L’enquête sur l’attaque du Bardo dans le collimateur de Jacques Pradel

Businessnews.com.tn | publié le 20/03/2017 18:45

Le journaliste français d’investigation, Jacques Pradel, a consacré son émission « L’heure du crime », pour faire le point sur l'enquête, deux ans après l'attentat du musée du Bardo à Tunis.

Le journaliste estime, dans sa chronique d’aujourd’hui, lundi 20 mars 2017, que plusieurs zones d’ombres subsistent, et que l’enquête piétine.

 

Selon une enquête réalisée par deux journalistes du magazine Sang-Froid, des doutes pèsent sur la personnalité de l’un des juges chargés du dossier, ce qu’ils appellent les curieux "ratés de la justice tunisienne".

 

Les deux journalistes relèvent que le dossiers transmis par la justice tunisienne à celle française est vraiment partiel, puis qu’il y manquerait pratiquement les deux tiers des données.

 

L’enquête sur l’attaque du Bardo dans le collimateur de Jacques Pradel

publié le 20/03/2017 18:45

Le journaliste français d’investigation, Jacques Pradel, a consacré son émission « L’heure du crime », pour faire le point sur l'enquête, deux ans après l'attentat du musée du Bardo à Tunis.

Le journaliste estime, dans sa chronique d’aujourd’hui, lundi 20 mars 2017, que plusieurs zones d’ombres subsistent, et que l’enquête piétine.

 

Selon une enquête réalisée par deux journalistes du magazine Sang-Froid, des doutes pèsent sur la personnalité de l’un des juges chargés du dossier, ce qu’ils appellent les curieux "ratés de la justice tunisienne".

 

Les deux journalistes relèvent que le dossiers transmis par la justice tunisienne à celle française est vraiment partiel, puis qu’il y manquerait pratiquement les deux tiers des données.

 

S.H
Commentaires (5) Commenter
Que des voix étrangères s'élèvent aussi!
Selwa
| 21-03-2017 22:32
Il est clair que toutes les enquêtes en rapport avec le terrorisme chez nous ont pour épicentre Enahdha avec des relais à Londres et en Libye. Rien d'étonnant à ce que l'enquête sur l'attentat et les meurtres du Bardo piétine, comme le reste des assassinats et attaques terroristes chez nous.

Aussi, il est bon que des journalistes, juristes et autres personnes étrangères puissent nous aider à dénoncer les mandataires et les parrains de ces crimes.
IL N Y A QUE LA COLERE DE LA RUE QUI VOUS SAUVERAIT
LES AIGUILLES
| 21-03-2017 16:28
Bonjours à tous, je voudrai tout simplement attirer l'attention des citoyens qui s'intéressent au système judiciaire Tunisien pour leur dire que Ce système est infiltré par un parti politique corrompu et impudent, je vous invite à lire l'article du quotidien le monde (Français) intitulé ATTENTAT DU BARDO: LES LACUNES DE L ENQUETE TUNISIENNE de FREDERIC BOBIN ET CHARLOTTE BOZONNET( PARIS)paru le mardi le 21/3/17 page N5. Le jeu du double langage des frères musulmans est bien établi et dénoncé, dans cette affaire comme dans les assassinats de CHOCRI BELAID ET Med BRAHMI on trouve les mêmes méthodes et les mêmes discours dissimulant la vérité et la sincérité des faits. BECHIR AKRMI sympathisant de ENNAHDHA promu procureur de la république pour un service accompli point bar. Et pour l'éloigner d'un sujet devenu explosif R. GHANNOUCHI l'a promu procureur de la république.
Vous n'avez encore rien vus
Ayari Nabl
| 21-03-2017 10:07
Bienvenue chez les pharaons , de la justices Bananière Tunisiennes , le seul pays ou le plaignant devient le criminelle
Et pendant ce temps.....
Mel
| 21-03-2017 09:40
Nos journalistes font les clowns à la télé!!! léhine bhablih wjibih !!!!
Et bien sûr le "téndid" viendra...
et voilà, une fois encore...
Letranger
| 21-03-2017 08:54
Les médias étrangers stigmatisent encore la Tunisie, sans raison. Mais qu'on-t-ils à s'acharner sur ce pays au agissements exemplaires.
Surtout en matière de justice et de police où les enquêtes criminelles et terroristes ne trainent jamais plus que quelques années avant de tomber dans l'oubli, sauf pour les "fumeurs" et les supporters de "l'amour libre" bien sur.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration