tous mes encouragements et félicitations pour tout ce qu'ils sont en train d'entreprendre en faveur non seulement de leurs collègues , mais aussi en faveur de tous nos élèves .

Rationnel
| 17-04-2018 13:39
Si vous voulez une enquête et des chiffres, je vous conseille de lire les rapports de l'OCDE comme: (https://www.oecd.org/cleangovbiz/Tunisia-Integrity-Education.pdf ). Les enseignants en Tunisie sont les mieux payés parmi les pays analyses par l'OCDE, ceux qui travaillent et enseignent le moins. Un autre rapport souligne que 65% des élèves ne maîtrisent pas les notions de bases a la fin de leurs scolarités, les taux de scolarisation sont très élevés mais le niveau d'éducation reste faible ( page 36 de http://www.oecd.org/fr/eco/etudes/Promouvoir-la-croissance-et-l'emploi-OECD-economique-survey-Tunisia-2018-French.pdf ).

Les domaines dominés par l'UGTT sont sur le chemin de la faillite et l'échec. La Compagnie des Phosphates de Gafsa, l'une des plus anciennes sociétés en Tunisie est au bord de la faillite, les secteurs de la santé et de l'éducation sont dans un état lamentable, mais l'UGTT insiste sur ses demandes irréalistes et illégitimes, refuse la bonne gouvernance et protège la corruption au risque de ruiner le gagne pains des travailleurs qu'elle prétend défendre. On doit créer des alternatives, le programme de l'UGTT c'est la ruine du pays et sans alternatives aux sociétés et structures dominées par l'UGTT on aura ni éducation, ni santé, ni transport, ni nourriture donc on doit encourager les écoles, cliniques, et divers sociétés privées et promouvoir l'auto suffisance en énergie et eau. Les énergies alternatives vont permettre de se libérer de la dépendance sur une autre société dominée par l'UGTT qui sera a son tour ruinée.

Hanni2
| 17-04-2018 13:36
Merci Si Nizar j'ai bien ri....;o)

Sinon concernant les municipales c'est couru d'avance...le gourou et sa secte vont faire une razzia...discipline, respect de la hierarchie, think thank américain pour leur campagne...faut au moins leur reconnaitre ça, ils ont un cap et le maintienne...blonde au jeans troué et élu juif ne sont que diversions momentanées...le temps de "garantir" leur arrières...non, on est définitivement pas au bout de notre chemin de croix (je suis sur que la Nakba ne m'en voudra pas d'user d'une expression chrétienne, il mange désromais à tous les rateliers;o)

Hannibal

bouda
| 17-04-2018 12:07
Qui t'a formé ? Des enseignants .Mais il est certain qu'ils ont failli avec toi parce que tu es un piètre journaliste Un bon journaliste ne se contente pas de ragots, mais fait une enquête et avance des chiffres .Quel est le pourcentage de profs qui font des cours particuliers ?Un sur 7 ou 8 . Donc la majorité écrasante ne donne pas de cours particuliers.Alors ne mets pas tout le monde dans le même sac; cette même majorité est pour l'interdiction des cours particuliers et voudrait bien que le gouvernement empêche cela ;



B.N : L'article n'a aucun rapport avec les chiffres, il s'agit d'une analyse. Y a-t-il une source fiable et scientifique pour certifier votre chiffre "très précis" de un sur 7 ou sur 8 ? Non ! Y a-t-il un ragot dans l'article ? Non et si vous pensez l'inverse, merci de me signaler un seul de ces ragots. Ai-je mis tous les enseignants dans le même sac ? Non et ceci est bien signalé dans tout l'article. Je ne suis pas donneur de leçons, mais j'estime qu'un bon enseignant se doit d'abord de savoir lire. Il se doit également de parler avec respect et de ne pas tutoyer les personnes qu'il ne connait pas. Vous dites qu'il y a eu des enseignants qui ont failli avec moi ? Je vous le confirme et ils sont nombreux. Je trouve aujourd'hui même les héritiers de ces enseignants qui ont failli parmi les grévistes et ceux qui les défendent. Cela dit, la majorité de mes enseignants n'ont pas failli et, heureusement, autrement on ressemblerait à la Somalie et je ne serai pas là où je suis.

Jebri Emna
| 17-04-2018 11:34
Grève légale = grève limitée dans le temps
Grève illimitée = hors la loi= abondons de poste =licenciement = recrutement parmi les milliers de compétences en chômage..

Sidi Bou
| 17-04-2018 09:01
Cet article droit etre envoye par mailling a tous syndicalistes,les grevistes et Hommes politique y compris les parlementaies.
Il faut soutenir la fermete et applique la loi a tout le Monde de la meme maniere car la Demokratie C le droit et le devoir.

Hédi
| 17-04-2018 08:48
Grève légale = grève limitée dans le temps
Grève illimitée = hors la loi
Grève illimitée = abondons de poste
Abandon de poste = licenciement
Licenciement = recrutement parmi les milliers de compétences en chômage..

A lire aussi

Décidément, c’est la cacophonie politique qui règne dans le pays. Elle ne va pas s’estomper de

19/07/2018 19:12
2

Ces journées caniculaires de juillet nous apportent quand même de bonnes nouvelles. Le président de

18/07/2018 15:59
14

Le week-end devait bien se passer jusqu’au moment où l’on apprend que Béji Caïd Essebsi a décidé

16/07/2018 14:37
29

Le pire qui puisse arriver à un président de la République est de perdre sa parole. Le 15 juillet

15/07/2018 21:55
26

Newsletter